The Holy See
back up
Search
riga

 

CONGRÉGATION POUR L'ÉDUCATION CATHOLIQUE

ORIENTATIONS
POUR LA FORMATION DES FUTURS PRÊTRES
CONCERNANT LES INSTRUMENTS
DE COMMUNICATION SOCIALE


PRÉSENTATION

Le décret conciliaire "Inter mirifica", affrontant le phénomène moderne complexe des instruments de communication sociale, a, par cela même, mis en lumière de nombreux problèmes de caractère pastoral et de formation: ils regardent tout le Peuple de Dieu: le clergé, le laïcat, les institutions d'apostolat et d'éducation et, parmi celles-ci, en premier lieu, les Séminaires. Les brèves indications données à ce propos au n. 16 du décret en question et développées successivement au n. 111 de l'Instruction "Communio et progressio" et au n. 68 de la "Ratio fundamentalis", constituent désormais un important point de référence pour les Instituts de formation sacerdotale (les Facultés théologiques, les Séminaires et les Scolasticats des Religieux), leur offrant d'efficaces stimulants pour l'activité didactique et pratico-pastorale.

Etant donné, cependant, la grande diversité des situations locales, il est compréhensible que l'engagement formateur et ses fruits ne soient pas, à cet effet, partout les mêmes. S'agissant d'un domaine relativement neuf, pour lequel manquent parfois des expériences spécifiques et des enseignants bien préparés, toute l'oeuvre de formation se présente encore, dans plusieurs cas, difficile, peu systématique et incomplète: on observe parfois des carences d'organisation ou de techniques et des retards, qui contrastent avec l'évolution rapide qui est en train de se réaliser dans les systèmes et les techniques de communication, intéressant tout l'univers culturel, social et spirituel de la personne humaine (cf. Jean-Paul II, Message pour la XIXème journée mondiale des Communications Sociales, 15 avril 1985).

Pour que la préparation des futurs prêtres soit, dans ce domaine, moins inadéquate et réponde mieux aux graves devoirs qui les attendent, la Congrégation pour l'Education Catholique, après de nombreuses consultations auprès des experts en la matière, et, d'une façon particulière auprès de la Commission Pontificale pour les Communications Sociales, a le plaisir d'offrir aux Séminaires les présentes "Orientations" avec l'espoir de faciliter ainsi, d'une certaine façon, leurs responsabilités éducatives. Au-delà des développements futurs possibles et de la diversité des situations, à tous les Instituts de formation sacerdotale s'impose aujourd'hui, avec une grande urgence, un noyau commun de questions fondamentales qui regardent la conduite personnelle des récepteurs, l'usage pastoral des mass-media et la formation spécifique pour des devoirs particuliers. En se basant sur les expériences de ces dernières années, pour les trois niveaux de la formation, on donne ici quelques indications générales, en laissant aux Evêques et aux Educateurs le soin de s'en servir selon les circonstances concrètes et les nécessités locales.

Il n'y a aucun doute que l'on notera certaines limites dans l'itinéraire de formation tracé dans ce document. Mais nous sommes persuadés que, tel qu'il est, à un lecteur bienveillant et attentif, il sera suffisamment stimulant et capable d'imprimer à toute l'oeuvre éducative des Séminaires une direction plus conforme aux intentions du Concile Vatican II et aux autres exigences spirituelles de notre temps. Il ne reste donc qu'à souhaiter que, accueilli avec bienveillance, il soit mis en pratique dans tous les Instituts de formation sacerdotale pour le plus grand bien des candidats au sacerdoce et de toute l'Eglise.

Rome, du Palais de la Congrégation pour l'Education Catholique, 19 mars 1986, en la solennité de S. Joseph.



WILLIAM W. Card. BAUM
Préfet
 ANTONIO M. JAVIERRE ORTAS
Archev. tit. de Meta, Secrétaire




INTRODUCTION

1. La communication humaine, don de Dieu. Dieu bien suprême communique sans cesse ses dons aux hommes, objet de sa particulière sollicitude de son amour, avant de se communiquer plus pleinement à eux dans la vision bienheureuse. En outre pour que son image en l'homme reflète toujours plus la perfection divine (cf. Mt 5, 48) il a voulu l'associer à son oeuvre, le faisant à son tour messager et dispensateur des mêmes biens à ses frères et à toute l'humanité. L'homme en effet à cause de l'exigence de sa nature même, depuis le début de son existence s'est habitué à communiquer à ses semblables ses biens spirituels 1 aux moyens de signes sensoriellement perceptibles. Ainsi avec le temps et petit à petit il a inventé des modes et des manières de communication toujours plus aptes à dépasser les limites initiales de l'espace et du temps jusqu'à effectuer, avec un toujours plus rapide développement technologique, une communication désormais mondiale et immédiate avec toute l'humanité grâce aux instruments de communication sociale qui, aujourd'hui, vont s'intégrer dans une télématique compréhensive.

2. La révélation et la communication. Un tel développement providentiel de la communication ne pouvait pas ne pas intéresser l'Eglise, surtout dans la transmission des vérités révélées, communiquées par Dieu et par l'intermédiaire de l'Eglise pour être communiquées à tous les hommes. "Dieu, en effet, après avoir à plusieurs reprises et de diverses manières parlé par les prophètes, en dernier lieu nous a parlé par son Fils" ( 1, 1-2) en disposant "que ce qu'Il avait révélé pour le salut de tous les peuples devait rester toujours intègre et devait être transmis à toutes les générations. Ainsi le Christ Seigneur a ordonné aux Apôtres de prêcher l'Evangile à tous les peuples. Ce qui fut fidèlement exécuté tant par les Apôtres, lesquels par leur prédication orale, par leurs exemples et par leurs institutions, transmirent ce qu'ils avaient reçu de la bouche du Christ, par sa fréquentation et ses oeuvres (...) que par ces Apôtres et par les hommes de leur entourage, lesquels (...) ont mis par écrit l'annonce du salut. Les Apôtres, ensuite, pour que l'Evangile se conserve toujours intact et vivant dans l'Eglise ont laissé comme successeurs les évêques, leur donnant leur propre pouvoir de magistère". 2

3. De la communication à la communion. En des temps plus récents l'Eglise a considéré aussi les moyens de communication sociale comme agents de transmission providentiels pour réaliser sa mission de "prêcher, la Parole du salut, sur les toits" (Lc 12, 3) "à toutes les nations" (Mc 16, 15) "jusqu'aux extrémités de la terre" (At 1, 8). Elle a eu le souci de promouvoir la formation et la protection intégrale de l'homme et du chrétien. De fait l'Eglise a accueilli ces moyens comme "des inventions actuelles admirables qui touchent de près la vie intellectuelle et spirituelle de l'homme" 3 et comme "des fruits merveilleux de l'intelligence et du travail de l'homme, don de Dieu, de qui provient toute chose bonne". 4 Consciente, cependant de l'ambivalence de la culture et de la morale, elle n'a pas manqué de s'appliquer "avec un soin attentif"5à en prévenir tout "usage contraire au plan du Créateur" 6 et capable de les tourner aux détriments et à la ruine de l'homme.

Le magistère postconciliaire a indiqué dans le mot "communion" le terme idéal de toute communication: aussi bien interpersonnel, que de "masse"; et il a mis en relief les analogies et les convergences avec deux exemples divins de parfaite communication-communion. Le premier est dans le Christ Jésus "Celui qui communique à la perfection", dans lequel le Verbe incarné fit sienne "la nature de ceux qui devaient recueillir son message exprimé ensuite par Lui dans ses paroles et toute sa manière de vivre (...) en s'insérant entièrement parmi son peuple, en s'adaptant à leur manière de parler et à leur mentalité, à leur condition et état de vie (...). De plus par l'institution de l'Eucharistie: en nous donnant la forme la plus parfaite de communion qui puisse être donnée aux hommes (...). Enfin en nous communiquant son Esprit vivifiant qui est principe de communion et d'unité". 7 L'autre "exemple est dans le très grand mystère de l'éternelle communication-communion du Père, du Fils et du Saint-Esprit, unis dans une seule vie divine". 8

4. Instruments de la communication sociale et sacerdoce ministériel. L'influence toujours plus vaste et profonde qu'en ces dix dernières années les instruments de la communication sociale ont exercée sur presque tous les aspects, les secteurs et les rapports de la société, en créant de nouveaux problèmes, a amené le Magistère à multiplier les enseignements, les exhortations et les normes pour la sauvegarde et le bien non seulement des fidèles et des hommes de bonne volonté, mais aussi de tous ceux qui, dans le monde d'aujourd'hui, sont appelés à exercer le sacerdoce ministériel. 9 Conformément à ces orientations officielles de l'Eglise, cette Congrégation elle-même, déjà en 1970 dans Ratio Fundamentalis institutionis sacerdotalis, après avoir fourni des indications générales sur la problématique des instruments de la communication sociale, décidait que dans les séminaires, les futurs prêtres devaient être formés à leur bon emploi pour une triple fin: "s'imposer une discipline personnelle, pouvoir former à leur tour les fidèles et pouvoir les utiliser efficacement dans l'apostolat"; 10 et l'année suivante l'instruction pastorale Communio et progressio reproduisait ce programme en notant: "Pour ne pas rester étranger à la réalité de la vie et ne pas arriver sans préparation à leur tâche apostolique, les futurs prêtres, les religieux et les religieuses, dans les séminaires et dans les maisons de formation apprennent comment ces moyens influent sur la société humaine et aussi apprennent la technique pour les utiliser et que cet apprentissage soit partie intégrante de leur formation. 11

5. La situation présente. L'indication de la Ratio fundamentalis devait donc être présente dans les Conférences épiscopales compétentes afin de préparer les "Ratio" pour les nations respectives pour être plus spécifiques et explicites dans les programmes d'étude et dans les règlements de chaque séminaire.

Traitant d'une disposition regardant un secteur éducatif complètement nouveau, son exécution concrète ne pouvait être sans difficulté. Pour cette raison, cette Congrégation en 1977 mettait en route une enquête dans tous les séminaires, grands ou petits, pour vérifier si et comment l'initiation et la formation en ce domaine était en fait perçue et réalisée. Des réponses parvenues, il résulta que dans la majeure partie des centres de formation ecclésiastiques le problème était perçu; cependant, soit à cause d'une erreur d'individuation de l'objet et du cadre specifique des dites initiation et formation, soit par un manque de distinction entre ses buts et niveaux, on manquait encore presque complètement de programmes définis et organiques; en outre souvent on n'avait pas les personnes préparées pour les établir et les développer; dans beaucoup de cas, enfin, on a constaté l'insuffisance des moyens techniques et économiques.

6. Ce document. Au fil des années, ces insuffisances ne furent pas éliminées; bien au contraire, on relève d'autres retards par rapport aux progrès marqués, entre-temps, par la communication (humaine) sociale. C'est pourquoi, cette Congrégation, tout en louant ce qui a été fait de positif dans plusieurs séminaires et instituts d'enseignement dépendant de l'autorité ecclésiastique, dans le présent Document - après avoir consulté la Commission pontificale pour les Communications Sociales - se propose d'offrir quelques conseils, projets et directives de caractère plutôt général, étant donnée la fluidité de la matière et la diversité des situations locales, 12 afin de fixer d'une façon juste et rapide, et de réaliser efficacement, tout ce que le Magistère et la Ratio fundamentalis déjà citée ont ordonné ou suggéré.

Les Orientations s'addressent en premier lieu aux Conférences épiscopales et aux Evêques des diocèses des territoires de droit commun; ensuite aux Supérieurs et aux Professeurs des Séminaires. Les sujets, donc, de la formation et de l'initiation spécifiques dont traite le Document, sont d'abord les élèves des grands et petits séminaires de ces territoires; toutefois, il pourra rendre d'utiles services aussi aux séminaires et aux maisons de formation sacerdotale qui ne dépendent pas de la Congrégation pour l'Education Catholique.

7. L'objet. L'objet propre et direct de l'initiation et de l'éducation spécifiques auquel s'intéresse le Document, ce sont, en premier lieu, ces moyens modernes de communication qui sont souvent appelés mass media, 13 techniques de diffusion, communications de masse, audiovisuels... et par d'autres termes plus ou moins inadéquats. Le décret conciliaire Inter mirifica, suivi ensuite par le nouveau Code de Droit Canon, 14 les a plus exactement appelés "instruments de communication sociale": "la presse, le cinéma, la radio, la télévision et les autres instruments ayant les mêmes caractéristiques" (n. 1). Il se distinguent, en effet, par leur grande technicité, et aussi par leur particulière et très grande aptitude à la communication, qui est le premier facteur du phénomène très actuel de la socialisation. 15 Les Orientations ont encore pour objet les problèmes socio-culturels et moraux-pastoraux etroitement liés à ces instruments et, en premier lieu, à ceux qui concernent, d'une part, la communication humaine en général, et, d'autre part, la technologie, surtout aujourd'hui, microélectronique. 16 Cependant, en même temps que cet objet propre et direct du présent Document, les nécessités pastorales requièrent qu'on s'intéresse aussi occasionnellement à l'étude et à la pratique d'autres moyens et instruments d'expression et de communication, comme le théâtre, les arts figuratifs et autres, même s'ils n'entrent pas dans le cadre tracé plus haut.

8.Critères de rédaction. Le Document s'abstient délibérément de traiter des questions techniques et des théories sur les mass media et sur les phénomènes socio-culturels qui y sont liés; sur lesquelles, d'ailleurs les experts sont souvent en désaccord. En outre, ayant réuni en Appendice (n. I) les documents les plus significatifs, elle ne s'étend pas sur tout ce que le Magistère, en cinq décennies, a enseigné et ordonné à cet égard. Enfin, elle explique dans un autre Appendice (n. II) les thèmes et les sujets particuliers à traiter éventuellement aux trois divers niveaux de l'initiation et de l'éducation.

A) PRINCIPES COMMUNS

9. Trois niveaux. Il convient de distinguer et d'effectuer l'initiation et la formation suivant trois degrés ou niveaux:

Le premier, "de base" concerne la formation adéquate et spécifique des usagers; c'est-à-dire: tous les lecteurs, les spectateurs et auditeurs des mass media; 17 il faut donc la donner à tous les élèves des séminaires indistinctement en tant qu'ils sont tous des usagers.

Le second, "pastoral", regarde la future activité sacerdotale, soit pour pouvoir former à leur tour les fidèles à l'usage honnête des mass media, soit pour pouvoir en faire eux-mêmes un usage valable pour leur apostolat; il faut donc le donner à tous les futurs prêtres.

Le troisième niveau, "du spécialiste", concerne "tous ceux qui oeuvrent déjà dans les mass media ou qui, faisant preuve d'une inclination spéciale, se préparent à y oeuvrer", 18comme aussi ceux qui se destinent à l'enseignement et à la formation sur les mass media dans les deux premiers niveaux.

