The Holy See
back up
Search
riga

PÈLERINAGE APOSTOLIQUE
DE SA SAINTETÉ PAUL VI
EN ASIE ORIENTALE, OCÉANIE ET AUSTRALIE

DISCOURS DU PAPE PAUL VI
AU CORPS DIPLOMATIQUE*

Manille, Philippines
Vendredi 27 novembre 1970

 

Messieurs,

Venant dans cette partie du monde pour rencontrer l’épiscopat catholique de toute l’Asie, il Nous est agréable de saisir cette occasion pour présenter Nos vœux de prospérité à vos peuples respectifs. Plusieurs d’entre eux entretiennent d’ailleurs avec le Saint-Siège des relations les plus cordiales.

C’est dans l’accomplissement de Notre mission spirituelle que Nous avons entrepris ce long voyage, qui doit Nous conduire à divers centres de l’immense Asie, et également en Australie où Nous devons rencontrer la hiérarchie catholique de ce Continent. Si donc Notre voyage n’a aucun caractère politique, il n’en demeure pas moins que c’est avec la plus grande joie que Nous saluons les populations des divers pays où Nous passons, et leur donnons l’assurance de l’affection et de la volonté de les servir qui animent l'Eglise Catholique ainsi que de la profonde estime qu’elle porte à la noblesse de leurs traditions culturelles et religieuses.

Dan la ligne même de Notre responsabilité pastorale, Nous espérons que Notre voyage se manifestera aussi comme un signe en faveur de la paix et du progrès social. Nous en avons fait l’un des grands objectifs de Notre pontificat et Notre prière instante est que les coeurs des hommes, à quelque rang de la société qu’ils appartiennent, mais surtout ceux des responsables, s’ouvrent à des sentiments de paix, de solidarité, de justice sociale, de service du bien commun. Le développement est le grand défi de cette décennie. C’est notre génération qui est interpellée et c’est elle qui doit fournir la réponse: nous serons jugés sur la générosité de notre engagement.

Vous, Messieurs, qui avez la si belle mission d’être les hommes du dialogue, soyez les artisans de la paix entre les nations, car la paix est le premier des biens: elle conditionne et perfectionne les autres. Soyez aussi auprès de vos Gouvernements les avocats de l’entr’aide internationale en faveur des peuples les moins favorisés, au nom de notre fraternité universelle. «La solidarité mondiale toujours plus efficiente, disions-Nous dans Notre encyclique Populorum progressio, doit permettre à tous les peuples de devenir eux-mêmes les artisans de leur destin . . . les peuples plus jeunes ou plus faibles demandent leur part active dans la construction d’un monde meilleur, plus respectueux des droits et de la vocation de chacun. Cet appel est légitime; à chacun de l’entendre et d’y répondre» (Populorum Progressio, 65). Ce faisant, vous aurez bien mérité de l’humanité entière et Dieu vous bénira. De grand coe ur Nous invoquons sa divine assistance sur vos personnes, sur vos familles, sur vos pays respectifs et sur vos efforts.


*AAS 63 (1971), p.18-19.

Insegnamenti di Paolo VI, vol. VIII, p.1200-1201.

L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française n.49 p.6.

 

top