The Holy See
back up



Friday, 20 February 2009


1. As we are daily reminded by the media, the world financial crisis has created a global recession causing dramatic social consequences, including the loss of millions of jobs and the serious risk that, for many of the developing countries, the Millennium Development Goals (MDGs) may not be reached. The human rights of countless persons are compromised, including the right to food, water, health and decent work. Above all, when large segments of a national population see their social and economic rights frustrated, the loss of hope endangers peace. The international community has a legitimate responsibility to ask why such a situation developed; whose responsibility it is; and how a concerted solution can lead us out of the crisis and facilitate the restoration of rights. The crisis was caused, in part, by problematic behaviour of some actors in the financial and economic system, including bank administrators and those who should have been more diligent in monitoring and accountability systems; thus they bear much responsibility for the current problems. The causes of the crisis, however, are deeper.

2. Reflecting, at that time, on the 1929 crisis Pius XI observed that: "… it is obvious that not only is wealth concentrated in our times but an immense power and despotic economic dictatorship is consolidated in the hands of a few, who often are not owners but only the trustees and managing directors of invested funds which they administer according to their own arbitrary will and pleasure" (Quadragesimo Anno, n.105). He also noted that free competition had destroyed itself by relying on profit as the only criterion. There are economic, juridical and cultural dimensions of the present crisis. To engage in financial activity cannot be reduced to making easy profits, but also must include the promotion of the common good among those who lend, those who borrow, and those who work. The lack of an ethical base has brought the crisis to low, middle and high income countries alike. The Delegation of the Holy See, Mr. President, calls for renewed "attention to the need for an ethical approach to the creation of positive partnerships between markets, civil society and States." (Pope Benedict XVI).

3. The negative consequences, however, exert a more dramatic impact on the developing world and on the most vulnerable groups in all societies. In a recent document, the World Bank estimates that, in 2009, the current global economic crisis could push an additional 53 million people below the threshold of $2 a day. This figure is in addition to the 130 million people pushed into poverty in 2008 by the increase in food and energy prices. Such trends seriously threaten the achievement of the fight against poverty in the Millennium Development Goals by 2015. Evidence indicates that children, in particular, will suffer the most from economic hardship, and a strong increase in the infant mortality rate in poor countries is forecasted for 2009.

4. It is well known that low-income countries are heavily dependent upon two financing flows: foreign aid and migrant remittances. Both flows are expected to decline significantly over the next months, due to the worsening of the economic crisis. Despite the official reaffirmation of commitment by donors to increase Official Development Assistance (ODA) in accord with the Gleneagles agreement, currently most donors are not on track to meet their target for significant scale-up of ODA by 2010. Moreover, the most recent figures reveal a slowing down of aid flows. This results in worry that a possible direct effect of the global economic crisis will be a major reduction of aid to the poor countries. On the other hand, remittances from migrant workers already have been reduced significantly. This threatens the economic survival of entire families who derive a consistent share of their income from the transfer of funds by relatives working overseas.

5. The Delegation of the Holy See, Mr. President, would like to focus on a specific case in this crisis: its impact on the human rights of children, which exemplifies, as well, what is symptomatic of the destructive impact on all other social and economic rights. At present some important rights of poor people are heavily dependent on official aid flows and on workers’ remittances. These include the right to health, education, and food. In several poor countries, in fact, educational, health and nutritional programmes are implemented with the help of aid flows from official donors. Should the economic crisis reduce this assistance, the successful completion of these programs could be threatened. By the same token, in many poor regions, entire families can afford to have their children educated and decently nourished due to remittances received from migrants. If the reduction of both aid and remittances continue, it will deprive children of the right to be educated creating a double negative consequence. Not only will we prevent children from the full exercise of their talent that, in turn, could be put to use for the common good, but also the preconditions will be established for long-range economic hardship. Lower educational investment today, in fact, will be translated into lower future growth. At the same time, poor nutrition among children significantly worsens life expectancy by increasing both child and adult mortality rates. The negative economic consequences of this go beyond the personal dimension and affect entire societies.

