The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE PAUL VI
AUX PARTICIPANTS À LA SESSION ANNUELLE DE LA
CONFÉRENCE PARLEMENTAIRE
DE L’ASSOCIATION ENTRE LA COMMUNAUTÉ
ECONOMIQUE EUROPÉENNE ET LES ETATS AFRICAINS,
MALGACHE ET MAURICIEN ASSOCIÉS*

Vendredi 1 février 1974

 

Vous êtes les bienvenus, Mesdames et Messieurs, et Nous sommes honorés de recevoir les participants à la Conférence Parlementaire de l’Association entre la Communauté Economique Européenne et les Etats Africains, Malgache et Mauricien Associés.

Oui, cette rencontre de deux continents, au niveau de ceux qui sont habilités à discuter de l’orientation politique et économique de leur pays revêt une signification profonde: elle Nous semble exprimer, préparer, réaliser déjà quelque peu cette large coopération organique que Nous avons si souvent appelée de nos vœux.

Nous nous gardons de juger les moyens techniques, les éléments de conventions qui doivent assurer ou faire progresser une telle coopération. Mais Nous demeurons fermement convaincu que les pays ne peuvent aujourd’hui agir isolément, avec le partenaire de leur choix, sans tenir compte de ceux qui leur sont naturellement solidaires: la nécessité se fait de plus en plus sentir d’incorporer les accords bilatéraux ou multilatéraux dans un programme de collaboration mondiale, comme Nous le souhaitions dans notre encyclique «Populorum Progressio» (Cfr. n. 52). Dans ce dessein de collaboration mondiale, les rapports entre la Communauté Européenne et l’ensemble de l’Afrique peuvent apparaître comme une étape privilégiée, appelée par le voisinage, la complémentarité, les multiples liens culturels, économiques et religieux qui rattachent les deux continents et qui, Dieu merci, ont dépassé le stade de la dépendance.

Et vous, parlementaires, vous pouvez beaucoup pour y promouvoir la connaissance réciproque des problèmes, les étudier ensemble, créer un climat de confiance, faire prendre conscience à l’opinion publique de vos pays et à vos gouvernements de l’urgence de cette solidarité, bref préparer les conditions sans lesquelles les accords seraient illusoires.

Déjà, voici plus de huit ans, Nous avions rendu hommage à une semblable délégation. Aujourd’hui la situation rend votre travail encore plus utile. Car la conjoncture reste grave pour les uns et pour les autres. Les obstacles que l’Afrique rencontre sur le chemin de son plein développement, la crise de l’énergie, les problèmes monétaires et économiques de l’Europe font mieux comprendre encore qu’il ne peut plus exister d’économies nationales closes, se suffisant à elles-mêmes. Les nations prennent davantage conscience de leurs possibilités et de leurs limites, et sont à la recherche de nouvelles voies.

Comment ferons-nous face à ce moment historique? Devant la dureté des temps, certains pourront ‘être tentés de se replier sur eux-mêmes, ou sur leurs puissants amis, pour résoudre d’abord et eux seuls leurs propres problèmes. Ils penseront également ne pouvoir développer la solidarité ébauchée, en ajoutant aux sacrifices déjà bien lourds qu’il faut consentir actuellement. Certes les situations demeurent souvent délicates. Mais les questions plus fondamentales ne sauraient pour autant être esquivées: peut-on vraiment mettre en balance la diminution du confort des uns, lorsque c’est la vie des autres qui est en jeu ? Les pauvres feront-ils les frais de cette situation pour se retrouver encore plus pauvres? La recherche du seul profit, celle de la surproduction, celle d’une consommation pléthorique, ne doivent pas constituer le but de la société, elles n’assurent pas les valeurs humaines essentielles.

Nous voulons croire au contraire que se moment sera celui de la sagesse; celui du courage et de la créativité: celui peut-être d’une austérité consentie chez les plus nantis; celui surtout d’une coopération plus intense entre pays européens, entre pays africains, entre les deux ensemble, au bénéfice de tous. Il nous faut combattre le découragement, secouer la mesquinerie de nos perspectives, croire que la solidarité est possible, qu’elle seule offre une solution humaine à long terme. Ne serait-ce pas l’heure d’inventer de nouveaux types de rapports entre pays développés et pays en voie de développement? Oui, Nous espérons que cette année, où beaucoup d’accords commerciaux sont à reprendre, hâtera l’établissement de conventions rénovées, pleinement équitables, respectueuses de la dignité des partenaires et dans des conditions de parité.