10. Domaine propre. A chaque degré et niveau, il convient de préciser et de maintenir distinctes les limites propres de l'initiation et de la formation, en distinguant les questions propres des instruments de communication sociale de celles qui ne touchent pas directement l'objet spécifique des présentes orientations. A cet effet, on conseille:

a) de soigner - selon les possibilités des expressions linguistiques respectives - un usage correct des termes, en tenant compte des diverses acceptions selon lesquelles les différentes terminologies sont employées correctement par les divers auteurs et les diverses écoles. Cela vaut surtout pour l'acception juridique que la terminologie conciliaire a assumée également dans le nouveau Code de Droit Canon;

b) en particulier, on considérera et l'on traitera comme "instruments de la communication sociale" seulement la presse quotidienne ou périodique d'information, le cinéma, la radio, la télévision et d'autres ayant les mêmes caractéristiques technologico-communicatives; 19 on les distinguera, soit des autres moyens d'expression qui, malgré leur importance, sont moins spécifiques (par exemple, le théâtre), soit des techniques similaires (par exemple les éditions libraires), ou complémentaires des "instruments" proprement dits, comme les disques, les cassettes, les diapositives, les group-media, les multimedia, les minimedia... (voir au n. 7);

c) en tenant compte de l'évolution globale accélérée techno-sociologique vers la technotronique et la télématique, dont les mass media sont, à la fois, objet, facteurs et image, il est nécessaire de traiter, non pas exclusivement de l'un ou l'autre d'entre eux (du seul cinéma ou de la seule télévision...), en ignorant les autres (par exemple la presse); il ne convient pas non plus de traiter seulement un aspect particulier de quelques-uns d'entre eux (par exemple, seulement de la culture et de la civilisation "de l'image"); mais il faut aussi et avant tout traiter de leur ensemble et de tous les aspects et de tous les problèmes les plus présents chez les auteurs les plus connus: comme le "dialogue du monde", le "village cosmique", l'"homme unidimensionnel", l'"homme computer-informatisé"...;

d)enfin, entre ces macrophénomènes socio-culturels et les autres, il faut accorder la plus grande place à ceux de l'information, de la propagande et de la publicité, de ce qu'on appelle l'"opinion publique", de l'emploi du temps libre... en tant que spécialement liés à ces instruments.

11. Formation intégrale. Surtout dans les deux premiers degrés ou niveaux - de base et de pastorale - on devra soigner une initiation et une formation des élèves aux mass media d'une façon aussi intégrale que possible, en ayant en vue clairement ses fins et ses contenus et en donnant à une action didactique appropriée l'attention nécessaire.
A cet effet:

a) on s'intéressera, dans tous les cas, à la formation et à la protection de la personnalité humaine des usagers, en les ouvrant à ces valeurs psycho-sociologiques et éthico-culturelles gravement influencées par les mass media qui peuvent en favoriser aussi bien la souhaitable croissance que leur déplorable dégradation; on s'intéressera, en même temps, à la maturation chrétienne des usagers, afin que, par un usage responsable des mass media, ils sachent vivre toute leur vie sacerdotale d'une façon enrichissante et féconde;

b) on aura soin de faire en sorte que l'enseignement théorique soit accompagné d'une certaine expérience pratique de l'usage de ces instruments, soit pour que les élèves, avec une maturité progressive, prennent conscience des aspects constants culturels et politiques, religieux et moraux des productions et des programmations en cours, soit pour pouvoir juger les techniques modernes avec réalisme et sens critique. D'où il convient que les séminaires et les instituts scolaires soient dotés d'un attirail opératif adéquat.

12. Sûreté doctrinale. Il est nécessaire que l'initiation et la formation commencent et se développent dans un contexte doctrinalement qualifié et sûr, en excluant, chez les enseignants, toute superficialité et improvisation (cf.: I Appendice, n. 35).
Il faut donc:

a) que les responsables de l'initiation et de la formation du premier degré, ou "de base", ne soient pas de simples pratiquants ou techniciens de quelque mass medium; mais que, en plus de leur compétence spécifique, ils soient également pourvus d'une connaissance suffisante de l'ensemble des problèmes culturels et techniques, profanes et religieux, de préférence, en fréquentant un cours du second niveau, ou "pastoral";

b) que surtout les responsables de ces cours du second niveau soient renseignés sur tout ce que, sur les mass media, les experts les plus sérieux, dans les divers milieux culturels, ont recherché, formulé et publié. Mais, en le communiquant aux élèves, ils distingueront bien ce qui est sûr et prouvé, de l'hypothétique et du contreversé; le définitif du transitoire; le circonscrit du général; les faits de leurs interprétations idéologiques: cela surtout quand on fait dériver, de théories et de projets particuliers, des normes de conduite morale ou d'action pastorale;

c) que tous se rendent familier, accueillent avec confiance et proposent avec objectivité l'abondant Magistère de l'Eglise sur le sujet, dont le recueil, cité en Appendice, offre déjà une matière suffisante d'étude et de réflexion. Parmi les principaux documents, qu'un enseignant catholique de mass media devrait avoir constamment présents, il faut citer: l'encyclique de Pie XI sur le cinéma Vigilanti cura (1936); les deux Discours sur le film idéal (1955) et l'Encyclique Miranda prorsus (1957) de Pie XII, la Lettre de la Secrétairerie d'Etat à la Semaine Sociale de Nancy (1955); le décret conciliaire Inter mirifica (1963); l'instruction pastorale Communio et progressio (1971); les Canons qui dans le nouveau Code de Droit Canon (1983) traitent des instruments de la communication sociale, ainsi que les Messages que les Souverains Pontifes ont envoyés, au fur et à mesure, à l'occasion des célébrations des Journées mondiales des instruments de communication sociale.

13.Accessoires nécessaires. A cette fin la Congrégation souhaite que, dans les différentes aires linguistiques et culturelles, on prépare et on divulgue, avec sollicitude, pour les deux premiers degrés d'initiation et d'éducation, des livres de textes adaptés, des collections de documents du Magistère, des accessoires didactiques, et des bibliographies susceptibles d'orienter judicieusement sur tout ce qui se publie dans le monde sur le sujet.

B) NORMES PARTICULIERES

I. A LA BASE: FORMATION DES USAGERS

14. But. La première initiation et formation de "base" doit tendre à éclairer les élèves à affiner leur sens critique, à former les consciences de façon à les affranchir des suggestions trop faciles et des manipulations que les mass media peuvent provoquer surtout dans le cas d'offense à la vérité et à la morale. En particulier, par une formation doctrinale sûre et ascétique, il s'agit de les habituer à faire des choix responsables et libres... dans l'usage des communications sociales, à préférer toujours les spectacles qui exaltent les valeurs morales, culturelles et artistiques. Qu'ils évitent, au contraire, tout ce qui peut constituer occasion ou cause prochaine de dommage spirituel, ou induire au mal par des exemples peu édifiants ou encore contrarier les bonnes transmissions. 20

15. Compétence et suppléance. A l'initiation et à la formation de base des usagers devraient concourir, en temps utile 21 et en plein accord: la famille 22, la catéchèse 23, l'école et, d'une façon particulière, l'école catholique, primaire, secondaire et supérieure. 24 Dans cette école catholique, parlant des mass media, soit occasionnellement, soit au cours des leçons du programme d'enseignement, peut prendre place un cours spécial, du moins dans l'école secondaire du 1er et du 2ème cycles. Dans le cas d'une carence évidente sur ce chapitre au sujet des nouveaux élèves, le séminaire doit y suppléer. Le séminaire peut intervenir, non seulement en profitant des circonstances occasionnelles dans la vie du groupe, mais mieux encore par des initiatives parascolaires: conférences, débats, cinéforums, exercitations, 25 exhortations... propres à fournir des principes et des normes qui se révéleront utiles:

1. pour un choix autonome et bien informé des programmes soit au point de vue quantité, soit au point de vue qualité, de la part des séminaristes;

2. pour un comportement responsable et fructueux durant les émissions;

3. pour une formation des élèves, capables alors de donner - selon les niveaux d'étude et la maturité humaine - des jugements critiques et des motivations personnelles sur les messages et les valeurs intrinsèques (culturelles, religieuses, implicites ou explicites) des programmes proposés.

16. Aspect culturel. On se souciera de l'aspet technique spécifique des divers instruments: cela est nécessaire, entre autres pour une lecture correcte et une compréhension objective de leurs communications. On prêtera une grande attention aux structures économiques, politiques et idéologiques qui, dans les respectifs territoires nationaux et culturels, peuvent conditionner la qualité et la quantité des messages, soit au niveau distribution soit au niveau consommation. 26 En outre, on tiendra compte, selon le niveau scolaire des élèves, des aspects culturels et avec d'autres formes d'expression et de communication comme l'histoire, la philosophie, la littérature, le théâtre, les arts figuratifs, la musique... cherchant à réaliser une soudure parfaite avec cette "école parallèle" et souvent opposée que représentent les mass media.

Par dessus tout, une telle formation culturelle et esthétique - formant et affinant le bon goût des élèves - les portera à refuser et à dépasser sans heurts des programmes aux contenus et aux suggestions malsaines ou douteuses. 27 Il est encore utile de rappeler à ce sujet, l'importance inestimable d'une solide formation philosophique des élèves.

17. Aspect religieux et moral. Cet aspect religieux et moral est d'une importance fondamentale dans la formation des futurs prêtres pour arriver à une liberté intérieure personnelle, enracinée dans de profondes convictions en vue de l'exemple qu'ils devront donner comme guides et maîtres. Dans ce travail de formation:

a) on évitera d'abaisser la morale des mass media à un simple moralisme, ou de la réduire totalement ou en partie à la sphère de l'érotico-sexuel, restant toujours attentif à la lumière particulière où se situe cet aspect pour ceux qui se préparent à vivre le célibat consacré:

b) on tiendra compte d'un usage positif: donnant la préférence à ce qui est valable et édifiant plutôt qu'à ce qui est négatif, écartant tout ce qui semble dangereux ou nuisible;

c) dans le bien comme dans le mal, on mettra en lumière non seulement ce qui touche individuellement la conscience, mais aussi l'aspect social des choix et des messages qui en découlent. A ce jugement les élèves tiendront compte du "jugement moral" donné éventuellement par les autorités compétentes. 28

18. Exposition aux mass media. Les élèves doivent examiner dans la pratique ce qu'ils apprennent en théorie, ils doivent aussi s'habituer à donner "le témoignage d'une personnalité, humainement réussie et mûre, qui sache entrer en rapport avec les autres sans préventions injustifiées ni imprudences ingénues, mais avec une ouverture cordiale et un équilibre serein", 29 évitant une attitude trop défensive qui porte à une totale fermeture aux mass media. Il convient donc d'habituer les élèves à considérer avec une certaine largeur de vue, en groupes homogènes ou individuellement, les informations réalistes, les drames et les problèmes offerts par les instruments de communication sociale:

a) tenant compte des divers niveaux d'âge et de développement culturel et moral des élèves;

b) les éduquant à user des mass media non seulement en fonction du divertissement mais surtout en fonction de l'information et de la formation, pour une croissance harmonieuse à la fois culturelle et sociale. A cette fin que les élèves s'habituent - par le moyen des forums ou autres exercices analogues - à aborder, analyser, discuter et juger avec esprit critique les spectacles et les messages, en particulier ceux qui présentent un certain relief culturel important ou discuté, social ou éthique ou religieux;

c) rappelant les normes de prudence et d'ascèse constamment recommandées par les souverains Pontifes, le Concile Vatican II et le Code de droit canon à l'intention de ceux qui s'orientent vers la vie consacrée. 30

19. Équilibre nécessaire. On trouvera sans doute des situations dans lesquelles il sera nécessaire de porter remède en face de certaines exagérations ou déséquilibres. En de pareilles situations, on cherchera à intégrer l'initiation et la formation de base pour assurer un équilibre individuel et communautaire capable de compenser lés déséquilibres culturels et spirituels, inévitables dans les cas d'un usage prolongé et peu mesuré des mass media: soit à cause de leurs contenus qui peuvent être dégradants - soit à cause de leur façon propre d'expression quand le "moyen" finit par devenir le "message".

Plus on notera ces divers inconvénients et plus on s'efforcera de guider les élèves à aimer et à pratiquer la lecture, l'étude, le silence et la méditation dans le but de combattre la superficialité, la dispersion et l'aliénant. Ils seront encore entraînés à pratiquer, s'en assurant les conditions internes et externes, le dialogue communautaire et la prière. Ce sera un remède contre l'isolement et le manque de communication causés par les mass media, souvent à sens unique, et une manière de faire apparaître les valeurs authentiques et propres de la profession chrétienne et du ministère sacerdotal - en particulier ceux de l'obéissance et de la pauvreté évangélique 31 que la vision matérialiste et de consommation de l'existence humaine offerte par les instruments de communication trop souvent rejette ou ignore.

II. AU SECOND NIVEAU: FORMATION PASTORALE

20. Les trois buts. Le second niveau de formation spécifiquement pastorale, et à répartir tout au long du curriculum philosophique et théologique, à tous les élèves indistinctement qui s'acheminent vers le ministère sacerdotal, se propose trois buts:

a) entraîner les intéressés à l'usage correct des instruments de communication sociale et, en général de chaque moyen technique d'expression et de communication dans les activités pastorales quand les circonstances le demandent; 32

b)les former, dans ce secteur, à être maîtres et guides pour les autres (auditeurs en général, éducateurs et tous ceux qui opèrent dans les mass media) par l'enseignement, la catéchèse, la prédication etc. ... et comme conseillers, confesseurs, directeurs spirituels;

c) et surtout les sensibiliser et les préparer à leur future activité pastorale par un travail continu d'adaptation, tenant compte aussi du manque de foi et de vie chrétienne dans les divers secteurs de l'Eglise, 33 dans un monde psychologiquement et socialement conditionné par les mass media 34 et désormais par l'informatique.35

21. Entraînement pratique. L'irremplaçable fonction du ministère de la parole dans l'apostolat requiert une sérieuse formation théorique et pratique à l'art oratoire pour le futur prêtre. Pour arriver au premier des buts à atteindre, c'est à dire la formation théorique à l'usage des mass media, il conviendra, avant tout, d'instruire les élèves sur les modalités de l'expression et de la communication - les langages - propres aux divers instruments en relation aux "messages" qu'ils entendent communiquer et aux caractéristiques de réception des divers auditeurs. Et cela par le moyen de leçons méthodiques, approfondies par une analyse critique et comparée de publications, de programmes-types, d'actualité ou de répertoire. En outre, il sera nécessaire de les exercer si possible avec l'apport d'experts du dehors au bon usage de ces instruments: diction et attitude devant un micro, une caméra, ou les flash, en particulier pendant les fonctions liturgiques. Dans ce but seront utiles encore l'élaboration et la discussion en équipe d'interview, de services de presse, de flash publicitaires, de programmes de radio ou de télévision. Ceci peut s'entendre des journaux et revues du séminaire et, en circuit fermé, des prestations extérieures comme par exemple dans les paroisses, dans les écoles, dans la presse locale, religieuse ou laïque. En particulier seront vivement encouragées et diffusées les publications du séminaire même, précieux véhicules pour stimuler et exercer la créativité des élèves.

22. Moyens didactiques et pastoraux. Dans cette formation pratique à la pastorale, on portera aussi une attention suffisante aux autres moyens d'expression et de communication qui peuvent se présenter comme semblables ou accessoires. Parmi ceux-ci, une place de choix doit être faite au théâtre. On conseille d'apporter une attention spéciale pour entraîner les futurs prêtres à bien comprendre et juger le théâtre, souvent au programme des mass media, 36 mais tenant compte encore des avantages du théâtre: affiner la capacité de communication devant le public, habituer au travail en équipe. Citons encore les disques, les cassettes, les vidéo-cassettes, les diapositives et les films fixes, tous faisant partie de group media, multimedia et minimedia, et en général tous les audio-visuels qui présentent des avantages spéciaux pour la catéchèse et l'animation des groupes, à cause de leur prix modeste et de leur facilité d'emploi.

