The Holy See
back up
Search
riga

Déclaration

Comité International de Liaison Catholiques-Juifs

La 14e rencontre du Comité de Liaison (ILC), la première qui ait eu lieu en Amérique, a été jugée « importante » par les chrétiens comme par les juifs, ces derniers étant nettement plus nombreux qu'a la rencontre précédente, à Prague (c .f. SIDIC vol. XXIII n °3 - 1990, p. 26-281. Elle a permis l'approfondissement de sujets déjà abordés lors de la rencontre de Prague, les 3-6 sept. 1990, centrés avant tout sur les relations entre juifs et chrétiens (antisémitisme, nécessité de la « teshuva », éducation), mais aussi une réflexion qui, ces bases une fois établies, s'attache davantage au travail que juifs et chrétiens peuvent faire ensemble, à la collaboration nécessaire pour aborder les grands problèmes du monde actuel, aussi bien nationaux qu'internationaux.
A noter aussi:
— la décision adoptée de créer un Comité restreint, se réunissant 2 ou 3 fois par an, pour assurer la continuité et l'efficacité du travail du ILC;
— le souhait exprimé par le Cardinal Bernardin que les Archives du Vatican concernant la He Guerre Mondiale et l'Holocauste soient ouvertes à certains chercheurs;
— la signature par les membres catholiques (de la Commission nommée par le St Siège) d'un texte évoquant l'importance de relations diplomatiques entre le Vatican et l'Etat d'Israël pour l'avenir des relations judéo-chrétiennes.


Déclaration commune du Comité international de liaison entre catholiques et juifs (représentant la Commission du St. Siège pour les relations religieuses avec les juifs) et le Comité juif international pour les consultations interreligieuses: American Jewish Committee, B'nai B'rith/AntiDefamation League, Israel Jewish Committee for Interreligious Relations, Synagogue Council of America, World Jewish Congress.
Se rencontrant pour la première fois dans l'Hémisphère occidental, des représentants du IJCIC et de la Commission du St Siège se sont retrouvés à Baltimore (U.S.A.) du 4 au 7 mai 1992. C'était la I4e rencontre du Comité international de liaison entre juifs et catholiques. Les deux présidents du Comité international de liaison (ILC) sont Mr Edgar Bron man, président du Congrès juif mondial et le Cardinal Edward Cassidy, du Saint Siège. La liste des participants est donnée en annexe (1). Le groupe a été accueilli à « St Mary's Seminary and University » par Mgr William H. Keeler, archevêque de Baltimore.

Sous le Signe de la Teshuva

Cette rencontre a poursuivi la ligne des profitables échanges de la dernière session, qui s'est tenue à Prague du 3 au 6 sept. 1990 et qui à la fois « condamnait l'antisémitisme ainsi que toute autre forme de racisme en tant que péché contre Dieu et contre l'humanité, et affirmait que nous (catholiques) ne pouvions être authentiquement chrétiens et approuver l'antisémitisme ». Poursuivant ce thème, avant que ne débutent les échanges proprement dits, les délégations catholiques et juives ont été accuellies dans les locaux du U.S. Holocaust Memorial Museum à Washington D.C., et ont reçu des informations détaillées sur cette institution qui arrive presque à son achèvement dans la capitale du pays.

L'ouverture officielle de la rencontre eut lieu au cours d'une session publique, à St. Mary's, avec le discours de bienvenue de l'archevêque de Baltimore, Mgr William Keeler, qui mit en relief la tradition du pluralisme religieux dans les Amériques, et celle de la liberté religieuse, particulièrement dans l'Etat de Maryland, qui a justement été créé dans ce dessein. Les déclarations initiales, celles de Mr Bronfman et du Cardinal Cassidy, ont toutes deux souligné le fait que cette rencontre devait être considéréé comme une continuation et un approfondissement de la rencontre historique du ILC à Prague en septembre 1990. Depuis Prague, les délégués ont reconnu à la fois les progrès réalisés, les nouvelles possibilités offertes et de nouveaux défis à relever.

