The Holy See
back up

Rev. Michael BLUME, SVD,

Statement at the Humanitarian Issues Working Group of the UNHCR*

Geneva, April 6, 1999


Madame High Commissioner,

The Delegation of the Holy See wishes to thank you for this initiative of bringing together representatives of governments and humanitarian organizations. We are confident that the end of the day will see positive results for the benefit of all affected by this crisis.

Admiration for the humanitarian groups at work in the crisis

1. I would also like to express the deep admiration of this delegation for the governments and municipalities of countries neighboring Kosovo and for members of so many organizations, who have generously and selflessly responded to this emergency. Few people could have anticipated its extent. Yet with the resources available, they are engaging, often heroically, in clothing, sheltering, nourishing, and healing. Many families in these same countries likewise deserve our deep respect and support, for they have welcomed refugees into their own homes, often at great cost to themselves. People throughout the world have also generously and quickly responded to various appeals made for funds for this emergency. Likewise the offers by several states to receive refugees from Kosovo are very heartening. One senses a great worldwide solidarity to help meet these dramatic needs. This is surely something encouraging at a time when it is easy to loose heart. The Holy See is also very grateful to the networks of Catholic aid organizations for their initiatives in the region even long before the latest crisis. Just last week, Pope John Paul II delegated Archbishop Paul Josef Cordes, President of the Pontifical Council 'Cor Unum', the organ of the Holy See entrusted with humanitarian assistance, to visit Albania and assure all refugees there of his closeness and solidarity with them.

Points of concern

2. Protection: Humanitarian action, however, will have little long-lasting effect unless accompanied by protection. This delegation is thus very concerned about the safety of the refugees and even of those remaining in Kosovo. It is further preoccupied by reports on the following questions which, if verified, will require special attention:

- the disappearance of unarmed Kosovo Albanian men;
- the mining of some border areas;
- the confiscation of documents of those leaving Kosovo, with the risk that they will become stateless.

A further protection issue concerns the quality of human life of those protected, which will become evident once the present emergency is more under control. Spiritual and psychological traumas need healing. The handicapped, the aged, and other particularly vulnerable people need special attention. Many families have been deeply wounded with the loss of a spouse and other members. Some semblance of the society, from which the refugees come, needs to be established, including its rhythms of religious and cultural events. The problems of boredom in exile, loss of direction and meaning in life, and the strong desire to return also need to be addressed. This delegation wishes to encourage reflection and planning for this next stage of exile.

Some elements of a solution

3. Regarding solutions, this delegation wishes to propose the following points for the consideration of this meeting:

Humanitarian corridor: Two days ago, on Easter morning, the Holy Father publically appealed to the authorities of the Federal Republic of Yugoslavia to permit the opening of what he called 'a corridor of hope', so that aid can reach the populations amassed along the border of Kosovo. We hope that all governments and organizations involved in the area will heed this plea.

4. International observers: This delegation further urges measures to bring international observers back to Kosovo, both for an eventual peace process and for assuring residents of Kosovo that reliable reporting of events reaches the wider international community.

5. Durable solutions for refugees and exiles: While the offers of several countries to accept quotas of refugees from Kosovo are certainly heartening, it is not clear how many refugees will opt to resettle or find temporary protection in a far-off land. The hope of many for a quick return in freedom, security and dignity needs to be tempered by reports suggesting widespread destruction, insecurity and increasingly strained ethnic relations. This will not change quickly. If exile becomes a long-term fact, then the problem of third country resettlement or local integration into their host country arises. We believe it is worthwhile preparing for this possibility and deliberately involving the refugees themselves in discussions concerning their future, especially when it is a question of being transported elsewhere or where the unity of the family is concerned.

6. Help for the countries hosting the refugees: Regarding the host countries of the Kosovo refugees and exiles, they are in great need of help to carry the burden of so many people entering in such a short period of time. Besides the poverty of these countries, they live with their own delicate ethnic balance, which the influx of large numbers of ethnic Albanians is perceived as disrupting. It is in the interest of all to assure that such a disruption does not happen. The importance at this moment of generous investment in and direct aid to these countries cannot be underestimated.

