The Holy See
back up
Search
riga

CONSEIL PONTIFICAL POUR LA PROMOTION DE L'UNITÉ DES CHRÉTIENS

IMPORTANT

Ceci est la version internationale de la Semaine de prière
pour l’année 2016

Pour vous procurer la version spécialement adaptée à votre situation locale, veuillez contacter la Conférence épiscopale de votre pays
ou le Synode de votre Église

 

Textes pour
la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens
et pour toute l’année 2016

Appelés à proclamer
les hauts faits du Seigneur
(cf. 1 Pierre 2, 9)

 

Conjointement préparés et publiés par
le Conseil Pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens
la Commission Foi et Constitution du Conseil œcuménique des Églises

Traduction de l’original anglais Conférence des Évêques de France
Marie-Cécile Dassonneville

Citations scripturaires :

Les citations bibliques en version française reproduites dans ces pages sont empruntées à la Nouvelle Traduction œcuménique de la Bible (TOB), © Bibli’O – Société biblique, française et Éditions du Cerf, 2010. Tous droits réservés.

 

À TOUS CEUX QUI ORGANISENT
LA SEMAINE DE PRIÈRE POUR L’UNITÉ
DES CHRÉTIENS

Rechercher l’unité tout au long de l’année

Dans l’hémisphère nord, la Semaine de prière pour l'unité des chrétiens est célébrée du 18 au 25 janvier. Ces dates furent proposées en 1908 par Paul Wattson de manière à couvrir la période entre la fête de saint Pierre et celle de saint Paul. Ce choix a donc une signification symbolique. Dans l'hémisphère Sud, où le mois de janvier est une période de vacances d'été, on préfère adopter une autre date, par exemple aux environs de la Pentecôte (ce qui fut suggéré par le mouvement Foi et Constitution en 1926) qui représente aussi une autre date symbolique pour l’unité de l’Église.

En gardant cette flexibilité à l’esprit, nous vous encourageons à considérer ces textes comme une invitation à trouver d'autres occasions, au cours de l'année, pour exprimer le degré de communion que les Églises ont déjà atteint et pour prier ensemble en vue de parvenir à la pleine unité voulue par le Christ.

Adapter les textes

Ces textes sont proposés étant bien entendu que, chaque fois que cela sera possible, on essayera de les adapter aux réalités des différents lieux et pays. Ce faisant, on devra tenir compte des pratiques liturgiques et dévotionnelles locales ainsi que du contexte socioculturel. Une telle adaptation devrait normalement être le fruit d’une collaboration œcuménique. Dans plusieurs pays, des structures œcuméniques sont déjà en place et elles permettent ce genre de collaboration. Nous espérons que la nécessité d'adapter la Semaine de prière à la réalité locale puisse encourager la création de ces mêmes structures là où elles n'existent pas encore.

Utiliser les textes de la Semaine de prière
pour l'unité des chrétiens

  • Pour les Églises et les Communautés chrétiennes qui célèbrent ensemble la Semaine de prière au cours d'une seule cérémonie, ce livret propose un modèle de Célébration œcuménique de la Parole de Dieu.
  • Les Églises et Communautés chrétiennes peuvent également se servir pour leurs célébrations des prières ou des autres textes de la Célébration œcuménique de la Parole de Dieu, des textes proposés pour les Huit Jours et du choix de prières en appendice de cette brochure.
  • Les Églises et Communautés chrétiennes qui célèbrent la Semaine de prière pour l'unité des chrétiens chaque jour de la semaine, peuvent trouver des suggestions dans les textes proposés pour les Huit Jours.
  • Les personnes désirant entreprendre des études bibliques sur le thème de la Semaine de prière peuvent également se baser sur les textes et les réflexions bibliques proposés pour les Huit Jours. Les commentaires de chaque jour peuvent se conclure par une prière d'intercession.
  • Pour les personnes qui souhaitent prier en privé, les textes contenus dans cette brochure peuvent alimenter leurs prières et leur rappeler aussi qu'elles sont en communion avec tous ceux qui prient à travers le monde pour une plus grande unité visible de l’Église du Christ.

TEXTE BIBLIQUE POUR 2016

1 Pierre 2,9-10

Vous êtes la race élue, la communauté sacerdotale du roi, la nation sainte, le peuple que Dieu s’est acquis, pour que vous proclamiez les hauts faits de celui qui vous a appelés des ténèbres à sa merveilleuse lumière, vous qui jadis n’étiez pas son peuple, mais qui maintenant êtes le peuple de Dieu ; vous qui n’aviez pas obtenu miséricorde, mais qui maintenant avez obtenu miséricorde.

La Bible – Traduction œcuménique – TOB

 

INTRODUCTION
AU THÈME DE L’ANNÉE 2016

Appelés à proclamer les hauts faits du Seigneur
(cf. 1 Pierre 2,9)

Historique

Le plus ancien baptistère de Lettonie remonte à saint Meinhard, le grand évangélisateur du pays. Il se trouvait à l’origine dans sa cathédrale, à Ikskile, et se situe maintenant en plein cœur de la cathédrale luthérienne de Riga, la capitale du pays. L’emplacement du baptistère, tout près de la belle chaire sculptée de la cathédrale, parle éloquemment du lien entre baptême et prédication, ainsi que de l’appel à proclamer les hauts faits du Seigneur, adressé à tous les baptisés. Cet appel constitue le thème de la Semaine de prière pour l’unité chrétienne de 2016. C’est en s’inspirant de deux versets de la Première Lettre de saint Pierre que des membres de diverses Églises lettones ont préparé les éléments proposés pour cette semaine.

Des témoignages archéologiques permettent de penser que le christianisme fut introduit en Lettonie au cours du Xe siècle, par des missionnaires byzantins. La majorité des récits fait toutefois remonter le christianisme letton aux XIIe-XIIIe siècles, et à la mission évangélisatrice de saint Meinhard et de missionnaires allemands ultérieurs. La capitale, Riga, a été l’une des premières cités à adopter les idées de Luther, au XVIe siècle ; et au XVIIIe siècle, des missionnaires moraves (les Frères de Herrnhut) ont ranimé et approfondi la foi chrétienne dans l’ensemble du pays. Leurs descendants devaient jouer un rôle capital en posant les fondations de l’indépendance nationale, en 1918.

Le passé, où ont alterné des périodes de conflits et de souffrances, a eu des conséquences considérables sur la vie de l’Église lettone actuelle. Il faut malheureusement reconnaître qu’en usant de la force, certains des premiers missionnaires et croisés ont contredit le cœur du message évangélique. Au cours des siècles, la terre lettone a servi de champ de bataille religieux et politique à diverses puissances nationales et confessionnelles. Les changements de majorités politiques survenus en diverses régions du pays se sont aussi traduits fréquemment par des modifications d’appartenance confessionnelle. La Lettonie est placée aujourd’hui à un carrefour de régions catholiques romaines, protestantes et orthodoxes. Du fait de cette situation unique, elle abrite des chrétiens de traditions multiples, sans qu’il n’y en ait aucune qui soit dominante.

La première existence de la Lettonie comme État remonte à la période comprise entre 1918 et 1940, c’est-à-dire aux lendemains de la Première Guerre mondiale et de la chute des empires russe et allemand. La Deuxième Guerre mondiale et les décennies qui l’ont suivie, avec leurs idéologies totalitaires et antichrétiennes – nazisme et communisme athées – ont amené le ravage de la terre et de la population lettones jusqu’à ce que l’Union Soviétique s’effondre, en 1991. Pendant ces années, les chrétiens ont témoigné de l’Évangile ensemble – et cela, jusqu’au martyre. En Lettonie, le Musée Mgr Sloskans rappelle ce témoignage commun, avec une liste de tous les martyrs, orthodoxes, luthériens, baptistes et catholiques. Les chrétiens ont découvert leur participation au sacerdoce royal dont parle saint Pierre, en supportant la torture et l’exil et en mourant à cause de leur foi en Christ. Ce lien dans la souffrance a créé une communion profonde entre les chrétiens de Lettonie. Il leur a permis de découvrir leur sacerdoce baptismal, ce qui les a rendus capables d’offrir leurs souffrances en les unissant à celles de Jésus, pour le bien des autres.

L’expérience du chant et de la prière en commun – notamment de l’hymne nationale Que Dieu bénisse la Lettonie – a été fondamentale pour le retour de ce pays à l’indépendance, en 1991. On priait avec ferveur pour la liberté en beaucoup d’églises de la ville. Des citoyens désarmés, unis dans le chant et la prière, ont élevé des barricades dans les rues de Riga et se sont tenus côte à côte pour défier les chars soviétiques.

Les ténèbres du totalitarisme du XXe siècle ont néanmoins éloigné bien des gens de la vérité sur Dieu le Père, sa révélation en Jésus Christ et la puissance de vie accordée par l’Esprit Saint. La période post-soviétique a heureusement été aussi celle d’un renouveau des Églises. Beaucoup de chrétiens se rassemblent pour prier en petits groupes et lors de célébrations œcuméniques. Bien conscients que la lumière et la grâce du Christ n’habitent et ne transforment pas encore tout le peuple letton, ils veulent travailler et prier ensemble afin que la société lettone guérisse des blessures historiques, ethniques et idéologiques qui continuent de la déformer.

