The Holy See
back up
Search
riga


CONSEIL PONTIFICAL DE LA CULTURE

L’origine du Conseil pontifical de la Culture, Pontificium Consilium de Cultura, est le Concile Vatican II qui souligne l’importance cruciale de la culture pour un développement intégral de l’homme, les multiples connexions entre la Bonne Nouvelle du Christ et la culture humaine, l’enrichissement mutuel de l’Eglise et des cultures par l’entrée en communion avec les diverses formes de culture (cf. Constitution pastorale Gaudium et spes n°53-62).

Le Pape Paul VI, à la suite du Synode des Evêques sur l’Evangélisation de 1974, écrit : « L’Evangile, et donc l’évangélisation, ne s’identifient certes pas avec la culture, et sont indépendants à l’égard de toutes les cultures. Et pourtant le Règne que l’Evangile annonce est vécu par des hommes profondément liés à une culture, et la construction du Royaume ne peut pas ne pas emprunter des éléments de la culture et des cultures humaines. Indépendants à l’égard des cultures, Evangile et évangélisation ne sont pas nécessairement incompatibles avec elles, mais capables de les imprégner toutes sans s’asservir à aucune » (Exhortation apostolique Evangelium nuntiandi n°20).

Recueillant cette riche hérédité, le Pape Jean-Paul II a créé en 1982 le Conseil pontifical pour la Culture (Lettre autographe au Cardinal Secrétaire d’Etat du 20 mai 1982). Par le Motu proprio « Inde a Pontificatus » du 25 mars 1993, il unit le Conseil pontifical pour le Dialogue avec les non-croyants (fondé en 1965 par Paul VI) au Conseil pontifical de la Culture.


1. Finalités et Missions du Conseil

A. - Le Conseil pontifical de la Culture est le Dicastère de la Curie Romaine qui aide le Souverain Pontife dans l’exercice de sa Charge suprême de Pasteur pour le bien et le service de l’Eglise universelle et des Eglises particulières, en ce qui concerne la rencontre entre le Message de salut de l’Evangile et les cultures, l’étude des graves phénomènes de la rupture entre Evangile et culture, de l’indifférence religieuse et de la non-croyance ; les relations entre l’Eglise et le monde de la culture, encourageant particulièrement le dialogue avec les diverses cultures de notre temps, afin que la civilisation de l’homme s’ouvre toujours davantage à l’Evangile, et que ceux qui pratiquent les sciences, les lettres et les arts se sentent reconnus par l’Eglise comme des personnes adonnées au service du vrai, du bon et du beau.

Le Conseil pontifical de la Culture, en outre, suit et coordonne l’activité des Académies Pontificales. Il maintient des contacts périodiques de collaboration mutuelle avec la Commission pontificale pour les biens culturels de l’Eglise.

B. - Les buts qui lui sont assignés sont les suivants :

  1. - Promouvoir la rencontre entre le message salvifique de l’Evangile et les cultures de notre temps, souvent marquées par la non-croyance et l’indifférence religieuse, afin qu’elles s’ouvrent toujours davantage à la Foi chrétienne, créatrice de culture et source inspiratrice des sciences, des lettres et des arts (cf. Motu proprio « Inde a Pontificatus », art. 1).
  2. - Manifester la sollicitude pastorale de l’Eglise face aux graves phénomènes de rupture entre Evangile et cultures. Promouvoir donc l’étude du problème de la non-croyance et de l’indifférence religieuse présentes sous des formes variées dans les divers milieux culturels. Il en recherche les causes et les conséquences en ce qui touche la Foi chrétienne, dans le but de fournir une aide adaptée à l’action pastorale de l’Eglise pour l’évangélisation des cultures et l’inculturation de l’Evangile (cf. ibid., art. 2).
  3. - Favoriser les relations de l’Eglise et du Saint-Siège avec le monde de la culture. Le Conseil prend des initiatives appropriées concernant le dialogue entre la Foi et les cultures, et le dialogue interculturel. Il suit les initiatives promues par les diverses Institutions de l’Eglise et offre sa collaboration aux Organismes correspondants des Conférences Episcopales (cf. ibid., art. 3).
  4. - Etablir le dialogue avec ceux qui ne croient pas en Dieu ou ne professent aucune religion, chaque fois que ces derniers sont ouverts à une sincère collaboration. Le Conseil organise et participe à des rencontres d’études en ce domaine, par l’intermédiaire de personnes expertes (cf. ibid., art. 4).
  5. - Suivre et coordonner l’activité des Académies pontificales (cf. ibid., II et Lettre autographe de fondation), restant sauve l’autonomie des programmes respectifs de recherche. Il promeut la recherche pluridisciplinaire et offre une plus ample diffusion de leurs travaux (Normes pour le renouvellement des Académies pontificales n°7).
  6. - Participer aux préoccupations culturelles que les Dicastères du Saint-Siège entretiennent dans leur travail, de manière à faciliter la coordination de leurs tâches pour l’évangélisation des cultures, et à assurer la coopération des institutions culturelles du Saint-Siège (Lettre autographe de fondation).
  7. - Dialoguer avec les Conférences épiscopales afin aussi de faire bénéficier toute l’Eglise des recherches, initiatives, réalisations et créations qui permettent aux Eglises locales une présence agissante dans leur propre milieu culturel (cf. Ibid.).
  8. - Collaborer avec les organisations internationales catholiques, universitaires, historiques, philosophiques, théologiques, scientifiques, artistiques, intellectuelles et promouvoir leur mutuelle coopération (cf. Ibid.).
  9. - Suivre, selon la manière qui lui est propre et les compétences spécifiques des autres organismes de la Curie en la matière, l’action des organismes internationaux, à commencer par l’Unesco et le Conseil de coopération culturelle du Conseil de l’Europe, qui s’intéressent à la culture, à la philosophie des sciences, aux sciences de l’homme, et assurer la participation efficiente du Saint-Siège aux Congrès internationaux qui s’occupent de science, de la culture et d’éducation (cf. Ibid.).
  10. - Suivre la politique et l’action culturelle des divers gouvernements à travers le monde.
  11. - Faciliter le dialogue Eglise-cultures au niveau des universités et des centres de recherches, des organisations d’artistes et de spécialistes, de chercheurs et de savants et promouvoir des rencontres signifiantes à ces univers culturels (cf. Ibid.).
  12. - Accueillir à Rome les représentants de la culture intéressés à mieux connaître l’action de l’Eglise dans ce domaine et faire bénéficier le Saint-Siège de leur riche expérience en leur offrant à Rome un lieu de réunion et de dialogue (cf. Ibid.).


