Index   Back Top Print

[ AR  - DE  - EN  - ES  - FR  - HR  - IT  - PL  - PT ]

FÊTE DE SAINT ÉTIENNE, LE PROTOMARTYR

PAPE FRANÇOIS

ANGÉLUS

Place Saint-Pierre
Dimanche 26 décembre 2019

[Multimédia]


 

Chers frères et sœurs, bonjour !

Nous célébrons aujourd’hui la fête de saint Etienne, premier martyr. Le livre des Actes des apôtres nous parle de lui (cf. chapitres 6-7) et dans la page de la liturgie de ce jour, il nous le présente dans les derniers moments de sa vie, lorsqu’il est arrêté et lapidé (cf. 6, 12; 7, 54-60). Dans le climat joyeux de Noël, ce rappel du premier chrétien tué en raison de sa foi pourrait sembler déplacée. Toutefois, précisément dans la perspective de la foi, la célébration d’aujourd’hui se trouve en harmonie avec la véritable signification de Noël. Dans le martyre d’Etienne, en effet, la violence est vaincue par l’amour, la mort par la vie: à l’heure du témoignage suprême, il contemple les cieux ouverts et donne son pardon à ses persécuteurs (cf. v. 60)

Ce jeune serviteur de l’Evangile, rempli d’Esprit Saint, a su raconter Jésus à travers ses paroles et surtout à travers sa vie. En le regardant, nous voyons se réaliser la promesse de Jésus à ses disciples: «Quand on vous maltraitera à cause de moi, l’Esprit du Père vous donnera la force et les mots pour rendre témoignage» (cf. Mt 10, 19-20). A l’école de saint Etienne, devenu semblable à son Maître dans la vie comme dans la mort, nous fixons nous aussi notre regard sur Jésus, témoin fidèle du Père. Nous apprenons que la gloire du Ciel, celle qui dure pour la vie éternelle, n’est pas faite de richesses et de pouvoir, mais d’amour et de don de soi.

Nous avons besoin de garder le regard fixé sur Jésus, «qui est à l’origine et au terme de notre foi» (He, 12, 2), pour pouvoir rendre compte de l’espérance qui nous a été donnée (cf. 1 P 3, 15), à travers les défis et les épreuves que nous devons affronter quotidiennement. Pour nous chrétiens, le ciel n’est plus loin, séparé de la terre: en Jésus, le Ciel est descendu sur terre. Et grâce à Lui, avec la force de l’Esprit Saint, nous pouvons assumer tout ce qui est humain et l’orienter vers le Ciel. De sorte que le premier témoignage soit justement notre manière d’être humains, un style de vie façonné selon Jésus: doux et courageux, humble et noble, non violent.

Etienne était diacre, l’un des sept premiers diacres de l’Eglise (cf. Ac 6, 1-6). Il nous apprend à annoncer le Christ à travers des gestes de fraternité et de charité évangélique. Son témoignage, qui a culminé dans le martyre, est source d’inspiration pour le renouveau de nos communautés chrétiennes. Celles-ci sont appelées à devenir toujours plus missionnaires, entièrement tendues vers l’évangélisation, décidées à rejoindre les hommes et les femmes dans les périphéries existentielles et géographiques, où la soif d’espérance et de salut est plus grande. Des communautés qui ne suivent pas la logique du monde, qui ne se placent pas elles-mêmes au centre, leur image, mais uniquement la gloire de Dieu et le bien des personnes, en particulier des petits et des pauvres.

La fête de ce premier martyr Etienne nous appelle à nous souvenir de tous les martyrs d’hier et d’aujourd’hui — ils sont si nombreux aujourd’hui! — à nous sentir en communion avec eux et à leur demander la grâce de vivre et de mourir avec le nom de Jésus dans le cœur et sur les lèvres. Que Marie, Mère du Rédempteur, nous aide à vivre ce temps de Noël en fixant notre regard sur Jésus, pour devenir chaque jour davantage semblables à Lui.


À l'issue de l'Angélus

Chers frères et sœurs, je m’unis à la douleur qui s’est abattue sur la population bien-aimée des Philippines. Je prie pour les nombreuses victimes, pour les blessés et pour leurs familles. j’invite tout le monde à réciter avec moi le  Je vous salue Marie pour ce peuple que j’aime tant.

Je vous salue Marie...

Je vous salue tous, pèlerins provenant d’Italie et de tous les pays. Que la joie de Noël qui remplit aujourd’hui aussi nos cœurs, suscite en tous le désir de contempler Jésus dans la grotte de la crèche, pour ensuite le servir et l’aimer dans nos frères, en particulier les plus démunis.

Ces jours derniers, j’ai reçu de nombreux message de vœux de Rome et d’autres parties du monde. Il ne m’est pas possible de répondre à chacun. C’est pourquoi je vous exprime, ainsi qu’à tous, mes sincères remerciements, en particulier pour le don de la prière que beaucoup d’entre vous ont promis de faire: merci beaucoup.

Bonne fête de saint Etienne. S’il vous plaît, continuez à prier pour moi. Bon déjeuner et au revoir!

 



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana