The Holy See
back up
Search
riga

CONSEIL PONTIFICAL POUR LA PROMOTION DE L'UNITÉ DES CHRÉTIENS

DISCOURS DU CARDINAL WALTER KASPER

Séoul, Corée du Sud, 23 juillet 2006

 

Eminences, Excellences,
chers frères et sœurs en Christ ici réunis pour cette Conférence méthodiste mondiale,

Que la grâce et la paix soient avec vous tous et avec toutes les Eglises membres du Conseil méthodiste mondial. Je suis ravi d’être avec vous ici, à Séoul, en particulier au moment ou le CMM et ses Eglises membres s’associent officiellement à la Déclaration conjointe sur la doctrine de la justification signée par l’Eglise catholique et la Fédération luthérienne mondiale, le 31 octobre 1999. Cette journée est une journée historique. Elle est un don de Dieu et nous lui en rendons grâce.

Au cours des dernières quarante années, méthodistes et catholiques se sont engagés dans le dialogue, s’efforçant de dire la vérité dans l’amour alors qu’ils affrontaient les questions doctrinales qui nous séparent. Notre dialogue a pour but la pleine communion dans la foi, la mission et les sacrements. C’est notre but car c’est la volonté du Christ que ses disciples soient unis en lui. Comme vous le savez, notre dialogue est divisé en cycles de cinq ans et au cours de nos huit phases de dialogue, nous avons progressivement réussi identifier les éléments de foi qui nous sont communs. Sans pour autant compromettre la foi de nos communautés ecclésiales, nous avons été amenés à reconnaître réciproquement l’existence de nombreux éléments ecclésiaux authentiques chez notre partenaire et nous comprenons aussi plus clairement quelles sont les différences qui demeurent et sur lesquelles nous pouvons continuer à réfléchir lors de nos prochaines rencontres. Tout au long de ce cheminement, notre compréhension réciproque s’est améliorée et nous avons acquis un respect et une amitié plus grande les uns pour les autres.

Nous avons constaté que le dialogue et les progrès réalisés dans les relations entre méthodistes et catholiques ne se limitent pas simplement au plan international. En de nombreux pays, des commissions de dialogue théologique nationales et régionales se rencontrent régulièrement pour discuter ensemble de questions pastorales liées au contexte spécifique dans lequel elles se trouvent. Ainsi, dans des villes et des villages répandus à travers le monde, méthodistes et catholiques ont progressé dans leur compréhension réciproque ; ils se rencontrent pour prier ensemble et se sont engagés sous l’inspiration de l’Esprit-Saint dans des initiatives de témoignage commun et de mission.

Aujourd’hui nous célébrons cet héritage de quarante années de dialogue, de prière et de témoignage en nous préparant à cette cérémonie de signature qui cosntitue un moment important dans les relations vécues jusqu’à ce jour. La Déclaration conjointe sur la doctrine de la justification représente jusqu’à présent l’un des plus grands résultats atteints par les Eglises et les Communautés ecclésiales d’Occident engagées dans le dialogue œcuménique qui s’est penché en particulier sur des questions divisant les chrétiens depuis le XVIe siècle. Je me réjouis que les fondations jetées il y a sept ans par l’Eglise catholique et la Fédération luthérienne mondiale s’élargissent aujourd’hui pour accueillir la famille des Eglises méthodistes.

La justification peut être considérée comme l’aspect subjectif de ce qui est objectivement compris ou défini dans le domaine de la christologie en ce qui concerne le salut, la rédemption et la sainteté. Elle nous offre une base pour un témoignage commun encore plus profond dans le monde : proclamer l’Evangile, la parole de vie. La justification célèbre ce que le thème de votre assemblée annonce : Dieu réconcilie le monde en Christ. C’est un message dont le monde a besoin et qu’il désire entendre.

Dans la déclaration d’association à la Déclaration conjointe signée aujourd’hui, j’ai apprécié tout particulièrement un ton méthodiste nouveau et aussi l’attention qui est continuellement accordée par les méthodistes à la sainteté de vie. L’importance que méthodistes et catholiques attribuent à la sainteté nous a souvent permis de nous apprécier mutuellement même lorsque nos relations ecclésiales n’ont pas toujours été faciles.

Lorsque des représentants du Conseil méthodiste mondial vinrent à Rome en décembre 2005 pour discuter de nos relations futures, le Pape Benoît XVI a encouragé cette initiative en ces termes: « Si le Conseil méthodiste mondial devait exprimer son intention de s'associer à la Déclaration commune, cela contribuerait à la guérison et à la réconciliation que nous désirons ardemment et constituerait un progrès significatif vers l'objectif déclaré de l'unité pleine et visible dans la foi ».

