The Holy See
back up
Search
riga

CONSEIL PONTIFICAL POUR LES COMMUNICATIONS SOCIALES

PORNOGRAPHIE ET VIOLENCE
DANS LE MÉDIA
UNE RÉPONSE PASTORALE

INTRODUCTION

1. Une révolution mondiale dans l'évaluation des valeurs morales s'est vérifiée au cours de ces dernières années. Ce renversement implique des changements profonds dans notre manière actuelle de penser et d'agir. Les média ont joué et continuent à jouer un rôle important dans ce processus de transformation individuelle et sociale, dans la mesure où ils introduisent et se font le reflet de nouvelles attitudes et de nouveaux styles de vie.(1).

2. Certaines de ces modifications en cours sont positives. Aujourd'hui, comme l'a récemment affirmé Jean Paul II, "la première note positive est que beaucoup d'hommes et de femmes ont pleinement conscience de leur dignité et de celle de chaque être humain... Simultanément, dans le monde divisé et bouleversé, on voit se développer la conviction d'une interdépendance radicale et, par conséquent, la nécessité d'une solidarité qui l'assume et la traduise sur le plan moral",(2) Les communications ont contribué à ces changements appréciables.

3. Dans un grand nombre de cas, on assiste par contre à une détérioration. Parallèlement aux anciens abus, de nouvelles violations de la dignité et des droits humains s'ajoutent à la négation des valeurs et des idéeaux chrétiens. Là aussi les média ont leur part de responsabilité.

4. Les média, s'il est vrai-comme l'affirme le Concile Vatican II- "qu'ils rendent de grands services au genre humain", sont cependant concernés car "ils peuvent être utilisés à l'encontre des desseins du Créateur et tourner à la propre perte de l'humanité".(3).

5. Un des phénomènes allarmants de notre temps est la diffusion de plus en plus étendue de la pornographie et de la violence généralisée dans les média. Les livres ou revues, le cinéma et le théâtre, la télévision et les vidéocassettes, les télécommunications elles-mêmes offrent souvent des scènes de violence ou de sexualité permissive qui arrivent au seuil de la pornographie ou qui sont moralement inacceptables.

6. L'exaltation de la violence et la pornographie sont des attitudes ancestrales de l'expérience humaine, là où elle exprime la dimension la plus sombre de la nature humaine blessée par le péché. Au cours de ce dernier quart de siècle, elles ont acquis une nouvelle ampleur et posent désormais de sérieux problèmes sociaux. Alors que la confusion au sujet des normes morales s'élargit, les communications ont rendu la pornographie et la violence accessibles à un vaste public, comprenant les enfants et les jeunes. Cette dégradation était confinée antérieurement aux régions riches. Par les communications, elle commence maintenant à corrompre les valeurs morales des pays en voie de développement.

7. Les média peuvent à la fois édifier l'unité et la compréhension mutuelle et d'autre part transmettre une vision déformée de l'existence de la famille, des valeurs religieuses et éthiques: c'est-à-dire une interprétation qui ne respecte pas l'authentique dignité et destinée de la personne humaine.(4) En particulier, les responsables familiaux de différentes régions du monde ont exprimé leur préoccupation bien compréhensible au sujet des films, des vidéocassettes et des programmes de télévision que leurs enfants peuvent voir, ainsi que des enregistrements qu'ils peuvent entendre ou des publications qu'ils peuvent lire. Ils ne désirent en aucun cas que les valeurs morales inculquées à la maison soient détruites par des productions répréhensibles, trop facilement accessibles partout-souvent grace aux média.

8. Le présent document désire illustrer les effets les plus graves de la pornographie et de la violence sur les individus et la société, et indiquer les causes principales du problème tel qu'il existe aujourd'hui. Il tentera enfin d'indiquer les remèdes à appliquer par les communicateurs professionnels, par le public, les autorités civiles et ecclésiales, les organismes religieux et les groupes appartenant au secteur privé.

