The Holy See
back up
Search
riga
Zaccaria e Maria: incredulità e fede 

14. « Or Marie dit à l’ange: Comment cela se fera-t-il, puisque je ne connais pas d’homme ? »

Il semblerait ici que Marie n’a pas eu foi, si l’on n’y prenait soigneusement garde; aussi bien il n’est pas admissible qu’une incrédule apparaisse choisie pour engendrer le Fils unique de Dieu. Et comment se pourrait-il faire - sauf bien entendu le privilège d’une mère, qui avait assurément droit à plus d’égards, mais enfin, son privilège étant plus grand, une foi plus grande devait lui être assurée - comment donc se pourrait-il faire que Zacharie, pour n’avoir pas cru, fut condamné au silence et Marie, qui n’aurait pas cru, honorée de la pénétration de l’Esprit Saint ? Mais Marie ne devait ni refuser de croire, ni se précipiter à la légère: refuser de croire à l’ange, se précipiter sur les choses divines. Il n’était pas aisé de connaître « le mystère caché depuis les siècles en Dieu » (Éphés., III, 9 et Coloss., I, 26), que même les Puissances d’en haut n’ont pu connaître. Et pourtant elle n’a pas refusé sa foi, ni ne s’est dérobée à son rôle, mais elle a rangé son vouloir, promis ses services; car en disant :« Comment cela se fera-t-il? », elle n’a pas mis en doute l’effet, mais demandé le comment de cet effet.  

15. Combien plus de mesure en cette réponse que dans les paroles du prêtre ! Celle-ci dit: « Comment cela se fera-t-il ? » Lui a répondu: a Comment le saurai-je ? » Elle traite déjà de l’affaire, lui doute encore de la nouvelle. Il déclare ne pas croire en déclarant ne pas savoir, et il semble, pour croire, chercher encore un autre garant ; elle se déclare prête à la réalisation et ne doute pas qu’elle ait lieu, puisqu’elle demande comment elle pourra se produire ; car vous lisez : « Comment cela se fera-t-il, puisque je ne connais pas d’homme ? » Cet enfantement incroyable et inouï, il fallait l’entendre exposer avant d’y croire. Qu’une vierge enfante, c’est la marque d’un mystère divin, non humain ; aussi bien « prenez pour vous ce signe, est-il dit : voici qu’une vierge concevra et enfantera un fils » (Is., VII, 14). Marie l’avait lu, aussi a-t-elle cru à l’accomplissement ; mais comment cela s’accomplirait-il, elle ne l’avait pas lu, car ce comment n’avait pas été révélé, même à un si grand prophète. C’est que l’annonce d’un tel mystère devait tomber des lèvres non d’un homme, mais d’un ange ; aujourd’hui pour la première fois on entend : « L’Esprit Saint descendra sur vous » On l’entend et on le croit.

AMBROISE DE MILAN, Traité sur l’Évangile de S. Luc, II, 14-15.

 

Preghiera:

Santa Maria, gloriosa Genitrice di Dio e Semprevergine, che hai meritato di generare al mondo la salvezza, esaudisci me e abbi pietà di me ora e dovunque, per 1'onore e la gloria della tua eccellentissima verginità. Umilmente ti prego: sii mia salvatrice e soccorritrice presso l’onnipotente Dio e Signore nostro Gesú Cristo, affinché egli, pio Padre e Principe della pace, lavi le macchie dei miei peccati, mi strappi dalle tenebre dell'inferno, mi conduca alla vita eterna. Egli che per te, o castissima Vergine Maria, è venuto in questo mondo immondo e col suo sangue ha salvato il genere umano e l'ha sottratto dalla morte, infrangendo le sbarre dell'inferno e aprendo le porte del regno celeste, per la sua misericordia si degni di salvarmi nel tempo presente, di mondarmi, di custodirmi; egli, il Signore nostro Gesú Cristo, al termine di questa vita fugace, mi conceda di aver parte all'eterna beatitudine nella comunione dei santi. A lui onore e gloria col Padre e con lo Spirito Santo negli infiniti secoli dei secoli. Amen.

 

A cura della Pontificia Facoltà Teologica «Marianum»
Roma

 

top