Se souvenant que 1992 marque le sooe anniversaire de l'expulsion des juifs d'Espagne (expulsion qui a touché les musulmans aussi), les délégués ont bien accueilli l'acte par lequel le Cardinal Cassidy reconnaissait que la teshuva (repentance) était, pour l'Église catholique, la réponse qui convenait à cet acte tragique d'intolérance. Le Cardinal reprit à son compte les paroles de repentance exprimées par l'archevêque de Tolède et Primat d'Espagne, devant une délégation de la Conférence centrale des Rabbins américains, le 26 mars 1992:
« 1492 a été un temps de persécutions, de rejet, d'expulsion, de spoliation, de conversion forcée, d'exil et même de mort... 1492, et bien d'autres dates, postérieures ou antérieures, ont créé une scission entre nos deux peuples. Un mur a été élevé, en un certain sens plus fort et plus impénétrable que le Rideau de fer, taillé en pièces il y a si peu de temps... 1992 devrait être une année de teshuva... mais aussi, en même temps, une année de joie. La teshuva, en fait, ne détruit pas mais libère, grâce à la miséricorde de Dieu et à la disponibilité de nos frères à la réconciliation ».

De particulière importance a été, depuis la rencontre de Prague, la déclaration unanime des évêques de Pologne sur les relations entre catholiques et juifs, qui a été lue en chaire à chacune des Messes, dans toutes les paroisses de Pologne, le 20 janvier 1991; particulièrement importantes ont été aussi, dans la période qui a suivi la rencontre de Prague, les visites du Pape Jean Paul II en Hongrie, en Pologne et dans les Républiques fédérées tchèques et slovaques, ses rencontres avec les communautés juives et les déclarations significatives faites à ces occasions, ainsi que sa confirmationpublique de la déclaration de Prague et les réflexions faites à son sujet, comme par exemple à Rome à l'occasion du 25e Anniversaire de Nostra Aetate. Ces déclarations du Pape ont mis en lumière l'importance de l'Agrément de Prague, comme l'a mis aussi en lumière le fait que le Synode historique des évêques européens ait repris ce thème des travaux du ILC et qu'il ait consacré une importante section de sa déclaration finale à ce sujet.

Les délégués à la Conférence ont reçu un rapport très positif de la visite de la délégation du ILC en Pologne, Hongrie et dans les Républiques fédérées tchèque et slovaque en février 1992. Au cours de sa visite à Auschwitz, la délégation a constaté les progrès concrets réalisés dans la construction du nouveau couvent et du Centre d'études, et elle a reçu l'assurance de la part des autorités locales que tous les efforts seront honnêtement faits pour achever le couvent avant la fin de cette année, et arriver à ce que soit résolue de manière satisfaisante pour les deux parties cette pénible question. La délégation a joui de toute l'hospitalité et la coopération possibles de la part des autorités catholiques et juives dans tous les pays visités, repartant avec l'impression que l'Agrément de Prague commençait à porter des fruits. Les discussions de la le rencontre du ILC ont cependant dû aussi faire face à de nouveaux défis, tels que les nouvelles manifestations d'antisémitisme qui se succèdent en Europe et la nécessité de créer un climat qui permette de faire face ensemble aux divers problèmes.

Nécessité d'une plus grande coopération

Ces nouveaux défis mettent en évidence la nécessité urgente d'intensifier notre coopération. C'est de cette manière que, spécialement dans le domaine de l'éducation et de la formation (préparation des futurs enseignants et responsables de nos communautés religieuses), nous pourrons contrecarrer les nouvelles manifestations d'antisémitisme ou de racisme de tous genres, telles que nous les voyons apparaître dans toute l'Europe de l'Ouest, et de l'Est particulièrement. Nous voyons la nécessité de travailler ensemble pour soutenir les droits de toutes les minorités et pour lutter contre l'exploitation sexuelle et économique des femmes et des enfants. Afin d'établir une telle atmosphère de coopération, le rôle de notre Comité de direction doit être renforcé et devenir un instrument plus effectif pour répondre à des « challenges » très divers et, si possible, les anticiper. C'est pourquoi le Comité de direction va dorénavant se réunir au moins deux fois par an.

Ces efforts conjoints doivent être associés, dans la poursuite du travail, à davantage de collaboration avec les organisations internationales existantes, telles que les Nations-Unies au niveau mondial et l'Organisation des Etats américains et européens, et d'autres institutions européennes et intergouvernementales au niveau régional, ainsi que certaines organisations non-gouvernementales en général. Il est particulièrement urgent de nous engager ensemble pour les principes démocratiques et contre les mouvements nationalistes extrémistes qui menacent la démocratie: cela, comme l'a fait remarquer la partie catholique, a été l'un des thèmes et des soucis majeurs du récent Synode spécial des évêques européens.