7. Stability and peace: Regarding the spirit and attitudes required in the long-term search for peace and the contribution of humanitarian organizations to it, I would like to leave you with the words of Pope John Paul II during his audience last week with members of the Parliamentary Assembly of Europe:

I urgently ask that everything be done so that peace can be established in the region and that the civilian populations can live in fraternity on their land. In response to violence, further violence is never a way for the future to exit from a crisis. It is thus fitting to silence arms and acts of vengence in order to engage in negotiations that oblige the parties, with their desire to reach as soon as possible an agreement that will respect the different peoples and diverse cultures, which are called to build a common society respectful of basic liberties. Such a development can then be recorded in history as a new element promoting the construction of Europe.

*L'Osservatore Romano 8.4.1999 p.2.

ORa n.15 p.10



Rev. Michael BLUME, SVD,

Statement at the Humanitarian Issues Working Group of the UNHCR**

Geneva, April 6, 1999


Madame le Haut-commissaire,

La délégation du Saint-Siège désire vous remercier pour votre initiative de réunir les représentants de gouvernements et d’organisations humanitaires. Nous sommes certains que des résultats positifs seront atteints, au bénéfice de tous ceux qui sont touchés par cette crise.

1. J’aimerais également exprimer la profonde admiration de cette délégation pour les gouvernements et les municipalités des pays voisins du Kosovo et pour les membres de si nombreuses organisations, qui ont répondu de façon généreuse et désintéressée à cette si­tuation d’urgence. Peu de personnes auraient pu prévoir son ampleur. Et pourtant, avec les ressources disponibles, elles s’engagent, de façon souvent héroïque, à apporter des vêtements, un toit, de la nourriture et des soins. De nombreuses familles dans ces mêmes pays méritent également notre profond respect et notre soutien, car elles ont accueilli des réfugiés dans leur maison, souvent au prix de grands sacrifices pour elles. Partout dans le monde, de nombreuses personnes ont également répondu avec générosité et promptitude aux divers appels d’aides financières pour cette situation d’urgence. De même, les offres, de la part de plusieurs Etats, de recevoir des réfugiés provenant du Kosovo sont très réconfortantes. L’on ressent une profonde solidarité dans le monde en vue d’aider à répondre à ces besoins dramatiques. Cela est certainement encourageant, à une époque où il est facile de perdre espoir. Le Saint-Siège est également profondément reconnaissant aux réseaux d’organisations catholiques d’assistance, pour leurs initiatives dans la région, bien avant la dernière crise. La semaine der­nière, le Pape Jean-Paul Il déléguait Mgr Paul Josef Cordes, Président du Conseil pontifical «Cor Unum», l’organe du Saint-Siège responsable de l’aide humanitaire, pour se rendre en Albanie et assurer les réfugiés qui s’y trouvaient de la proximité et de la solidarité du Pape à leur égard.

2. Protection: L’action humanitaire, toutefois, n’aura qu’un effet faiblement durable si elle n’est pas accompagnée de protection. Cette délégation est donc très préoccupée par la sécurité des ré­fugiés, et même de ceux qui sont restés au Kosovo. Elle est également préoccu­pée par les allégations sur les questions suivantes, qui, si elles se révèlent être vraies, exigeront une attention particulière:
— La disparition d’hommes Albanais non armés du Kosovo;
— La pose de mines dans certaines régions frontalières;
— La confiscation des papiers d’identité des personnes quittant le Ko­sovo, avec le risque qu’elles deviennent apatrides.

Un problème supplémentaire sur la protection concerne la qualité de la vie humaine des personnes protégées, qui deviendra évidente une fois que la situation d’urgence actuelle sera davantage contrôlée. Les traumatismes spirituels et psychologiques ont besoin d’être soignés. Les personnes handicapées, les personnes âgées et les personnes particulièrement vulnérables, ont besoin d’attentions spéciales. De nombreuses familles ont été profondément blessées par la perte d’un conjoint ou d’autres membres de leur famille. Un semblant de société dont proviennent les réfugiés, doit être établi, y compris le rythme de leurs pratiques religieuses et culturelles. Les problèmes de l’ennui en situation d’exil, de la perte de direction et de signification de la vie, ainsi que le profond désir de retourner dans le pays d’origine, doivent également être soulevés. Cette délégation désire encourager la réflexion et la planification de cette prochaine étape de l’exil.

