The Holy See
back up
Search
riga

MESSAGE DU CARD. ANGELO SODANO
AU NOM DU PAPE BENOÎT XVI
AU XXVI MEETING POUR L’AMITIÉ ENTRE LES PEUPLES
(RIMINI, 21-27 AOÛT 2005)  

 

Votre Excellence,

C'est avec une grande joie que le Saint-Père est spirituellement présent, à travers ce message, à la XXVI édition du Meeting de Rimini, dont le titre est:  "La liberté est le bien le plus grand que les cieux aient donné au monde".

Le thème de cette année est d'une importance extraordinaire à un moment historique et culturel dans lequel rien n'est aussi mal compris que le terme de liberté. C'est bien vrai:  Dieu a extrêmement à coeur notre liberté. Il veut que nous soyons libres, il nous aime libres, au point qu'il accepte le risque que nous puissions nous éloigner de Lui si c'est pour sauver en nous la possibilité de le reconnaître sans contraintes intérieures.

Mais pourquoi Dieu aime-t-il notre liberté? Parce qu'Il voit en nous l'image de son Fils incarné, qui a toujours librement adhéré au dessein du Père, qui a librement accepté un corps et s'est librement abaissé jusqu'à la mort sur la croix, dans cette oblation sacrificielle que le sacrement de l'Eucharistie réalise chaque jour sur l'autel. Nous aussi, nous ne pourrons faire l'expérience d'être véritablement libres que si, en adhérant sans réserve au projet du Christ, nous annonçons aussi sa liberté.

Ainsi, la liberté authentique est le fruit de la rencontre personnelle avec Jésus. En Lui, Dieu nous donne et nous restitue cette liberté que nous aurions sinon perdue à jamais du fait du péché de nos ancêtres. Il arrive à chacun ce qui est arrivé à la Samaritaine dont parle saint Jean dans son Evangile (cf. 4, 5-43):  elle se sentit renaître intérieurement et eut la sensation de devenir véritablement libre lors de la rencontre avec cet "homme" qui lui dit tout ce qu'elle avait fait et lui dévoila son vrai visage et son destin.

Au contraire, le jeune homme riche (cf Mt 19, 16-22) reconnut, vraiment, dans le Seigneur, la possibilité d'un accomplissement humain, mais n'eut pas le courage de le suivre jusqu'au bout, parce que, comme dit l'Evangile, il avait trop  de biens. Il pensait, de manière erronée, que la liberté véritable, qu'il désirait ardemment, était absence de liens et de toute obéissance. Et ainsi, tout en restant apparemment libre d'agir selon ses propres choix autonomes, il s'en alla triste. Nous pouvons bien sûr tenter de construire notre existence en faisant abstraction du Christ, mais avec la seule conséquence de rester seuls et affligés à jamais.

Le message que le Saint-Père envoie à tous les participants au meeting est que seul Jésus rend libre! L'on ne peut penser à la liberté sans rejoindre par la pensée le terme de libération, qui fait partie du nom de votre Mouvement. Jésus est pour nous la libération! La libération du péché, de nos faux désirs, en ultime analyse de nous-mêmes. Ubi fides ibi et libertas:  Sa Sainteté répète aujourd'hui ces paroles, prononcées à l'occasion des obsèques du regretté Mgr Giussani, rappelant que la libération est le plus beau phare que la foi puisse susciter dans notre vie.

Avec ces sentiments, le Saint-Père adresse ses voeux de bon travail aux participants au meeting et donne à tous sa bénédiction, propitiatoire de riches faveurs célestes.

En présentant également aux organisateurs de la rencontre mes meilleurs voeux de succès, je vous renouvelle mes sentiments de respect fraternel.

 

Cardinal Angelo Sodano
Secrétaire d'Etat

 

 

top