back up
Search
riga

Discours de l'Archevêque Paul Josef Cordes

Président du Conseil Pontifical Cor Unum

à l'occasion de la remise de la Lettre pontificale

« Au cours de la Dernière Cène »

à l'Archevêque Youhanna Fouad El-Hage

Président de Caritas Internationalis

13 novembre 2004

 

(Le discours original a été prononcé en partie en italien et en partie en anglais)

      C'est avec grand plaisir que je souhaite à vous tous la bienvenue au siège de notre Conseil Pontifical Cor Unum. Je salue avec joie les Vice-présidents de Caritas Internationalis : Mgr Jean-Bosco Ntep, Mgr Gregorio Rosa Chávez, Mgr Hilton Deakin, Mgr Lawrence Samanchit, Mme Claudette Habesch, Messieurs Denis Vienot et Michael Wiest, ainsi que Mgr Nelson Viola, Assistant ecclésiastique. Je salue cordialement Messieurs Duncan MacLaren, Secrétaire général, et Anthony Cumi, Trésorier de Caritas Internationalis. Pour lui souhaiter la bienvenue d'une façon spéciale, je mentionne en dernier lieu Mgr Youhanna Fouad El-Hage, Archevêque de Tripoli du Liban des Maronites et Président de Caritas Internationalis. Je suis très reconnaissant pour sa présence, surtout dans ses conditions personnelles d'épreuve.

       La raison qui nous réunit est tout à fait particulière. Voulant répondre à une instance qui Lui fut adressée, le Saint-Père a conféré la personnalité juridique canonique publique à la Confédération Caritas Internationalis que vous représentez. Sa Lettre pontificale a pour titre  « Au cours de la Dernière Cène » et est adressée à Mgr Fouad El-Hage. Je suis heureux d'avoir reçu la charge, en tant que Président du Conseil Pontifical Cor Unum, de donner exécution à cette décision du Pape Jean-Paul II.

             Tout d'abord je voudrais donner lecture de la Lettre du Pape.

   

------------------------*------------------------

  

LETTRE DU PAPE JEAN-PAUL II

AU COURS DE LA DERNIÈRE CÈNE

POUR ACCORDER LA PERSONNALITÉ JURIDIQUE CANONIQUE PUBLIQUE
À
CARITAS INTERNATIONALIS

 

 

A mon vénéré Frère
Mgr Youhanna Fouad EL-HAGE du Liban des Maronites
Président de Caritas Internationalis

1. Au cours de la Dernière Cène, la veille de sa Passion, le Seigneur Jésus a laissé une consigne précise à ses Apôtres:  "Je vous donne un commandement nouveau:  vous aimer les uns les autres; comme je vous ai aimés, aimez-vous les uns les autres" (Jn 13, 34). Soutenue par ce mandat, l'Eglise a annoncé l'Evangile et a dispensé la grâce des sacrements, en se préoccupant toujours d'accompagner son action par le témoignage de l'amour.

Ainsi, dès le début, la vie de la communauté chrétienne a été caractérisée par l'exercice concret de la charité, exprimée en particulier dans l'attention à l'égard des pauvres et des faibles (cf. Ac 2, 42-47). Depuis presque deux siècles, sont apparus dans le domaine diocésain et paroissial des groupes qui ont par la suite pris le nom de Caritas, en poursuivant l'objectif d'assister ceux qui se trouvaient dans des situations de besoin. Avec le temps, ils ont commencé à se coordonner également au niveau national et international.

Dans le cadre de l'Année Sainte de 1950, mon vénéré prédécesseur, le Serviteur de Dieu Pie XII, voulut donner vie à Rome, à un organisme qui, au niveau de l'Eglise universelle, réunisse les Organisations caritatives nationales autorisées par leurs épiscopats respectifs, pour favoriser leur connaissance, leur coordination et leur collaboration réciproques, dans le déroulement de leur activité caritative et sociale dans les diverses parties du monde. Mes prédécesseurs de vénérée mémoire ont eux aussi suivi avec un intérêt paternel et actif la croissance de Caritas Internationalis:  le serviteur de Dieu Paul VI put ainsi attester avec satisfaction que celle-ci est "partout à l'oeuvre" (Encyclique Populorum Progressio, n. 46).

2. Née de cet élan du Siège apostolique qui en suivit et en orienta par la suite l'activité, Caritas Internationalis se présente comme une Confédération d'Organismes caritatifs, en général des Caritas nationales. Cette Confédération, sans enlever aux Caritas nationales l'autonomie qui leur revient, en favorise leur collaboration, en remplissant un rôle d'animation, de coordination et de représentation. Caritas Internationalis est donc liée, en vertu de son origine et de sa nature, par un lien étroit aux Pasteurs de l'Eglise et, en particulier, au Successeur de Pierre, qui préside à la charité universelle (cf. saint Ignace d'Antioche, Ep. ad Romanos, inscr.), inspirant son action à l'Evangile et à la tradition de l'Eglise.