En ce qui concerne les solutions, cette délégation désire soumettre les points suivants à la considération de cette assemblée:

3. Couloir humanitaire: Il y a deux jours, le matin de Pâques, le Saint-Père a lancé un appel public aux Autorités de la République fédérale de Yougoslavie pour qu’elles permettent l’ouverture de ce qu’il a appelé «un couloir de l’espérance», afin de faire parvenir les aides aux populations entassées le long des frontières du Kosovo. Nous espérons que tous les gouvernements et organisations engagés dans cette région tiendront compte de cette prière.

4. Observateurs internationaux: Cette délégation exhorte également à prendre des mesures visant à faire revenir les observateurs internationaux au Ko­sovo, en vue d’un éventuel processus de paix et pour assurer les résidents du Kosovo que des comptes-rendus fiables des événements parviennent à toute la Communauté internationale.

5. Solutions durables pour les réfugiés et les exilés: Tandis que les offres, de la part de plusieurs pays, d’accepter des quotas de réfugiés provenant du Kosovo sont certainement réconfortantes, nous ne disposons pas d’informations précises quant au nombre de réfugiés qui choisiront de se réinstaller ou de trouver une protection temporaire dans un pays éloigné. L’espérance d’un grand nombre d’entre eux de pouvoir rapidement recouvrer la liberté, la sé­curité et la dignité, doit être tempérée par les informations qui nous parviennent de destructions massives, d’insécurité et de relations ethniques toujours plus tendues. Cette situation n’est pas près de changer. Si l’exil devient une réalité à long-terme, alors se présente le problème de l’installation dans un pays tiers ou de l’intégration locale dans le pays d’accueil. Nous pensons qu’il vaut la peine de se préparer à cette éventualité et d’engager délibérément les réfugiés eux-mêmes dans des discussions en ce qui concerne leur avenir, en particulier lorsqu’il s’agit d’être déplacé ailleurs ou lorsque l’unité de la famille est en jeu.

6. L’aide aux pays accueillant les réfugiés: En ce qui concerne les pays accueillant les réfugiés et exilés provenant du Kosovo, ils ont profondément besoin d’être aidés à supporter le poids de tant de personnes arrivant en si peu de temps. Outre leur pauvreté, ces pays doivent faire face à un équilibre ethnique déjà précaire, qui fait percevoir l’afflux d’un grand nombre d’Albanais comme un facteur de perturbation. Il est dans l’intérêt de tous d’assurer qu’un tel déséquilibre ne survienne pas. L’importance, en ce moment, d’investis­sements généreux et d’aides directes vers ces pays, ne peut pas être sous-estimée.

7. La stabilité et la paix: En ce qui concerne l’esprit et les attitudes exigées dans la recherche à long terme de la paix et la contribution des organisations humanitaires, je voudrais vous laisser avec les paroles du Pape Jean-Paul Il lors de son audience la semaine dernière avec les membres de l’Assemblée parlementaire en Europe: «Je demande instamment que tout soit mis en oeuvre pour que s’instaure la paix dans la région et que les populations civiles puissent vivre dans la fraternité sur leur terre. En réponse à la violence, une autre violence n’est jamais une voie d’avenir pour sortir d’une crise, Il convient donc de faire taire les armes et les actes de vengeance pour engager des négociations qui contraignent les parties, avec le désir de parvenir au plus tôt à un accord qui respectera les différents peuples et les di­verses cultures, appelés à édifier une société commune respectueuse des libertés fondamentales. Une telle démarche pourra alors s’inscrire dans l’histoire comme un nouvel élément prometteur pour la construction européenne» (cf. ORf n. 12 du 6 avril 1999).

**L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française n.15 pp.1, 10.