L’appel à être Peuple de Dieu

Saint Pierre déclare aux premiers chrétiens que, lorsqu’ils étaient en recherche de sens, avant de rencontrer l’Évangile, ils n’étaient pas un peuple. Mais en accueillant l’appel à être pour Dieu une race choisie et à recevoir sa puissance de salut en Jésus Christ, ils sont devenus le peuple de Dieu. Cette réalité s’exprime dans le baptême qui est commun à tous les chrétiens, et par lequel nous renaissons de l’eau et de l’Esprit Saint (cf. Jean 3,5). Dans le baptême, nous mourons au péché pour ressusciter avec le Christ dans une vie nouvelle, celle de la grâce de Dieu. C’est un défi permanent que de garder conscience, jour après jour, de cette identité nouvelle dans le Christ.

  • Comment comprenons-nous notre appel commun à être le « peuple de Dieu » ?
  • Comment exprimons-nous notre identité baptismale de « sacerdoce royal » ?

L’écoute des hauts faits de Dieu

Le baptême ouvre sur l’aventure d’un nouvel itinéraire de foi où tout nouveau chrétien prend place dans le peuple de Dieu à travers les âges. La Parole de Dieu – c’est-à-dire les Écritures à partir desquelles les chrétiens de toutes traditions prient, étudient et réfléchissent – instaure entre eux une communion réelle, quoiqu’encore incomplète. Dans les textes sacrés de la Bible que nous partageons, nous apprenons comment Dieu a agi pour sauver les hommes au cours de l’histoire du salut : en tirant son peuple de l’esclavage d’Égypte, et à travers ce qui constitue le plus grand de ses hauts faits : la résurrection de Jésus d’entre les morts, qui nous fait tous entrer dans une vie nouvelle. La lecture priante de la Bible invite en outre les chrétiens à reconnaître les hauts faits de Dieu dans leur propre vie.

  • Comment voyons-nous les « hauts faits » de Dieu et comment y répondons-nous : par l’adoration et la louange, en travaillant pour la justice et la paix ?
  • Quel prix accordons-nous aux Écritures en ce qu’elles constituent la Parole de la vie qui nous appelle à davantage d’unité et d’engagement missionnaire ?

Réponse et Proclamation

Dieu ne nous a pas choisis par privilège. Il nous a rendus saints, sans que cela veuille dire que les chrétiens sont meilleurs que les autres. Il nous a choisis dans un but précis. Nous ne sommes saints que si nous nous engageons à servir Dieu, et le servir c’est toujours transmettre son amour à toute l’humanité. Être un peuple sacerdotal, c’est être au service du monde. Les chrétiens vivent cet appel baptismal et témoignent des hauts faits de Dieu par une grande diversité de moyens :

La guérison des blessures : des guerres, conflits et violences de toutes sortes ont blessé la vie affective et relationnelle du peuple letton et de beaucoup d’autres. La grâce de Dieu nous aide à implorer le pardon pour les obstacles que nous mettons à la réconciliation et à la guérison, à accueillir la miséricorde et à grandir en sainteté.

La recherche de la vérité et de l’unité : la conscience de notre identité commune dans le Christ nous invite à travailler pour apporter une réponse aux questions qui nous divisent encore entre chrétiens. Nous sommes appelés, comme les disciples sur la route d’Emmaüs, à partager nos expériences et ainsi à découvrir que, dans notre pèlerinage commun, Jésus Christ est au milieu de nous.

Un engagement résolu en faveur de la dignité humaine : les chrétiens, qui sont passés des ténèbres à la merveilleuse lumière du Royaume, reconnaissent la dignité singulière de toute vie humaine. En agissant ensemble, au plan social et caritatif, nous tendons la main aux pauvres, aux nécessiteux, aux drogués et aux personnes marginalisées.

  • Sur le plan de notre engagement pour l’unité chrétienne, de quoi nous faudrait-il demander pardon ?
  • Puisque nous avons conscience de la miséricorde de Dieu, comment nous engageons-nous dans des actions sociales et caritatives avec d’autres chrétiens ?

Introduction aux autres textes

La célébration œcuménique emprunte des symboles bibliques – la bougie allumée et le sel – pour exprimer visuellement les hauts faits que nous sommes appelés à annoncer au monde, comme chrétiens baptisés. Ces deux images évangéliques, Jésus les utilise dans le Sermon sur la Montagne : le sel et la lumière (cf. Mt 5,13-16). Elles expriment notre identité de chrétiens : Vous êtes le sel… Vous êtes la lumière…, et décrivent notre mission : sel de la terre… lumière du monde…

Le sel et la lumière sont des images de ce que les chrétiens doivent donner aux hommes et femmes de notre temps : nous recevons une parole de Dieu qui donne du goût à la vie, cette vie qui, si souvent, peut sembler terne et vide ; et nous nous servons d’une parole de grâce qui guide les gens, les aide à se situer et leur permet de comprendre ce qu’ils sont et ce qu’est le monde dans lequel ils vivent.

Il a été demandé à des représentants de différentes initiatives de collaborations œcuméniques en Lettonie de réfléchir au thème choisi et à leur expérience particulière. Leurs réflexions sont à la base de ce qui est proposé pour les huit jours de l’Octave.

 

PRÉPARATION DU MATÉRIEL
DE LA SEMAINE DE PRIÈRE
POUR L’UNITÉ DES CHRÉTIENS 2016

Le thème pour la Semaine de prière pour l’unité chrétienne de cette année a été choisi par un groupe de représentants de différentes régions de la Lettonie, à l’initiative de l’archevêque catholique de Riga, Mgr Zbigņevs Stankevičs.

Que soient ici remerciés :

  • Madame Anda Done (Église luthérienne)
  • Monsieur Levi Ivars Graudins (Maison lettone de prière pour tous les peuples)
  • Madame Zanna Hermane (Vertikale, émission télévisée chrétienne du dimanche matin)
  • Monsieur Nils Jansons (Communauté du Chemin Neuf)
  • Sœur Rita Refalo (religieuse du Mouvement Pro Sanctitate)
  • Madame Velta Skolmeistere (Centre de la jeunesse catholique de l’archidiocèse de Riga)
  • Madame Gunta Ziemele (Centre de la jeunesse catholique de l’archidiocèse de Riga).

La rédaction des textes proposés ci-après a été achevée au cours d’une réunion de la Commission internationale dont les membres sont désignés par la Commission Foi et Constitution du Conseil œcuménique des Églises et par le Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens. En septembre 2014, ils ont été rejoints au séminaire métropolitain de l’Église catholique à Riga par les représentants des Églises lettones.

Ils adressent leurs chaleureux remerciements à Mgr Pauls Kļaviņš pour son accueil, ainsi qu’au personnel et aux séminaristes pour leur généreuse hospitalité. Ils souhaitent en particulier remercier les pères Aivars Līcis et Kārlis Miķelsons pour leur aide dans l’organisation du travail et des visites.

Les participants ont été accompagnés et guidés au cours de leur découverte de l’île de Saint-Meinhard, sur le fleuve Daugava, près d’Ikšķile, là où se trouvent les ruines de la première cathédrale (consacrée en 1186), ainsi que pour leur visite des cathédrales luthérienne et catholique de Riga, de l’église anglicane du Saint-Sauveur dans la vieille ville de Riga. Ces visites ont été d’un grand intérêt pour la rédaction de ce document.

 

CÉLÉBRATION ŒCUMÉNIQUE

Introduction à la liturgie

Le groupe rédacteur letton suggère que des représentants de différentes Églises entrent en portant une Bible, une bougie allumée (qui peut être le cierge pascal) et une vasque de sel. Il propose également que chacun de ces symboles soit fourni par une communauté distincte. La Bible serait à placer sur le pupitre des lectures, le sel et la bougie pouvant être déposés soit près du pupitre comme symboles de la Parole de Dieu, soit près du baptistère, en signes de notre appel baptismal.

Une corbeille de petites bougies pourrait aussi être disposée dans le sanctuaire pour qu’après la prédication, des membres de l’assemblée puissent allumer des bougies individuelles à la flamme apportée en début de célébration.

Bien qu’aucune hymne particulière ne soit indiquée, le groupe préparatoire letton suggère des cantiques trinitaires. Il propose aussi que les répons Kyrie Eleison et Christe Eleison soient chantés. Au cours de la liturgie de la Parole, un bref répons de l’assemblée est prévu dans le texte. L’introduction aux lectures reprend l’expression "explosion d’amour", empruntée au fondateur du mouvement Pro Sanctitate, Guglielmo Giaquinta. Ce mouvement est vivant en Lettonie et certains de ses membres ont contribué à préparer cette célébration.