EFFETS DE LA PORNOGRAPHIE ET DE LA VIOLENCE

9. L'expérience quotidienne confirme les études faites dans le monde entier sur les conséquences négatives de la pornographie et des scènes de violence transmises par les média.(5) On entend par pornographie, au sein des média, la violation, grâce à l'usage des techniques audiovisuelles, du droit à la 'privacy' du corps humain dans sa nature mâle ou femelle. Cette violation réduit la personne humaine et le corps humain à un objet anonyme, destiné à un mauvais usage et dont l'intention est la jouissance concupiscente. La violence, dans ce contexte, peut être comprise comme une présentation, faisant appel aux instincts humains les plus bas, d'actions qui sont contraires à la dignité de la personne et qui évoquent une intense force physique exercée de manière profondément offensive et souvent passionnée. Les spécialistes divergent parfois sur l'étendue de l'impact de ce phénomène et sur la manière dont les individus et les groupes sont touchés par celui-ci. Les lignes de faîte de la question apparaissent cependant claires, nettes et inquiétantes .

10. Personne ne peut se considérer exempt des effets dégradants de la pornographie et de la violence, ou à l'abri des dégats causés par ceux qui se laissent inspirer par celles-ci. Les enfants et les jeunes sont particulièrement vulnérables et spécialement exposés à en devenir les victimes. La pornographie et la violence sadique déprécient la sexualité, pervertissent les relations humaines, asservissent les individus - en particulier les enfants et les femmes-, détruisent le mariage et la vie de famille, inspirent des attitudes anti-sociales et affaiblissent la fibre morale de la société.

11. Il est donc évident qu'un des effets de la pornographie est le péché. La participation volontaire à la production et à la diffusion de ces produits nocifs doit etre considérée comme un mal moral sérieux. De plus, cette production et cette diffusion ne pourraient pas avoir lieu s'il n'y avait pas un marché de demande. Ceux qui font usage de ce matériel ne nuisent donc pas seulement à eux-memes mais contribuent à la promotion d'échanges commerciaux néfastes.

12. Une fréquente exposition des jeunes enfants au contexte de violence dans les média peut etre troublante pour ceux-ci, encore incapable de distinguer nettement entre imagination et réalité.

Successivement, la violence sadique au sein des média peut conditionner les personnes impressionnables, surtout les jeunes, au point qu'ils la considèrent acceptable, normale et digne d'etre imitée.

13. On a dit qu'un lien existerait entre pornographie et violence sadique. Une certaine pornographie est ouvertement violente dans son expression et son contenu. Ceux qui voient, entendent ou lisent un tel matériel risquent de l'introduire dans leur propre comportement. Ils en arrivent à perdre tout respect envers les autres en tant qu'enfants de Dieu et en tant que frères et soeurs de la meme famille humaine. Un tel lien entre pornographie et violence sadique a des implications particulières pour les personnes atteintes de maladie mentale.

14. Ce que l'on appelle la pornographie douce ("soft core") peut progressivement paralyser la sensibilité, étouffant graduellement le sens moral des individus au point de les rendre moralement et personnellement indifférents aux droits et à la dignité d'autrui.
La pornographie-comme la drogue-crée un besoin et pousse les individus à rechercher du matériel plus excitant (le "hard core") et pervers, la pornographie dure. La probabilité d'une attitude anti-sociale sera d'autant plus grande, dans la mesure où le processus se poursuivra.

15.La pornographie favorise les fantasmes et les comportements malsains. Elle compromet le développement moral de la personne et les relations humaines saines et adultes, particulièrement dans le mariage et la famille, qui exigent une confiance mutuelle ainsi qu'une intégrité morale explicite de l'esprit et des actions de chaque personne.

16. La pornographie met en cause le caractère familial de l'authentique sexualité humaine. Dans la mesure où la sexualité est considérée comme une recherche frénétique de jouissance individuelle, plutot qu'une expression durable d'amour dans le mariage, la pornographie apparaîtra comme un facteur capable de miner la vie familiale dans sa totalité.

17. Au pire, la pornographie agira comme élément d'incitation ou de renforcement, un complice indirect, dans les cas d'agressions sexuelles graves et dangereuses: contre les enfants, ou encore les enlèvements et les meurtres.

18. Un des messages centraux de la pornographie et de la violence est le mépris des autres: considérés comme objets plus que comme personnes. La pornographie et la violence suppriment ainsi la tendresse et la compassion, pour faire place à l'indifférence et meme à la brutalité.

CAUSES DE CE PROBLEME

19. Une des raisons fondamentales de l'expansion de la pornographie et de la violence sadique au sein des média semble etre la propagation d'une morale permissive, basée sur la recherche d'une satisfaction individuelle à tout prix. Un nihilisme moral de désespoir s'y ajoute, qui fait du plaisir le seul bonheur accessible à la personne humaine.

