The Holy See
back up
Search
riga

 
UN APPEL AUX ORDRES CONTEMPLATIFS


Tous les ans depuis 1967 I'Eglise célèbre une "Journée mondiale des communications sociales". Cette célébration, fixée au dimanche précédant la Pentecôte, aura lieu cette année le 3 juin prochain. Le thème, approuvé par le Saint-Père, en sera: " Les moyens de communication sociale au service de l'affirmation et de la promotion des valeurs spirituelles ".

Tous le savent: les moyens modernes de communication - presse, radio, télévision, cinéma, disques, et d'autres encore, dont certains si nouveaux qu'ils sont à peine lancés dans le public - exercent une profonde influence sur le monde contemporain. De plus en plus leur action dépasse les frontières. Bien utilisés, ils peuvent contribuer efficacement au développement de la fraternité et de la compréhension entre les peuples.

L'Eglise est parfaitement consciente des énormes possibilités qu'offrent les masses-media pour promouvoir la justice, la paix, la bienveillance, la solidarité et la charité parmi les hommes, et, finalement pour instaurer l'unité (Communio et progressio, n. 12). Elle voit dans les media des instruments providentiels à mettre en oeuvre aujourd'hui tant pour le développement de la personne humaine que pour l'amélioration des relations sociales, ce qui est bien en conformité avec le dessein de Dieu sur l'humanité.

Dans son discours du 24 janvier dernier à l'Association de la presse étrangère en Italie, Paul VI exprimait ses préoccupations sur certains points concernant l'homme de notre temps: droits, famille, culture, problèmes économiques et sociaux, édification de la communauté internationale... Sa Sainteté ajoutait: " Il n'est aucun problème humain qui échappe à notre sollicitude. Dans tous ces domaines les chrétiens ont à apporter leur contribution, en collaboration avec tous les autres hommes, sans perdre de vue toutefois que le but final est le ciel ".

Visant directement ceux qui détiennent les moyens modernes de communication, le Pape disait qu'ils leur faut être bien conscients de leur responsabilité. Il dépend de leur droiture que ces moyens, loin de dégrader le public, soient pour lui source d'inspiration et d'encouragement. Les media doivent témoigner d'un amour incorruptible de la vérité et de la modestie, et d'une réelle disponibilité pour le dialogue. Le Pape rappelait en outre que les professionnels des moyens de communication sociale ont la mission responsable de transrnettre des informations sur l'homme au plan humain, mais aussi à faire part des valeurs spirituelles authentiques.

On ne saurait trop y insister: les moyens de communication ne sont en eux-mêmes que des instruments inertes, dont la valeur dépend de l'usage qui en est fait. Puissants et efficaces comme ils le sont, il faut veiller à ne les utiliser qu'au service des valeurs spirituelles fondamentales qui assurent le bien et le développement de l'homme, et non pour semer l'erreur et la confusion, ce qui aboutit en définitive à faire naître la défiance dans l'opinion publique.

La presse quotidienne et les autres publications, ainsi que les moyens audio-visuels, offrent de nombreux exemples de refus ou d'altération des valeurs spirituelles. Le malheur est que les masses-media sont souvent entre les mains d'individus ou de groupes indignes de la grave responsabilité qu'ils portent. Leur seule préoccupation est de s'en servir pour satisfaire leurs intérêts, leur ambition ou leur soif de puissance, et pour réaliser leurs desseins ils n'ont aucun scrupule à faire appel aux instincts les moins nobles des hommes. Cette attitude est particulièrement déplorable quand elle atteint des personnes consacrées à l'Eglise, quand elle attaque la foi et les convictions profondes des personnes, ou encore lorsqu'elle agit subtilement sur le subconscient en violentant la liberté.

L'Eglise a charge de proposer les critères et les orientations pour un usage correct des media. Elle sait parfaitement que ceux-ci sont aujourd'hui indispensables pour diffuser la Parole de Dieu, conformément à la mission qu'elle a recue du Seigneur. Elle fait appel à la conscience des professionnels des media - et notamment de ceux qui occupent les places de direction - et elle leur demande de participer à l'éducation du public pour lui permettre d'apprécier ces moyens en fonction des valeurs spirituelles et de discerner, dans ce qu'il lit, voit ou écoute, ce qui est vrai de ce qui est faux.

Mais ce n'est pas au moyen de la seule éducation qu'il sera possible de résoudre tous les problèmes des masses-media Ces problèmes sont aujourd'hui d'une telle portée qu'ils exigent la mobilisation de la conscience de tous les chrétiens et de tous les hommes de bonne volonté afin d'améliorer le contenu des messages transmis. Il faut que l'on décerne des éloges aux bons programmes et aux bonnes publications, et que l'on conteste énergiquement ceux et celles qui offrent des matières offensant les valeurs chrétiennes fondamentales.