Suggestions

Le ILC a marqué, durant la rencontre de Baltimore, le 50e anniversaire du début des déportations massives de juifs vers les camps de la mort, lors de la Seconde guerre mondiale. Approfondissant la réflexion sur la Shoa amorcée à Prague, le Rd. P. Bernard Dupuy, 0.P., de Paris, a exposé une réflexion chrétienne profonde sur la Shoa et sur la tâche sacrée de tikkun olam (« réparation du monde ») qui nous incombe, après cette horreur unique (2). Ces réflexions, ainsi que les réponses également émouvantes qui y ont été faites, font partie du processus de dialogue qui permettra à la Commission du Saint Siège d'élaborer une déclaration sur la Shoa et l'antisémitisme adressée à l'Église catholique dans son ensemble.

Dans son importante allocution au groupe des délégués, au cours de la séance publique, le Cardinal Joseph Bernardin, de Chicago, a décrit l'histoire particulière des relations entre catholiques et juifs aux Etats-Unis, au cours de laquelle juifs et catholiques ont lutté coude à coude contre la discrimination au sein de leurs propres communautés, puis contre la discrimination envers les Américains africains lors des mouvements pour les droits civils. Dans sa conclusion, il indiquait quelques sujets importants pour l'agenda social du ILC et pour le dialogue catholico-juif au niveau local. L'un de ces sujets, même s'il doit être examiné plus à fond par les autorités compétentes du Saint Siège, doit être mentionné dans cet esprit de simplicité et de franchise qui a caractérisé la rencontre elle-même. Le Cardinal Bernardin a suggéré que les Archives du Vatican relatives à la période de la He Guerre Mondiale et de l'Holocauste, ainsi qu'à ses répercusions immédiates, soient ouvertes à des chercheurs sérieux dont les candidatures seraient étudiées cas par cas, ce qui représenterait une exception à la procédure normale.

Les diverses contributions

Dr. Joseph Burg, d'Israël, a parlé de façon éloquente de la nature d'un pluralisme religieux atteignant « par delà la tolérance» à l'égalité, et de la nécessité de reconnaître la valeur d'un tel pluralisme. Mardi 5 mai, la rencontre commença par la lecture d'un psaume et le rappel dans la prière, par Mgr Pier Francesco Fumagalli, de plusieurs de nos membres ou amis morts depuis la rencontre de Prague. Ce sont: le Dr. Desider Galsky, président du Conseil des communautés juives de Bohême et Moravie; Mgr Pietro Rossano, évêque auxiliaire de Rome; Mgr Francis Mugavero, évêque de Brooklyn; Mme Caroline Feldman, épouse du Dr Leon Feldman; Mgr Gerald Mahon, évêque auxiliaire de Westminster; et Mr Fritz Becker, répresentant du Congrès juif mondial à Rome. Que leur mémoire soit en bénédiction et qu'elle nous inspire, tandis que nous continuons le travail!

Cette session a été marquée par une série de rapports qui ont été faits sur l'état des relations entre chrétiens et juifs en différents pays ou régions. Le professeur Israël Gultman, d'Israël, Mr Jerzy Turowicz (3) et Mgr Stanislaw Jadecki, de Pologne, ont fait des exposés sur les développements historiques et contemporains en Pologne (le texte de Mr Turowicz a été lu « in absentia » par Fr. William Martyn, S.A., de New York). Mr Jean Kahn, président du Congrès juif européen, a fait un rapport sur la montée de l'intolérance, de la xénophobie et de l'antisémitisme sous diverses formes en Europe de l'Ouest. Rabbi Henry Sobel, de Sâo Paolo (Brésil), a exprimé l'opinion que, malgré la récente attaque à l'ambassade d'Israël à Buenos Aires, l'antisémitisme ne semble pas être actuellement institutionalisé ni politiquement viable en Amérique Latine, mais qu'il est plutôt sporadique et isolé. Les livres scolaires et programmes des séminaires, les déclarations des évêques sur les jeux de la Passion, les émissions même de la TV aident à populariser le dialogue en Amérique Latine.

