The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE PAUL VI
AUX MEMBRES DU BUREAU
DE LA FÉDÉRATION MONDIALE DES SOURDS

Samedi 15 mars 1975

 

Nous sommes heureux de saluer aujourd’hui les membres du Bureau et de la Présidence de la section scientifique de la Fédération mondiale des sourds, réunis pour préparer le prochain Congrès de Washington.

Depuis des années, nous avons l’occasion de suivre vos activités qui unissent constamment la recherche médicale de haut niveau au dévouement à l’égard de ceux qui souffrent de n’être pas «comme les autres» et qui sont parfois en effet laissés de côté. C’est donc toujours une joie pour nous de faire savoir à tous les membres de votre Fédération, à travers la personne de ses dirigeants, combien nous apprécions leur activité qui donne au monde un si bel exemple de service et de sens du prochain.

Le drame des sourds, nous l’avons déjà souligné, est surtout de se sentir retranchés de la vie collective, incapables d’en bénéficier suffisamment ou de partager eux mêmes les richesses souvent grandes de leur vie intérieure, comme murés en eux-mêmes à la fois par leur infirmité et par l’attitude de leur entourage. Le but de votre prochain Congrès est précisément d’étudier les moyens de leur assurer une pleine intégration dans la société moderne. Il ne s’agit donc pas seulement d’agir sur la maladie pour la guérir ou l’atténuer - nous nous réjouissons des grands progrès acquis déjà dans ce domaine - il faut élargir l’action au milieu social lui-même, pour transformer son attitude spontanée et l’aider à pratiquer concrètement et de manière collective cet idéal de fraternité humaine dont personne ne doit être exclu. A vous-mêmes, à tous les membres du futur Congrès, nous adressons nos vifs encouragements et nos vœux pour que leur entreprise soit féconde et trouve partout, de la part des pouvoirs publics comme de celle des responsables privés, l’accueil favorable qu’elle mérite.

Pour nous, nous y sommes d’autant plus sensible que nous trouvons le soulagement des sourds-muets au cœur même de l’Evangile. Les sourds entendent, les muets parlent, la Bonne Nouvelle leur est annoncée, voilà quelques-uns des signes donnés par le Christ Jésus pour le Royaume de Dieu, en attendant que les âmes et les corps soient libérés de toute servitude. C’est pour nous chrétiens une raison supplémentaire de participer activement aux initiatives de votre Fédération.

Nous recommandons de grand cœur vos travaux au Seigneur et lui demandons de bénir vos personnes et, à travers elles, tous ceux auxquels s’adresse votre dévouement.

                                        

top