23. L'homme complet. Pour réaliser les deux autres buts de cette formation pastorale, il convient de ne pas oublier, au moins dans leurs aspects essentiels, les divers thèmes socio-culturels: technique, télématique, anthropologie, sociologie, économie, sémiologie, linguistique, psychologie et pédagogie etc. ... parce que étroitement liés avec la communication humaine par le moyen des mass media et des technologies plus avancées. Dans ces divers thèmes, on fera entrer l'aspect religieux et pastoral des instruments de communication sociale. Il convient, en effet, d'avoir en vue l'"homme total" que les divers instruments englobent sous l'aspect individuel et social, d'abord comme homme et puis comme croyant et chrétien: que l'Eglise, aujourd'hui, veut défendre par le moyen de la pastorale. 37 Dans cet apostolat pastoral il faut que le prêtre se recycle aussi bien au point de vue didactique pour rendre plus clair le message du salut, qu'au point de vue pédagogique pour le rendre efficace.

24. Attitudes communicatives. Cette formation pastorale théorique et pratique à l'usage des instruments de communication sociale sera certainement facilitée s'il existe dans le séminaire un bon climat d'échange entre les élèves et leurs enseignants. A cette fin, on tiendra compte de ce qui suit:

-- éduquer les élèves au silence intérieur, indispensable à la vie spirituelle comme à la culture intellectuelle et donc éviter le tapage dispersif des communications audio-visuelles d'aujourd'hui;

-- entraîner les élèves au dialogue interpersonnel ou de groupe, portant attention à la propriété du langage, à la clarté dans l'exposé, à l'efficacité dans l'argumentation, de façon à intégrer les communications plutôt unidirectionnelles et visuelles des mass media;

-- entretenir de la part des enseignants, dans leurs cours en général et en particulier traitant des mass media, un souci de rigueur scientifique et de langage approprié; 38

-- que tous indistinctement, par le moyen de l'union des volontés et des coeurs, tendent "à cette communion qui, selon la foi chrétienne, constitue la fin première et dernière de toute communication". 39

25. Sources et moyens auxiliaires. Pour faciliter le travail des élèves il sera utile de connaître directement les auteurs et les études en la matière, textes et revues: On les guidera dans la discussion critique des thèses et des propositions avancées, surtout si on relève des applications dans le domaine ethico-moral des fidèles ou des foules en général ou encore dans le domaine pastoral. En outre on fera appel aux spécialistes de l'extérieur, par exemple à l'occasion de la "journée mondiale" qui sera soignée et célébrée comme il se doit. 40 On facilitera des rencontres avec les responsables des organismes ecclésiastiques qui travaillent dans ce secteur, diocésains, nationaux, et même internationaux comme l'UCIP pour la presse, l'OCIC pour le cinéma e l'UNDA pour la radio et la télévision et aussi avec les opérateurs eux-même dans leur milieu professionnel.

26.Cours et examens. On conseille qu'une partie de cette formation pastorale spécifique soit offerte au moins occasionnellement, traitant les questions du programme de théologie de philosophie ou des humanités. Toutefois la matière ne doit pas être considérée comme auxiliaire ou optionnelle, mais au contraire durant le cycle philosophique et théologique que des leçons et des exercices soient intégrés aux cours réglementaires et que le tout soit sanctionné par des examens.

III. AU TROISIEME NIVEAU: FORMATION DE SPÉCIALISTES

27. Les destinataires. Il convient à "ceux qui déjà opèrent ou se préparent à utiliser les instruments de communication sociale" et à ceux qui "montrent de spéciales aptitudes" de ne pas se contenter de la formation pastorale offerte à tous les séminaristes, mais de "se préparer en temps voulu à une activité plus spécialisée". 41 Les supérieurs se feront un devoir de découvrir de tels sujets et les aideront à realiser une bonne spécialisation. Ils sont invités à offrir une telle formation non seulement à ceux qui se préparent au journalisme actif, ou à opérer dans les secteurs du cinéma, de la radio et de la télévision mais aussi, du moins sous un certain degré, à ceux qui se destinent à l'enseignement de cette discipline ou encore à la direction ou à la collaboration dans les offices diocésains ou nationaux des instruments de communication sociale.

28. Sièges. Dans divers secteurs linguistiques il convient de signaler le mérite d'initiatives et d'institutions de l'Eglise ou des groupes de fidèles. Là où ces initiatives manqueraient ou se révéleraient peu efficientes à cause de l'insuffisance ou de l'absence des installations et des experts, il conviendra que les élèves des séminaires ou les prêtres déjà engagés dans le ministère sacerdotal recourent, avec prudence, à des institutions publiques 42 afin de se former comme il se doit professionnellement.

Cette Congrégation est certaine qu'un clergé aussi bien formé puisse être une aide efficace à "tous les hommes de bonne volonté ... pour savoir utiliser les instruments de communication sociale uniquement pour le bien de l'humanité dont l'avenir dépend chaque jour de plus en plus de l'usage correct des mass media", sans oublier que dans ce temps que nous vivons "le peuple de Dieu, le regard fixé vers l'avenir, découvre avec un grand espoir et un amour brûlant, les merveilles que lui promet, à pleines mains, cette époque spatiale", télématique à peine ébauchée. 43

PREMIER APPENDICE

LA FORMATION DU CLERGE AUX MASS MEDIA DANS LE MAGISTERE DE L'EGLISE
(recueil par ordre chronologique)

1. PIE XI, Lettre encyclique Ad catholici sacerdotii (20 décembre 1935: AAS 28 [1936], 5) sur l'aggiornamento culturel du clergé:

"[...] le prêtre, même au milieu des occupations absorbantes de son ministère, et toujours en fonction de celui-ci, continue l'étude sérieuse et profonde des disciplines théologiques, en ajoutant au bagage de science fournie par le séminaire une érudition sacrée toujours plus riche, qui le rende toujours plus apte à l'éducation sacrée et à la direction des âmes [...].

Pour l'honneur de la charge qu'il exerce et pour gagner, comme il convient, la confiance et l'estime du peuple, qui contribuent tellement à rendre plus efficace son oeuvre pastorale, le prêtre doit être pourvu de ce patrimoine de doctrine, et pas seulement sacrée, qui est commun aux hommes cultivés de son temps [...]. Les clercs ne doivent pas se contenter de ce qui pourrait peut-être suffire en d'autres temps, mais ils doivent chercher à avoir, ou plutôt ils doivent avoir, une culture générale plus vaste qui corresponde au plus haut niveau et à la plus ample étendue atteints aujourd'hui, en général, par la culture moderne, en comparaison avec les siècles passés".

2.COMMISSION PONTIFICALE POUR LE CINÉMA, Lettre du Président Mons. Martin O'Connor à l'Episcopat Italien (1º juin 1953) sur les cinémas paroissiaux:

"4. [...] Beaucoup de prêtres en charge d'âmes, préoccupés de défendre le troupeau qui leur est confié et convaincus de devoir opposer, au cinéma immoral, des spectacles sains et éducatifs, se sont astreints à de gros sacrifices pour ouvrir dans la paroisse ou au patronage une salle de cinéma que le peuple, et surtout les jeunes, puissent fréquenter sans danger.

5. Ces initiatives confirment l'engagement avec lequel l'épiscopat et le clergé suivent le phénomène préoccupant du cinéma, devenu désormais une exigence pour la majorité des populations non seulement des villes, mais aussi des plus petits centres ruraux.

20. [...] La commission diocésaine se préoccupe d'orienter l'opinion publique et d'influer, par tous les moyens, sur la création d'une conscience chrétienne chez les spectateurs qui se pressent dans les salles publiques. On a constitué à cet effet, dans plusieurs villes, des cercles d'étude ou "cinéforums". Ceux-ci devraient s'inspirer, dans leurs activités, des principes de la morale chrétienne et des normes émanées de l'autorité ecclésiastique, soit pour le choix des films à programmer, soit pour le déroulement de la discussion.

3. PIE XII, Exhortation I rapídi progressi à l'Episcopat italien sur la télévision (1º janvier 1954: AAS 46 [1954], 18):

"24. [...] il est plus que jamais nécessaire et urgent de former chez les fidèles une conscience droite des devoirs chrétiens au sujet de l'usage de la télévision: c'est-à-dire une conscience qui sache sentir les périls éventuels et s'en tenir aux jugements de l'autorité ecclésiastique sur la moralité des spectacles télévisés [...]. Nous ne saurions donc assez louer, comme de vrais apôtres du bien, tous ceux qui, selon leurs possibilités, vous aideront dans cette oeuvre bienfaisante".

4. PIE XII, dans l'Encyclique Sacra Virginitas (25 mars 1954: AAS 46 [1954], 161), dans la troisième partie, traite du cinéma, en relevant que la chasteté parfaite est une vertu difficile, et indiquant les moyens de la conserver:

54. [...] Certains soutiennent que tous les chrétiens, et surtout les prêtres, ne doivent pas être isolés du monde, comme dans le temps passé, mais doivent être présents au monde et, donc, qu'il est nécessaire de les exposer au danger et de mettre à l'épreuve leur chasteté, afin qu'on constate clairement s'ils ont ou n'ont pas la force de résister. Que les jeunes clercs doivent donc tout voir pour s'habituer à regarder tous les spectacles tranquillement et, de cette façon, à se rendre insensibles à tout trouble. Pour cela, on leur permet facilement de regarder tout ce qui tombe sous leurs yeux, sans aucune règle de modestie; de fréquenter les cinémas, même quand il s'agit de films réprouvés par les censeurs ecclésiastiques; de feuilleter n'importe quelle revue même obscène [...]. Et l'on concède cela parce que l'on dit que désormais le public, aujourd'hui, vit uniquement de ces spectacles et de ces publications; et que celui qui veut l'aider doit comprendre son mode de penser et de voir. Mais il est facile de comprendre à quel point cette façon d'éduquer le jeune clerc et de le guider à la sainteté de son état, est erronée et dangereuse".

5. S. CONGREGATION DU CONCILE, Lettre du Préfet card. Pietro Ciriaci (16 juin 1956), au Congrès d'Anvers (1-2 août 1956) sur le thème: Catéchèse pour notre temps:

"2. [...] Qui ne voit combien il est urgent et important, dans un monde qui change et dont les techniques modernes ont bouleversé la physionomie, [...] de reconsidérer les données essentielles de l'enseignement religieux, d'en extraire les éléments auxquels on ne peut renoncer, d'adapter les méthodes aux nécessités présentes, aux besoins des classes et des pays culturellement sous-développés, aux conditions psychologiques de l'homme d'aujourd'hui?".

6. PIE XII, Discours sur la mise à jour et le magistère de l'Eglise (14 septembre 1956: AAS 48 [1956], 707):

"25. [...] Le prêtre en charge d'âmes peut et doit savoir ce qu'affirment la science moderne, l'art et la technique modernes, en ce qui regarde la fin et la vie religieuse et morale de l'homme: ce qui est religieusement admissible, ce qui est inadmissible, ce qui est indifférent [...]. Il y a une semblable (et aujourd'hui plus grande) nécessité d'"aggiornamento" pastoral -- nous voulons dire: adaptation -- la prédication de l'Eglise (le vivum Magisterium ecclesiasticum), comme aussi bien un "aggiornamento" pastoral aux sciences modernes; plutôt nous devons dire qu'il y a, à l'heure actuelle, une plus grande nécessité de l'"orientation" des sciences modernes mêmes (en tant qu'elles touchent les domaines religieux et moraux) au magistère de l'Eglise [...]".

7. PIE XII, dans la Lettre Encyclique Miranda prorsus (8 septembre 1957: AAS 49 [1957], 765), relevait d'abord l'indispensable préparation des radio et téléspectateurs en général (nn. 58-59, 61-62), puis celle spécifique du clergé, par rapport à la radio et à la télévision (nn. 127-128 et 147 et par rapport à toutes les mass-media (nn. 153 et 154):

"58. [...] Cinéma, radio et télévision constituent un nouveau genre de spectacle, qui n'est pas destiné à des groupes choisis de spectateurs, mais à des multitudes d'hommes, divers par l'âge, le milieu et la culture.

59. Afin que le spectacle, dans de telles conditions, puisse accomplir sa juste fonction, il faut une action instructive et éducative qui prépare le spectateur, non seulement à comprendre le mode de communication propre à chacun de ces instruments, mais spécialement à s'y conduire avec une conscience droite, de façon à considérer et à juger avec un critère adulte les différents éléments offerts par l'écran cinématographique ou la télévision, ou par le haut-parleur et non, comme il arrive souvent, en se laissant prendre et transporter excessivement par leur force magique.

61. [...] Elles sont nombreuses les initiatives qui visent à préparer les jeunes et les adultes à mieux évaluer les côtés positifs et négatifs du spectacle [...].

62. De telles initiatives [...], non seulement nous les approuvons, mais nous les encourageons même; ainsi nous désirons qu'elles soient introduites dans chaque genre d'écoles, dans les associations d'action catholique et dans les paroisses.

127. Puisque la présentation convenable et digne, à la radio, des fonctions sacrées, des vérités de la foi et de l'information sur la vie de l'Eglise demande [...] beaucoup de talent et une compétence particulière, il faut absolument assurer une préparation spéciale aux prêtres [...] destinés à cette importante activité.

128. A cet effet il convient [...] qu'on organise des cours spéciaux d'étude et d'exercices qui permettent aux candidats [...] d'acquérir l'habileté professionnelle nécessaire pour assurer aux programmes religieux un haut niveau artistique et technique [...].

147. Nous invitons [...] en premier lieu le clergé, les ordres religieux et les congrégations à prendre acte de la télévision et à donner leur collaboration, afin qu'elle puisse puiser amplement aux richesses spirituelles du passé et à celles d'un authentique progrès.

153. Nous ne pouvons conclure cette lettre [...], sans vous rappeller combien est importante la responsabilité confiée au prêtre, comme dans les autres domaines de l'apostolat, également dans cette indispensable action de l'Eglise en faveur et au moyen de l'usage des techniques de la diffusion.

154. Il doit donc connaître tous les problèmes que le cinéma, la radio et la télévision posent aux âmes des fidèles: "Le prêtre en charge d'âmes -- disions-nous aux participants à la semaine d'"aggiornamento" pastoral en Italíe (Discours du 14 septembre 1956: AAS 48 [1956], 707) -- peut et doit savoir ce qu'affirment la science, l'art et la technique moderne en ce qui regarde la fin et la vie religieuse et morale de l'homme". Qu'il apprenne à se servir utilement de ces instruments quand, au jugement prudent de l'autorité ecclésiastique, cela sera requis par la nature de son ministère sacré et la nécessité d'atteindre un plus grand nombre d'âmes. Si, ensuite, le prêtre les emploie pour lui-même, que son exemple de prudence, de tempérance et du sens de la responsabilité réussisse à édifier tous les fidèles".

8. JEAN XXIII, Discours au clergé romain, promulguant le premier synode romain (24 novembre 1960: AAS 52 [1950], 967), sur la mortifìcation du prêtre: "34. Ecce nos reliquimus omnia et secuti sumus Te. Dans cet omnia que nous avons quitté pour le Christ, íl y a vraiment la participation à toute lecture et à toute vision de journal, de revue, de livre, de divertissement qui, de quelque façon, contredit la vérité et l'esprit du Christ, l'enseignement de la Sainte Eglise, les prescriptions et les recommandations de notre saint Synode".

9. PREMIER SYNODE ROMAIN (29 juin 1960: Primo Sinodo Romano, Tip. Vaticana, 1961) à propos des spectacles en général ordonnait: "704, - 2. Il est bon que le clergé [...] soit instruit sur les spectacles et leurs correspondants devoirs d'apostolat, en tenant compte des enseignements des Souverains Pontifes".