2. Structure du Conseil

Le Conseil pontifical de la Culture comprend deux sections : 1. Foi et Culture, 2. Dialogue avec les Cultures.

  1. L’activité ordinaire est confié au personnel permanent résidant à Rome, c’est-à-dire :
  • le Président, S. Em. Gianfranco Card. Ravasi  (Italie)
  • le Délégué, S. Exc. Mgr Carlos Moreira Azevedo (Portugal)
  • le Secrétaire, S. Exc. Mgr Barthélemy Adoukonou (Bénin)
  • le Sous-Secrétaire, Mgr Melchor Sánchez de Toca y Alameda (Espagne)
  • le Chef de Bureau, Mgr Gergely Kovács (Roumanie)
  • les 6 Prêtres et 1 Laïc, qui suivent les activités des principales aires géographiques et les différents domaines de compétence du Dicastère (les sciences, l’art et les artistes, les moyens de communication sociale, les Centres culturels Catholiques, les Académies pontificales, etc.).
  • - enfin, les 7 assistants administratifs et techniques.
  1. L’Assemblée plénière du Dicastère se tient au moins une fois tous les trois ans, pour étudier et définir les programmes de celui-ci, donner vigueur aux échanges d’expériences et de réflexions quant à la diversité des situations culturelles contemporaines toujours dans la perpective de l’Evangélisation et du dialogue avec les cultures. Y sont invités les Membres du Dicastère, Cardinaux et Evêques nommés pour cinq ans par le Saint-Père, en provenance du monde entier : actuellement 22Cardinaux et 11 Archevêques ou Evêques, 1 prêtre et 2 laïcs. Entre deux Assemblées plénières, les Membres sont sollicités, informés et consultés quant à l’activité du Dicastère.
  1. Dans l’étude des thèmes plus importants, des Consulteurs, nommés par le Saint-Père pour un quinquennat, apportent leur aide, recherches, informations et suggestions au Dicastère : 33 spécialistes dans le domaine de la culture ou du dialogue avec les non-croyants, de tous les continents.


3. Activités du Conseil

Les activités du conseil sont centrées sur les points suivants :

  1. L’accueil des visiteurs, évêques en visite ad limina, groupes de Prêtres, de religieux, de directeurs de Centres culturels, représentants du monde de la culture.
  2. L’organisation de congrès, de journées d’étude, de réunions, et la participation aux rencontres organisées par d’autres Institutions, tant au niveau régional, national, qu’international.
  3. Le conseil maintient des contacts avec les autres Dicastères de la Curie Romaine, avec les Conférences épiscopales et les Eglises locales, avec les Ambassadeurs près le Saint-Siège et les Représentations du Saint-Siège auprès des Etats, avec l’Unesco et les autres organisations internationales non-gouvernementales.
  4. Il publie la revue trimestrielle Culture e Fede - Cultures et Foi - Cultures and Faith - Culturas y Fe, avec des articles et des informations en anglais, espagnol, français et italien. De plus, des livres et des opuscules rendent compte de la rencontre entre l’Évangile et les cultures, ainsi que du dialogue interculturel. Le Conseil publie les Actes importants des Congrès qu’il organise.
  5. L’activité ordinaire comprend la correspondance avec l’Eglise universelle et le monde de la culture, la préparation d’observations sur les relations quinquennales diocésaines, les Instructions aux Nonces…etc.


4. Adresse

Le Siège du Conseil pontifical de la Culture se trouve à : Via della Conciliazione n. 5 (I-00193 Roma). Les bureaux sont ouverts du lundi au samedi de 8h à 13h30, et aussi, le mardi et le vendredi, de 16h à 18h.

Adresse postale : Conseil Pontifical de la Culture
V-00120 Cité du Vatican
Téléphone : +39-06.69.89.38.11
Télécopie : +39-06.69.88.73.68, 71.65
Adresse électronique : cultura@cultura.va

Plan


dernière mise à jour: 5 mars 2012

top