The Holy See
back up
Search
riga

CONSEIL PONTIFICAL POUR LES LAÏCS

Le Pèlerinage de la Croix des jeunes (1984-2003)

 

On la connaît comme la «Croix de l’Année Sainte», la «Croix du Jubilé», la «Croix des JMJ», la «Croix pèlerine»; beaucoup l’appellent la «Croix des jeunes», parce qu’elle a été donnée aux jeunes pour qu’ils la portent dans le monde entier, en tout lieu et en tout temps. Voici son histoire.

En 1984, pour l’Année Sainte de la Rédemption, le Pape Jean-Paul II décida qu’il devait y avoir une croix, symbole de la foi, près de l’autel majeur de la Basilique Saint-Pierre, où tous pourraient bien la voir. Selon son désir, il fut donc installé une grande croix de bois, de plus de 3 mètres de hauteur (3m80).

A la fin de cette Année Sainte, après la fermeture de la Porte Sainte, s’adressant aux jeunes du Centre International de Jeunes San Lorenzo à Rome, le Pape, à travers eux, confia cette croix à la jeunesse du monde entier: «Très chers jeunes, à la fin de l’Année Sainte, je vous confie le signe de cette Année Jubilaire: la Croix du Christ! Portez-la dans le monde comme signe de l’amour du Seigneur Jésus pour l’humanité et annoncez à tous qu’il n’y a de salut et de rédemption que dans le Christ mort et ressuscité». (Rome, le 22 avril 1984).

Les jeunes accueillirent ce souhait du Pape. Ils portèrent la croix au Centre San Lorenzo, qui devait devenir sa résidence habituelle, chaque fois qu’elle revenait d’un pèlerinage dans le monde.

La Croix de l’Année Sainte (nom qui lui fut dès lors attribué) fit son premier pèlerinage en juillet 1984, se rendant à Munich en Allemagne pour le Katholikentag (Journée des Catholiques). S’agissant d’une simple croix en bois, au début les gens ne comprenaient pas ce qu’elle avait de spécial. Peu à peu cependant ils se rendirent compte que la Croix était venue là en mission, selon le désir du Pape. A la célébration eucharistique de clôture,  à la présence de 120.000 personnes rassemblées dans le stade de la ville, la Croix était placée à côté de l’autel, de façon à être vue de tous. Puis les jeunes portèrent la Croix à Lourdes, à Paray-le-Monial et dans d’autres villes de France. En Allemagne, elle fut accueillie encore une fois en septembre. Et apprenant cette nouvelle, le Pape eut à dire: «On doit la porter aussi à Prague, au Cardinal Tomasek! ». À cette époque-là, la Tchécoslovaquie était encore derrière le rideau de fer et la Croix portée par des jeunes aurait été le symbole de la communion avec le Saint-Père. En attendant, la Croix fut portée en Allemagne le 27 décembre.

En janvier 1985, en réponse au souhait du Saint Père, un groupe de jeunes allemands porta la Croix à Prague. L’Année 1985 avait été proclamée par l’ONU l’Année Internationale de la Jeunesse; le Dimanche des Rameaux, 300.000 jeunes participèrent à une rencontre avec le Pape sur la place Saint Pierre et la Croix était avec eux. Cette année-là, la Croix fut portée dans différentes parties d’Europe: Italie, France, Luxembourg, Irlande, Ecosse, Malte et Allemagne; partout elle fut conduite en pèlerinage, et protagoniste du Chemin de Croix dans les rues de chaque ville qui l’accueillait, présente aux différents rassemblements de jeunes.

En 1985, le Pape Jean Paul II annonça qu’à partir du Dimanche des Rameaux suivant il y aurait chaque année une Journée Mondiale de la Jeunesse [1].

En 1986, la Croix était présente à la célébration de la première Journée Mondiale de la Jeunesse dans le diocèse de Rome, qui a eu lieu à la Basilique de Saint Jean de Latran, le Dimanche des Rameaux. Pour la Croix, ce fut une année riche de pèlerinages et de rencontres en Italie, en France et en Suisse.

En 1987 eut lieu la deuxième Journée Mondiale de la Jeunesse, célébrée à Buenos Aires (Argentine), rassemblant pour la première fois des jeunes du monde entier. Ce fut aussi la première fois que la Croix entra dans le continent américain, où elle fut portée quelques jours avant les célébrations. Le Saint Père rappela aux jeunes les origines de cette Croix: «Aujourd’hui c’est la grande croix qui préside notre rencontre, elle qui a été présente à toutes les cérémonies de l’Année Sainte de la Rédemption, et que j’ai remise à un groupe de jeunes le Dimanche de la Résurrection...» (11 avril 1987). Puis la Croix revint en Europe pour quelques rencontres de jeunes en Allemagne, puis en France et en Grèce. Elle fut présente au Synode des Evêques qui eut lieu à Rome au mois d’octobre.

En 1988, après la célébration de la IIIème Journée Mondiale de la Jeunesse du diocèse de Rome, le Dimanche des Rameaux, la Croix fut portée en Allemagne, puis en France, et elle traversa de nouveau l’Atlantique, et cette fois pour se rendre à Steubenville aux Etats Unis.

En 1989, la Croix fit le tour des diocèses des Pays Bas; en août elle se rendit en Espagne, à Saint-Jacques-de-Compostelle, où eut lieu, pour la IVème Journée Mondiale de la Jeunesse, la Rencontre Mondiale des Jeunes avec le Pape. Là, elle se trouvait au milieu de la foule, avec les jeunes du Centre San Lorenzo, pour accueillir le Pape le soir de la Veillée; le matin suivant, pour la Messe, elle fut placée en position plus centrale. Au mois d’octobre la Croix partit pour le Continent asiatique, pour la première fois, et se rendit à Séoul (Corée) à l’occasion du Congrès Eucharistique International.

En 1990, la Croix fut portée à la célébration de la Vème Journée Mondiale de la Jeunesse du diocèse de Rome, le Dimanche des Rameaux. Elle repartit deux fois pour le continent américain: au Mexique et aux Etats-Unis. Par ailleurs, elle fut portée en France, en Allemagne et pour finir en Italie.

En août 1991, à l’occasion de la VIème Journée Mondiale de la Jeunesse, les jeunes portèrent la Croix à Czestochowa (Pologne) pour participer à la nouvelle Rencontre Mondiale avec le Pape. Une fois encore, le Saint Père attira l’attention des jeunes sur la Croix: «Parmi nous, qui veillons ce soir, se tient la Croix. Vous avez porté ici cette Croix et vous l’avez élevée au centre de notre assemblée. [...] La Croix, signe de l’amour ineffable de Dieu. Elle est le signe qui nous révèle que “Dieu est amour” (cf. 1 Jn 4,8)» (14 août 1991). Ensuite, la Croix est allée en Allemagne (mai et juin) et en Suisse (octobre et novembre).

Le Dimanche des Rameaux 1992, au cours de la célébration de VIIème Journée Mondiale de la Jeunesse du Diocèse de Rome, la Croix fut confiée aux jeunes des Etats Unis, où devait avoir lieu la Rencontre Mondiale suivante. A la prière de l’Angelus, le Saint Père fit le souhait suivant: «Que la Croix de l’Année Sainte - l’arbre de vie! - qui maintenant passe des mains des jeunes polonais aux vôtres, jeunes venus des Etats-Unis, accompagne votre itinéraire de préparation» (12 avril 1992). Avant de commencer son voyage à travers les diocèses américains, la Croix fut portée en Australie, où les jeunes désiraient beaucoup l’accueillir même pour un bref séjour.

En 1993 la Croix commença son voyage à travers les Etats-Unis, présidant les célébrations, les rassemblements, les rencontres et les pèlerinages réalisés dans ces régions. Elle fut ensuite portée à la Rencontre Mondiale des Jeunes avec le Pape, qui eut lieu à Denver pour la VIIIème Journée Mondiale de la Jeunesse. Aux jeunes rassemblés, le Saint Père dit: «Suivez la Croix “pèlerine”; allez à la recherche de Dieu, parce que vous pouvez le trouver même au coeur d’une ville moderne» (12 août 1993). La Croix continua à voyager à travers les Etats-Unis jusqu’à la fin de l’année.