A propos des cinémas dépendant de l'autorité ecclésiastique:

"693, - 1. Les salles de projection approuvées par l'autorité ecclésiastique ont pour but de mettre les fidèles, et surtout les jeunes, à l'abri des dangers des mauvais films et d'employer les bons à des fins éducatives.

- 2. Il est absolument nécessaire, et c'est un devoir, que les dirigeants de ces salles s'inspirent des finalités d'apostolat, adoptant des critères sévères dans le choix des programmes et ayant toujours présentes les exigences particulières d'une salle catholique approuvée par l'autorité ecclésiastique".

A propos de la formation des fidèles:

"703 - 1. Le clergé [...] et toutes les associations et oeuvres d'apostolat doivent s'efforcer de former dans les fidèles une conscience droite à propos de l'usage des moyens modernes audio-visuels. A cet effet qu'on organise des journées de propagande et des cours de prédication, qui pourront se conclure par une cérémonie religieuse et la promesse publique de s'abstenir de tout spectacle immoral".

10. CONCILE VATICAN II, Constitution Sacrosanctum Concilium sur la sainte liturgie (4 décembre 1963: AAS 56 [1964], 105. Elle traite des transmissions radio-télévisées des fonctions sacrées:

"20. Les transmissions radiophoniques et télévisées de fonctions sacrées, spécialement s'il s'agit de célébrations de la Messe, doivent être faites avec discrétion et dignité, sous la direction et la garantie de personnes compétentes affectées, par l'évêque, à cet office.

11. CONCILE ECUMÉNIQUE VATICAN II, décret Inter mirifica sur les instruments de communication sociale (4 décembre 1963: AAS 56 [1964], 145). Il fixe les devoirs pastoraux de l'Eglise par rapport à l'usage des mass-media nn. 3 et 13); il traite de la préparation théorique et pratique de tous les auditeurs (nn. 9 et 16) et des opérateurs des mass-media à des fins pastorales (n. 15); enfin il traite de la Journée Mondiale comme occasion pour sensibiliser les fidèles (n. 18):

"3. [...] L'Eglise catholique considère de son devoir de prêcher l'annonce du salut, même par ces instruments, et de guider les hommes à en faire un bon usage. Il appartient donc à l'Eglise, comme un droit naturel, d'employer et de posséder ces instruments en tant que nécessaires ou utiles à la formation chrétienne et à son oeuvre globale de salut des âmes; c'est un devoir pour les saints pasteurs d'éduquer et de guider les fidèles, de façon que ceux-ci, même en usant de ces instruments, tendent au salut et, à leur perfection propre et à celle de toute la famille humaine [...].

13. Que tous les fils de l'Eglise, [...] fassent des efforts pour que les instruments de communication sociale [...] soient employés efficacement dans les multiples formes d'apostolat, en prévenant les initiatives nocives, spécialement dans ces pays où le développement moral et religieux requiert d'une façon plus urgente leur oeuvre. Que les saints pasteurs soient donc soucieux de s'acquitter, en ce domaine, de leur tâche unie étroitement à leur devoir ordinaire de prédication [...].

9. Tous ceux qui, par des choix libres et responsables, reçoivent les transmissions diffusées par ces instruments, ont des devoirs particuliers. En effet, un choix honnête requiert qu'ils préfèrent toujours ce qui se distingue par ses valeurs morales, culturelles et artistiques; qu'ils évitent, au contraire, tout ce qui constitue pour eux une cause ou une occasion de dommage spirituel [...]. Pour pouvoir résister plus facilement aux suggestions les moins convenables et suivre les plus honnêtes et les plus profitables, qu'ils aient soin d'orienter et de former leur conscience par les moyens adaptés.

16. Les instruments de communication sociale sont à la portée des usagers de tout âge et de tous les niveaux culturels. Pour qu'ils en fassent un usage approprié, il faut donc pourvoir à leur formation théorique et pratique d'une façon adaptée et spécifique. Pour cela il faut qu'on favorise et qu'on multiplie, en les inspirant des principes chrétiens, - dans les écoles catholiques de tous les degrés, dans les séminaires [...] - des initiatives adaptées à cet effet, surtout si elles sont destinées aux jeunes. Pour atteindre plus rapidement ce but, que, dans la catéchèse, on expose et explique la doctrine et la morale catholiques sur ce sujet.

15. [...] il faudra former à temps des prêtres, des religieux et des laïcs capables d'employer, avec la compétence nécessaire, ces instruments à des fins apostoliques.

18. [...] chaque année, dans tous les diocèses, on célébrera une "Journée", pendant laquelle on instruira les fidèles sur leurs devoirs en ce domaine".

12. S. CONGRÉGATION DES SÉMINAIRES, Normes pour les recteurs des séminaires d'Italie (10 juin 1964):

"1. L'attention prêtée par le Concile OEcuménique Vatican II aux instruments de communication sociale, et introduite ensuite dans le décret conciliaire Inter mirifica, ne peut manquer d'être un stimulant pour tous ceux qui ont la responsabilité de former les futurs ministres, pour les amener à une plus juste évaluation des instruments en question et à leur judicieuse utilisation pastorale.

2. Nous savons, d'ailleurs, que déjà depuis quelques années, on a de plus en plus l'habitude de projeter quelques films et de permettre la vision de certaines transmissions télévisées aux élèves des séminaires, surtout des classes supérieures, avec une discussion qui suit, dans l'intention d'offrir ainsi aux séminaristes une aide capable de leur faire apprécier exactement les audio-visuels en général, et de les habituer, en particulier, à la critique esthético-morale de chaque représentation.

3. Tandis que nous souhaitons que [...] l'on approfondisse la sensibilité du clergé, surtout le jeune, envers les instruments d'une si facile et souvent si décisive incidence sociale, et tandis que nous approuvons, en principe, les initiatives déjà en cours dans les instituts de formation ecclésiastique, nous ne pouvons pas ne pas rappeler aux responsables que ces initiatives devraient être réglées par les normes de ce Dicastère Sacré [...].

4. A cet effet, il nous semble superflu d'ajouter une parole pour mettre en lumière la délicatesse de conscience et la particulière sensibilité de celui qui se prépare à devenir homo Dei (2 Tim 4, 17) en face du monde, et la conséquente inconvenance que l'on admette à des représentations cinématographiques ou télévisées, même d'un haut niveau artistique, les élèves du sanctuaire. Non désirons seulement signifier, à qui de droit, que les critères de choix pour ce type spécial de spectateurs devront être beaucoup plus avisés et rigoureux que ceux que l'on suit pour les simples fidèles, si nous ne voulons pas que le germe du naturalisme attaque, peut-être d'une façon irréparable, ceux qui sont appelés à être, par un privilège singulier, dispensatores mysteriorum Dei (1 Cor 4, 2) et boni dispensatores gratiae (1 Pt 4, 10).

5. [...] 4) Que chaque spectacle soit toujours suivi d'une opportune discussion critique guidée par un prêtre convenablement préparé et d'une spiritualité éprouvée.

5) Le recteur, d'accord avec l'Ordinaire du lieu, pourvoira à la préparation spécifique de ce prêtre et, si possible encore plus, en lui facilitant la participation à des cours de perfectionnement [...] et en dotant la bibliothèque des professeurs des principales oeuvres de critique cinématographique [...]".

13. PAUL VI, Discours au I Congrès National de l'ACEC (7 juillet 1964) sur la connaissance du magistère ecclésiastique:

"4. [...] Le magistère ecclésiastique a exprimé une série de documents [...]. Ces documents, justement, nous conseillent de vous donner une recommandation: faites en sorte de bien connaître ces documents, de bien savoir quelle est la pensée de l'Eglise sur ce qui regarde votre activité; qu'il ne vous déplaise pas de préférer aux théories de maîtres profanes, aux idées à la mode des artistes, des critiques, de l'opinion publique, les enseignements si médités, si sûrs, si humains du magistère ecclésiastique. Notre doctrine, même en ce domaine, où les phénomènes sont en continuelle évolution et les opinions sont chaque jour nouvelles et inconstantes, n'est pas une chaîne génante qui freine nos pas à la suite de faits et d'idées en rapide mouvement, mais elle est un soutien sûr pour ne pas être submergé; elle est un critère de jugement qui nous aide à tout comprendre, à tout juger et à tout classer exactement; elle est une source de pensée et d'expérience qui qualifie celui qui la possède à tenir sa place avec autorité, avec honneur, avec la capacité d'être un guide compréhensif et une aide. C'est un titre de maturité, pourrait-on dire: ut iam non simus parvuli fluctuantes et circumferamur omni vento doctrinae (Ef 4, 14)".

14. CONCILE VATICAN II, décret Christus Dominus sur le rôle pastoral des Evêques dans l'Eglise (28 octobre 1965: AAS 58 [1966], 673), sur l'usage des mass-media de la part des évêques, au chapitre II: Les Evêques et les Eglises particulières:

"13. [...] pour annoncer la doctrine chrétienne, que l'on ait recours, enfin, à des déclarations publiques [...] faites au moyen de la presse et des divers instruments de la communication sociale, dont il faut absolument se servir pour annoncer l'Evangile du Christ".

15. PAUL VI, Lettre apostolique Ecclesiae Sanctae pour l'application de certains décrets du Concile Vatican II (6 août 1966: AAS 58 [1966], 757) à propos du n. 16 de Christus Dominus et du n. 19 de Presbyterorum Ordinis, ordonne:

"7. Que les évêques, seuls ou associés, aient à coeur que tous les prêtres, même employés dans le ministère, aussitôt après l'ordination sacerdotale, suivent, pendant un an, un cours de leçons qui les mettent en mesure d'acquérir une plus ample connaissance pastorale et une meilleure culture théologique, morale et liturgique".

16. PAUL VI, Lettre encyclique Sacerdotalis Caelibatus (24 juin 1967: AAS 59 [1967], 567). Les extraits sont pris dans la seconde partie de l'Encyclique, où l'on indique les moyens de vivre avec sérénité la vie de chasteté parfaite:

"60. [...] Les difficultés et les problèmes qui rendent à certains pénible, ou même impossible, la pratique du célibat, dérivent souvent d'une formation sacerdotale qui, à cause des changements profonds de ces derniers temps, n'est plus tout à fait apte à former une personnalité digne d'un homme de Dieu (1 Tim 6, 11).

65. Après avoir étudié les aptitudes du sujet, on devra soigner le développement progressif de sa personnalité, par l'éducation [...] intellectuelle et morale, en vue du contrôle et de la maîtrise des instincts, des sentiments et des passions.

70. Les jeunes devront se convaincre qu'ils ne pourront pas parcourir leur route difficile sans une ascèse particulière, supérieure à celle qui est demandée à tous les autres fidèles et propre aux aspirants au sacerdoce. Une ascèse sévère [...], qui soit un exercice conscient et assidu de ces vertus qui font d'un homme un prêtre [...]: prudence et justice, force et tempérance [...], chasteté comme persévérante conquête, harmonisée avec toutes les autres vertus naturelles et surnaturelles [...]. De cette façon l'aspirant au sacerdoce acquerra une personnalité équilibrée, forte et adulte.

77. Jaloux, avec raison, de son intégrale donation au Seigneur, que le prêtre sache se défendre de ces inclinations du sentiment qui mettent en jeu une affectivité insuffisamment éclairée et guidée par l'esprit, et qu'il se garde bien de chercher des justifications spirituelles et apostoliques à ce qui n'est, en réalité, que dangereuses inclinations du coeur".

17. S. CONGRÉGATION POUR L'EDUCATION CATHOLIQUE, Lettre circulaire Les petits séminaires (23 mai 1968 Enchiridion Vaticanum III, p. 161):

"L'institution a un but bien précis: favoriser les germes de vocation. Il en résulte l'obligation d'un régime en harmonie avec l'âge et les temps: un contact plus étroit avec les réalités de leur propre famille, de leur paroisse, de leurs mouvements de jeunesse. A cet effet les moyens de communication sociale doivent être employés en conformité avec les indications de la prudence éducative".

18. S. CONGRÉGATION POUR L'EDUCATION CATHOLIQUE, Ratio fundamentalis institutionis sacerdotalis (19 mars 1985). En plus des deux références explicites aux mass-media des n. 68 et 69, on y trouve d'abondantes indications qui se réfèrent plus ou moins à ces passages. Des cinq numéros qui sont indiqués ci-dessous, le n. 4 appartient à l'Introduction; les nn. 67, 68 et 69 font partie du Ch. X et touchent des aspects pastoraux et didactiques; le n. 89, du Ch. XIV, traite de la formation au jugement critique:

"4. Le ministère sacerdotal [...] aujourd'hui est exercé dans des conditions tout à fait neuves, qui sont rendues plus évidentes par les nouvelles exigences des hommes et du type de la civilisation actuelle [...]. Ces aspects de la culture de notre temps doivent être constamment tenus en considération, étant donné que la vie et l'activité du prêtre et même la préparation au sacerdoce doivent en tenir compte. En effet, les jeunes qui entrent aujourd'hui au séminaire sont insérés dans la société à travers différentes formes de communication sociale, qui regardent la religion et surtout l'activité et la vie du prêtre.

67. Qu'on leur enseigne une manière de s'exprimer adaptée aux hommes d'aujourd'hui, ainsi que l'art de parler et d'écrire vraiment nécessaire aux prêtres.

68. Etant donné que dans la culture d'aujourd'hui les hommes se forment et se règlent non seulement en se fondant sur les livres et les maîtres, mais dépendent toujours plus des instruments audiovisuels, il est extrêmement nécessaire que les prêtres sachent en faire un bon usage, c'est-à-dire qu'ils ne les subissent pas passivement, mais qu'ils soient capables d'exercer leur jugement critique. Cela, toutefois, ne deviendra possible que si, au séminaire, ils sont éduqués par des personnes compétentes autant dans la théorie que dans la pratique, par des exercices faits avec prudence et mesure, de façon que, en face de ces instruments, ils soient à même de s'imposer une discipline, d'éduquer les fidèles et de les employer avec efficacité dans leur apostolat .

69. Dès les premières années du Séminaire, et plus largement à mesure qu'ils avancent en âge et que leur formation progresse, les élèves doivent être initiés aux exigences de la vie sociale, en particulier celle de leur pays, en sorte que, par les disciplines auxquelles ils s'appliquent, par l'expérience des choses et des hommes, par les événements de chaque jour, ils apprennent à bien connaître les questions et les controverses sociales, à apprécier leur nature, leurs relations mutuelles, leurs difficultés et leurs conséquences, à discerner selon l'équité et la justice les solutions, à lumière de la loi naturelle et des préceptes de l'Evangile.

89. Les élèves apprendront à procéder d'une manière critique dans le jugement de la culture moderne et dans la lecture des auteurs, en s'appropriant ce qui est bon et en rejetant ce qui ne l'est pas. A cet effet il sera très utile de lire, avec ses professeurs, des revues et des livres pour en faire ensuite la discussion critique".

19. S. CONGRÉGATION POUR LE CLERGÉ, Directoire catéchétique général (11 avril 1971: AAS 64 [1972], 97):

"123. [...] La catéchèse a pour rôle d'éduquer les chrétiens à discerner la nature et la valeur de ce qui est proposé à travers les mass-media. Il est évident que cela suppose une connaissance technique du langage de ces instruments".