Et Nous devons ajouter: si les raisons d’intérêt économique, même réciproque et bien compris, peuvent être un stimulant, elles ne suffisent pas. L’histoire montre au contraire que des perspectives purement économiques conduisent à une impasse. Il faut une entraide plus profonde, fondée sur une considération de tout ce qui fait la richesse et l’honneur des partenaires, de leurs besoins réels. Bref, Nous souhaitons également des liens culturels, des liens spirituels, disons le mot, des liens d’amitié. C’est une certaine communauté de destin qu’il faut vivre maintenant à l’échelle des continents, et l’Association que vous représentez Nous semble devoir contribuer à la servir.

Ceux qui parmi vous partagent notre foi chrétienne se rappellent les paroles de l’Apôtre Jean: «Si quelqu’un possède les biens de ce monde et que, voyant son frère dans le besoin, il lui ferme ses entrailles, comment l’amour de Dieu demeurerait-il en lui?» (1 Io. 3, 17). Puissions-nous dire avec lui: «Nous sommes passés de la mort à la vie parce que nous aimons nos frères» (Ibid. 3, 14). Le Créateur appelle tous les hommes à élargir leur cœur aux nouveaux horizons qu’il leur fait découvrir. II nous invite à tenter l’impossible pour qu’une plus grande justice règne entre les hommes. Nous le prions de vous assister dans vos efforts de collaboration et de bénir vos personnes avec tous ceux qui vous sont chers.

* * *

Ein Wort herzlicher Begrüssung richten Wir auch an die Konferenzteilnehmer aus den Ländern deutscher Sprache. Mögen sich die Arbeitssitzungen, an denen Sie teilgenommen haben, sehr geehrte Damen und Herren, dahin fruchtbar auswirken, dass es unter den verschiedenen Völkern zu einer wirklichen Zusammenarbeit auf internationaler Ebene komme, indem die einzelnen Länder aus der Enge der eigenen wirtschaftlichen Vorteile heraustreten und in einem Klima gegenseitigen Vertrauens sich zielstrebig für das gemeinsame Wohl einsetzen. Dazu erflehen Wir Ihnen Gottes bleibenden Schutz und Segen.

In extending a cordial greeting in English to the members of this Assembly, we wish to reaffirm once more our confidence in the wisdom, the courage and the spirit of collaboration with which Governments and other parties concerned pursue the establishing of relations and exchanges in conformity with equity between all countries. In this respect-as we said in our recent address to the Diplomatic Corps-“we have followed with the keenest interest the contacts between the European Community of the Nine and the African countries”. We repeat here our fervent wish for the success of such endeavours. We pray that the Lord Will aid your efforts, and we invoke his abundant blessings upon yourselves and upon all those whom you hold dear.

Desideriamo aggiungere un saluto ai Parlamentari italiani, che partecipano a questo incontro.

Ad essi esprimiamo, col Nostro compiacimento, anche l’augurio e il voto perché sappiano condividere un crescente interesse per i problemi che oltrepassano i confini del proprio Paese, coscienti di far parte di una famiglia la cui appartenenza comporta, oltre ai vantaggi, anche sacrifici per il bene comune, e uno spirito di collaborazione e di sensibilità per la promozione costante del progresso umano, civile e sociale in tutto il mondo.

Il compito che vi aspetta e a1 quale attendete è arduo; per questo vi siamo vicini con tutta la Nostra stima, il Nostro incoraggiamento, la Nostra preghiera, che vi invoca ogni benedizione del Cielo.


*Insegnamenti di Paolo VI, vol. XII, p.94-98.

L'Osservatore Romano, 2.2.1974, p.1, 2.

L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française, n. 6 p.1, 8.

La Documentation catholique, n.1648 p.157-158.

 

top