6. Mr. President, let me mention another consequence of the global economic crisis that could be particularly relevant for the mandate of the United Nations. All too often, periods of severe economic hardship have been characterized by the rise in power of governments with dubious commitments to democracy. The Holy See prays that such consequences will be avoided in the present crisis, since they would result in a serious threat for the diffusion of basic human rights for which this institution has so tenaciously struggled.

7. The last fifty years have witnessed some great achievements in poverty reduction. Mr. President, these achievements are at risk, and a coherent approach is required to preserve them through a renewed sense of solidarity, especially for the segments of population and for the countries more affected by the crisis. Old and recent mistakes will be repeated, however, if concerted international action is not undertaken to promote and protect all human rights and if direct financial and economic activities are not placed on an ethical road that can prioritize persons, their productivity and their rights over the greed that can result from a fixation on profit alone.



Mgr Silvano TOMASI,

C.S., Intervention à la 10° session spéciale du Conseil des droits de l’homme, (L’impact de la crise économique et financière mondiale sur la réalisation universelle et la jouissance effective des droits de l’homme)*


Comme les médias nous le rappellent chaque jour, la crise financière mondiale a provoqué une récession mondiale avec des conséquences sociales dramatiques, y compris la perte de millions d’emplois et le risque grave que, pour de nombreux pays en voie de développement, les Objectifs de développement pour le Millénaire ne puissent être atteints. Les droits hu- mains de très nombreuses personnes sont compromis, y compris ceux de l’accès à la nourriture, à l’eau, à la santé et à un travail digne. En particulier, quand des parties importantes d’une population nationale voient leurs droits sociaux et économiques bafoués, la perte d’espérance met en danger la paix. La Communauté internationale a la responsabilité légitime de demander pourquoi cette situation s’est créée, à qui en revient la responsabilité et de quelle manière une solution concertée peut nous faire sortir de la crise et faciliter le rétablissement des droits. La crise a en partie été causée par le comportement problématique de certains acteurs du système financier et économique, y compris des administrateurs de banques et de ceux qui auraient dû être plus attentifs en ce qui concerne les systèmes de monitorage et de responsabilité. Ils ont donc une grande responsabilité dans les problèmes actuels. Toutefois, les causes de la crise sont plus profondes.

Réfléchissant, à l’époque, sur la crise de 1929, le Pape Pie XI observa: «Aujourd’hui, il n’y a pas seulement une concentration de richesse, mais aussi l’accumulation d’une puissance énorme, d’un contrôle despotique de l’économie aux mains d’un petit nombre de personnes, qui ne sont souvent pas propriétaires mais seulement dépositaires et administrateurs du capital, mais dont ils disposent à leur niveau et selon leur plaisir» (Quadragesimo anno, n.105). Il observa aussi que la concurrence libre s’était autodétruite en se fondant sur le profit comme unique critère. La crise actuelle revêt des dimensions économiques, juridiques et culturelles. L’activité financière ne peut se réduire à obtenir des profits faciles, mais doit aussi inclure la promotion du bien commun parmi ceux qui prêtent, ceux qui empruntent et ceux qui travaillent. L’absence de fondement éthique a conduit à une crise dans tous les pays à bas, moyen ou haut revenu. Monsieur le Président, la délégation du Saint-Siège exhorte une nouvelle fois à prêter «attention à la nécessité d’une approche éthique à la création de collaborations positives entre marchés, société civile et Etats» (Benoît XVI).

L’impact des conséquences négatives est toutefois plus dramatique sur le monde en voie de développement et sur les groupes les plus vulnérables dans toutes les sociétés. Dans un document récent, la Banque mondiale estime qu’en 2009, la crise économique mondiale actuelle pourrait entraîner 53 millions de personnes supplémentaires vivant au-dessous du seuil des 2 dollars par jour. Ce chiffre s’ajoute aux 130 millions de personnes victimes de la pauvreté en 2008, à cause de l’augmentation des prix des produits alimentaires et de l’énergie. Ces tendances menacent gravement le succès de la lutte contre la pauvreté à travers les Objectifs pour le Millénaire d’ici à 2015. Il est évident que ceux qui souffriront le plus des difficultés économiques sont les enfants et, en 2009, une augmentation considérable du taux de mortalité infantile dans les pays pauvres est prévue.