Après la célébration :

Le pain, surtout le pain noir, est un symbole letton d’hospitalité. Lorsque de nouveaux habitants emménagent dans une maison, il est d’usage qu’en signe de bénédiction, des amis leur présentent une miche de pain sur laquelle on a répandu du sel en forme de croix. Le groupe letton préparatoire invite les chrétiens du monde à imiter ce geste d’hospitalité lors du moment fraternel qu’ils partageront, après la célébration.

Déroulement de la célébration

Appelés à proclamer les hauts faits du Seigneur
(cf. 1 P 2,9)

C : Célébrant
A : Assemblée
L : Lecteur

I. Rassemblement

Chant d’entrée

Les célébrants font leur entrée. Ils peuvent apporter une Bible, une bougie allumée et du sel.

Mot d’accueil

C : Chers amis dans le Christ, en nous rassemblant pour cette célébration de l’unité, nous rendons grâce à Dieu pour notre dignité et notre vocation chrétiennes que saint Pierre décrit ainsi : « Vous êtes la race élue, la communauté sacerdotale du roi, la nation sainte, le peuple que Dieu s’est acquis, pour que vous proclamiez les hauts faits de celui qui vous a appelés des ténèbres à sa merveilleuse lumière. » Nous prions cette année avec les chrétiens de Lettonie qui ont préparé cette célébration, en espérant grandir en communion avec notre Seigneur Jésus Christ et avec tous nos frères et sœurs qui aspirent à l’unité (cf. 1 P 2,9).

II. Prières pour demander l’Esprit Saint

C : Esprit Saint, toi le don du Père en son Fils Jésus-Christ, demeure en nous, ouvre nos cœurs et rends-nous attentifs à ta voix.
A : Esprit Saint, viens en nous.

C : Esprit Saint, Divin Amour, source d’unité et de sainteté, montre-nous l’amour du Père.
A : Esprit Saint, viens en nous.

C : Esprit Saint, Feu de l’amour, purifie-nous en faisant disparaître toute division de nos cœurs, de nos communautés et du monde, pour que nous soyons un au nom de Jésus.
A : Esprit Saint, viens en nous.

C : Esprit Saint, fortifie notre foi en Jésus, vrai Dieu et vrai homme, Lui qui a porté nos péchés de divisions jusqu’à la Croix et nous a conduits à la communion par sa Résurrection.
A : Esprit Saint, viens en nous.

C : Père, Fils et Esprit Saint, demeure en nous pour nous transformer en communion d’amour et de sainteté. Que nous soyons un en toi, qui vis et règnes pour les siècles des siècles.

A : Amen.

Chant de louange

III. Prières de Réconciliation

C : Dieu nous invite à la réconciliation et à la sainteté. Que nos esprits, nos cœurs et nos corps se préparent à accueillir la grâce de la réconciliation sur leur route vers la sainteté.

Silence

C : Seigneur, tu nous as créés à ton image. Quand nous manquons de respect envers notre propre nature et le monde que tu nous as donné, pardonne-nous. Kyrie eleison.
A : Kyrie eleison.

C : Seigneur, tu nous invites à être parfaits comme notre Père céleste est parfait. Quand nous manquons à la sainteté, cessons d’être un peuple intègre et ne respectons plus les droits des êtres humains et leur dignité, pardonne-nous. Christe eleison.
A : Christe eleison.

C : Seigneur de la vie, de la paix et de la justice, lorsque nous transmettons une culture de mort, de guerre et d’injustice, et cessons de bâtir la civilisation de l’amour, pardonne-nous. Kyrie eleison.
A : Kyrie eleison.

C : Dieu de miséricorde, daigne-nous emplir de ta grâce et de ta sainteté. Fais de nous des apôtres de l’amour, partout où nous sommes. Nous te le demandons par le Christ, notre Seigneur.

A : Amen.

IV. Proclamation de la Parole de Dieu

L : La Parole de Dieu que nous allons entendre est une explosion d’amour en nos vies. Écoutez et vous vivrez.
A : Nous rendons grâce à Dieu.

Esaïe 55,1-3

L : Écoutez et vous vivrez.
A : Nous rendons grâce à Dieu.

Psaumes 145,8-9.15-16.17-18

L : Je bénirai ton nom à jamais
A : Je bénirai ton nom à jamais.

L : Le Seigneur est bienveillant et miséricordieux,
lent à la colère et d’une grande fidélité.
Le Seigneur est bon pour tous,
plein de tendresse pour toutes ses œuvres.
A : Je bénirai ton nom à jamais.

L : Les yeux sur toi, ils espèrent tous,
et tu leur donnes la nourriture en temps voulu ;
tu ouvres ta main
et tu rassasies tous les vivants que tu aimes.
A : Je bénirai ton nom à jamais.

L : Le Seigneur est juste en toutes ses voies,
fidèle en tous ses actes.
Le Seigneur est proche de tous ceux qui l’invoquent,
de tous ceux qui l’invoquent vraiment.
A : Je bénirai ton nom à jamais.

1 Pierre 2,9-10

L : Écoutez et vous vivrez.
A : Nous rendons grâce à Dieu.

Matthieu 5,1-16

L : Écoutez et vous vivrez.
A : Nous rendons grâce à Dieu.

Prédication

V. Geste d’engagement pour être sel et lumière

Le célébrant fait maintenant cette invitation à l’assemblée :

C : Nous avons écouté les Écritures que nous honorons et qui sont notre richesse,
et nous avons été nourris ensemble à la même table de la Parole.
Nous emporterons avec nous cette sainte Parole dans le monde
car la même mission nous unit :
celle d’être sel de la terre, lumière du monde,
celle de proclamer les hauts faits du Seigneur.

En signe de cette mission que nous partageons, nous invitons ceux qui le souhaitent à s’avancer, à venir goûter une pincée de ce sel et à allumer une petite bougie à cette unique flamme. Nous invitons ceux qui poseront ce geste à garder la flamme allumée jusqu’à la fin de la célébration.

VI. Prières d’espérance

C : En enfants de Dieu, conscients de notre dignité et de notre mission, faisons monter nos prières et affirmons notre désir d’être pour Dieu un peuple saint.

Silence

C : Père très aimant, transforme nos cœurs, nos familles, nos communautés et notre société.
A : Rends-nous tous saints et un dans le Christ.

C : Source de vie, apaise la soif dont souffre notre société : soif de dignité, d’amour, de communion et de sainteté.
A : Rends-nous tous saints et un dans le Christ.

C : Esprit Saint, Esprit de joie et de paix, guéris les divisions qu’engendre en nous un mauvais usage du pouvoir et de l’argent, et réconcilie-nous dans nos diversités de cultures et de langages. Comme enfants de Dieu, fais notre unité.
A : Rends-nous tous saints et un dans le Christ.

C : Trinité d’amour, fais-nous passer des ténèbres à ta merveilleuse lumière.
A : Rends-nous tous saints et un dans le Christ.

C : Seigneur Jésus Christ, par le baptême, nous sommes devenus un avec toi. Nous unissons donc notre prière à la tienne en reprenant les paroles que tu nous as toi-même enseignées…

A : Notre Père…

VII. Partage de la Paix

C : Jésus dit :
Vous êtes le sel de la terre.
Vous êtes la lumière du monde.
Que votre lumière brille devant les autres,
afin qu’en voyant vos bonnes œuvres, ils glorifient votre Père
qui est dans les cieux.
Soyez le sel de la terre.
Soyez la lumière du monde.

Que la paix du Seigneur soit toujours avec vous.
A : Et avec votre esprit.

C : Échangeons un signe de paix.

VIII. Bénédiction et envoi

C : Bénis soient les pauvres de cœur.
Bénis soient ceux qui pleurent.
Bénis soient les doux.
Bénis soient les miséricordieux.
Bénis soient les cœurs purs.
Bénis soient ceux qui font œuvre de paix.
Bénis soient les persécutés.
Bénis soyez-vous par Dieu, Père, Fils et Esprit Saint.

A : Amen.

C : Allez dans la paix du Christ.

A : Amen.

 

COMMENTAIRES BIBLIQUES
ET PRIÈRES POUR LES « HUIT JOURS »

1er Jour Faire rouler la pierre
Ez 37,12-14

Je vais ouvrir vos tombeaux, je vous ferai remonter
de vos tombeaux, ô mon peuple.

Ps 71,18b-23

Ô Dieu, ta loyauté est si haute et tu as fait de si grandes choses !

Rm 8,15-21

Ayant part à ses souffrances, nous aurons part aussi à sa gloire.

Mt 28,1-10

Il n’est pas ici, car il est ressuscité comme il l’avait dit.

Commentaire

Les réflexions de cette journée ont été préparées par le Centre de la Jeunesse catholique de l’Archidiocèse de Riga, et résultent de son expérience de préparation du Chemin de Croix œcuménique ‒ un événement œcuménique annuel d’une grande importance en Lettonie. Cette expérience invite à réfléchir à ce que signifient la Passion et la Résurrection dans le contexte letton, et aux hauts faits que les chrétiens baptisés sont appelés à proclamer.