20. Un certain nombre de causes plus immédiates contribuent ultérieurement à l'escalade de la pornographie et de la violence dans les média. Parmi celles-ci, mentionnons:

  • la soif du gain. La pornographie est une industrie lucrative. Certains secteurs de l'industrie communicative ont succombé tragiquement à la tentation d'exploiter la faiblesse humaine, particulièrement celle des jeunes et des esprits impressionnables, pour tirer profit des productions pornographiques ou de violence. Cette industrie pornographique est parfois à ce point lucrative qu'elle fait partie, dans certaines sociétés, du crime organisé;

  • arguments faussement libertaires. La liberté d'expression impose, selon certains, une tolérance envers la pornographie, au prix de la santé morale des jeunes et au prix du droit de chacun à la 'privacy' ainsi qu'à une ambiance de décence publique. Certains affirment meme erronément que le meilleur moyen de combattre la pornographie est de la légaliser. Ces arguments sont parfois proposés par des groupes minoritaires qui n'adhèrent pas aux critères moraux de la majorité et qui ne reconnaissent pas la part de responsabilité liée à l'affirmation de chaque droit revendiqué. Le droit à la liberté d'expression n'existe pas dans le vide. La responsabilité publique de promouvoir le bien moral des jeunes, de garantir le respect des femmes, de la vie privée et de la décence publique montre clairement que la liberté ne peut etre comparée à la licence;

  • l'absence de lois soigneusement élaborées ou la non application de lois déjà existantes en vue de protéger le bien commun, en particulier la moralité des jeunes;

  • la confusion et l'apathie d'un grand nombre de personnes, y compris parmi les membres de la communauté ecclésiale, qui se considèrent, à tort, étrangers au phénomène de la pornographie et de la violence, ou incapables d'y porter remède.

 

COMMENT AFFRONTER LE PROBLEME

21. La propagation de la pornographie et de la violence par les média porte atteinte aux personnes et aux sociétés. Elle crée un problème urgent et exige des réponses réalistes de la part des individus et des communautés. Le droit légitime de liberté d'expression et de libre échange d'information doit être préservé. Pareillement, il faut sauvegarder le droit de chacun, des familles et de la société, à la vie privée, à la décence publique et à la protection des valeurs essentielles de la vie.

22. Sept secteurs d'action se présentent à notre attention concernant les devoirs à accomplir: les média, les parents et les éducateurs, les jeunes, le public, les autorités civiles, l'Eglise et les groupes religieux.

23. LES PROFESSIONNELS DE LA COMMUNICATION. Il est injuste de dire que tous les média et tous les communicateurs prennent part à ce commerce nuisible. Plusieurs communicateurs se distinguent par leur qualité personnelle et professionnelle. Ils essaient de prendre en charge leurs responsabilités en appliquant fidèlement les normes morales et sont animés du plus grand respect envers le bien commun. Ils méritent-principalement ceux qui s'appliquent à créer de sains divertissements familiaux-notre admiration et notre encouragement.

Il faut inciter ces communicateurs à se concerter pour formuler et appliquer des codes éthiques dans les communications et la publicité, inspirés au bien commun et orientés vers le développement de tout le genre humain. Ces codes de comportement sont particulièrement nécessaires dans le contexte de la télévision, qui permet aux images d'entrer directement dans les foyers où les enfants peuvent se trouver seuls et sans surveillance. La réelle maîtrise de soi est le meilleurs contrôle, et l'auto-régulation au sein des média est la première et la plus souhaitable des lignes de défense contre ceux qui veulent corrompre les échanges de communication et la société, cherchant leur profit dans la production de programmes pornographiques et violents.

Les communicateurs sont instamment invités à faire mieux connaitre, par les média, les dispositions à prendre pour endiguer la marée de pornographie et l'exaltation de la violence dans la société.

24. LES PARENTS. Les parents sont invités à redoubler les efforts en vue d'une formation éthique complète des enfants et de la jeunesse. Cela implique l'éducation à une attitude saine envers la sexualité humaine basée sur le respect de la dignité de chaque personne humaine en tant qu'enfant de Dieu, sur la vertu de chasteté et sur la pratique de la discipline personnelle de vie. Une existence familiale équilibrée, où les parents sont de fidèles pratiquants et totalement dévoués l'un à l'autre ainsi qu'à leurs enfants, constituera l'école idéale pour la formation aux saines valeurs morales.