20. SECRÉTARIAT POUR L'UNION DES CHRÉTIENS: Directoire oecuménique. II Partie: L'oecuménisme dans l'enseignement supérieur (16 avril 1970: Enchiridion Vaticanum, II, 1976, 1044).

"92 - 13 [...] Tandis que la formation générale ou systématique sera donnée par des professeurs catholiques, spécialement pour l'exégèse, la théologie dogmatique et morale, les élèves catholiques peuvent fréquenter les écoles qui enseignent les disciplines pratiques, comme les langues bibliques, les moyens de communication sociale, la sociologie religieuse en tant que cette nouvelle science s'applique à l'observation des faits [...]. Il appartient aux supérieurs de fixer toutes ces dispositions, après avoir entendu l'avis des élèves, selon le règlement du séminaire et les normes données par l'Ordinaire qui a juridiction".

21.PAUL VI, Lettre apostolique Octogesima adveniens, au Card. Maurice Roy, président du Conseil des Laïcs et de la Commission Pontificale Iustitia et pax, pour le 80º anniversaire de l'Encyclique Rerum Novarum (1891-1971) (14 mai 1971: AAS 63 [1971], 415). Elle traite des influences psycho-sociologiques des mass-media:

"20. Parmi les principaux changements de notre temps, nous ne voulons pas oublier l'importance toujours croissante des instruments de communication sociale et leur influence sur la transformation des mentalités, des connaissances, des organisations humaines et de la société elle-même [...]. Comment, alors, ne pas s'interroger sur les détenteurs réels de ce pouvoir, sur les fins qu'ils poursuivent et sur les moyens mis en oeuvre; enfin sur la répercussion de leur action par rapport à l'exercice des libertés individuelles, tant dans le secteur politique et idéologique, que dans celui de la vie sociale, économique et culturelle?".

22. COMMISSION PONTIFICALE POUR LES COMMUNICATIONS SOCIALES, Instruction pastorale Communio et Progressio, pour l'application du décret conciliaire Inter mirifica (23 mai 1971: AAS 63 [1971], 593). Elle traite de la formation en général (n. 64), puis, en particulier, de celles des usagers (nn. 15, 65-66, 69 et 107), de celle des collaborateurs aux mass-media (n. 106), de leur enseignement dans la morale et la catéchèse (n. 108), et de l'apport du clergé et de sa formation spécifique (nn. 110 et 111):

"64. Avant tout, il est urgent de donner une formation qui inculque dans les esprits les normes générales d'un usage humain des instruments de communication sociale; et il est clair que, parmi ces normes, celles exposées ici regardent tous les hommes [...]. La formation doit introduire dans les caractéristiques propres aux divers instruments de communication; elle doit, en outre, renseigner sur leur présence et sur l'usage qui en est fait dans les respectives régions; elle doit, enfin, traiter des normes en vue de leur usage utile: le tout avec une attention particulière aux aspects individuels et sociaux.

15. [...] Il faut faire tout ce qui est possible afin que les usagers, lecteurs, auditeurs ou spectateurs, soient formés à comprendre toutes les communications offertes par ces instruments, à en profiter au maximum et à les rendre actifs dans la vie sociale; en effet, c'est seulement de cette façon que ces instruments obtiendront pleinement leur efficacit‚.

65. Il faut aux usagers une formation de base pour pouvoir profiter au maximum des instruments de communication sociale, non seulement individuellement, mais aussi afin de pouvoir soutenir notre propre part dans la collaboration mutuelle de tous les membres de la collectivité; et aussi pour trouver les meilleurs moyens d'atteindre ces fins; en luttant pour la justice entre les nations et en contribuant à abolir les criantes inégalités entre les peuples riches d'une part, et les peuples indigents et sous-développés d'autre part.

66. A cette fin les usagers doivent disposer de renseignements mis à jour, abondants et d'accès facile. Pour cela, que tous ceux qui, dans ce domaine, ont quelque compétence, se prêtent à cette formation permanente, au moyen de conférences, de cercles ou forums, de lectures spécialisées, de congrès d'étude, de cours d'"aggiornamento".

69. Une telle formation doit être donnée méthodiquement et régulièrement dans les écoles mêmes où les étudiants entraînés graduellement mais avec sûreté, à la connaissance théorique et pratique des principes, à la lecture et à la critique des oeuvres modernes. A cet effet cette discipline trouvera une place dans les programmes scolaires et sera complétée ensuite par des conférences, des réunions et des exercices guidés par des experts.

67. On ne commencera jamais trop tôt à former et à affiner dans les jeunes le goût artistique, le sens critique et la conscience des propres responsabilités morales dans le choix des lectures, des films, des programmes radiophoniques et télévisés [...].

107. L'Eglise juge qu'il est nécessaire et urgent d'offrir, de sa part, l'opportunité d'une formation chrétienne aux usagers eux-mêmes [...] étant donné que les usagers bien formés pourront dialoguer efficacement avec les instruments de communication et, en même temps, exiger, des communications sociales un contenu meilleur et de qualité. Les écoles et les institutions catholiques sont particulièrement appelées à se consacrer avec plus de soin à ce très grave devoir. Les élèves seront éduqués, non seulement à devenir des lecteurs, des auditeurs et des spectateurs adultes, mais à maîtriser toutes les possibilités expressives que les instruments de communication sociale mettent à leur disposition.

106. Les évêques et les prêtres, les religieux et les laïcs, c'est-à-dire des personnes qui toutes, d'une façon quelconque, représentent l'Eglise, sont invitées toujours plus fréquemment à collaborer avec la presse, à parler et à paraître dans les programmes audio-visuels et même dans les films. Cette collaboration est susceptible de porter des fruits exceptionnels. Mais la nature même des instruments de communication sociale requiert que tous ceux qui y écrivent, y parlent ou y agissent, soient très bien préparés à ces prestations spécifiques. A cet effet ce sera un devoir pour les Bureaux nationaux et les institutions qui ont des fins semblables, de faire en sorte que tous ceux qui y travaillent ou se préparent à travailler avec ces moyens, reçoivent une formation sérieuse et opportune.

108. Même dans l'enseignement théologique, spécialement de la morale et de la pastorale, chaque fois que la situation le demande, on traitera de toutes les réalités et des principes qui regardent la communication sociale; et, au moins pour l'essentiel, même dans les textes de catéchèse. Ce devoir sera rempli beaucoup plus efficacement si les théologiens, avant tout, étudient et approfondissent tout ce que cette Instruction a exposé dans la Première partie.

110. Dans le domaine de leurs devoirs respectifs, les évêques et les prêtres, les religieux, les religieuses et les associations de laïcs, doivent apporter leur contribution dans cette oeuvre de formation chrétienne sans en ignorer l'aspect social. Il convient donc que, les premiers, ils apprennent et se tiennent à jour dans ce secteur, en y acquérant une certaine familiarité, même avec l'usage direct des moyens de communication sociale, en rencontrant des experts de la communication et en échangeant avec eux expériences et résultats.

111. Pour ne pas rester étrangers à la vie réelle et ne pas arriver dépourvus à leurs devoirs d'apostolat, les futurs prêtres, les religieux et les religieuses, dans les séminaires et les maisons de formation, apprendront l'influence de ces moyens dans la société et aussi la technique pour en user; et que cette étude soit considérée comme une partie intégrante de leur formation. En effet, sans elle personne ne peut exercer un apostolat efficace dans le monde d'aujourd'hui, chaque jour plus conditionné par ces instruments. En outre, les prêtres, les religieux et les religieuses doivent connaître la dynamique intime des opinions pour s'adapter aux caractéristiques de notre temps, étant donné que la Parole de Dieu doit être annoncée aux hommes d'aujourd'hui et que ces instruments peuvent en être des porteurs très valables. A ceux qui manifesteraient des aptitudes spéciales à l'usage de ces techniques de la communication, on donnera une formation spécialisée".

23. S. CONGRÉGATION POUR L'EDUCATION CATHOLIQUE: Orientations éducatives pour la formation au célibat sacerdotal: en exécution de l'encyclique de Paul VI Sacerdotalis caelibatus (11 avril 1974: Enchiridion Vaticanum, V, 1979, p. 188). Dans la IV partie, sur la Fonction éducative du séminaire le dernier paragraphe, reproduit ci-dessous, traite de la Fonction des instruments de communication sociale:

"89. Les instruments de communication sociale ont un rôle important dans la formation de l'homme d'aujourd'hui, et même du prêtre, puisque ces instruments ne sont pas, de toute évidence, étrangers au problème de la formation à la chasteté parfaite: ils sont, en effet, aujourd'hui largement employés au service même de la sexualité: le problème touche donc l'aspect personnel du prêtre qui usera, bon gré mal gré, de ces instruments et sera soumis à leur influence; il touche aussi l'aspect pastoral du prêtre, qui, comme pasteur, sait que ces instruments contribuent à informer, à former et à mûrir, sous l'aspect social, ses fidèles, soit pour tirer profit de ces nouvelles ressources, soit pour se prémunir contre ce qu'il pourrait y avoir de nuisible dans leur influence (cfr. Conc. Vat. II, Décret Inter mirifica, passim; Comm. Pont. pour les Communications Sociales, Instr. Past. Communio et progressio, passim) .

Non seulement pour leur propre formation, mais encore pour une vraie préparation à l'apostolat, il convient que les aspirants au sacerdoce soient initiés à l'usage des instruments de communication sociale; et, en général, qu'ils soient exercés dans l'art de communiquer oralement ou par écrit la pensée des hommes de notre temps d'une manière adaptée à la mentalité moderne.

Il s'agit évidemment d'un problème d'une énorme ampleur et gravité, si on tient compte de la situation réelle de la presse actuelle et de la diffusion et de l'action de la radio et de la télévision. Le milieu externe et interne d'une communauté de séminaire est extrêmement dependant de l'usage de ces instruments qui influencent largement la formation ou la déformation des candidats au sacerdoce.

Le problème pédagogique posé par les instruments de la communication sociale, ne peut donc pas se réduire seulement à une réglementation disciplinaire sur l'usage de ces instruments: c'est surtout un problème d'éducation positive, de réflexion sur le phénomène social dans lequel nous sommes plongés; problème de préparation et de culture des maîtres capables de soigner cet aspect de la formation. Il s'agit non seulement de limiter les dégats d'un instrument, qui peut être dangereux, mais d'éduquer des hommes aptes à vivre d'une manière responsable dans le concret de la vie quotidienne".

24. PAUL VI, Message pour la VIII Journée mondiale des mass-media (16 mai 1974: L'Osservatore Romano 17 mai 1974) sur le thème: Les mass-media et l'évangélisation du monde contemporain:

"10. Notre attention est attirée par la recherche d'un renouvellement des méthodes d'apostolat, en appliquant les nouveaux instruments audiovisuels et la presse à la catéchèse, à l'oeuvre éducative multiforme, à la présentation de la vie de l'Eglise, de sa liturgie, de ses finalités, mais surtout du témoignage de foi et de charité qui l'anime et la renouvelle.

11. Enfin il faut considérer le recours aux instruments de la communication sociale pour atteindre les pays, les milieux, les personnes auxquels l'apostolat de la parole ne peut parvenir directement à cause des situations particulières, du manque de ministres ou parce que l'Eglise ne peut pas exercer librement sa mission".

25. PAUL VI,Allocution (22 juin 1974:L'Osservatore Romano, 23 juin 1974) sur les devoirs propres du prêtre:

"17. [...] Comme Jésus, comme les Apôtres, les prêtres sont au service total de Dieu et de l'homme: c'est leur destination. Voici donc la tâche de la formation qui leur incombe dans un "crescendo" continu de laformation spirituelle [...]; formation pastorale en cherchant et en se demandant, à la lumière des documents de Vatican II, comment servir plus efficacement le monde dans lequel ils sont appelés à vivre et à opérer au nom du Christ; formation doctrinale, enracinée dans la foi et adaptée aux temps, qui les aide à mieux comprendre le monde, par une étude non seulement phénoménologique, mais nourrie par la sève vitale de la Révélation et de la Tradition, afin d'avoir une pensée solide et d'être ainsi le levain dans la pâte et de porter au monde la lumière du Christ".

26. PAUL VI, Discours à la Première Congrégation Générale du Synode des Evêques - 1974 sur l'Evangélisation (27 septembre 1974: AAS 66 [1974], 563):

"[...] il ne faut pas oublier les immenses possibilités, impensables autrefois, que le monde d'aujourd'hui met sur la route de ceux qui, au nom du Christ, portent l'annonce de la bonne nouvelle (Rom 10, 15). Qui peut dire, en effet, les vastes horizons que les instruments de la communication sociale ont ouverts à la diffusion universelle et simultanée de la Parole du salut? [...] D'où la nécessité de concevoir aujourd'hui l'activité d'évangélisation de façon qu'elle s'ouvre aux nécessités de notre temps, en ce qui concerne les méthodes, les initiatives, la coordination et la formation des ouvriers de l'Evangile".

27. SYNODE DES EVEQUES - 1974 sur l'Evangélisation, Déclaration synodale In Spiritu Sancto (25 octobre 1974: Enchiridion Vaticanum, V, 1979, n. 619):

"9. [...] La propagation de l'Evangile [...] est déterminée par divers éléments profondément liés aux auditeurs mêmes de la Parole: leurs nécessités et leurs désirs, la manière de parler, de sentir, de penser, de juger, d'entrer en rapport avec les autres, etc. [...]. En outre, le progrès des instruments de communication sociale a ouvert de nouvelles voies à l'évangélisation, conformes à la manière de penser et d'agir des hommes d'aujourd'hui".

28. PAUL VI, Discours de clôture du Synode des Evêques - 1974 sur l'Evangélisation (26 octobre 1974: AAS 66 [1974], 635):

"[...] Ce Synode, enfin, a été fructueux parce que, aujourd'hui, il y a dans l'Eglise une conscience vive et une volonté aiguë d'agir, qui nous incite à employer même tous ces secours extérieurs que nous fournissent, aujourd'hui, les arts ou ces inventions technologiques, afin que, par la prédication, nous divulguions partout la bonne nouvelle".

29.SECRÉTARIAT POUR L'UNITÉ DES CHRÉTIENS, Orientations et Suggestions pour l'application de la déclaration conciliaire Nostra aetate (1º décembre: AAS 67 [1975], 73). Sur la formation des éducateurs:

"L'information sur ces questions doit regarder tous les niveaux d'enseignement et d'éducation du chrétien. Parmi les moyens d'information, les moyens de communication sociale (presse, radio, cinéma, télévision) assument une importance particulière. L'usage efficace de ces moyens présuppose une préparation spécifique des enseignants et des éducateurs dans les écoles, comme aussi dans les séminaires et les universités".

30. SECRÉTAIRERIE D'ETAT, Lettre au Président de l'OCIC, Lucien Labelle (4 avril 1975):

"[...] le clergé et les responsables laïcs doivent se sentir incités à sensibiliser le monde du cinéma aux valeurs vraiment humaines et évangéliques, contre les idéologies adverses, et à rendre plus efficientes les institutions ecclésiastiques qui coordonnent cet apostolat".

31. PAUL VI, Exhortation apostolique Evangelii nuntiandi, sur l'évangélisation du monde moderne (8 décembre 1975: AAS 68 [1976], 5). Les extraits traitent de l'adaptation et de la fidélité du langage aux conditions locales, et de la préparation des évangélisateurs:

"63. Les Eglises particulières ont le devoir d'assimiler l'essentiel du message évangélique, de le transposer, sans la moindre altération de ses vérités fondamentales, dans le langage que ces hommes comprennent et de l'annoncer dans le même langage. La transposition doit être faite [...] dans le domaine des expressions liturgiques, de la catéchèse, de la formulation théologique, des structures ecclésiastiques secondaires, des ministères, et le terme de "langage" doit être entendu plus dans le sens qu'on peut appeler anthropologique et culturel, que sémantique et littéraire.

