The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE PAUL VI
AUX PARTICIPANTS À L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE LA
FÉDÉRATION INTERNATIONALE PHARMACEUTIQUE

Samedi 7 septembre 1974

 

Nous avons volontiers accepté, Mesdames et Messieurs, cette occasion de vous rencontrer au moment où vous achevez à la fois les travaux de la vingt-cinquième Assemblée générale de la Fédération internationale pharmaceutique et du trente-quatrième Congrès international des Sciences pharmaceutiques. Nous vous adressons notre salut cordial, et, sensible à votre confiance, nous vous remercions des sentiments que vous venez d’exprimer.

Vos travaux tirent leur importance non seulement de leur valeur scientifique, et de la contribution qu’ils apportent à une meilleure connaissance des réactions de l’organisme humain aux diverses thérapeutiques, mais surtout parce qu’ils ont pour objectif, à travers vos diverses spécialités, le soulagement de la souffrance, le mieux-être et la guérison des hommes. Cette rencontre que vous avez voulue Nous est agréable: elle Nous donne l’occasion de vous exprimer notre respect. Le thème particulier de vos travaux et les problèmes qu’ils posent à la conscience Nous engagent aussi à vous proposer quelques-unes de nos convictions à ce sujet.

Qu’il Nous soit donc permis de vous demander d’abord, à vous qui êtes formés à l’étude et à la réflexion, de prendre le temps nécessaire pour approfondir vraiment la doctrine ferme et constante de 1’Eglise concernant les graves questions relatives à la conception humaine. Les documents ne manquent pas en ce domaine, jusqu’à notre encyclique «Humanae Vitae» qui a explicité cet enseignement sur le point dont vous avez fait un des principaux objets de vos travaux. Cet enseignement développe en effet la vision globale de l’homme (Cfr. Humanae Vitae, 7), dans sa dépendance du Dieu Créateur comme dans sa vocation surnaturelle: elle seule est vraiment éclairante et sa vérité ne saurait dépendre des réactions de l’opinion. C’est pourquoi Nous encourageons fortement tous ceux qui veulent mettre le souci de l’homme au premier plan de leurs préoccupations, à faire l’effort d’élargir leurs perspectives, de relativiser des points de vue unilatéralement grossis par la propagande, pour parvenir à un jugement sain et équilibré sur les valeurs en cause. Il s’agit de mettre l’homme sur le chemin d’une paternité responsable. Et dans le message déjà cité (Cfr. Ibid. 24), comme d’ailleurs l’avait fait le Concile Vatican II, Nous invitions les hommes de science à faire converger leurs études et leurs réalisations pour favoriser une saine régulation de la procréation humaine.

Certes le problème de la limitation des naissances demeure un problème complexe, qu’il faut considérer avec sagesse sous tous ses aspects, humain, éthique, culturel, et non pas seulement sous l’angle matérialiste de la quantité. Notre Délégation à la Conférence mondiale de la population qui s’est tenue récemment à Bucarest, l’a clairement exposé, tout en réaffirmant sans ambiguïté le refus de l’Eglise d’accepter les pratiques contraires au respect dû à la vie humaine, comme l’avortement, la stérilisation, la contraception, par des moyens qui ne respectent pas de lois de la transmission de la vie. Car la mission qui est la nôtre nous impose de défendre sans relâche la vie humaine, ce don inestimable de Dieu, et les lois sacrées qui la régissent.

Oui, que ce soit le plan de la recherche scientifique, des réalisations de laboratoire, ou au niveau personnel de la maîtrise de soi des époux, il faut savoir payer le prix d’une vie véritablement humaine, conforme au dessein de Dieu. Sur le Plan économique aussi bien sûr: on ne peut en conscience chercher une source de bénéfices dans la distribution de produits qui avilissent l’homme et l’amour, ou qui tuent la vie.

Les exigences que Nous venons de rappeler demandent aujourd’hui beaucoup de conviction et de courage, dans la situation de compromis où baignent nos contemporains. Mais ces difficultés ne doivent pas vous faire reculer car les orientations prises par la société dépendront en partie de la vigueur de votre sens moral. Nous vous disons notre confiance et demandons au Seigneur de vous éclairer, de vous fortifier de sa grâce, et de bénir votre volonté de service, pour le bien de tous.

We are happy to extend a warm welcome to all of you who have come to Rome to attend the Twenty-fifth General Assembly of the International Pharmaceutical Federation and the Thirty-fourth International Congress of Pharmaceutical Sciences. We are likewise glad to have this opportunity to tel1 you of our deep interest in your activity. We pray that, under God’s guidance and in accordance with his laws, your work may indeed further the true betterment of man and that you may be sustained by divine grace in carrying out the lofty responsibility which is yours for humanity in this generation and in the future.

Unas palabras con nuestro cordial saludo y bienvenida a vosotros, los participantes de lengua española en la 25ª Asamblea General de la Federación Internacional Farmacéutica y en el 34° Congreso Internacional de Ciencias Farmacéuticas.

Queremos expresaros el hondo respeto que sentimos por vuestra profesión, a la vez que os exhortamos a ejercerla siempre con profundo sentido moral, en plena correspondencia con las exigencies de la dignidad del ser humano y de la ley de Dios.

Invocamos sobre vosotros la continua asistencia divina.

Einen besonderen Willkommensgruß richten Wir ebenfalls ,an die Kongreßteilnehmer aus den Ländern deutscher Sprache. Seien Sie sich in Ihrer bedeutungsvollen Tätigkeit zum Wohl des Menschen auch stets der großen Verantwortung gegenüber dem Schöpfer bewußt. Auf daß Sie seinem Willen, der uns konkret im Sittengesetz begegnet, auch in Ihrem Handeln treu entsprechen, erflehen Wir Ihnen von Herzen Gottes besonderen Beistand und Segen.

                                

top