  • La période soviétique de la Lettonie continue de peser sur les habitants de cette nation. Beaucoup de souffrance et de peine demeurent, et les blessures infligées restent dures à pardonner. Tout cela ressemble à cette grande pierre, placée à l’entrée du tombeau de Jésus. Des blessures de cette nature nous emprisonnent dans un tombeau spirituel.
  • Mais si, dans notre souffrance, notre peine s’unit à la sienne, l’histoire n’en reste pas à ce stade, en nous laissant enfermés dans nos tombeaux. Le tremblement de terre de la résurrection du Seigneur est l’événement extraordinaire où nos tombeaux s’ouvrent et où nous sommes libérés du chagrin et de l’amertume qui nous maintenaient dans l’isolement les uns des autres.
  • Le haut fait du Seigneur, le voici : c’est son amour qui fait trembler la terre, roule les pierres, nous libère et nous appelle au-dehors, en ce matin d’un jour nouveau. Alors, en cette aube nouvelle, nous sommes unis à nos frères et sœurs qui, eux aussi, ont été emprisonnés et ont souffert. Et, comme Marie-Madeleine, il nous faut « quitter en hâte » ce grand moment de joie pour aller annoncer aux autres ce que le Seigneur a fait.

Questions

  • Quels sont les événements, les situations de nos vies et les circonstances qui nous conduisent à nous enfermer dans le tombeau – dans la tristesse, le chagrin, les soucis, l’anxiété et le désespoir ? Qu’est-ce qui nous empêche d’accepter la promesse et la joie de la résurrection du Christ ?
  • Dans quelle mesure sommes-nous prêts à partager notre expérience de Dieu avec ceux que nous rencontrons ?

Prière
 

Seigneur Jésus, tu nous aimes depuis toujours, et tu nous as montré la profondeur de ton amour en mourant pour nous sur la croix, et en partageant ainsi nos souffrances et nos blessures. Nous déposons à présent, au pied de ta croix, tous les obstacles qui nous séparent de ton amour. Roule les pierres qui nous emprisonnent. Éveille-nous au matin de ta résurrection. Fais qu’ainsi nous puissions aller à la rencontre de nos frères et sœurs dont nous sommes séparés. Amen
 

2e Jour Appelés à être messagers de joie
Es 61,1-4 L’Esprit du Seigneur Dieu est sur moi. Le Seigneur, en effet, a fait
de moi un Messie, il m’a envoyé porter joyeux message aux humiliés.
Ps 133 Oh ! quel plaisir, quel bonheur de se trouver entre frères !
Ph 2,1-5 Comblez ma joie en vivant en plein accord. Ayez un même amour,
un même cœur ; recherchez l’unité.
Jn 15,9-12 Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous
et que votre joie soit parfaite.

Commentaire

À l’époque soviétique, aucune présence chrétienne n’était possible dans les médias publics lettons. Après l’indépendance, la radio lettone d’État a commencé à diffuser des programmes chrétiens portant principalement sur l’unité et la mission, en instaurant un forum pour permettre aux responsables des diverses Églises de se rencontrer. Ce témoignage public de respect mutuel, d’amour et de joie a contribué à faire vivre l’esprit œcuménique letton. C’est l’expérience des créateurs de ces émissions chrétiennes à la radio lettone d’État qui a inspiré cette réflexion.

  • La joie évangélique invite les chrétiens à vivre la prophétie d’Ésaïe : « L’Esprit du Seigneur Dieu est sur moi. Le Seigneur, en effet, a fait de moi un Messie, il m’a envoyé porter joyeux message aux humiliés ». Nous avons soif de la Bonne Nouvelle qui peut guérir nos cœurs brisés et nous libérer de tout ce qui nous ligote et nous rend captifs.
  • Lorsque notre propre souffrance nous attriste, il peut nous manquer la vigueur suffisante pour annoncer la joie qui vient de Jésus. Néanmoins, même si nous nous sentons incapables de donner quoi que ce soit à l’autre, dès lors que nous témoignons du peu que nous avons, Jésus le multiplie en nous et chez ceux qui nous entourent.
  • Jésus dit dans l’Évangile, « Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés ; demeurez dans mon amour » et « aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés ». C’est ainsi que nous découvrons que sa joie nous habite, pour que notre joie soit parfaite. Cet amour réciproque et cette joie mutuelle sont au cœur de notre prière pour l’unité. Comme le dit le psalmiste : « Oh ! quel plaisir, quel bonheur de se trouver entre frères ! »

Questions

  • Qu’est-ce qui, dans le monde et les Églises, étouffe la joie ?
  • Que pouvons-nous recevoir des autres chrétiens pour que la joie de Jésus soit en nous et nous fasse témoigner de la Bonne Nouvelle ?

Prière

Dieu d’amour, regarde notre volonté de te servir en dépit de notre pauvreté spirituelle et de nos aptitudes limitées. Viens habiter de ta présence les désirs profonds de nos cœurs. Remplis nos cœurs brisés de ton amour qui guérit, pour qu’il nous soit possible d’aimer comme tu nous as aimés. Accorde-nous le don de l’unité, pour que nous puissions te servir avec joie et que nous partagions ton amour à tous. Nous te le demandons au nom de ton fils Jésus Christ, notre Seigneur. Amen.

3e Jour Le témoignage fraternel
Je 31,10-13

Ils arrivent, ils entonnent des chants de joie sur les hauteurs de Sion.

Ps 122

Demandez la paix pour Jérusalem : que tes amis vivent tranquilles.

1 Jn 4,16b-21

Si quelqu’un dit « J’aime Dieu » et qu’il haïsse son frère, c’est un menteur.

Jn 17,20-23

Qu’ils parviennent à l’unité parfaite et qu’ainsi le monde puisse croire que c’est toi qui m’as envoyé.

Commentaire

Le Chemin Neuf, communauté catholique internationale à vocation œcuménique, est implanté en Lettonie depuis plus de dix ans, à travers des membres à la fois catholiques et luthériens. Ensemble, ils expérimentent la joie qu’apporte la fraternité dans le Christ, et la souffrance de la désunion. En signe de cette division, ils déposent une patène et un calice vides sur l’autel à la prière du soir. Leur expérience a inspiré cette réflexion.

  • Les divisions entre chrétiens font obstacle à l’évangélisation. Le monde ne peut pas croire que nous sommes les disciples de Jésus tant que notre amour des uns pour les autres est incomplet. Nous éprouvons la souffrance de cette division en ne pouvant pas recevoir le corps et le sang du Christ ensemble, au cours de l’Eucharistie, sacrement de l’unité.
  • La source de notre joie, c’est notre vie commune dans le Christ. Notre vie fraternelle quotidienne consiste à accueillir, aimer, servir, prier et témoigner avec des chrétiens de traditions différentes. C’est la perle de grand prix que le Saint-Esprit nous a donnée.
  • La nuit d’avant sa mort, Jésus a prié pour que nous soyons un et que nous nous aimions les uns les autres. Aujourd’hui, nous élevons nos mains pour prier avec lui pour l’unité chrétienne. Nous prions pour les évêques, les ministres et membres de toutes les Églises. Nous prions pour que l’Esprit Saint nous guide sur ce chemin de l’unité.

Questions

  • Comment considérons-nous les chrétiens d’autres Églises, et sommes-nous prêts à leur demander pardon de nos préjugés à leur égard ?
  • Qu’est-ce que chacun d’entre nous peut faire pour que les divisions entre chrétiens diminuent ?

Prière

Seigneur Jésus, toi qui as prié pour que nous soyons tous un, nous te prions pour que tu nous accordes le don de l’unité telle que tu la veux, par les moyens que tu veux. Que ton Esprit nous donne d’éprouver la souffrance de la séparation, de voir notre péché et d’espérer au-delà de toute espérance. Amen.

4e Jour Un peuple de prêtres appelé à proclamer l’Évangile
Gn 17,1-8

Ton nom sera Abraham, car je te donnerai de devenir le Père d’une multitude de nations.

Ps 145,8-12

Le Seigneur est bienveillant et miséricordieux, lent à la colère et d’une grande fidélité.

Rm 10,14-15

Et comment croiraient-ils en lui sans l’avoir entendu ?

Mt 13,3-9

D’autres grains sont tombés dans la bonne terre et ont donné du fruit, l’un cent, l’autre soixante, l’autre trente.

Commentaire

Les réflexions qui suivent ont été inspirées par les producteurs de Vertikale, émission chrétienne du dimanche matin. Le maintien de cette voix chrétienne à la télévision nationale lettone a constitué un véritable défi. Les producteurs en ont tiré l’enseignement suivant : ce n’est qu’en apprenant à reconnaître les autres chrétiens comme des frères et sœurs que nous pouvons oser porter la Parole de Dieu dans l’espace public.