Le Dimanche des Rameaux 1994, au cours des célébrations de la IXème Journée Mondiale de la Jeunesse du diocèse de Rome, Place Saint-Pierre, une délégation de jeunes des Etats-Unis passa la Croix à une délégation de jeunes des Philippines; en effet, à Denver le Saint Père avait annoncé: «La Croix de l’Année Sainte nous conduira à une rencontre avec un peuple généreux et rempli de foi, celui des Philippines» (15 août 1993). La Croix s’envola donc vers les Philippines, où elle entreprit un long pèlerinage à travers 79 diocèses du pays, se déplaçant tantôt en bateau, tantôt portée sur les épaules des jeunes ou encore par tout autre moyen de transport possible.

En janvier 1995, eut lieu à Manille une nouvelle Rencontre Mondiale des jeunes avec le Pape, à l’occasion de la Xème Journée Mondiale de la Jeunesse. La Croix fut portée dans la ville quelques jours avant la célébration. Au cours de la Veillée du samedi soir, le Saint Père s’exprima ainsi: «La Croix pèlerine passe d’un Continent à l’autre et les jeunes venus de tous les coins du monde se rassemblent pour témoigner ensemble que Jésus-Christ est le même pour chacun, et que son message est toujours le même. En lui il n’existe pas de division, ni de rivalité ethnique, ni de discrimination sociale. Tous sont frères et soeurs dans la seule et unique famille de Dieu» (14 janvier 1995).

Après la Journée Mondiale la Croix revint en Italie, où elle se rendit en plusieurs villes et lieux de pèlerinage.

La Croix fut ensuite confiée par un groupe de jeunes philippins à un groupe de jeunes français le Dimanche des Rameaux de l’année 1996, au cours de la célébration de la XIème Journée Mondiale de la Jeunesse du diocèse de Rome, Place Saint-Pierre. Voici les paroles du Saint-Père: «Prendre la Croix dans les bras , aujourd’hui, la passer de main en main, constitue un geste très éloquent. C’est comme vouloir dire: Seigneur, nous ne voulons pas rester avec toi seulement au moment des “Hosanna”; mais, avec ton aide, nous voulons t’accompagner sur le chemin de la Croix comme l’ont fait Marie, ta Mère et la nôtre, et l’apôtre Jean» (31 mars 1996). Tout de suite après, les jeunes français portèrent la Croix dans leur pays, où elle fit son entrée triomphale dans la cathédrale de Chartres, où le soir même, en sa présence, fut célébrée la Messe des Rameaux. C’est alors que son nouveau pèlerinage la porta à visiter 90 diocèses et mouvements, ainsi qu’en Allemagne et aux Pays-Bas. En Allemagne, cette fois, elle se rendit à Berlin où le Saint-Père avait une rencontre avec les jeunes de la capitale. La Croix resta là toute la nuit avec les jeunes recueillis en prière.

En 1997 la Croix poursuivit son pèlerinage en France et dans les pays voisins (Autriche  en janvier, Belgique en avril), arrivant à Paris en août pour la XIIème Journée Mondiale de la Jeunesse, de nouveau célébrée avec une Rencontre Mondiale des Jeunes avec le Pape. Elle retourna immédiatement après à Rome.