73. Pour tous les ouvriers de l'évangélisation, une sérieuse préparation est indispensable. Elle l'est encore davantage pour ceux qui se destinent au ministère de la parole. Animés par la conviction, continuellement approfondie, de la grandeur et de la richesse de la parole de Dieu, ceux qui ont le devoir de la transmettre doivent manifester la plus grande attention à la dignité, à la précision, à l'adaptation de leur langage. Tous savent que l'art de parler a, aujourd'hui, une très grande importance. Comment les prédicateurs et les catéchistes pourraient ils le négliger? Nous souhaitons vivement que, dans chaque Eglise particulière, les évêques veillent à la formation convenable de tous les ministres de la parole. Cette préparation sérieuse accroîtra en eux la sécurité indispensable, et aussi l'enthousiasme pour annoncer Jésus-Christ aujourd'hui".

32. SYNODE DES EVEQUES - 1977, sur la Catéchèse de notre temps. XX des Propositions, lue a la XV Congrégation Générale, du 21 octobre 1977, et approuvée dans la XVI, du 22 octobre suivant:

"Aujourd'hui les instruments de la communication sociale offrent à la catéchèse une opportunité dont on ne peut pas faire abstraction [...]. Un très grand nombre de chrétiens subissent l'influence de ces instruments sans être préparés à une réaction critique. Ces instruments, spécialement la radio et la télévision sont les seuls qui soient en mesure d'atteindre des milieux et des personnes même éloignés, marginalisés ou, en quelque sorte, empêchés, dans la liberté religieuse, de participer à la vie de l'Eglise. Le poids de ces instruments dans la formation de l'opinion publique, est aussi très grand; la catéchèse doit en user d'une manière honnête et efficace, en éduquant les chrétiens à s'en servir avec sens critique, de façon à neutraliser leurs effets nuisibles [...]. Qu'on continue à préparer un personnel capable, sous l'aspect religieux et technique, qui s'engage efficacement dans ce genre d'apostolat".

33.PAUL VI, Message pour la XII Journée mondiale des Communications Sociales, sur le thème: Attentes, droits et devoirs des audíteurs (23 avril 1978: AAS 70 [1978], 341):

"[...] s'il est vrai que l'avenir de la famille humaine dépend en grande mesure de l'usage qu'elle saura faire des propres moyens de communication, il est nécessaire de réserver à la formation de l'usager une considération prioritaire, tant dans le domaine du ministère pastoral, que dans l'oeuvre éducative en général.

La première éducation, en ce domaine, doit commencer à l'intérieur de la famille [...]. Elle doit ensuite continuer à l'école. Le Concile Vatican II en fait un devoir spécifique aux écoles catholiques de tous les degrés (cf. Déc. Inter mirifica, n. 16) et aux associations d'inspiration chrétienne et de caractère éducatif, ajoutant en particulier: "Pour obtenir plus rapidement cet effet, dans la catéchèse on soignera l'expression et l'explication de la doctrine et de la discipline catholiques en cette matière" (ibid.). Les enseignants ne doivent pas oublier que leur action pédagogique s'exerce dans un contexte dans lequel beaucoup de transmissions et de spectacles, qui touchent la foi et les principes moraux, atteignent chaque jour leurs élèves, qui ont donc besoin de continuelles explications et rectifications.

34. JEAN-PAUL I, Discours au clergé romain après son élection (7 septembre 1978: L'Osservatore Romano, 1º octobre 1978):

"4. La "grande" discipline requiert un climat convenable. Et avant tout de recueillement [...]. Autour de nous il y a un mouvement et un bavardage continu de personnes, de journaux, de radio et télévision. Avec mesure et discipline sacerdotale nous devons dire: "Au-delà de certaines limites, pour moi, qui suis prêtre du Seigneur, vous n'existez pas; je dois trouver un peu de silence pour mon âme, je me détache de vous pour m'unir à mon Dieu". Aujourd'hui le désir de beaucoup de bons fidèles est de sentir que leur prêtre est habituellement uni à Dieu".

35.JEAN-PAUL II, Discours aux dirigents de l'UNDA (25 octobre 1978: L'Osservatore Romano, 28 octobre 1978): sur la radio et la télévision:

"[...] instrument d'évangélisation doit être l'usage extrêmement compétent et professionnel de la radio, de la télévision et des moyens audiovisuels [...]: on atteint ce but uniquement par un professionnalisme qui n'admet rien de superficiel et d'improvisé".

36.JEAN-PAUL II, Constitution apostolique Sapientia christiana sur les études dans les Universités et Facultés ecclésiastiques (15 avril 1979: AAS 71 [1979], 469). Dans la I Partie: Normes communes, le titre VIII: Les instruments didactiques s'exprime ainsi:

"Art. 55, - 1: La Faculté doit pouvoir disposer aussi d'un équipement technique, audiovisuel, etc., au bénéfice de l'enseignement.

- 2. En rapport avec la nature et la finalité particulières de l'Université ou de la Faculté, il y aura aussi des instituts de recherche et des laboratoires scientifiques, ainsi que les autres moyens indispensables à l'obtention d'une fin spécifique".

37. S. CONGRÉGATION POUR L'EDUCATION CATHOLIQUE, Instruction In ecclesiasticam futurorum, sur la formation liturgique dans les séminaires (3 juin 1979: Enchiridion Vaticanum, VI, 1980, p. 1044). Dans la II Partie: L'enseignement de la sainte liturgie dans les séminaires, dans le n. 59 écrit:

"58. Il est bien nécessaire d'enseigner aux séminaristes l'art de la parole et des gestes, ainsi que l'emploi des instruments de communication. Il est très important en effet que dans la célébration liturgique les fidèles comprennent ce que dit ou lit le prêtre, soit qu'il fasse l'homélie, soit qu'il prononce les oraisons et les prières, mais aussi ce qu'il doit exprimer par les actions. Cette formation est si importante pour le renouveau liturgique, qu'elle mérite un soin particulier".

38. JEAN-PAUL II, Exhortation apostolique Catechesi tradendae sur la catéchèse dans notre temps (16 octobre 1979: AAS 71 [1979], 1277):

"46. De l'enseignement oral des Apôtres et des lettres qui circulent entre les Eglises jusqu'à nos jours, la catéchèse n'a jamais cessé de chercher les voies et les moyens plus adaptés à sa mission avec la participation active des communautés sous l'impulsion des pasteurs. Un tel effort doit continuer.

Ma pensée va particulièrement aux grandes possibilités offertes par les instruments de communication sociale comme les group media c'est-à-dire: télévision, radio, presse, disques, bandes enregistrées, tout le secteur des audiovisuels.

Les efforts accomplis dans ces domaines sont tels qu'ils donnent le plus grand espoir. L'expérience démontre, par exemple, la résonance d'un enseignement radiophonique ou télévisé qui sache joindre une expression artistique de qualité à une rigoureuse fidélité au magistère. L'Eglise a aujourd'hui de multiples occasions de traiter de tels problèmes, y comprises les "Journées" des instruments de communication sociale".

39. S. CONGRÉGATION POUR L'EDUCATION CATHOLIQUE, Lettre aux Ordinaires locaux sur la Formation Spirituelle dans les Séminaires (6 janvier 1980: Enchiridion Vaticanum, VII, 1982, p. 68). Dans la II Partie: Orientations, au n. 3: La parole de la croix: "les sacrifices spirituels" elle déclare:

"[...] un prêtre ne peut tout voir, tout écouter, tout dire [...]. Le séminaire doit l'avoir rendu capable, dans la liberté intérieure, d'accomplir des sacrifices et d'observer une discipline personnelle intelligente et loyale".

40. S. CONGRÉGATION POUR LES SACREMENTS ET LE CULTE DIVIN, Décret Ordo lectionum missae sur les lectures de la Messe (21 janvier 1981: Enchiridion Vaticanum, VII, 1982, p. 922). Dans le chapitre II: la célébration de la liturgie de la parole, de la I Partie: La Parole de Dieu dans la célébration de la Messe, le n. 34 s'exprime ainsi:

"[...] On doit veiller à ce que les lecteurs disposent à l'ambon d'un éclairage suffisant pour la lecture du texte et puissent se servir, si c'est nécessaire, des instruments modernes techniques, pour que les fidèles puissent les entendre commodément".

41. Codex juris canonici, Librerie Editrice Vaticane, 1983 - Promulgué par Jean-Paul II le 25 janvier 1983 avec la Constitution apostolique Sacrae disciplinae leges, entré en vigueur le 27 novembre de la même année. Des neuf canons qui traitent des instruments de communication sociale - les 666, 747, 761, 779, 804, 822, 823, 1063 et 1369 - on reporte seulement les cinq qui, de quelque façon, se réfèrent à la formation spécifique du clergé.

Le Can. 666, dans le livre III: sur le peuple de Dieu; dans la III Partie: Des instituts de vie consacrée et des sociétés de vie apostolique; au Chapitre IV: Des devoirs et des droits des instituts et de leurs membres, s'exprime ainsi:

"Dans l'usage des moyens de communication sociale, on observera la nécessaire discrétion et l'on évitera tout ce qui est nuisible à sa propre vocation et dangereux pour la chasteté d'une personne consacrée".

Le Can. 747, au livre III: sur le devoir d'enseignement de l'Eglise, dit:

" - 1. L'Eglise, [...] a le devoir et le droit inné de prêcher l'Evangile à toutes les nations, en faisant usage même de ses propres moyens de communication sociale, indépendamment de tout pouvoir temporel.

- 2. Il appartient à l'Eglise d'enseigner toujours et partout les principes moraux, même en ce qui a rapport à l'ordre social, ainsi que de porter des jugements sur toute réalité humaine, en tant que les droits fondamentaux de la personne humaine ou le salut des âmes l'exigent".

Le Can. 761, toujours dans le livre III: sur le devoir d'enseignement de l'Eglise, mais au titre I: Du ministère de la parole divine, déclare:

"Pour annoncer la doctrine chrétienne, on emploiera tous les différents moyens aujourd'hui disponibles; en premier lieu la prédication et l'instruction catéchétique [...], et également l'exposition de la doctrine dans les écoles, les universités, les conférences, les congrès de tout genre, comme aussi la diffusion de la doctrine par des déclarations publiques, faites par l'autorité légitime, à l'occasion de certains événements, au moyen de la presse et des autres instruments de communication sociale".

Le Can. 779, dans le livre III et le titre II, au Chap. II: Sur l'enseignement catéchétique, déclare:

"La formation catéchétique sera donnée par tous les moyens, instruments didactiques et de communication qui apparaîront les plus efficaces, afin que les fidèles, conformément à leur caractère, leur capacité, leur âge et leurs conditions de vie, puissent apprendre pleinement la doctrine chrétienne et mieux la traduire en pratique".

Le Can. 822, toujours au livre III mais au titre IV: Des instruments de communication sociale et spécialement des livres, sur l'usage ecclésial des mass-media déclare:

" - 1. Les pasteurs de l'Eglise, en usant du droit propre de l'Eglise dans l'accomplissement de ses devoirs, feront en sorte d'employer même les moyens de communication sociale.

- 2. Les pasteurs eux-mêmes auront soin d'enseigner aux fidèles le devoir de coopérer afin que l'usage des instruments de communication sociale soit vivifié par un esprit humain et chrétien.

- 3. Tous les fidèles, et spécialement ceux qui ont une certaine part dans la gestion et l'usage de ces instruments, seront empressés d'offrir leur collaboration à l'activité pastorale, de sorte que l'Eglise puisse efficacement exercer son devoir grâce aussi à ces instruments".

42. JEAN-PAUL II, Message pour la XIX Journée Mondiale (19 mai 1985), sur le thème: "Les mass-media pour une promotion chrétienne de la jeunesse" (15 avril 1985: L'Osservatore Romano, 27 avril 1985, p. 5). Les deux passages reproduits contiennent une des premières allusions du Magistère à la technotronique et un ennième rappel à la formation des séminaristes, théorique et pratique.

"Le monde de la communication sociale est engagé aujourd'hui dans un développement vertigineux aussi complex qu'imprévisible - on parle déjà d'une époque technotronique pour indiquer la croissante intéraction entre la technologie et l'électronique - et est mêlé à de nombreux problèmes, en rapport avec les perspectives ouvertes par l'emploi des satellites et du franchissement des barrières des espaces sidéraux. Il s'agit d'une révolution qui, non seulement comporte un changement dans les systèmes et les techniques de communication, mais qui intéresse tout l'univers culturel, social et spirituel de la personne humaine [...].

[...] Cela demande évidemment: 1) une profonde action éducative dans la famille, à l'école, à la paroisse, à travers la catéchèse, pour instruire les jeunes sur l'emploi équilibré et discipliné des mass media, en les aidant à se former un jugement critique, éclairé par la foi, sur les choses vues, entendues, lues (cf. Inter mirifica, nn. 10, 16; Communio et progressio, nn. 67-70, 107); 2) une formation théorique et pratique, soignée et spécifique, dans les séminaires [...], non seulement pour obtenir une connaissance suffisante des instruments de communication sociale, mais encore pour réaliser les potentialités sûres au sujet du renforcement du dialogue dans la charité et des liens de communion (cf. Communio et progressio, nn. 108, 110, 115-117)".


SECOND APPENDICE

INDEX DES SUJETS

Note préliminaire - L'apparente complexité de cet Index des sujets ne doit pas impressionner. Elle ne fait que refléter l'interdisciplinarité qui caractérise la science et l'étude de la communication humaine, et en particulier la science et l'étude de la communication d'aujourd'hui à travers les mass media, dans son ensemble et par rapport à ses divers instruments, spécialement si l'étude en est poursuivie avec des intentions à la fois "humano-culturelles" et "christiano-morales". En effet, on peut dire qu'y confluent, plus ou moins directement, toutes les sciences de l'homme: depuis la sémiologie, la linguistique, la philosophie, la psychologie, la sociologie, l'anthropologie sociale et culturelle..., jusqu'à la pédagogie, la didactique, la technologie, l'économie, le droit, les arts: figuratifs et musicaux, narratifs et dramatiques...; comme aussi - surtout pour ceux qui se destinent à l'apostolat - la théologie, la morale et la pastorale.

Evidemment, il n'est pas pensable de présenter à la fois une étude exhaustive de tous et de chacun des mass media, ainsi que de toutes et de chacune des disciplines ici rappelées. Ce n'est pas pour rien que les spécialistes en mass media se limitent en général à approfondir l'un ou l'autre de ces media ou l'une ou l'autre de ces disciplines, selon leur intérêt personnel et leurs possibilités culturelles ou professionnelles. De même, les publications en la matière abondent sous la forme d'essais et de recherches sectorielles. Toutefois le but spécifique de ces Orientations - qui est, rappellons-le, la formation à la fois "humano-culturelle" et "christiano-morale" des futurs prêtres au bon usage, d'abord personnel et ensuite pastoral de tous les instruments de communication sociale - comporte nécessairement une présentation interdisciplinaire adéquate, déjà dans la formation de base des étudiants (cf. Orientations, n. 16), mais aussi et surtout dans la formation au deuxième degré, c'est-à-dire au stade de la formation pastorale. L'une et l'autre formation entendent se tenir à mi-chemin entre deux autres formations qui sont proprement sectorielles: ce sont, d'une part la formation théorique et pratique qui vise à préparer les cadres travaillant dans les divers mass media, tels que les journalistes, les cinéastes, les opérateurs de la radio et de la télévision, les critiques, etc.; et, d'autre part, la formation à l'érudition académique, préparant ceux qui traitent des différentes disciplines et les enseignent.