  • Dans le monde d’aujourd’hui, nos lieux de vie sont plus que jamais inondés de paroles : non plus seulement du fait de nos propres conversations, mais par la télévision, la radio et maintenant les réseaux sociaux. Ces paroles ont le pouvoir de construire et de détruire. Une grande part de cet océan de mots paraît inutile : il est plus insignifiant que nourrissant.
  • On peut se noyer dans cette immensité dépourvue de sens. Mais nous avons entendu une parole de salut ; elle nous a été jetée comme une bouée de sauvetage. Elle nous appelle à la communion, et nous invite à nous unir à tous ceux qui l’ont entendue également. Jadis, nous n’étions pas un peuple, mais maintenant nous sommes le peuple de Dieu.
  • Mieux encore, nous sommes un peuple de prêtres. Si nos mots s’unissent à ceux d’autres personnes ayant accueilli sa Parole, ce ne sont plus de simples gouttes perdues dans l’océan. Nous disposons de la sorte d’une parole puissante à dire. Dans l’unité, nous pouvons l’affirmer avec puissance : Yeshua – Dieu sauve.

Questions

  • Qu’y a-t-il de notre part comme ambitions personnelles, esprits de compétition, faux préjugés vis-à-vis d’autres chrétiens, et ressentiments qui obscurcissent notre proclamation de l’Évangile ?
  • Quels sont ceux qui peuvent entendre une parole de vie de notre part ?

Prière

Seigneur Jésus, tu as dit que c’est à l’amour que nous aurions les uns pour les autres que l’on nous reconnaîtrait comme tes disciples. Fais que, fortifiés par ta grâce, nous travaillions inlassablement à l’unité visible de ton Église, afin que la Bonne Nouvelle que tu nous appelles à proclamer puisse se faire entendre en chacune de nos paroles et en tous nos actes. Amen.

5e Jour La fraternité des Apôtres
Es 56,6-8

Car ma maison sera appelée « Maison de prière pour tous les peuples ».

Ps 24

Qui gravira la montagne du Seigneur ?

Ac 2,37-42

Ils étaient assidus à l’enseignement des apôtres et à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières.

Jn 13,34-35

Je vous donne un commandement nouveau : aimez-vous les uns les autres.

Commentaire

La fraternité vécue entre les responsables chrétiens est l’expression visible de la vie œcuménique lettone. Ces responsables se rassemblent régulièrement à Gaizins, la plus haute colline lettone, ainsi qu’en d’autres lieux, pour 40 heures de prière et de vie fraternelle simple, au cours desquelles ils partagent les repas. Pendant toute la durée de ces rassemblements, les fidèles les soutiennent par la prière et l’intercession permanentes. Ces rencontres ressourcent les responsables dans leur collaboration en Christ. C’est l’expérience du fondateur de la Maison lettone de prière pour tous les peuples qui a inspiré cette réflexion.

  • Le commandement de Jésus de nous aimer les uns les autres n’est pas une théorie. Notre communion d’amour des uns pour les autres se concrétise lorsque nous nous rassemblons intentionnellement comme disciples du Christ, pour partager la vie fraternelle et la prière dans la puissance de l’Esprit.
  • Plus les chrétiens, et particulièrement leurs responsables, cheminent ensemble humblement et patiemment à la rencontre du Christ, plus les préjugés s’estompent, plus nous découvrons le Christ les uns dans les autres, et plus nous devenons d’authentiques témoins du royaume de Dieu.
  • L’œcuménisme peut parfois apparaître comme étant très compliqué. Et pourtant, la vie fraternelle joyeuse, le partage d’un repas, la prière et la louange communes font partie de la simplicité apostolique. C’est par eux que nous obéissons au commandement de nous aimer les uns les autres, et de proclamer notre Amen à la prière du Christ pour l’unité.

Questions

  • Faisons-nous l’expérience de nous rencontrer les uns les autres, comme frères et sœurs en Christ, pour vivre la fraternité chrétienne, partager des repas et prier ensemble ?
  • Qu’attendons-nous des évêques et des autres responsables d’Églises pour avancer vers l’unité visible de l’Église ? Comment pouvons-nous les soutenir et les encourager ?

Prière

Toi, le Dieu de notre Seigneur Jésus Christ, le Père de la gloire, accorde à tous les chrétiens, et plus particulièrement à ceux que tu as chargés de guider ton Église, ton esprit de sagesse et de science afin que nous puissions voir avec les yeux du cœur l’espérance à laquelle tu nous as appelés : être un seul corps et un seul esprit, un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous, qui règne au-dessus de tous, par tous et en tous. Amen.

6e Jour Écoutez ce rêve
Gn 37,5-8

Écoutez le rêve que j’ai fait.

Ps 126

Nous avons cru rêver.

Rm 12,9-13

Que l’amour fraternel vous lie d’une mutuelle affection ; rivalisez d’estime réciproque.

Jn 21,25

Le monde entier ne pourrait pas contenir les livres qu’on écrirait.

Commentaire

La désunion des chrétiens fait mal. Les Églises souffrent de leur incapacité à se rassembler à la Table du Seigneur comme une seule famille ; elles souffrent de leurs rivalités et de leurs hostilités historiques. En 2005, une réponse à la désunion des chrétiens a été apportée par la création d’une revue œcuménique : Kas Mus Vieno ? (« Qu’est-ce qui nous unit ? »). L’expérience de réalisation de cette revue a inspiré la réflexion ci-après.

  • Joseph fait un rêve, et ce rêve est un message de Dieu. Mais lorsqu’il fait part de son rêve à ses frères, ceux-ci réagissent avec colère et violence parce que le songe implique qu’ils s’inclinent devant lui. Finalement, la famine conduit les frères en Égypte, et ils s’inclinent bel et bien devant Joseph, mais au lieu de l’abaissement et du déshonneur qu’ils redoutaient, c’est un moment de réconciliation et de grâce.

  • Jésus, comme Joseph, nous dévoile une vision, un message sur la vie dans le royaume de son Père. C’est une vision d’unité. Mais, comme les frères de Joseph, cela nous agace souvent, nous fâche et nous fait craindre à la fois la vision comme telle et ce qu’elle paraît impliquer. Elle requiert que nous nous soumettions à la volonté de Dieu et que nous nous inclinions devant elle. Nous l’appréhendons parce que nous avons peur à l’idée de ce que nous pourrions perdre. Mais la vision ne porte pas sur quelque chose à perdre. Elle concerne plutôt les retrouvailles des frères et sœurs que nous avions perdus, le retour à l’unité de la famille.
  • Nous avons rédigé beaucoup de textes œcuméniques, mais nous ne pouvons pas limiter notre vision de l’unité chrétienne à des déclarations d’accord, quelle qu’en soit la portée. L’unité que Dieu désire pour nous, la vision qu’il nous en présente, dépasse de beaucoup tout ce que nous pouvons exprimer en des mots ou que peuvent contenir des ouvrages. Elle exprime ce qui doit prendre chair en nos vies, ainsi que dans la prière et la mission que nous partageons avec nos frères et sœurs. Elle se réalise principalement dans l’amour que nous manifestons les uns pour les autres.

Questions

  • Que signifie le fait de déposer nos rêves d’unité chrétienne aux pieds du Christ ?
  • En quoi la vision d’unité qu’a le Seigneur appelle-t-elle les Églises à se renouveler et à se transformer aujourd’hui ?

Prière

Père céleste, accorde-nous l’humilité de savoir entendre ta voix, de recevoir ton appel, et de partager ton rêve que l’Église soit unie. Aide-nous à rester conscients de la tristesse de la désunion. Là où les divisions nous ont laissé des cœurs de pierre, fais que le feu de l’Esprit Saint les embrase et nous inspire d’être un dans le Christ, comme il est un en toi, afin que le monde croie que tu l’as envoyé. Nous te le demandons au nom de Jésus. Amen.

7e Jour L’hospitalité dans la prière
Is 62,6-7

Sur tes murailles, Jérusalem, j’ai posté des gardes ; à longueur de jour, à longueur de nuit, ils ne doivent jamais rester inactifs.

Ps 100

Gens du monde entier, faites une ovation au Seigneur. Offrez-lui un culte joyeux.

1 P 4,7b-10

Vivez donc d'une manière raisonnable et gardez l'esprit éveillé afin de pouvoir prier.

Jn 4,4-14

L'eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d'où jaillira la vie éternelle.

Commentaire

L’expérience de la prière commune pendant chacun des huit jours de la Semaine de prière pour l’unité chrétienne a aidé les chrétiens de la petite ville de Madona à se rassembler dans l’amitié. Un fruit particulier de ces rencontres a été l’ouverture d’une chapelle de prière œcuménique en centre-ville. Elle est aménagée à partir d’éléments de traditions luthérienne, catholique et orthodoxe. Les chrétiens de Madona se réunissent là pour prier continuellement tout au long de la journée Cette expérience figure en arrière-plan des réflexions suivantes.

  • Tant que le peuple de Dieu est divisé, et que les chrétiens ne se connaissent pas entre eux, nous sommes, tout comme Jésus en Samarie, des étrangers en terre inconnue, avec nos besoins de sécurité, de fraîcheur, de repos.
  • Le peuple d’Israël était en quête d’un lieu de sécurité où il pourrait rendre un culte au Seigneur. Isaïe nous parle du haut fait du Seigneur : il a posté des gardes sur les murailles de Jérusalem, afin que son peuple puisse lui rendre un culte nuit et jour, en toute sécurité.
  • Pendant la Semaine de Prière, nos églises et chapelles deviennent des lieux de sécurité, de repos et de ressourcement où les gens peuvent se réunir pour prier. Le défi qui nous est présenté à partir de là consiste à créer d’autres espaces et temps de prière privilégiés, parce que c’est en priant ensemble que nous devenons un même peuple.