Depuis la date de sa constitution, Caritas Internationalis a réalisé de nombreuses et importantes interventions, à travers les Organisations qui la composent, obtenant une reconnaissance et un prestige également de la part des Autorités civiles.

3. C'est pourquoi, pour confirmer le rôle ecclésial joué par cette Confédération de grand mérite, et répondant à la demande explicite adressée à ce propos, en vertu de l'autorité apostolique et conformément aux normes du Code de Droit canonique, j'accorde à Caritas Internationalis la personnalité juridique canonique publique (cf. cann. 116-123 du Codex Iuris Canonici). J'en confirme les statuts et le règlement, qui devront être interprétés à la lumière de ce qui est établi dans ce Chirographe. Toute modification de ceux-ci devra être confirmée par moi, de même que l'éventuel transfert du Siège social, qui se trouve actuellement dans l'Urbs.

En vertu du lien particulier de Caritas Internationalis avec le Siège apostolique, la liste des candidats, tant pour la fonction de Président que pour celle de Secrétaire général, devra être soumise à l'approbation du Pape, avant d'être officiellement proposée au vote définitif de l'Assemblée générale.

En outre, le Saint-Siège, après avoir fait les consultations nécessaires, nomme un Assistant ecclésiastique, qui participe de plein droit à l'activité des Organes institutionnels.

4. En référence à ce qui a été établi par la Constitution apostolique Pastor Bonus (cf. art. 146 2), je confie au Conseil pontifical Cor Unum le devoir de suivre et d'accompagner l'activité de Caritas Internationalis, tant dans le domaine international que dans ses regroupements régionaux. Le dicastère sera donc informé comme il se doit des initiatives de la Confédération aux divers niveaux et participera de droit aux réunions des organes de celle-ci, ainsi qu'aux réunions pour la coordination de l'activité promue par Caritas Internationalis. Ce même Conseil pontifical contribuera à conserver vivant l'esprit ecclésial dans la Confédération, et, en particulier, veillera à ce que l'activité des membres de celle-ci, accomplie en coordination internationale, soit menée en collaboration avec les Eglises locales intéressées et avec leurs Pasteurs. Caritas internationalis, enfin, prendra soin de soumettre au Conseil pontifical Cor Unum, avant publication, les textes d'orientation qu'elle souhaite promulguer.

5. Par ailleurs, Caritas internationalis, dans son activité au niveau international, notamment auprès des Organisations internationales et dans certaines régions du monde connaissant des difficultés particulières, s'en référera à la Secrétairerie d'Etat.

Quant aux questions spécifiques, Caritas internationalis agira en collaboration  avec d'autres dicastères de la Curie Romaine, en particulier le Conseil pontifical "Justice et Paix", le Conseil pontifical pour la Pastorale des Migrants et des Personnes en Déplacement, et le Conseil pontifical pour la Pastorale des Services de la Santé, conformément à leurs compétences établies par la Constitution apostolique Pastor Bonus.

6. Tandis que je souhaite que cet Acte renforce les liens de communion de Caritas Internationalis avec l'Eglise universelle, j'ordonne que ce qui est établi ici soit fidèlement observé. En confiant l'engagement et l'activité de la Confédération à l'intercession de la Bienheureuse Vierge Marie de la Visitation et de saint Martin de Porres, qui sont les Patrons célestes de la Confédération, je vous donne, vénéré Frère, ainsi qu'à tous les membres, une Bénédiction apostolique particulière.

De Castel Gandolfo, le 16 septembre 2004.

------------------------*------------------------

    L'attribution de la personnalité juridique canonique publique à Caritas Internationalis représente une étape très importante pour la Confédération, avec des conséquences au niveau de son identité et de son activité. Je voudrais partager avec vous quelques commentaires sur ce Document, après consultation près de la Secrétairerie d'État et certains canonistes.

       Caritas Internationalis - née en 1951 suite à l'Année Sainte, sur initiative de Mgr Giovanni Battista Montini, - possédait, depuis le 19 juillet 1976, sa personnalité juridique civile de l'État de la Cité du Vatican. Maintenant, le Pape Jean Paul II, outre la figure juridique canonique, a confirmé les Statuts et le Règlement de la Confédération, renforçant ainsi les liens avec Sa Personne, Qui préside à la charité universelle, et avec le Saint-Siège. Il a voulu aussi donner les références essentielles pour la juste interprétation des Statuts et de l'activité de cette Institution de si grand mérite. Pour elle une nouvelle étape de service caritatif commence, caractérisée par une communion d'intentions toujours plus étroite avec le Successeur de Pierre.