En pratique, dans la formation intégrale de premier niveau (ou formation "de base"), il conviendra de tenir compte des nn. 1-6 du présent Index des thèmes: sur la communication humaine en général; des nn. 9-11: sur ses instruments actuels; du n. 12: sur leur évolution télématique actuelle; des nn. 13-16: sur leurs fonctions; du n. 19: sur le Magistère ecclésial en la matière; et du n. 32: sur l'usage de la communication par les mass media de la part des consacrés. Il s'agit d'exposer ces matières et de les expliquer suffisamment, en une vingtaine de leçons, dans les débuts de la vie au séminaire, pour ensuite les mettre à jour et les appliquer grâce à des exercices pratiques sur les divers media (cf. Orientations, nn. 15 et 18 b), exercices proportionnés aux niveaux de étude, tout au long des années de séminaire.

Par contre, dans la formation au deuxième degré - la formation pastorale proprement dite - il faut que tous les thèmes soient repris et traités exhaustivement par des enseignants compétents (cf. Orientations, n. 23): soit en un nombre convenable de leçons et d'exercices pratiques distribués, selon l'affinité des matières, dans les cours de philosophie et de théologie, soit structurés en un cours distinct, dans lequel l'élève puisse éventuellement approfondir un thème particulier et élaborer sur le sujet une thèse finale, au niveau de la "spécialisation", ce qui pourrait entre autres choses l'habiliter à un enseignement spécifique au premier et au deuxième degré (cf. Orientations, nn. 9 et 27).

I. LA COMMUNICATION HUMAINE

1. La communication intentionnelle: notions et terminologies. Sémiotique. Signes/codes. Codifier/décodifier. Dénotation/connotation. 

2. Idonéité comparée de communication des signes/codes. Rapport aux contenus exprimés/communiqués, aux audiences, au type d'efficacité, au feed back. 

3. Evolution dans le temps. Dans l'antiquité;: la communication traditionnelle. De la communication gestuelle à la communication verbale-parlée, verbale-écrite-idéographique, écrite-alphabétique et écrite-typographique. 

4. Evolution dans le temps. Dans l'époque moderne: la communication instrumentale. Du journal au cinéma, à la radio, à la télévision et à la communication actuelle globale technotronique. Vers l'informatique et la télématique. Interaction entre le développement technologique, les sources énergétiques et l'évolution socio-culturelle. 

5. Recherches et études sur les instruments de la communication sociale. Origine et développement. Théories et propositions. Evaluation d'ensemble sur les résultats obtenus. Remarques sur les terminologies courantes: mass media, mass communications, audiovisuels, techniques de diffusion..., et celle du Concile: "instruments de la communication sociale".

6. Certains "lieux" classiques: H. D. Lasswell et sa formule-schéma; C. E. Shannon - W. Weaver et la Théorie de l'information; H. D. Lasswell, B. Berelson, A. A. Moles, E. Morin... et la Content analysis; E. Katz - P. Lazarsfeld, R. K. Merton et le Two Step Flow of Communication; J. K. Klapper et l'exposition-perception-mémorisation sélective; "Le moyen est le message" et le "Village cosmique" de H. Innis e M. McLuhan; choc du futur de A. Toffler...

7. Les phénomènes psycho-sociaux connexes avec les mass media. Socialisation. Mobilité sociale. Réduction de la privacy. Acculturation globale-informelle. Société opinionnelle-pluralistique.

8. Fronts pour/contre les effets culturels et moraux des instruments de la communication sociale. Elites/masses et cultures "diverses". L'Ecole de Frankfort: T. W. Adorno, M. Horkheimer, H. Marcuse..., et les "autres": accord possible.

9. Les divers mass media: LA PRESSE. Développement technique: de Gutenberg à la composition/impression photo-électronique. Les genres. Information/actualité et "la nouvelle". L'organisation de journalistique: nationale et mondiale. Comment on "lit" le journal.

10. Les divers mass media: LE CINEMA. Evolution technique. Cinéma "langage" ("spécifique-filmique") et cinéma-véhicule. Le cinéma spectacle entre art et idéologie. Elements de la communication filmique. Théories sur la suggestion iconique. Genèse du film. Structures économico-industrielles dans la nation et dans le monde. Comment "lire" le film. La critique du film: partielle et totale.

11. Les divers mass media: LA RADIO-TELEVISION. Notions techniques: évolution et standard. En direct et en différé. Rapports avec la presse-information et avec le cinéma-spectacle. Usage critique de la radio et de la télévision.

12. Le futur est commencé. Cibernétique, électronique, informatique et télématique. Du transistor à la miniaturisation et au laser. Disques et audio- et vidéo-enregistrements. Computers, mémoires, banques-données et satellites. Vers la communication instantanée-ubiquitaire.

13. Les fonctions: LE DIVERTISSEMENT. Tendance oligopolistique des instruments de la communication sociale. Participation directe (sport, tourisme) et expériences vicaires. Evasion passivo-dispersive et "re-création" esthético-culturelle. Du temps occupé au temps libre et au temps libérant.

14. Les fonctions: L'INFORMATION. Notion et termes. Coefficients de la "nouvelle". Sources et véhicules. Les agences: dans la nation et internationales. Développement historique: de l'enseignement-culture à l'actualité; du fait au droit. Situation actuelle et sa fonction sociale. Le nouvel "Ordre mondial de l'Information"; les deux Rapports: S. Nora - A. Minc e S. MacBride.

15. Les fonctions: LA PROPAGANDE et LA PUBLICITE. Concepts et termes: autonome et par insertion, explicite ou rédactionnelle, directe ou indirecte (et subliminale). L'affiche. Les mécanismes modernes de persuasion: d'empirique à systématico-motivationnel (Pavlov, Freud...). Développement dans le temps: d'occasionnel au permanent. Le marketing. Propagande idéologique et mass media dans les "régimes" récents. Le slogan. Conditionnement entre publicité et instruments de la communication sociale aujourd'hui.

16. Les fonctions: L'OPINION PUBLIQUE. Notions: "opinion" et vérité/certitude; "public" et non-public. Terminologies et acceptions non cohérentes, et analyse factuelle (éléments et facteurs) du phénomène. Développement dans le temps et développement actuel spatiopsycho-social. Eléments de doxométrie. Enquête quantitative ou motivationnelle; indirecte ou directe; par sondage ou par échantillon. Relévement, dépouillement et élaboration des données. Conditions de crédibilité.

II. MOYENS ET INSTRUMENTS DE COMMUNICATION ET EGLISE

17. Le fait religieux comme communication. Dans l'anthropologie culturelle. Dans la Révélation antico-testamentaire: de la transmission orale à la transmission scripturaire: tensions socio-religieuses persistantes au temps de Jésus. Dans l'Eglise du passé: de la transmission manuscrite à la transmission imprimée. Problèmes socio-culturels et politico-religieux conséquents à l'imprimerie de Gutenberg. Communication et Eglise à l'époque des instruments de communication sociale.

18. Pratique et discipline ancienne de l'Eglise: par rapport aux moyens d'expression/communication traditionnels. Les arts figuratifs. Le théâtre. Le manuscrit et les origines de la discipline de la censure: répressive et préventive. Editions libraires: imprimatur et régime de privilèges. L'Index. Par rapport aux instruments de la communication sociale: le journal, préventions et retards: "mauvaise presse" et "bonne presse" et non "information". Le cinéma: de la défiance à l'accueil. La radio-télévision: des contenus aux instruments. Par rapport à la société informatisée banques de données.

19. Mass media et Magistère. Caractéristiques et valeurs. Les documents principaux: Vigilanti cura de Pie XI; les Discours sur le film idéal et la Miranda prorsus de Pie XII, et surtout, l'Inter mirifica du Concile, la Communio et progressio et le Code de droit canonique de l'après-Concile.

20. Vers une théologie des instruments de la communication sociale. Utile ou nécessaire? Conditions requises pour une théologie spécifique. Propositions avancées. Eléments dans le Magistère: de la Miranda prorsus à la "thèse" et aux modèles de la Communio et progressio.

III. PASTORALE DES MASS MEDIA EN GÉNÉRAL

21. Devoirs-droits innés de l'Eglise: d'usage et d'enseignement. Nature, domaines et sujets. Conditions technico-juridiques, situations de fait et exercice effectif. Les "subsides pauvres" opportuns.

22. Conditions d'efficacité. Globalité d'action. Compétences et union des cadres: clergé, religieux et laïcs. Mise à jour des données et moyens économiques. Choix préférentiels: positifs, plus que négatifs; formation humano-chrétienne: des récepteurs, des promoteurs, des agents pastoraux eux-mêmes.

23. Institutions ecclésiastiques et ecclésiales. En général: domaines et prestations; structures et finalités; conditions d'efficience. En particulier: dans la Curie Romaine: La Commission Pontificale pour les Communications Sociales. Au niveau international: pour la presse, l'UCIP (Union Catholique Internationale de la Presse); pour le cinéma, l'OCIC (Organisation Catholique Internationale du Cinéma); pour la radio-télévision, l'UNDA. Aux niveaux national et (inter)diocésain: les Bureaux correspondants.

24. Mass media et prédication. Diction et gestualité. Objections sur l'efficacité de la parole vivante et moyens techniques. Réponses du Magistère: dans l'Inter mirifica, dans la Communio et progressio, dans le Directorium pastorale des Evêques, dans le Directorium catechisticum generale, dans le nouveau Code de droit canonique. "Prédication" et non propagande-publicité, "message" et non protagonisme.

25. Subsides pastoraux touchant aux mass media. Théâtre, arts figuratifs, éditions libraires et graphique, chants et sons, disques et enregistrements sur bandes, groupmedia, multimedia et minimedia...

26. Mass media, liturgie et sacramentaire. Interférence entre technique, "présence" et participation. Normes en vigueur, spécialement au sujet de la Sainte Messe. Cas ouverts: radio-télévision et sacrement du mariage, sacrement de la pénitence, "participation" au Sacrifice eucharistique. Normes futures possibles.

27. L'information (sont supposées les notions présentées au n. 14). Affirmation du droit dans les Chartes internationales et européennes; dans les documents du Magistère plus récent. Raisons, sujets, extension et limites du droit; devoirs relatifs: dans les promoteurs et dans les récepteurs des instruments de la communication sociale. Objectivité-vérité et intégralité dans l'information "honnête". Déontologie professionnelle des informateurs aux divers niveaux. Devoir et praxis de s'informer dans les sujets du droit. Dans la télématique: droit-devoir de la privacy et banques de données.

28. La propagande-publicité (sont supposées les notions présentées au n. 15). Problématique morale et pastorale de la propagande (idéologique): monopoles et oligopoles des mass media et contre-whisper propaganda. Pour la publicité: questions ouvertes de déontologie professionnelle sur: ses contenus, ses moyens de persuasion, le fait de privilégier certains instruments au détriment de la survie d'autres instruments. Les récepteurs: contre la massification et le consommisme.

29. L'opinion publique (sont supposées les notions présentées au n. 16). Importance socio-morale-religieuse du phénomène, et conséquents devoirs-responsabilités personnels des formateurs, animateurs et porteurs d'"opinions publiques". Les opinion leaders. Les public relations. Individuations et mobilisation des moyens licites et raisonnables, ou seulement "efficaces".

30. Une question théologico-pastorale connexe avec les mass media: l'information dans l'EGLISE. Discipline du secret, ou "Cité sur la montagne"? Excursus historique, et raisons pour une information actuelle comme norme. Droits, devoirs et conditions de validité dans le Magistère post-conciliaire. Dans la pratique ecclésiale: les bureaux et les véhicules d'information: moyens et personnel.

31. Autres questions d'actualité connexes avec les mass media: la soi-disant "opinion publique" dans l'Eglise. Espace pour l'opinion dans l'Eglise, même en théologie. Différence entre libre dialogue opinionnel et "opinion publique" dans le Magistère. Raisons, sujets, conditions et "lieux" pour le premier. Les facteurs dirimants pour la seconde: les sujets, l'objet, la dynamique de formation, la dynamique de choc. "Opinion publique" et efficacité actuelle du Magistère.

32. Mass media et états de vie consacrés. Evolution socio-disciplinaire: de "En dehors du monde" à "Dans le monde, mais non pas du monde". Présomption de danger et promotion humano-pastorale. Interdits externes et discipline personnelle. Rectifications et compensations.

33. Adaptation pastorale générale: didactique. Dans la culture technico-iconique de masse: altération de l'idéal humain, changement des centres d'intérêt du récepteur: les modes d'expression-communication changent, de même que les procédés logiques: de la déduction à l'induction. Comment, cependant, arriver aux certitudes nécessaires de raison et de foi.

34. Adaptation pastorale générale: pédagogique. Dans la crise de l'autorité: des normes imposées à la persuasion par le colloque. Dans un milieu qui ne protège plus: des défenses externes aux défenses acquises internes. Dans une situation avancée de socialisation: morale et spiritualité passent d'une forme individuelle à une forme communautaire.

IV. PASTORALE DES DIVERS MASS MEDIA

35. La presse (outre ce qui a été relevé au n. 9). Presse "honnête". Journalistes et interférences de l'Etat: protection, prévention, répression et interférences de la proprié;té: co-direction et co-gestion, et liberté d'opinion-expression; interférences de la publicité. Responsabilité sociale des récepteurs. Presse "catholique": acception actuelle du terme, et finalités propres. "Officielle" de la hiérarchie ou d'opinion? D'information ou de prédication? Problèmes des opérateurs, devoirs des lecteurs. Presseforum.

36. Le cinéma (outre ce qui a été relevé au n. 10). Morale et pastorale des faits cinématographiques: travailler dans la production-distribution-exercice? Films édifiants et films religieux. Cinémas catholiques. Morale des faits filmiques: actions humaines vécues, et actions représentées; évocations particulières et thèse du film. Morale du spectateur: choix des films et valeur normative des "Qualifications cinématographiques". Critique et culture cinématographique. Cinéforum.

37. La radio-télévision (outre ce qui a été relevé au n. 11). Société actuelle pluraliste, programmes relatifs et exposition sélective. Comportement des éducateurs. Responsabilité (feed back) des récepteurs. Promoteurs honnêtes et "catholiques" dans les transmissions laïques: conscience et compétence. Conseillers ecclésiastiques. Programmes "catholiques": possibilités et limites. Radio-Téléforum.