Questions

  • Comment pouvons-nous encourager l’hospitalité mutuelle entre paroisses et communautés de notre localité ?
  • Y a-t-il un endroit de notre voisinage où les chrétiens de traditions différentes peuvent se rassembler pour prier, et si tel n’est pas le cas pouvons-nous favoriser la création d’un lieu de ce genre ?

Prière

Seigneur Jésus, tu as demandé à tes apôtres de veiller et de prier avec toi. Fais que nous puissions offrir au monde des temps et lieux privilégiés qui lui permettent de se ressourcer et de trouver la paix, afin qu’en priant avec d’autres chrétiens, nous parvenions à te connaître davantage. Amen.

8e Jour Des cœurs qui brûlent pour l’unité
Is 52,7-9

Qu'il est beau de voir venir, franchissant les montagnes, un porteur de bonne nouvelle !

Ps 30

Tu as changé ma plainte en danse de joie.

Col 1,27-29

Dieu a voulu faire connaître aux païens ce plan si riche
et si magnifique : le Christ est en vous

Lc 24,13-36

Puis il leur expliqua ce qui était dit à son sujet dans l'ensemble des Écritures, en commençant par les livres de Moïse et en continuant par tous les livres des Prophètes.

Commentaire

Différentes Églises lettones ont pu œuvrer ensemble dans une démarche commune d’évangélisation à partir des Parcours Alpha, originellement mis en place par l’Église anglicane de la Sainte-Trinité de Brompton, près de Londres. Les Lettons venus à la foi grâce à ce programme sont ouverts à l’étude et à l’enrichissement que peuvent leur apporter les dons des autres communautés chrétiennes. Cette expérience a inspiré les réflexions suivantes.

  • Les disciples déçus, qui quittent Jérusalem pour se rendre à Emmaüs, ont cessé d’espérer que Jésus ait pu être le Messie, et s’éloignent pas à pas de leur communauté. Ce déplacement génère séparation et isolement.
  • Par opposition, ils repartent vers Jérusalem emplis d’espérance, et le message de la Bonne Nouvelle aux lèvres. C’est ce message de résurrection qui les ramène au cœur de la communauté et dans la communion fraternelle.
  • Les chrétiens tentent souvent d’évangéliser dans un esprit de compétition et avec le souci de remplir leurs propres églises. L’ambition étouffe leur désir que d’autres entendent le message évangélique qui fait vivre. La véritable évangélisation, c’est d’aller d’Emmaüs à Jérusalem, de passer de l’isolement à l’unité.

Questions

  • Quelles sont les déceptions qui nous isolent des autres ?
  • Quels sont les dons (initiatives, méthodes, et programmes) que nous pouvons recevoir d’autres communautés chrétiennes ?

Prière

Seigneur Jésus, tu as rendu nos cœurs brûlants au-dedans de nous, et tu nous as renvoyés sur la route vers nos frères et sœurs, avec le message évangélique aux lèvres. Aide-nous à percevoir que l’espérance et l’obéissance à tes commandements conduisent toujours à une plus grande unité de ton peuple. Amen.

 

LA SITUATION ŒCUMÉNIQUE
EN LETTONIE

I. Les Églises chrétiennes

Un « œcuménisme vivant » : cette expression décrit bien la situation en Lettonie aujourd’hui. De plus en plus souvent, et en un nombre croissant de lieux, les chrétiens de différentes traditions se rencontrent pour prier ensemble et pour un témoignage commun. On peut expliquer ce dynamisme notamment par le fait que les trois confessions les plus importantes ont un nombre voisin de fidèles, tandis que les Églises plus petites sont très actives. La Lettonie est une sorte de « pont » entre les traditions catholiques, protestantes et orthodoxes. Selon les statistiques officielles de 2011, 34,3 % des Lettons sont luthériens, 25,1 % catholiques et 19,4 % sont orthodoxes ou Vieux-Croyants. 1,2 % de la population appartient à d’autres Églises (baptistes, adventistes, pentecôtistes, ou d’autres Églises libres). 20 % des habitants se déclarent membres d’autres religions ou sans appartenance religieuse. Six traditions religieuses ont une reconnaissance officielle en Lettonie : le luthéranisme, le catholicisme, le baptisme, l’orthodoxie, les Vieux-Croyants et le judaïsme.

II. L’œcuménisme vécu

Bien que les Églises en Lettonie n’aient pas créé un Conseil national d’Églises, la vie œcuménique porte beaucoup de fruit. La coopération entre les chrétiens en Lettonie est vitale aujourd’hui si l’on veut que le message évangélique puisse atteindre la société contemporaine post-moderne dans sa diversité et dans la pluralité des opinions. Dans la coopération œcuménique et les relations entre les différentes confessions en Lettonie, on pourrait dire qu’il s’agit de proclamer « les hauts faits du Seigneur ».

Régulièrement les évêques des Églises catholique, orthodoxe, luthérienne et baptiste adressent un message commun à la société lettone sur des sujets éthiques, sur la défense de la vie ou sur la justice sociale. En raison des relations fraternelles entre les responsables des Églises catholique et luthérienne en Lettonie, la consécration épiscopale de l’actuel archevêque catholique a eu lieu dans la cathédrale luthérienne de Riga.

Les responsables des différentes Églises se retrouvent pour marquer ensemble les fêtes nationales et les jours fériés, par exemple le 18 novembre, journée nationale de l’Indépendance. La Parole de Dieu est proclamée, des allocutions sont prononcées, avec la contribution des musiciens des différentes Églises.

Ces mêmes responsables sont rassemblés chaque année pour la réunion du Conseil des affaires spirituelles que le Premier Ministre préside. Dans le cadre de ces relations officielles avec l’État, les quatre principales confessions chrétiennes ont préparé ensemble des publications qui sont utilisées dans les écoles publiques et qui ont été approuvées par le ministère de l’Éducation nationale.

Toutefois les relations entre les évêques ou entre les ministres des Églises lettones vont bien au-delà des célébrations œcuméniques. Elles s’enracinent dans une amitié authentique. Elles remettent en question ces murs de la division construits dans les siècles antérieurs, et permettent une reconnaissance mutuelle comme ministres de l’Évangile. Les évêques catholiques, luthériens et baptistes se rencontrent régulièrement. Ils prient, ils louent Dieu ensemble dans un climat fraternel et ils discutent de questions importantes pour la Lettonie.

Entre les communautés locales, au niveau paroissial, il y a aussi beaucoup d’exemples de coopération œcuménique. On trouve par exemple des parcours d’évangélisation organisés en commun avec les Parcours Alpha. La paroisse catholique de Sainte-Thérèse-de-l’Enfant-Jésus et celle de Sainte-Marie-Madeleine, l’église luthérienne de Tornakalns à Riga ainsi que la communauté baptiste d’Āgenskalns se rencontrent régulièrement, elles ont des projets caritatifs communs et publient ensemble un calendrier. Depuis l’an 2000 les différentes communautés chrétiennes à Madona ont, au cours de la Semaine de prière pour l’unité chrétienne, une célébration quotidienne, organisée chaque jour dans une paroisse différente. Cette expérience permet à beaucoup de fidèles de faire connaissance avec leurs frères et sœurs d’autres confessions. Fruit de cette expérience, une chapelle interconfessionnelle a été créée, la première en Lettonie, où des frères et sœurs de différentes Églises peuvent venir prier. Les portes de la chapelle sont ouvertes jour et nuit. Des catholiques et des luthériens y assurent à tour de rôle une présence continue de prière.

En plus de ces activités organisées par les Églises et les paroisses, plusieurs initiatives sont mises sur pied par des chrétiens particulièrement motivés par l’œcuménisme. Pour prendre un exemple marquant, on peut citer l’ouverture de la chapelle œcuménique Saint-Jean-le-Baptiste et Marie-Madeleine dans le petit village d’Igate. La construction de cette chapelle relève d’une initiative privée. Elle est utilisée par les fidèles des quatre principales confessions chrétiennes en Lettonie : luthériens, catholiques, orthodoxes et baptistes. Le bâtiment a été béni le 18 janvier 2013 par les évêques catholique, luthérien et baptiste. Les chrétiens d’Igate veulent y prier tout particulièrement pour les enfants déjà nés et ceux qui ne sont pas encore au monde, ainsi que pour leurs mères, en leur apportant aussi leur aide.

On peut encore citer comme exemple d’initiative individuelle celle qui a lieu au Mont des Gaizins. C’est un laïc qui a invité les responsables d’Église à se rencontrer et à prier ensemble sur cette colline, la plus haute de Lettonie. Ceux-ci ont accepté ; pendant ces rencontres, ils sont soutenus par une prière continuelle des fidèles. Ce rassemblement a déjà eu lieu sept fois, et de nouveaux responsables d’Église se sont ajoutés au fil des années

Qu’est-ce qui nous unit ? : tel est le titre d’une publication lancée il y a dix ans par un laïc, particulièrement soucieux de l’unité des Églises. Le premier numéro était consacré uniquement à la Semaine de prière pour l’unité chrétienne. Les numéros suivants ont abordé des thèmes œcuméniques. Cette publication est distribuée gratuitement dans les communautés locales des différentes Églises.