En 1998, au cours de la célébration de la XIIIème Journée Mondiale de la Jeunesse du diocèse de Rome Place Saint-Pierre, une délégation de jeunes français remit la Croix à une délégation de jeunes italiens: la Rencontre Mondiale suivante devait avoir lieu à Rome à l’occasion du Grand Jubilé de l’An 2000. Dans son homélie du Dimanche des Rameaux, Jean-Paul II dit: «Chers jeunes, le message de la Croix vous est aujourd’hui reproposé. C’est à vous, qui serez les adultes du troisième millénaire, qu’est confiée cette Croix qui sera remise d’ici peu par un groupe de jeunes français à une délégation de la jeunesse de Rome et d’Italie. De Rome à Buenos Aires; de Buenos Aires à Saint Jacques de Compostelle; de Saint Jacques de Compostelle à Czestochowa; de Jasna Góra à Denver; de Denver à Manille; de Manille à Paris; cette Croix a pérégriné avec les jeunes, d’un pays à l’autre, d’un continent à l’autre. Votre choix, jeunes chrétiens, est clair: découvrir dans la Croix du Christ le sens de votre existence et la source de votre enthousiasme missionnaire» (5 avril 1998). Après cette célébration, la Croix commença à parcourir tout le territoire italien.

En 1999, au cours de son pèlerinage à travers l’Italie, la Croix s’arrêta à Turin pour le Dimanche des Rameaux (14 mars) et participa a une rencontre de jeunes, avec liaison télévisée avec la Place Saint-Pierre pour l’Angelus du Pape. En mai, elle se trouvait à Ancône, à l’occasion de la visite pastorale du Saint Père. La première étape de l’itinéraire jubilaire s’est réalisée, autour de la Croix, à l’occasion de la fête de la Croix Glorieuse du 14 septembre à Rome, à la Basilique de la Sainte Croix de Jérusalem.

En l’An 2000, la Croix se mit en route dans toute l’Italie: à la dernière étape de son pèlerinage, elle fut portée sur les épaules de Mantoue à Rome, par un groupe de 200 jeunes, qui la remirent aux délégués du Forum international des Jeunes avec ce message: «Pendant ce parcours nous nous sommes pris à aimer cette Croix... mais nous sommes vraiment heureux de vous la remettre, parce que cette Croix n’est pas la nôtre, c’est la Croix de tous et elle est pour tous. Et en plus, nous comprenons que ce geste, qui est pour nous le dernier geste de notre pèlerinage, marque aussi le départ d’une vie nouvelle, où la Croix n’est plus en bois, mais c’est la Croix que nous devrions porter tous les jours avec nous» (12 août 2000). Puis la Croix fut portée Place Saint Pierre pour l’ouverture de la XVème Journée Mondiale de la Jeunesse, célébrée au cours d’un des plus grands rassemblements de jeunes jamais vus: entre le 15 et le 20 août 2000, la Croix a été la protagoniste d’un imposant Chemin de Croix qui, partant du Forum Romain arriva au Colisée, voyant des milliers de jeunes s’approcher du Sacrement de la Réconciliation au Cirque Maxime, et plus de deux millions de personnes pour participer à la Messe de clôture célébrée par le Saint-Père à Tor Vergata.

En 2001, à nouveau sur la Place Saint Pierre pour la célébration de la XVIème Journée Mondiale de la Jeunesse du diocèse de Rome, une délégation de jeunes italiens a remis la Croix à un groupe de jeunes du Canada où devait avoir lieu la Rencontre Mondiale suivante. Après avoir traversé l’Atlantique une nouvelle fois, la Croix commença son long pèlerinage dans l’immense territoire canadien: voyageant sur des avions privés ou de ligne, traînée par des chiens de luge, transportée par grue, sur des tracteurs, sur des bateaux à voile et de pêche, elle allait visiter paroisses, prisons de jeunes, écoles, universités, monuments nationaux, centres commerciaux, rues du centre, des parcs et des quartiers de vie nocturne.