De nos jours, les enfants et les jeunes ont besoin d'éducation pour savoir comment choisir les programmes et comment devenir des usagers informés de la communication. En cette matière, les parents influencent principalement leurs enfants par leur exemple. Leur passivité ou leur autoindulgence vis-à-vis des média sera source de malentendus domageables pour la jeunesse. Une importance particulière doit etre attachée - du point de vue des jeunes - à l'exemple des parents en ce qui concerne leur amour authentique et la tendresse dans le mariage, ainsi qu'à leur disponibilité à discuter avec leurs enfants des questions qui les intéressent, dans un esprit d'affection et de gentillesse. Il faut également rappeler qu'en ce qui concerne l'éducation humaine,"on obtient plus en expliquant qu'en interdisant (6)

25. LES ÉDUCATEURS. Les principaux collaborateurs des parents, dans la formation morale des jeunes, sont les éducateurs. Les écoles et les programmes d'éducation doivent promouvoir et inculquer les valeurs éthiques et sociales, en vue de garantir l'unité et le sain développement de la famille et de la société.

Les programmes communicatifs les plus valables, dans le contexte éducatif, seront ceux qui forment les jeunes à une attitude critique et à une capacité de discernement dans leur usage de la télévision, de la radio et des autres média. Ils seront ainsi capables de résister aux manipulations et sauront comment éviter les habitudes purement passives dans l'écoute et la vision des émissions.

Il faut aussi souligner l'importance pour les écoles de mettre en relief le respect de la personne humaine, la valeur de la vie familiale et l'enjeu de l'intégrité morale personnelle.

26. LES JEUNES.Les jeunes peuvent contribuer à endiguer le flux cle la pornographie et de la violence dans les média en répondant positivement aux initiatives de leurs parents et éducateurs et en prenant leurs responsabilités quant à leurs propres décisions morales et quant à ]eurs choix dans le domaine des divertissements.

27. LE PUBLIC. Le public en général doit aussi faire entendre sa voix. Les citoyens ont la tache d'exprimer individuellement et collectivement-y compris les jeunes-leurs avis à l'intention des producteurs, des intérets commerciaux et des autorités civiles. Il est urgent d'engager un dialogue continu entre les communicateurs et les représentants du public, afin que ceux qui oeuvrent dans les média soient mis au courant des exigences réelles et des intérets des usagers.

28. L'AUTORITÉ CIVILE. Les législateurs, les administrateurs, les gardiens de la loi et les juristes sont appelés à répondre au problème de la pornographie et de la violence sadique difusées par les média. Des lois saines doivent etre promulguées, les lois ambiguës doivent etre clarifiées, les lois existantes doivent etre renforcées.

Etant donné que la production et la distribution de matériel pornographique présente des implications internationales, il faut agir au niveau régional, continental et international en vue de controler ce trafic insidieux. Ceux qui ont déjà pris de telles initiatives méritent tout notre soutien et notre encouragement.(7)

Les lois et les agents législatifs ont le devoir sacré de protéger le bien commun, particulièrement s'il concerne la jeunesse et les membres les plus vulnérables de la communauté.

Tenant compte de ce qui a été dit sur les effets négatifs de la pornographie et de la violence, une conclusion s'impose: le bien commun est mis en cause et demeure menacé par un tel matériel, dans la mesure où celui-ci est produit, distribué sans restriction ou règlementation.

L'autorité civile est tenue à prendre des dispositions rapides en vue d'affronter ce problème là où il existe et d'émaner des critères de prévention là où la question commence à se poser ou n'est pas encore devenue une urgence angoissante.

29. L EGLISE ET LES GROUPES RELIGIEUX. La responsabilité prioritaire de l'Eglise consiste en l'enseignement constant et clair des vérités morales fondamentales, y compris des vérités concernant la moralité sexuelle. A une époque où règnent le laxisme et la confusion sur les valeurs morales, la voix de l'Eglise doit etre prophétique. Cela l'amènera à etre considérée souvent comme un signe de contradiction.