On trouve d’autres exemples de coopération œcuménique dans différents groupes de prière ou communautés, tels que le Chemin neuf, la Croix bleue, Kalnskola et Effata, mais aussi avec des engagements sociaux comme les aumôneries de prison, ou le centre de réhabilitation pour les anciens drogués et alcooliques, la Maison de la miséricorde de Bethléem. Dans tous ces mouvements et organismes, dans la prière quotidienne ou la mission, les chrétiens de différentes Églises travaillent main dans la main et œuvrent à l’unité chrétienne dans des tâches de la vie quotidienne.

Cette diversité confessionnelle en Lettonie marque aussi la vie familiale. Il y a de nombreux couples mixtes et les divisions qui demeurent entre Églises chrétiennes rejaillissent sur leur quotidien, pour la célébration du mariage, pour la catéchèse des enfants, pour la présence à l’église le dimanche et la communion eucharistique de ceux qui pratiquent.

Les familles chrétiennes sont exposées aux difficultés de notre société moderne mondialisée. Depuis 1994, la fraternité Cana aide tout particulièrement les familles. Une fête œcuménique des familles est organisée depuis 2006, en lien avec la municipalité de Riga, afin d’attirer l’attention sur les problèmes que rencontrent les familles et pour les soutenir. Ce sont les Églises libres en Lettonie qui œuvrent tout particulièrement pour ces événements, en lien avec les trois principales confessions chrétiennes.

Les médias jouent un rôle important pour l’évangélisation. Un groupe œcuménique produit des émissions qui sont diffusées régulièrement sur la radio publique de Lettonie : elles contribuent à la promotion de l’unité et à la communion entre les chrétiens du pays. Un organisme catholique dénommé Emanuels produit l’émission télévisée Vertikale qui est diffusée sur la première chaîne lettone. Ces émissions essayent de montrer ce qui unit les chrétiens plutôt que ce qui les divise. Les producteurs cherchent des témoins du Christ dans les communautés orthodoxes, catholiques, luthériennes, baptistes et dans d’autres Églises. Il y a aussi une radio évangélique, la Radio chrétienne lettone, dont beaucoup d’émissions ont aussi un intérêt œcuménique.

Dans plusieurs villes de Lettonie – Kuldiga, Valmiera, Madona, Liepāja notamment –, un chemin de Croix a lieu chaque Vendredi saint dans les rues. À Riga ce chemin de croix œcuménique est organisé par le centre de la jeunesse catholique de l’archidiocèse de Riga, et il rassemble des milliers de fidèles, catholiques, luthériens, baptistes, pentecôtistes ou d’autres confessions. En tête de la procession les évêques et les ministres des différentes Églises marchent côte à côte. En plus des prières habituelles d’un chemin de croix, on y fait intervenir des acteurs professionnels des différents théâtres de Riga, qui sont également membres de différentes Églises. À la démarche spirituelle et religieuse, cette prière ajoute donc une dimension culturelle. Dans ce moment commun de recueillement et de réflexion, tous les chrétiens sont unis dans la prière du chemin de croix : « Nous t’adorons, ô Christ, et nous te louons. Par ta croix, tu as sauvé le monde ».

III. Les défis du mouvement œcuménique

Il y a des bases solides pour continuer à développer l’œcuménisme en Lettonie, notamment parce qu’aucune Église n’est en situation de domination, mais aussi parce qu’il y a déjà de nombreuses activités œcuméniques. Et pourtant, il faut reconnaître que toutes ces activités ne concernent qu’un nombre relativement restreint de fidèles, déjà très ouverts aux relations œcuméniques, tandis que beaucoup de chrétiens y sont indifférents ou opposés.

Un autre défi pour les Églises en Lettonie est l’absence de comités officiels pour le dialogue théologique entre elles. Des accords sur ces questions permettraient certainement de motiver les laïcs à un engagement œcuménique.

On peut dire que l’avenir de l’œcuménisme dépend largement des relations personnelles et de la communion existante qui assure déjà le succès des événements œcuméniques actuels. Souvent c’est une Église qui prend une initiative sans que la responsabilité ne soit partagée par toutes les Églises. C’est un petit groupe de fidèles enthousiastes qui en porte tout le poids. Les Églises doivent donc trouver le moyen de porter ensemble les projets œcuméniques en se partageant les responsabilités.

Enfin, un des défis importants pour la communion des Églises reste la situation politique : elle affaiblit les liens avec les frères et sœurs de l’Église orthodoxe lettone (Patriarcat de Moscou). Il faut donc encore trouver de nouveaux chemins pour approfondir les relations.

 

SEMAINE DE PRIÈRE
POUR L’UNITÉ DES CHRÉTIENS

 

Thèmes 1968-2016

C’est en 1968 que débuta officiellement la collaboration
entre la Commission Foi et Constitution du COE
et le Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens
pour la préparation de ces textes.

1968 Pour la louange de sa gloire (Ep 1, 14)

1969 Appelés à la liberté (Ga 5, 13)
(Réunion préparatoire à Rome, en Italie)

1970 Nous sommes les coopérateurs de Dieu (1 Co 3, 9)
(Réunion préparatoire au Monastère de Niederaltaich, en République Fédérale d’Allemagne)

1971 ... et la communion du Saint-Esprit (2 Co 13, 13)
(Réunion préparatoire à Bari, en Italie)

1972 Je vous donne un commandement nouveau (Jn 13, 34)
(Réunion préparatoire à Genève, Suisse)

1973 Seigneur, apprends-nous à prier (Lc 11, 1)
(Réunion préparatoire à l’Abbaye de Montserrat, en Espagne)

1974 Que tous confessent : Jésus Christ est Seigneur (Ph 2, 1-13)
(Réunion préparatoire à Genève, en Suisse)
(En avril 1974, une lettre fut adressée aux églises-membres ainsi qu’à d’autres parties intéressées à la création de groupes locaux pouvant participer à la préparation du livret de la Semaine de Prière. Un groupe australien fut le premier à s’engager concrètement en préparant en 1975 le projet initial de livret pour la Semaine de Prière.)

1975 La volonté du Père : tout réunir sous un seul Chef, le Christ (Ep 1, 3-10)
(Projet de texte élaboré par un groupe australien - Réunion préparatoire à Genève, en Suisse)

1976 Appelés à devenir ce que nous sommes (1 Jn 3, 2)
(Projet de texte élaboré par la Conférence des églises des Caraïbes - Réunion préparatoire à Rome, en Italie)

1977 L'espérance ne déçoit pas (Rm 5, 1-5)
(Projet de texte élaboré au Liban, en pleine guerre civile. Réunion préparatoire à Genève, en Suisse)

1978 Vous n'êtes plus des étrangers (Ep 2, 13-22)
(Projet de texte élaboré par un groupe œcuménique de Manchester, en Angleterre)

1979 Soyez au service les uns des autres pour la gloire de Dieu (1 P 4,7 .11)
Serve one another to the glory of God
(Projet de texte élaboré en Argentine - Réunion préparatoire à Genève, en Suisse)

1980 Que ton Règne vienne (Mt 6, 10)
(Projet de texte élaboré par un groupe œcuménique de Berlin, République Démocratique d’Allemagne - Réunion préparatoire à Milan, en Italie)

1981 Un seul Esprit - des dons divers - Un seul corps (1 Co 12, 3b-13)
(Projet de texte élaboré par les Pères de Graymoor, USA - Réunion préparatoire à Genève, en Suisse)

1982 Que tous trouvent leur demeure en toi, Seigneur (Ps 84)
(Projet de texte élaboré au Kenya - Réunion préparatoire à Milan, en Italie.)