En 2002, la Croix poursuivit son voyage au Canada, interrompu pendant trois jours en février, quand elle fut portée à New York au «Ground Zero», en signe d’espérance pour le peuple des Etats-Unis, après la tragédie du 11 septembre 2001. Puis la Croix retourna au Canada. Le 28 avril, un groupe de jeunes de l’Ontario et du Quebec (appelés «portageurs»), partit avec la Croix de la Cathédrale Marie Reine du Monde de Montréal, pour la porter à pied jusqu’à Toronto, pour un pèlerinage qui dura 43 jours: partout où elle s’arrêtait, au cours de ce long voyage, la Croix attirait énormément de gens en prière, qui venaient la toucher et l’embrasser avec ferveur. A Toronto, la Croix resta avec les jeunes pour la XVIIème Journée Mondiale de la Jeunesse, où elle fut placée au centre de toutes les célébrations principales. Voici les paroles du Pape au cours de la Cérémonie d’accueil à Toronto: «C’est en cheminant avec le Christ qu’on peut conquérir la joie, la vraie joie! C’est justement pour cela qu’Il vous a répété aujourd’hui encore un message de joie: “Bienheureux êtes-vous...”. En accueillant maintenant sa Croix glorieuse, cette Croix qui a parcouru avec les jeunes tant de rues du monde, laissez résonner dans le silence de votre coeur cette parole consolante et en même temps exigeante “Bienheureux êtes-vous...”» (25 juillet 2002).

Après la Rencontre Mondiale de Toronto, la Croix est retournée en Europe, où elle se déplaça en République Tchèque jusqu’à la fin de l’année.

Du 21 mars au 5 avril 2003 la Croix a été en Irlande, revenant à temps à Rome pour le Dimanche des Rameaux, lorsque les jeunes canadiens l’ont confiée aux jeunes d’Allemagne, pays hôte de la prochaine Rencontre mondiale. A la fin de la messe des Rameaux, Jean-Paul II a voulu donner aux jeunes une reproduction de l’Icône de Marie Salus Populi Romani: « A la délégation venue d’Allemagne, je confie aujourd’hui l’Icône de Marie. Désormais, avec la Croix, elle accompagnera les Journées Mondiales de la Jeunesse. Elle sera le signe de la présence maternelle de Marie aux côtés des jeunes, appelés, comme l’apôtre Jean, à l’accueillir dans leur vie » (Angélus, XVIIIème Journée Mondiale de la Jeunesse, 13 avril 2003). Cette reproduction de l’Icône, dont l’originale est conservée en la basilique Sainte-Marie-Majeure à Rome, a constitué une figure centrale durant les célébrations des JMJ 2000 à Tor Vergata. Avec la Croix, elle se trouve maintenant en pèlerinage dans plusieurs pays européens, avant de gagner l’Allemagne pour les XXèmes Journées Mondiales de la Jeunesse, qui se tiendront à Cologne en 2005.

******

Nombreux sont les témoignages des personnes qui ont été touchées par leur rencontre avec la Croix: au cours de ces dernières années, ces témoignages sont devenus encore plus nombreux, ou peut-être ont-ils connu une plus grande diffusion à travers l’internet. On peut les trouver au Centre International de Jeunes San Lorenzo, où la Croix se trouve habituellement, mais aussi sur les revues et les publications réservées aux JMJ.

Certains se demandent comment deux morceaux de bois peuvent bien susciter un effet pareil sur la vie d’une personne; et pourtant, partout où se déplace la Croix, les gens demandent qu’elle puisse revenir. Avec cette Croix on perçoit la présence et l’amour de Dieu. A travers cette Croix, de nombreux jeunes arrivent à mieux comprendre la Résurrection et certains trouvent le courage de prendre des décisions pour leur vie. Un des «portageurs» canadiens a dit: «Cette Croix a eu un effet incroyable dans toutes les nations qu’elle a visitées. Je m’en suis rendu compte avec une clarté particulière, pendant la cérémonie au cours de laquelle nous avons reçu la Croix des mains des Italiens: ils étaient extrêmement émus, ils pleuraient de devoir s’en séparer. Quant à nous, nous pleurions aussi, mais de joie, parce que nous savions que nous étions en train de recevoir un symbole puissant qui aurait laissé une trace dans notre pays».

Conseil Pontifical pour les Laïcs, juillet 2003


[1] Les Journées Mondiales de la Jeunesse sont célébrées depuis lors chaque année au niveau diocésain. A partir de 1987, tous les deux ans, dans le cadre de cette célébration, il devait y avoir une grande Rencontre Mondiale des Jeunes avec le Pape, chaque fois dans une ville d’un continent différent.

 

top