The Holy See
back up
Search
riga

S. CONGRÉGATION POUR LA DOCTRINE DE LA FOI

 

LETTRE

 

Rome, le 11 avril 1973

Excellence,

La charge de cette S. Congrégation est de protéger dans tout le monde catholique l’enseignement touchant à la foi et aux mœurs. Aussi sa vigilance a-t-elle été éveillée par la diffusion de nouvelles opinions qui nient ou qui s’appliquent à mettre en doute la doctrine de l’indissolubilité du mariage, que le Magistère de l’Église n’a jamais cessé d’enseigner.

Ces opinions commencent à s’insinuer dans des livres, dans des journaux catholiques et aussi dans des séminaires et des écoles catholiques, et aussi bien dans la pratique de quelques tribunaux ecclésiastiques, dans tel ou tel Diocèse.

Bien plus, de telles opinions en même temps que d’autres raisons d’ordre doctrinal ou pastoral servent d’arguments, de-ci de-là, pour justifier des abus contraires à la discipline en vigueur en ce qui concerne l’admission aux Sacrements des personnes qui vivent en union irrégulière.

Pour ces motifs, notre S. Dicastère, au cours d’une Assemblée Plénière tenue en 1972, a examiné cette question et a pris la décision, qui a été approuvée par le Souverain Pontife, de recommander avec insistance à Votre Excellence de veiller avec grand soin à ce que tous ceux auxquels est confiée la charge de l’enseignement religieux dans les écoles de tous les degrés ou dans les instituts, ou bien la charge d’official (au sens large du terme: aussi bien les juges, défenseurs du lien, etc.) dans un tribunal ecclésiastique, restent fidèles à la doctrine de l’Église en ce qui concerne l’indissolubilité du mariage et mettent cette doctrine en pratique dans les tribunaux ecclésiastiques.

En ce qui concerne l’admission aux Sacrements, que les Ordinaires des lieux veuillent bien: d’une part, faire observer exactement la discipline de l’Église qui est en vigueur; d’autre part, veiller à ce que les pasteurs d’âmes s’occupent avec un soin particulier des personnes qui vivent en état d’union irrégulière et que, dans la solution de tels cas, en plus des moyens normaux du droit, ils recourent à la pratique approuvée de l’Église au for interne.

 

Franjo ŠEPER
Préfet

+ Jérôme HAMER, O.P.
Secrétaire

  

top