      Dans la Lettre pontificale à Mgr Fouad El-Hage, Caritas Internationalis est définie « comme une Confédération d'Organismes caritatifs, en général des Caritas nationales », qui remplit un rôle « d'animation, de coordination et de représentation », sans rien enlever à l'autonomie des différents membres, avec leurs activités dans le monde entier. En effet, l'ampleur des problématiques et des opérations exigent un travail de coordination central qui se crée au siège à Rome.

       Mettant en relief la valeur de la grande œuvre d'assistance et de promotion humaine menée dans le monde entier, le Saint-Père rappelle la nature ecclésiale de Caritas Internationalis, née sur initiative de catholiques et ceux-ci, interpellés par la pauvreté de tant de frères, se dévouant sous la direction des Pasteurs. La Caritas, à ses différents niveaux, est en effet un instrument privilégié de l'action caritative des Évêques, lesquels ont la responsabilité ultime en ce domaine, comme le soulignait encore le Cardinal Secrétaire d'État dans une lettre adressée aux Présidents des Conférences épiscopales, le 9 septembre 2002 (cfr. Le Directoire pour le Ministère Pastoral des Évêques « Apostolorum Successores », n.194).

       D'après l'usage consolidé concernant le lien concret avec le Siège apostolique, le Saint-Père a confié de façon particulière au Conseil Pontifical Cor Unum le devoir de « suivre et d'accompagner » la Confédération Caritas Internationalis. Il S'est réservé certaines décisions concernant les Statuts et nominations, notamment du Président, du Secrétaire général et de l'Assistant ecclésiastique. Cor Unum représente ainsi le point de référence principal de la Confédération auprès du Siège apostolique. Quant à l'Assistant ecclésiastique, il opère étroitement avec le Conseil Pontifical Cor Unum, qui a été chargé de dresser une liste des tâches principales de l'Assistant ecclésiastique.

       La Lettre pontificale confère à Cor Unum le devoir de soutenir la Confédération afin de  sauvegarder son esprit ecclésial à tous les niveaux. Cette tâche concerne de façon plus spécifique l'activité de la Confédération et signifie dans le concret que Caritas Internationalis informera de façon stable Cor Unum sur ses initiatives. La collaboration se traduira aussi par la participation de Cor Unum aux réunions des organes de la Confédération : l'Assemblée générale, le Comité exécutif, le Bureau, le Secrétariat général. Comme d'habitude, le Dicastère prendra part aux réunions de coordination de l'assistance dans les nombreuses crises humanitaires et où la Confédération est présente. Dans ce contexte, le Saint-Père donne la charge au Conseil pontifical de veiller « à ce que l'activité des membres de celle-ci, accomplie en coordination internationale, soit menée en collaboration avec les Églises locales intéressées et avec leurs Pasteurs », indiquant ainsi que les premiers partenaires de Caritas, un organisme ecclésial, sont les Églises locales. Cor Unum veillera donc à ce que dans l'activité caritative le sens d'appartenance ecclésiale et de service à la mission de l'Église reste vivant. C'est ainsi qu'il faut saisir sa responsabilité de garantir en général « l'esprit ecclésial » de la Confédération. Ce qui vaut pour l'activité, vaut également pour « les textes d'orientation » que Caritas Internationalis entend publier : plans stratégiques, prises de position sur des questions d'intérêt public, indications pour les institutions qui en sont membres. Étant personne juridique publique, elle adhère de façon cohérente au Magistère de l'Église et reste fidèle à la propre inspiration chrétienne.

       Comme vous le savez, la Confédération est articulée en différents regroupements régionaux : Afrique, Amérique latine, Amérique du Nord, Asie, Europe, Moyen-Orient et Afrique du Nord, Océanie. Ceci permet de favoriser et de promouvoir l'activité au niveau local et de garantir une ample représentation géographique. La Lettre pontificale rappelle que l'accompagnement de la part du Dicastère vaut en même temps pour ces regroupements régionaux.

       Les rapports de notre Dicastère avec Caritas Internationalis sont ainsi consolidés. Ayant comme point de référence le Conseil Pontifical Cor Unum, la Confédération continue à maintenir des rapports de collaboration avec la Secrétairerie d'État et avec d'autres Dicastères de la Curie romaine sur des questions spécifiques. L'Acte pontifical rend honneur à l'œuvre menée depuis longue date comme témoignage de la charité de la part de toute la Confédération Caritas et renforce les liens de communion ecclésiale.

       Je suis convaincu que notre collaboration aura un impact positif sur notre activité et sur la présence de l'Église catholique en tant de régions de crise. De notre part, je vous assure une grande disponibilité pour vous aider à réaliser les tâches que le Saint-Père vous a confiées. Et j'invoque le Seigneur afin qu'il bénisse votre œuvre.

 

 

top