On sait que les pays à bas revenus sont extrêmement dépendants de deux flux financiers: l’aide étrangère et l’argent envoyé par les émigrants dans leur pays d’origine. Dans les prochains mois, on s’attend à une diminution significative de ces deux flux à cause de l’aggravation de la crise économique. Malgré l’affirmation officielle renouvelée de l’engagement des donateurs à augmenter l’Official développement assistance (Aide publique au Développement) selon l’Accord de Gleneagles, actuellement, la majeure partie des donateurs ne sont pas en conditions de satisfaire leur objectif d’augmenter graduellement l’OPD d’ici 2010. Par ailleurs, les chiffres les plus récents révèlent une diminution des flux d’aide. Cela fait craindre qu’un éventuel effet direct de la crise économique mondiale pourrait être une importante réduction des aides aux pays pauvres. D’autre part. les envois d’argent des travailleurs émigrés ont déjà été réduits de manière significative. Cela menace la survie économique de familles entières qui tirent une partie consistante de leur revenu du transfert de fonds effectué par des proches qui travaillent à l’étranger.

Monsieur le Président, la délégation du Saint-Siège désire se concentrer sur un aspect spécifique de cette crise: son impact sur les droits humains des enfants, qui montre aussi ce qui est symptomatique de l’impact destructif sur tous les autres droits sociaux et économiques. Actuellement, certains droits importants des pauvres dépendent beaucoup des flux officiels d’aide et des envois des travailleurs. Parmi eux, il y a les droits à la santé, à l’instruction et à la nourriture. Dans plusieurs pays pauvres, en effet, les programmes relatifs à l’éducation, la santé et l’alimentation sont mis en œuvre grâce aux flux d’aide des donateurs officiels. Si la crise économique réduit cette assistance, la réalisation de ces programmes pourrait être mise en danger. De la même manière, dans beaucoup de régions pauvres, c’est l’argent envoyé par les travailleurs émigrés qui permet à des familles entières de fournir une instruction et une alimentation correcte à leurs enfants. Si la réduction des aides et des envois d’argent se poursuit, elle privera les enfants du droit à l’éducation, créant une double conséquence négative. Non seulement elle empêchera les enfants de développer le plein exercice de leurs talents, qui pourraient être mis au service du bien commun, mais cela créera des conditions de difficultés économiques à long terme. Un recul de l’investissement dans l’éducation d’aujourd’hui se traduira par une baisse de la croissance demain.

En même temps, une mauvaise alimentation des enfants diminue de manière significative l’espérance de vie, en portant les taux de mortalité des enfants au niveau de ceux des adultes. Les conséquences économiques négatives de ce phénomène vont au-delà de la dimension personnelle et touchent des sociétés entières.

Monsieur le Président, je me permets de mentionner une autre conséquence de la crise économique mondiale qui pourrait être particulièrement importante pour le mandat des Nations unies. Trop souvent, des périodes de graves difficultés économiques ont été marquées par l’arrivée au pouvoir de gouvernements dont les engagements envers la démocratie sont douteux. Le Saint-Siège prie pour que ce type de conséquences puisse être évité dans la crise actuelle, parce qu’elles aboutiraient à une grave menace pour la diffusion des droits humains fondamentaux, pour lesquels cette institution a lutté avec tant de ténacité.

Ces 50 dernières années, des résultats importants dans la réduction de la pauvreté ont été obtenus. Monsieur le Président, ces résultats sont en danger et une approche cohérente est nécessaire pour les protéger à travers un sens renouvelé de la solidarité, en particulier pour les parties de la population et pour les pays les plus touchés par la crise. Toutefois, des erreurs anciennes et plus récentes se répéteront si l’on n’entreprend pas une action internationale concertée pour encourager et protéger tous les droits de l’homme et si les activités financières et économiques ne sont pas placées dans une perspective éthique qui puisse privilégier les personnes, leur productivité et leurs droits par rapport à l’avidité qui peut découler du seul intérêt pour le profit. 

*L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française n.9, p.7.