1983 Jésus Christ - Vie du monde (1 Jn 1, 1-4)
(Projet de texte élaboré par un groupe œcuménique d’Irlande - Réunion préparatoire à Céligny [Bossey], en Suisse)

1984 Appelés à l'unité par la Croix de notre Seigneur (1 Co 2, et Col 1, 20)
(Réunion préparatoire à Venise, en Italie)

1985 De la mort à la Vie avec le Christ (Ep 2, 4.7)
(Projet de texte élaboré en Jamaïque - Réunion préparatoire à Grandchamp, en Suisse)

1986 Vous serez mes témoins (Ac 1, 6.8)
(Textes proposés en Yougoslavie [Slovénie] - Réunion préparatoire en Yougoslavie)

1987 Unis dans le Christ, une nouvelle création (2 Co 5, 17-6, 4a)
(Projet de texte élaboré en Angleterre - Réunion préparatoire à Taizé, en France)

1988 L'Amour de Dieu bannit la crainte (1 Jn 4, 18)
(Projet de texte élaboré en Italie - Réunion préparatoire à Pinerolo, en Italie)

1989 Bâtir la communauté : un seul corps en Christ (Rm 12, 5-6a)
(Projet de texte élaboré au Canada - Réunion préparatoire à Whaley Bridge, en Angleterre)

1990 Que tous soient un... afin que le monde croie (Jn 17)
(Projet de texte élaboré en Espagne - Réunion préparatoire à Madrid, en Espagne)

1991 Nations, louez toutes le Seigneur (Ps 117 et Rm 15, 5-13)
(Projet de texte élaboré en Allemagne - Réunion préparatoire à Rotenburg an der Fulda, en République Fédérale d’Allemagne)

1992 Je suis avec vous... allez donc (Mt 28, 16-20)
(Projet de texte élaboré en Belgique - Réunion préparatoire à Bruges, en Belgique)

1993 Porter le fruit de l'Esprit pour l'unité des chrétiens (Ga 5, 22-23)
(Projet de texte élaboré au Zaïre - Réunion préparatoire près de Zurich, en Suisse)

1994 La maison de Dieu : appelés à n'avoir « qu'un cœur et qu’une âme »
(Ac 4, 32)
(Projet de texte élaboré en Irlande - Réunion préparatoire à Dublin, en Irlande)

1995 Koinônia : communion en Dieu et entre nous (Jn 15, 1-7)
(Projet de texte élaboré par Foi et Constitution - Réunion préparatoire à Bristol, en Angleterre)

1996 Voici, je me tiens à la porte et je frappe (Ap 3, 14-22)
(Projet de texte élaboré au Portugal - Réunion préparatoire à Lisbonne, au Portugal)

1997 Au nom du Christ... laissez-vous réconcilier avec Dieu (2 Co 5, 20)
(Projet de texte élaboré en Scandinavie - Réunion préparatoire à Stockholm, en Suède)

1998 L’Esprit aussi vient en aide à notre faiblesse (Rm 8, 14-27)
(Projet de texte élaboré en France - Réunion préparatoire à Paris, en France)

1999 Ils seront ses peuples et lui sera le Dieu qui est avec eux (Ap 21, 3)
(Projet de texte élaboré en Malaisie - Réunion préparatoire au Monastère de Bose, en Italie)

2000 Béni soit Dieu... qui nous a bénis en Christ (Ep 1, 3-14)
(Projet de texte élaboré par le Conseil des Eglises du Moyen-Orient - Réunion préparatoire au Sanctuaire de La Verna, en Italie)

2001 Je suis le chemin et la vérité et la vie (Jn 14, 1-6)
(Projet de texte élaboré en Roumanie - Réunion préparatoire à la Casa de Odihna, en Roumanie)

2002 Car chez toi est la fontaine de la vie (Ps 36 [35], 10)
(Projet de texte élaboré par le Conseil des Conférences Épiscopales Européennes (CCEE) et la Conférence des Églises Européennes (CEC) - Réunion préparatoire au Centre œcuménique d’Ottmaring, Augsbourg, en République Fédérale d’Allemagne)

2003 Ce trésor, nous le portons dans des vases d’argile (2 Co 4, 7)
(Projet de texte élaboré en Argentine - Réunion préparatoire au Centre œcuménique ‘Los Rubios’, à Málaga [Espagne])

2004 Je vous donne ma paix (Jn 14, 27)
(Projet de texte élaboré à Alep, en Syrie - Réunion préparatoire à Palerme, en Italie)

2005 Le Christ, unique fondement de l’Eglise (1 Co 3, 1-23)
(Projet de texte élaboré en Slovaquie - Réunion préparatoire à Piestaňy, en Slovaquie)

2006 Là où deux ou trois se trouvent réunis en mon nom, je suis au milieu d’eux (Mt 18, 20)
(Projet de texte élaboré en Irlande - Réunion préparatoire à Prosperous, County Kildare, en Irlande)

2007 Il fait entendre les sourds et parler les muets (Mc 7, 37)
(Projet de texte élaboré en Afrique du Sud - Réunion préparatoire au Château de Faverges, Haute-Savoie, en France)

2008 Priez sans cesse (1 Th 5, 17)
(Projet de texte élaboré aux USA - Réunion préparatoire à Graymoor, Garrison, aux USA)

2009 Ils seront unis dans ta main (Ez 37, 17)
(Projet de texte élaboré en Corée - Réunion préparatoire à Marseille, en France)

2010 De tout cela, c’est vous qui êtes les témoins (Lc 24, 48)
(Projet de texte élaboré en Écosse – Réunion préparatoire à Glasgow, en Écosse)

2011 Unis dans l’enseignement des apôtres, la communion fraternelle, la fraction du pain et la prière (cf. Ac 2, 42)
(Projet de texte élaboré à Jérusalem – Réunion préparatoire à Saydnaya, en Syrie)

2012 Tous, nous serons transformés par la Victoire de notre Seigneur Jésus Christ (cf. 1 Co 15, 51-58)
(Projet de texte élaboré en Pologne – Réunion préparatoire à Varsovie, en Pologne)

2013 Que nous demande le Seigneur ? (cf. Mi 6, 6-8)
(Projet de texte élaboré en Inde – Réunion préparatoire à Bangalore, en Inde)

2014 Le Christ est-il divisé ? (cf. 1 Co 1, 1-17)
(Projet de texte élaboré au Canada – Réunion préparatoire à Montréal, au Canada)

2015 Jésus lui dit : « Donne-moi à boire » (Jn 4, 7)
(Projet de texte élaboré au Brésil – Réunion préparatoire à Sãolo Paulo, au Brésil)

2016 Appelés à proclamer les hauts faits du Seigneur (cf. 1 Pierre 2,9)
(Projet de texte élaboré en Lettonie – Réunion préparatoire à Riga, en Lettonie)

 

QUELQUES DATES IMPORTANTES
DANS L'HISTOIRE DE LA SEMAINE
DE PRIÈRE POUR L'UNITÉ DES CHRÉTIENS

1740 env. En Écosse, naissance d'un mouvement pentecôtiste avec des liens en Amérique du Nord, dont le message pour le renouveau de la foi appelle à prier pour toutes les Eglises et avec elles.

1820 Le Révérend James Haldane Stewart publie : Conseils pour l'union générale des chrétiens, en vue d'une effusion de l'Esprit (Hints for the outpouring of the Spirit).

1840 Le Révérend Ignatius Spencer, un converti au catholicisme romain, suggère une ‘ Union de prière pour l'unité ’.

1867 La première assemblée des évêques anglicans à Lambeth insiste sur la prière pour l'unité, dans l'introduction à ses résolutions.

1894 Le Pape Léon XIII encourage la pratique de l'Octave de la Prière pour l'unité dans le contexte de la Pentecôte.

1908 Célébration de « l'Octave pour l'unité de l’Église » à l'initiative du Révérend Père Paul Wattson.

1926 Le Mouvement « Foi et Constitution » commence la publication de « Suggestions pour une Octave de prière pour l'unité des chrétiens ».

1935 En France, l'abbé Paul Couturier se fait l'avocat de la « Semaine universelle de prière pour l'unité des chrétiens sur la base d'une prière conçue pour l'unité que veut le Christ, par les moyens qu'Il veut ».

1958 Le Centre « Unité chrétienne » de Lyon (France) commence à préparer le thème pour la Semaine de prière en collaboration avec la Commission « Foi et Constitution » du Conseil œcuménique des Eglises.

1964 À Jérusalem, le Pape Paul VI et le Patriarche Athénagoras Ier récitent ensemble la prière du Christ « que tous soient un » (Jn 17).

1964 Le Décret sur l’œcuménisme du Concile Vatican II souligne que la prière est l'âme du mouvement œcuménique, et encourage la pratique de la Semaine de Prière.

1966 La Commission « Foi et Constitution » et le Secrétariat pour l'unité des chrétiens (aujourd’hui Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens) de l'Église catholique décident de préparer ensemble le texte pour la Semaine de Prière de chaque année.

1968 Pour la première fois, la Semaine de prière est célébrée sur la base des textes élaborés en collaboration par « Foi et Constitution » et le Secrétariat pour l'unité des chrétiens (aujourd’hui Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens).

1975 Première célébration de la Semaine de prière à partir de textes préparés sur la base d’un projet proposé par un groupe œcuménique local. Ce nouveau mode d’élaboration des textes est inauguré par un groupe œcuménique d’Australie.

1988 Les textes de la Semaine de prière sont utilisés pour la célébration inaugurale de la Fédération chrétienne de Malaisie rassemblant les principaux groupes chrétiens de ce pays.

1994 Le groupe international ayant préparé les textes pour 1996 compte, entre autres, des représentants de la YMCA et de la YWCA.

2004 Accord entre Foi et Constitution (Conseil œcuménique des Églises) et le Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens (Église catholique) pour que le livret de la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens soit officiellement conjointement publié et présenté sous un même format.

2008 Célébration du centenaire de la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens (l’Octave pour l’unité de l’Église, son prédécesseur, fut célébrée pour la première fois en 1908).

top