Il n'est pas facile pour l'Eglise de mener une action concrète à propos des media qui agissent sur le plan extérieur. Mais grâce à des moyens surnaturels, comme le saint sacrifice de la Messe, la prière, le sacrifice personnel, l'appel à Dieu pour éclairer les esprits, discipliner les volontés, elle peut espérer faire en sorte que l'effet négatif des media soit changé et dirigé vers le bien, conformément au dessein de Dieu. Ce n'est que par ces moyens spirituels que le Peuple de Dieu pourra être sensibilisé sous l'action de la grâce qui l'éclairera et le rendra fort.

La "Journée mondiale des communicalions sociales" est donc une invitation à réfléchir et un appel qui s'adresse à la conscience de tout être humain. Mais elle est avant tout une invitation à la prière, moyen de communication par excellence; une invitation faite à tous les hommes de bonne volonté - et principalement à ceux qui ont été appelés par Dieu à un rôle spécial dans la vie de l'Eglise - de prier afin d'obtenir que ceux qui ont en mains les moyens de communication sociale en fassent bon usage.

Comme le disait Paul VI aux fidèles assemblés lors de l'audience générale du 14 février dernier, le monde d'aujourd'hui " ne prie pas volontiers, ne prie pas facilement; et apparemment il ne souffre pas de ce manque de prière ". Cette opposition à la prière provient, disait le Saint-Père, d'une certaine " paresse psychologique ". Elle est causée par la surabondance des biens matériels, de choses matérielles trop souvent contaminées par la sensualité, par la permissivité, dont se rendent souvent coupables les moyens de communication sociale.

Le Pape a manifesté ses graves préoccupations pour les problèmes de l'homme et pour l'écho qu'en donnent les media. Ces problèmes ne peuvent laisser indifférents les religieux et les religieuses. Le document conciliaire Perfectae Caritatis nous le rappelle: " Il faut que les membres de tout institut, ne cherchant avant tout que Dieu seul, unissent la contemplation par laquelle ils adhèrent à lui de coeur et d'esprit et l'amour apostolique qui s'efforce de s'associer à l'oeuvre de la Rédemption et d'étendre le Royaume de Dieu " (n. 5). Et un peu plus loin, à propos des contemplatifs: " Ils illustrent le peuple de Dieu par des fruits abondants de sainteté, ils l'entrainent par leur exemple et procurent son accroissement par une secrète fécondité apostolique. Ils sont l'honneur de l'Eglise et une source de grâces célestes " ( n . 7 ). Ils ont aussi à maintenir intacte leur vocation particulière tout en priant et en se sacrifiant pour le monde qu'ils ont quitté afin de se consacrer à Dieu sans réserve.

Il est certain que ceux qui opèrent dans le champ de l'apostolat des communications sociales doivent rechercher l'aide des religieux contemplatifs, qui peuvent rendre cet apostolat plus fécond grâce à leur vie consacrée, à leur action, à leur prière et à leurs sacrifices.

Nous faisons donc appel à tous les religieux et religieuses contemplatifs qui, bien qu'utilisant modérément les moyens de communication sociale, peuvent aider à cet apostolat grâce à leur pleine dédition à Dieu. Ils ont consacré leur vie tout entière à l'affirmation silencieuse et à la promotion vigoureuse des valeurs spirituelles, qui sont au centre de leur existence. Les chrétiens courent le risque de perdre ces valeurs. Le Saint-Père le leur rappelle au jourd'hui: elles sont le coeur même de leur vocation au sein du peuple de Dieu.

C'est pourquoi cette Commission pontificale sollicite instamment l'aide des prières de tous les contemplatifs. Que grâce à leur dévouement et à leurs sacrifices exceptionnels les moyens de communication s'attachent consciencieusement à exprimer et à promouvoir les véritables valeurs chrétiennes. Nous aimons à espérer que cet échange nous aidera à obtenir de Dieu la grâce de pouvoir communiquer à tous les hommes une saine compréhension de l'usage des moyens de communication, dans un climat imprégné par les vraies valeurs spirituelles.

Nous lançons donc un appel en faveur de ce support spirituel unique, et nous demandons à Dieu d'aider tous les religieux contemplatifs à garder intacte leur ferveur et de les bénir sans fin.

Cité du Vatican - Pâques 1973

EDWARD L. HESTON, C.S.C.
Archevêque titulaire de Numida
Président
André M. Deskur
Secrétaire

top