La session de l'après-midi permit plusieurs présentations qui furent à la fois une provocation et une interpellation: sur les possibilités d'une action sociale commune, par Mgr George G. Higgins de Washington, et sur les droits de l'homme par le Dr Gerhart Riegner de Genève. Suivirent les interventions: — sur les problèmes de l'environnement, de Mgr Diarmuid Martin, du Conseil pontifical « Justice et Paix », — sur une équitable distribution des ressources pour les soins médicaux, de Rabbi A. James Rudin de New York — et sur d'autres questions d'éthique sociale, de Rabbi David Rosen et du Dr Geoffrey Wigoder, d'Israël.

L'après midi du 5 mai a été marquée par la réception qui eut lieu à St Mary's Seminary and University. L'accueil des invités et des membres du ILC était assuré par Mgr Keeler (leur hôte) et par le maire de Baltimore, Kurt Schmoke. Mr Bronfman et le Cardinal Cassidy, en tant que coprésidents, prononcèrent quelques mots de reconnaissance, ainsi que Rabbi Jerome Davidson, président du Synagogue Council of America.

Les sessions du mercredi, sur l'éducation et, plus spécifiquement, sur la manière dont on apprend à se connaître mutuellement dans les livres et programmes d'éducation, ont été présidées par Rabbi Mordecai Waxman et le Dr Eugene J. Fisher. Le Rd.P. Remi Hoeckman, 0.P., parlant au nom de la Congrégation du Saint Siège pour l'Education Catholique, soutint fortement le projet de programmes visant à éliminer l'antijudaisme dans l'éducation des chrétiens. Mme Judith Banki, de l'American Jewish Committee, et Rabbi Leon Klenicki, de l'Anti-Defamation League of B'nai B'rith, firent une présentation de « l'enseignement du mépris » classique dans l'enseignement et dans les homélies catholiques, des progrès substantiels faits ces dernières années et des difficultés irrésolues qui demeurent. Le même après-midi, en lien avec l'assemblée plénière, un certain nombre de recteurs, doyens et représentants d'institutions catholiques et juives d'études supérieures se réunirent pour chercher les moyens de promouvoir une compréhension plus profonde entre catholiques et juifs au niveau académique.

Dans la soirée du 6 mai, le groupe était reçu pour la prière et le dîner par Rabbi Joel Zaiman, ancien président du Synagogue Council of America, auprès de la Congrégation Hizuk Amuno.

Conclusions

Pour conclure, le ILC demande que les Conférences nationales des évêques et les Communautés juives correspondantes trouvent chaque année l'occasion d'une réflexion commune sur les buts et les possibilités de dialogue et de coopération entre juifs et catholiques. Le 1LC promet son aide soit pour se procurer, soit pour recommander des documents d'étude appropriés pour ces réflexions annuelles.

Dans le contexte du jour où les juifs célèbrent le Yom Ha Atzmaut (le jour de l'indépendance d'Israël, le 7 mai), tout en reconnaissant que la question des relations diplomatiques entre l'Etat d'Israël et le Saint Siège relève d'abord et avant tout de la compétence du gouvernement de l'Etat d'Israël et de la Secrétairerie d'Etat du Vatican, les participants à la conférence, conscients de l'importance de cette question aussi pour les relations judéocatholiques en général, exprimentl'espoir que des progrès significatifs puissent bientôt se réaliser à cet égard.

Les membres du ILC sont unanimes dans l'espérance que cette rencontre, qui a ouvert des voies nouvelles en tant de domaines et s'est trouvée affrontée à de nouveaux défis, aura pu contribuer à sa manière à l'instauration d'un monde nouveau: un monde où les problèmes qui ont obscurci le passé seront considérés comme anormaux et non pas normaux, où les différences seront abordées dans un dialogue tranquille et constructif, et non plus sous le choc d'accusations pénibles, où il y aura toujours davantage de motifs d'espérer, malgré le mal qui menace nos traditions religieuses antiques.


1) Nous n'avons pu joindre cette liste ici, faute de place.
2) et 3) Les exposés du P. Bernard Dupuy et de M. Jerzy Turowicz ont été publiés dans la DC du 21.6.1992, N. 2052, pp. 386-394

 

 

top