The Holy See
back up
Search
riga

CONGREGATION POUR LA DOCTRINE DE LA FOI

LETTRE AUX PRÉSIDENTS DES CONFÉRENCES ÉPISCOPALES
SUR LES COMMISSIONS DOCTRINALES

23 novembre 1990

Aux Em.mes et Exc.mes Présidents des Conférences Épiscopales

I. Dans l’instruction du 23 février 1967, cette Congrégation demandait aux Conférences Épiscopales de constituer en leur sein une Commission Doctrinale qui "editis scriptis invigilet, veri nominis religiosam scientiam foveat, in dijudicandis libris opem Episcopis praebeat". Successivement, par sa lettre circulaire du 10 juillet 1968, elle proposait quelques indications ultérieures pour une meilleure activité de ces Commissions Doctrinales.

II. A une distance de plus de 20 ans de ces deux lettres, et après avoir eu l’occasion de connaître en ce domaine les expériences de nombreuses Conférences Épiscopales, cette Congrégation juge convenable de rappeler et préciser certains aspects suggérés par la vérification du travail de ces années.

III. Les Commissions Doctrinales agissent par charge et mandat des Conférences Épiscopales, et constituent un organe consultatif institutionnalisé pour aider ces mêmes Conférences Épiscopales et chacun des Évêques dans leur souci de la doctrine de la foi.

IV. Si les dimensions de la Conférence Épiscopale le permettent, il est opportun de créer une Commission spéciale pour les problèmes doctrinaux. C’est seulement si la situation concrète ne le permet pas que cette préoccupation pastorale fondamentale peut être assumée par une autre Commission, ou bien, d’une manière subordonnée, par un seul Évêque, qui suivra avec une particulière attention les problèmes doctrinaux, au nom et pour l’utilité de toute la Conférence.

V. Les membres de la Commission Doctrinale sont des Évêques élus par la Conférence Épiscopale. Des experts peuvent être consultés cas par cas, mais leur rôle doit être distinct de celui des Évêques, qui sont les seuls responsables des décisions de la Commission, puisqu’il s’agit d’une Commission Épiscopale.

VI. La Commission Doctrinale ne peut se prononcer publiquement, au nom de toute la Conférence, si elle n’en a pas eu l’autorisation explicite.

VII. La préoccupation des Commissions Doctrinales est de favoriser la diffusion de la doctrine de la foi. Elles prêtent en particulier leur aide aux Conférences Épiscopales en divulgant et commentant, d’une manière adaptée aux nécessités et aux urgences en chacun des territoires, les documents publiés par le Magistère pontifical.

En collaboration avec la Commission Épiscopale compétente, elles promeuvent aussi la préparation de livres d’enseignement par des auteurs de valeur scientifique reconnue et d’une fidélité certaine au Magistère, ou au moins la compilation d’une liste de livres approuvés pour l’enseignement.

VIII. Les Commissions Doctrinales sont en outre appelées à favoriser le travail théologique scientifique, en cultivant aussi dans ce but des relations mutuelles avec les théologiens et les professeurs d’Universités et Séminaires, ainsi qu’avec tous les experts des disciplines ecclésiastiques.

IX. Les Commissions Doctrinales constituent également une aide offerte à chacun des Évêques dans le devoir, qui est et doit lui rester propre, de suivre et de discerner la production théologique (livres et revues) de son propre territoire, afin qu’il ne soit pas porté atteinte à la saine doctrine à laquelle sont droit les fidèles.

X. Pour l’exercice de la nécessaire vigilance sur les écrits destinés à la publication et à la divulgation, il sera opportun de se référer aux normes de la discipline canonique sur les instruments de communication sociale et en particulier sur les livres (canons 822-832), auxquelles s’ajoutent les prescriptions spéciales des statuts des Ordres et Instituts religieux pour ce qui concerne leurs membres.

Restant sauf que le Saint-Siège peut toujours intervenir, et intervient normalement quand l’influence d’une publication dépasse les frontières d’une Conférence Épiscopale, la Commission Doctrinale offrira son aide à chacun des Évêques pour le jugement sur les livres.

Dans le respect des droits et des devoirs des Évêques au sujet de la censure (cf. canon 830,1), la Commission Doctrinale pourra offrir son aide aux Ordinaires, au moins en indiquant une liste d’experts.

A propos de cet ensemble de responsabilités, on doit rappeler le secteur particulier représenté les Maisons d’édition catholiques, en raison de leur importance dans le cadre de la diffusion de la foi.

XI. Les Commissions Doctrinales collaborent en outre avec les autres Commissions des Conférences Épiscopales, spécialement celles qui sont chargées de responsabilités dans le secteur éducatif (séminaires, universités et écoles), catéchétique, liturgique et œcuménique, exprimant leur avis compétent sur tout ce qui a une importance doctrinale. Les autres Commission, normalement, ne devraient pas publier de documents importants sans avoir reçu aussi l’avis de la Commission Doctrinale pour ce qui relève de sa compétence.

XII. Pour une action plus incisive et plus féconde, on envisage l’opportunité que les Commissions Doctrinales des divers pays, surtout de secteurs linguistiques homogènes, trouvent les modalités les plus convenables pour un échange d’expériences et d’informations.

XIII. Pour une collaboration toujours meilleure entre les Commissions Doctrinales et la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, il semble opportun d’intensifier la communication réciproque, qui passera normalement par l’intermédiaire de la Conférence Épiscopale.

Dans ce but, on pourra utiliser en particulier les visites "ad limina" et des rencontres spécifiques entre la Congrégation et chacune des Commissions, étant également présent le Président de la Conférence Épiscopale.

XIV. Il sera enfin utile que le Président de la Commission Doctrinale envoie à la Congrégation, au moins une fois par an, un rapport sur le travail de la Commission et sur les questions doctrinales de plus grande importance dans son pays, suggérant aussi ce que, de l’avis de la Commission, il serait opportun que le Saint-Siège entreprenne à ce sujet.

JOSEPH CARD. RATZINGER
Préfet

ALBERTO BOVONE
Archevêque tit. de Césarée de Numidie
Secrétaire

top