Je désire exprimer en particulier toute ma gratitude au Pr Geoffrey Wainwright et à l’Evêque émérite Walter Klaiber auxquels a été confié la majeure partie du travail de rédaction et de préparation de la déclaration d’affiliation à la DCDJ.

Certes, des questions restent encore à débattre, notamment dans le domaine de l’ecclésiologie, avant que nous puissions progresser vers la pleine communion. Le récent rapport de notre commission internationale de dialogue, La grâce à vous donnée : catholiques et méthodistes poursuivent leur réflexion sur l’Eglise, a permis d’attirer l’attention sur quelques-unes de ces questions. Nous n’avons donc pas encore atteint le but œcuménique que nous nous sommes fixé. Mais cette signature n’en demeure pas moins une pierre milliaire sur le chemin où nous nous sommes engagés et l’Eglise catholique confirme sa volonté de faire tout ce qui sera en son pouvoir pour chercher à atteindre, grâce à la poursuite du dialogue, les nouvelles étapes fondamentales que l’Esprit-Saint placera sur notre route.

Je suis heureux que vous ayez accueilli avec gratitude ce nouveau rapport de dialogue et que vous ayez suggéré d’approfondir cette étude. Ce document introduit l’idée que notre dialogue ne constitue pas un simple échange de points de vue mais que nous sommes appelés également à prendre part à un échange de dons. Toute expression authentique de l’Evangile et de l’Eglise de Jésus Christ est un don de l’Esprit-Saint. En reconnaissant ces dons en chacun de nous et en les accueillant dans la vie de nos Eglises respectives, nous ne nous rapprochons pas seulement les uns des autres mais aussi du Christ, par la puissance de l’Esprit. Ce Rapport nous a tous donné beaucoup à réfléchir en ce qui concerne les possibles dons que méthodistes et catholiques pourraient recevoir les uns des autres.

Au cours des dernières décennies, les catholiques ont eu l’occasion d’apprécier l’attention que les méthodistes attribuent à la recherche de la sainteté personnelle et sociale et à l’engagement dans la mission axée sur la proclamation de l’Evangile. Souvent, nous avons entonné ensemble les hymnes de Charles Wesley et avons apprécié le zèle évangélique qui invite à s’engager à vivre en disciple du Christ, acceptant ainsi que tous les aspects de notre vie humaine en soit affectés. Nous avons également vécu comme un encouragement chaque fois que l’Eglise catholique, le Conseil méthodiste mondial et ses Eglises membres, enracinés dans une même tradition, ont su s’exprimer d’une seule voix sur à certaines questions de société et d’éthique dans un monde toujours plus sécularisé.

Enfin, j’aimerais ajouter que c’est un plaisir pour moi d’être ici avec vous en Asie et plus particulièrement en Corée. Les divisions entre les Eglises chrétiennes sont particulièrement douloureuses dans les pays où elles accompagnent la proclamation de l’Evangile et y font obstacle par conséquent. Soyez assurés que votre foi et votre persévérance sont un grand encouragement pour nous européens et que nous voulons tirer des enseignements de votre expérience et partager avec vous la merveilleuse vocation à proclamer la Bonne Nouvelle de Jésus Christ.

Il est temps à présent de signer la déclaration officielle d’association par laquelle le Conseil méthodiste mondial et ses Eglises membres affirment leur profond accord doctrinal avec l’enseignement exprimé dans la Déclaration conjointe sur la doctrine de la justification. En cet instant, je demande à Dieu qu’il bénisse abondamment la vie et la mission des Eglises membres du Conseil méthodiste mondial. Je m’associe avec vous dans la prière afin que ce pas important soit la base sur laquelle continuer à bâtir. Puisse l’accord que nous célébrons par cette cérémonie de signature se traduire fructueusement par un engagement commun à intensifier notre prière commune ; puisse-t-il nous encourager à poursuivre notre dialogue théologique et à bâtir sur les fondements qui nous sont communs, puisse-t-il nous conduire à un témoignage commun toujours plus grand de l’Evangile de Jésus Christ. Enfin, partout où cela sera possible, que cet accord nous pousse à mettre en pratique ensemble le message évangélique. Que Dieu vous bénisse !

 

Service d'information 122 (2006/II), pp.63-64.

  

top