La soi-disant " éthique " de la satisfaction individuelle immédiate est fondamentalement opposée à la pleine et intégrale réalisation de la personne humaine. L'éducation à la vie familiale et à l'insertion responsable dans la vie sociale exige la formation à la chasteté et à l'autodiscipline. Par contre, la pornographie et la violence généralisée tendent à offusquer l'image divine en chaque individu humain, affaiblissent le mariage et la vie de famille et portent gravement atteinte aux personnes et à la société.

Partout où cela est possible, l'Eglise est appelée à se joindre aux autres Eglises chrétiennes, communautés et groupes religieux afin d'enseigner et de promouvoir ce message. Elle doit également engager ses institutions et ses ministres à assurer une formation sur l'usage des communications de masse et sur leur propre role dans la vie individuelle et sociale. Une attention spéciale sera donnée à l'assistance des parents en ce domaine.

C'est pour cette raison que la formation aux média doit faire partie des programmes d'éducation des écoles catholiques, d'autres initiatives éducatives de l'Eglise ainsi que de la formation dans les séminaires.(8) Il en est de meme pour les programmes de formation des religieux (ses) et des membres d'instituts séculiers, ainsi que pour la formation permanente des pretres, et des sessions paroissiales de recyclage pour les adultes et pour la jeunesse. Les pretres et les religieux (ses) engagés dans l'éducation pastorale devraient eux-memes donner l'exemple du discernement dans l'usage des média écrits ou audio-visuels.

30. En conclusion, une attitude purement restrictive ou de censure de la part de l'Eglise vis-à-vis des média n'est ni suffisante ni appropriée. L'Eglise est tenue, au contraire, à engager un dialogue continu avec les communicateurs conscients de leurs responsabilités. Elle doit les encourager dans leur mission et les soutenir là où cela est possible et souhaitable. Les communicateurs catholiques et leurs organisations - qui ont une expérience et une connaissance spéciflques en la matière-sont appelés à jouer un role décisif dans de telles conversations.

31. En évaluant consciencieusement les productions et les publications, en fonction de critères moraux clairs et substantiels, les critiques catholiques et les organisations catholiques de communication seront en mesure d'offrir une assistance précieuse aux professionnels de la communication et aux familles. De fait, les orientations évoquées par les documents déjà existants sur les média, y compris les prises de position de nombreux éveques sur la pornographie et la violence, doivent etre prises en considération et devraient etre plus systématiquement appliquées.

32. Le présent document s'adresse aux familles qui ont largement exprimé leurs préoccupations et aux pasteurs de l'Eglise, en vue d'inviter à une réflexion de plus en plus ample sur la nature morale de la question suivante: Pourquoi sommes-nous en présence d'un tel déferlement de pornographie et de violence sadique dans les média, au cours de ces dernières années? Il s'agit de savoir comment mettre en pratique l'injonction de Saint Paul: "Ne te laisse pas vaincre par le mal, sois vainqueur du mal par le bien (Rom 12, 21)..

Conseil Pontifical pour les Communications Sociales.

Cité du Vatican, 7 mai 1989

JOHN P. FOLEY,
  Président

Mgr. PIERFRANCO PASTORE
Secrétaire


NOTES

(1) Instruction pastorale Communio et progressio, , 22.
(2) Encyclique Sollicitudo rei socialis,, 26.
(3) Décret Inter mirifica,, 2a.
(4) Exhortation apostolique Familiaris consortio, 76;cf JEAN PAUL 1. II, Message pour la Tournée Mondiale des Communications Sociales, 1 mai 1980.
(5) Parmi ceux-ci on peut citer: 1) The Longford Report on Pornograpby (titre original: Pornography: The Longford Report), Ricerche Mursia, Milan (Italie), 1978; 2) Final Report of the Attorney General's Commission on Pornography, Rutledge Hill Press, Nashville, Tennessee (U.S.A.), 1986; ISPES (Istituto di Studi Politici, Economici e Sociali), I e II rapporto sulla pornografia in Italia, Rome (Italie), 1986 et 1988.
(6) "Communio et progressio", 67.
(7) La CEE (Communauté économique européenne), le Conseil de l'Europe et l'UNESCO, entre autres, ont pris des initiatives en ce sens.
(8) Cf . CONGRÉGATION POUR L ÉDUCATION CATHOLIQUE, Orientations concernant la formation des futurs pretres aux communications sociales, 1986.

top