NOTES

1 Cf. PIE XII, Miranda prorsus, nn. 24-25.
2 Cf. CONCILE VATICAN II, Dei verbum, nn. 4 et 7.
3 Cf. CONCILE VATICAN II, Inter mirifica, n. 1.
4 PIE XII, Miranda prorsus, n. 1.
5 PIE XI, Vigilanti cura, n. 1.
6 CONCILE VATICAN II, Inter mirifica, n. 2.
7 Instruction pastorale Communio et progressio, n. 11.
8 Ibid., n. 8.
9 Cf. le recueil qui en est donné à l'Appendice I.
10 Ratio fundamentalis institutionis sacerdotalis, n. 68, cf. Appendice I, n. 18.
11 Instruction pastorale Communio et progressio, n. 111, cf. ibid., n. 22.
12 Conforme à la cit. Communio et progressio: "Cette Instruction pastorale veut seulement proposer quelques conseils et suggestions de caractère général. L'état actuel des media ne permet pas d'entrer dans les détails [...]. Mais il va de soi que les applications pratiques et même les orientations pastorales doivent être adaptées à la réalité concrète des situations locales, sur les plans technique, social, culturel. Elles doivent également tenir compte du développement continu des media et des lois qui leur sont propres. Ce caractère hautement évolutif [...] souligne la nécessité, pour tous ceux qui exercent une responsabilité pastorale, de se soumettre aux exigences d'une éducation permanente en ce domaine" (n. 183).
13 Le deuxième Schéma de Constitution conciliaire sur les instruments de la communication sociale, discuté dans l'Aula conciliaire lors de la Ière Période (1962), contenait la Déclaration suivante: "Necessarium visum est Secretariatus sodalibus peritorum in hac re virorum sententiae obsecundare atque ad designanda nova haec inventa nomen proponere INSTRUMENTA COMMUNICATIONIS SOCIALIS, in posterum etiam in iurisprudentia ecclesiastica et in pastoralibus documentis utendum. Quod nomen, in primis innuit instrumentorum originem cum technicis artibus conexam; deinde actionem instrumentalem qua contentum spirituale, ab auctore humano compositum, aliis communicatur; deinde vim quam celeriter in totam societatem exercet" (Acta Synodalia S.ti Concilii Oecumenici Vaticani II, vol. V, Periodus Prima, Pars III, p. 375).
14 Sur les neuf canons qui en traitent (cf. Appendice I, n. 41), en sept 761, 779, 804, 822, 823, 1063 et 1369, se retrouve la dénomination exacte "instrumenta communicationis socialis" et seulement aux cann. 666 et 747 a été retenue l'appellation moins exacte "media".
15 Le terme socialisation a été entendu par les rédacteurs du deuxième Schéma cit. dans l'acception employée par Jean XXIII dans Mater et Magistra, n. 58: "Un des aspects typiques de notre époque est la socialisation [...]: deviennent de plus en plus fréquents les rapports de convivence, accompagnés de diverses formes de vie et d'activité associée, et d'institutionnalisation juridique, privée et publique"; acception plus ou moins reprise ensuite dans Gaudium et spes, nn. 6, 25, 42 et 75. Ainsi les instruments de communication sociale ont été retenus, d'une part, comme facteurs primaires de cette socialisation et, d'autre part, comme communication typique de complexes humains déjà fortement socialisés.
16 La terminologie conciliaire plus exacte ayant été ainsi précisée, rien n'empêche de se servir dans l'usage courant, pour faire bref, de la dénomination plus commune de mass media (et massmediologie). Comme, du reste, cela se présente dans divers documents du Magistère, et aussi dans le présent Document.
17 Inter mirifica, n. 16, cf. Appendice I, n. 11.
18 Communio et progressio, nn. 106 et 111, cf. ibid., n. 22.
19 En tenant compte que c'est exclusivement à ces instruments que se rapporte ce que le Décret conciliaire déclare, enseigne ou propose. Par exemple: l'usage "des instruments de communication sociale dans les multiples formes d'apostolat" dans le domaine "de la prédication" (n. 13), et au sujet de la célébration de la Journée mondiale annuelle "pour rendre plus efficace l'apostolat de l'Eglise concernant les instruments de communication sociale" (n. 18); et que c'est exclusivement à ces instruments et à leurs problèmes que s'étendent les compétences propres des institutions ecclésiastiques ou catholiques, auxquelles le même Décret, aux nn. 21 et 22, se rapporte ou dont disposent l'institution et les fonctions.
20 Inter mirifica, n. 9. A ce sujet cf. Appendice I, nn. 7:59ss.; 9:703; 11:3, 9, 16; 19; 22:15ss.
21 Communio et progressio, n. 67, cf. ibid., n. 22.
22 "Que les parents se souviennent du devoir qu'ils ont de veiller soigneusement à ce que ne franchissent pas le seuil du foyer les spectacles, publications, etc. contraires à la foi et aux bonnes moeurs, et que leurs enfants les évitent par ailleurs" (Inter mirifica, n. 10). "Les parents et les éducateurs apprendront aux enfants à faire des choix judicieux (dans cette matière), même s'ils doivent se réserver de trancher en dernier lieu dans ces choix" (Communio et progressio, n. 67). "Il sera fort utile aux parents et aux éducateurs de voir les émissions télévisées, les films et les publications qui attirent le plus les jeunes, pour pouvoir discuter ensuite avec eux, en essayant de former leur sens critique. Quand une oeuvre comporte des obscurités, les parents doivent aider leurs enfants, comme les conduisant par la main, pour leur en faire découvrir les valeurs humaines et pour voir tout l'ensemble du document ou de l'oeuvre, de manière à replacer les détails dans l'ensemble de la composition" (ibid., n. 68).
23 "C'est la tâche de la catéchèse que d'éduquer les chrétiens à discerner la nature et la valeur de ce qui est proposé par les mass media" (Directorium Catechisticum Generale, 11 avril 1971: AAS, 64 [1972], p. 97). Cf. aussi Inter mirifica, n. 16; Communio et progressio, nn. 108, 130-131.
24 Cf. Appendice I, nn. 11:16; 22:69, 117; 33.
25 Cf. Ratio fundamentalis, n. 89 et Communio et progressio, n. 66 (à l'Appendice I, nn. 18 et 22:66).
26 "Cette formation devra inclure des considérations plus concrètes sur la nature particulière de chaque moyen de communication sociale, sur sa situation actuelle dans une région donnée et sur ce qui a trait à son bon usage" (Communio et progressio, n. 64).
27 "Les moyens de communication sociale peuvent enrichir la culture de notre temps [...]. Ces mêmes moyens permettent de subvenir aux divers besoins et aux intérêts de la culture humaine en mettant leurs ressources et leur attrait au service des différents domaines de l'art. Les usagers peuvent alors facilement les utiliser pour affiner leur esprit et enrichir leur intelligence, à condition d'y ajouter la réflexion personnelle et l'échange de vue avec autrui" (Communio et progressio, n. 50). "Les moyens de communication sont une nouveauté pour l'humanité d'aujourd'hui [...]. Ils peuvent, certes, enrichir l'humanité, mais aussi, parfois, la défigurer et l'appauvrir, en procédant, par exemple, à une sorte de nivellement par le bas pour conquérir auditeurs ou lecteurs. Celui qui y consacrerait beaucoup de temps pourrait alors se dégrader l'esprit et perdre le sens des valeurs supérieures" (ibid., n. 53).
28 "Ainsi, aux fins d'être à même de se conformer à la loi morale, les usagers ne doivent pas négliger leur devoir de se renseigner en temps utile sur les jugements portés en ces matières par l'autorité compétente et de s'y conformer selon les règles d'une droite conscience" (Inter mirifica, n. 9). "Les critiques et les appréciations concernant les émissions radio-télévisées, les films et les publications peuvent être très utiles à l'éducation humaine et chrétienne, notamment pour le choix des loisirs familiaux. On fera grand cas du jugement des organismes qui sont chargés par les évêques de renseigner sur l'importance, l'utilité, la moralité, la valeur chrétienne des films, des émissions et publications" (Communio et progressio, n. 112).
29 JEAN PAUL II, Discours aux religieuses, L'Osservatore Romano, 12 novembre 1978.
30 En particulier en tenant compte des normes données par Paul VI dans Sacerdotalis caelibatus, et des rappels faits ensuite par cette Congrégation pour répondre à ce qui était prescrit par la même Encyclique; cf. Appendice I, nn. 4, 16, 23; et en général, pour un usage personnel prudent, les nn. 7:154; 8; 12:4; 17; 39; 41:can. 666.
31 "Il appartient aux Supérieurs de former les jeunes gens à une obéissance véritable et adulte, dans la confiance au Christ qui demande aux siens cette obéissance mais d'abord s'est donné luí-même en exemple d'une telle vertu et s'est fait lui-même, par sa grâce, le principe en nous de cette obéissance" (Ratio fundamentalis, n. 49). "Qu'ils apprennent à cultiver [...] l'esprit de pauvreté réclamé avec tant d'insistance par l'Eglise en ce temps et nécessaire à l'accomplissement de la tâche apostolique [...]. Même s'ils ne sont pas tenus comme les religieux à renoncer totalement aux biens matéríels, qu'ils s'appliquent, en véritables hommes spirituels, à acquérir la vraie liberté et docilité des fils de Dieu, cherchant à atteindre cette maîtrise spirituelle qui est nécessaire pour trouver, à l'égard du monde et des biens matériels, l'attitude juste. Et même, à l'exemple du Christ [...], qu'ils puissent donner, par la simplicité et l'austérité de leur vie, un témoignage de pauvreté en s'habituant à se passer généreusement du superflu" (ibid., n. 50).
32 Cf. Appendice I, nn. 7:154; 11:15; 18:68; 22:106ss.; 35.
33 CONCILE VATICAN II, Ad gentes divinitus, nn. 16, 19, 22; Gaudium et spes, nn. 44, 58, 62; Unitatis redintegratio, nn. 4, 17; Orientalium Ecclesiarum, nn. 4, 5, 6; PIE XII, Enc. Evangelii praecones, 2 juin 1951: AAS 43 (1951), pp. 521 ss.; JEAN XXIII, Enc. Princeps Pastorum, 28 novembre 1959: AAS 51 (1959), pp. 843 ss.; PAUL VI, Homélie Hi amicti sunt, tenue à l'occasion de la canonisation des Martyrs de l'Ouganda, 18 octobre 1964: Insegnamenti, II, pp. 588-589; Motu pr. Ecclesiae Sanctae, 6 août 1966: AAS 58 (1966), p. 786, III, n. 2; Disc. Greetings to you aux Evêques de l'Asie, 28 novembre 1970: Insegnamenti, VIII, pp. 1215 ss.; JEAN PAUL II, Const. Apost. Sapientia christiana, 15 avril 1979: AAS 71 (1979), pp. 472 s., 492 (Préambule et Art. 68); Disc. Quelle joie aux Evêques du Zaïre réunis à Kinshasa, 3 mai 1980: Insegnamenti, III, 1, pp. 1084 ss.; Disc. I am overjoyed, aux Evêques du Nigéria, 5 février 1982: Insegnamenti, V, 1, pp. 463 ss.
34 "Cette formation est une condition sans laquelle on ne peut, aujourd'hui, exercer un apostolat efficace au sein d'une communauté qui en subit chaque jour davantage l'influence" (Communio et progressio, n. 111, qui renvoie à la Ratio fundamentalis, par. 4 et n. 68). "Aujourd'hui les hommes sont envahis par les communications qui façonnent leur pensée et leur mentalité. Ceci se vérifie dans le domaine religieux comme dans tous les autres" (ibid., n. 127). Mais déjà le 16 juin 1957 la CONGRÉGATION DU CONCILE relevait la nécessité, "au sein d'un monde qui se renouvelle, et dont les techniques modernes ont bouleversé la face [...] d'adapter les méthodes (de l'enseignement religieux) aux conditions psychologiques de l'homme d'aujourd'hui". PAUL VI, ensuite, dans le Message pour la VIIIème Journée Mondiale, du 16 mai 1974 (L'Osservatore Romano, 17 mai 1974), traitait d'une "recherche en vue d'un renouvellement des méthodes d'apostolat"; et dans l'Allocution du 22 juin 1974 (L'Osservatore Romano, 23 juin 1974), il rappelait le devoir d'une "formation pastorale: en recherchant et en se demandant [...] comment être plus efficacement au service du monde dans lequel nous sommes appelés à vivre et à travailler au nom du Christ, et d'une formation doctrinale [...] adaptée à notre temps, pour les aider à mieux comprendre le monde".
35 "Le monde de la communication sociale est engagé aujourd'hui dans un développement vertigineux, aussi complexe qu'imprévisible -- on parle d'une époque technotronique, pour indiquer l'interaction croissante entre technologie et électronique --, et il est traversé par des problèmes nombreux, connexes avec l'élaboration d'un nouvel ordre mondial de l'information et de la communication, en rapport avec les perspectives ouvertes par l'emploi des satellites et par le dépassement des barrières de l'espace. Il s'agit d'une révolution qui non seulement comporte un changement dans les systèmes et dans les techniques de communication, mais implique, dans sa globalité, l'univers culturel, social et spirituel de la personne humaine [...]. Le journal, le livre, le disque, le film, la radio, la télévision surtout, et maintenant le vidéoenregistreur, jusqu'au computer toujours plus sophistiqué, représentent désormais une source importante, pour ne pas dire l'unique source, à travers laquelle le jeune entre en contact avec la réalité extérieure et vit son propre quotidien" (JEAN PAUL II, Message pour la XIXème Journée Mondiale, 15 avril 1985, L'Osservatore Romano, 27 avril 1985). Sur l'éducation permanente du clergé cf. aussi Appendice I, nn. 7:154; 11:15; 12:5; 18:68; 22:110 et 111; 29 et 32.
36 A la remarque de l'Inter mirifica sur l'"art théâtral, dont les oeuvres se voient d'ailleurs largement diffusées par le moyen des instruments de communication sociale" (n. 14), fait écho la Communio et progressio qui relève que "le théâtre a considérablement augmenté son audience grâce à la radio, à la télévision et au cinéma" (n. 158).
37 "C'est en effet l'homme qu'il s'agit de sauver, la société humaine qu'il faut renouveler. C'est donc l'homme, corps et âme, coeur et conscience, pensée et volonté..." (Gaudium et spes, n. 3).
38 S. CONGRÉGATION POUR L'EDUCATION CATHOLIQUE, Document sur "La formation théologique des futurs prêtres", 22 février 1976, nn. 76, 77.
39 Communio et progressio, n. 8. Cf. aussi le n. 6: "...ces inventions sont ordonnées à révéler les problèmes et les aspirations de la société humaine et à y apporter une réponse d'autant plus rapide que les hommes sont unis par des liens plus étroits"; le n. 11: "... communiquer, c'est plus qu'exprimer des idées ou des sentiments, c'est faire le don de soi par amour, selon la réalité profonde de son être"; le n. 73: "but profond des media [...] est d'amener les hommes à des relations de véritable communion"; enfin le n. 102: "L'Eglise espère [...] que la communication sociale, qui rend proches les hommes entre eux, pourra les conduire à la communion".
40 Inter mirifica, n. 18; et aussi Communio et progressio: "...consacrer chaque année une journée à la prière et à la réflexion sur les problèmes et les perspectives des media, à des rencontres amicales avec les responsables" (n. 100). "Bonne occasion pour manifester de la gratitude envers ceux qui travaillent dans ce secteur" (n. 167). Cf. aussi Appendice I, nn. 18 et 38.
41 Cf. Communio et progressio, nn. 106 et 111.
42 Et il n'est pas exclu que "les étudiants catholiques puissent fréquenter des écoles où s'enseignent les disciplines pratiques telles que [...] les moyens de communication sociale, la sociologie religieuse pour autant que cette science nouvelle s'applique à l'observation des faits [...]. C'est aux supérieurs d'en décider, en prenant l'avis des étudiants, et en accord avec la discipline ordinaire du séminaire ainsi que les normes fixées par l'Ordinaire qui a juridiction sur lui" (Directoire oecuménique, n. 92, 13 avril 1970: AAS 62 [1970], p. 705).
43 Cf. Inter mirifica, n. 24 et Communio et progressio, n. 187.

top