Index   Back Top Print

[ FR ]

PAPE FRANÇOIS

MÉDITATION MATINALE EN LA CHAPELLE DE LA
MAISON SAINTE-MARTHE

Mardi 25 juin 2013

 

(L'Osservatore Romano, Édition hebdomadaire n° 27 du 4 juillet 2013)

L’appel d’Abraham

La route pour la paix au Moyen-Orient est celle qui est indiquée par la « sagesse » d’Abraham, père commun dans la foi pour les juifs, les chrétiens et les musulmans. C’est ce qu’a dit le Pape François pendant la Messe célébrée dans la chapelle de la Domus Sanctae Marthae, mardi 25 juin, se référant « à la lutte pour la terre » entre Abraham et Lot, racontée au chapitre 13 de la Genèse (2.5-18). « Quand je lis cela, je pense au Moyen-Orient et je demande avec force au Seigneur qu’il nous donne à tous la sagesse, cette sagesse : nous nous disputons — toi d’un côté et moi de l’autre — pour la paix » a-t-il dit au début de l’homélie. Et Abraham, a-t-il ajouté, nous rappelle également que « personne n’est chrétien par hasard » car Dieu nous appelle par notre nom et avec « une promesse ». Nous aussi, « chrétiens, a poursuivi le Pape, nous avons été appelés individuellement. Personne de nous n’est chrétien par pur hasard, personne. Il y a un appel pour toi, pour toi, pour toi ». C’est un appel « par notre nom, avec une promesse : va de l’avant, je suis avec toi, je marche à tes côtés ». « Cela, a-t-il expliqué, Jésus le savait aussi, lui qui dans les moments les plus difficiles s’adresse au Père », comme c’est le cas « dans le jardin des oliviers. Et à la fin, quand il ressent cette obscurité si profonde », il dit : « Père, pourquoi m’as-tu abandonné ? ». Cela se passe donc « toujours en relation avec le Père qui l’a appelé et l’a envoyé. Et lorsqu’il nous quitte le jour de l’Ascension, il nous dit aussi cette belle parole : je serai avec vous tous les jours, à vos côtés : à tes côtés, à tes côtés, à tes côtés. Toujours ». « Dieu nous accompagne, Dieu nous appelle par notre nom, Dieu nous promet une descendance » a rappelé le Pape. « Telle est la certitude du chrétien ce n’est pas un hasard, c’est un appel. Un appel qui nous fait aller de l’avant. Être chrétiens est un appel d’amour, d’amitié. Un appel à devenir fils de Dieu, frère de Jésus, à devenir fécond dans la transmission de cette appel aux autres, à devenir un instrument de cet appel ». Assurément, a-t-il reconnu, « il y a de nombreux problèmes, des moments difficiles. Jésus lui aussi en a tant passés, mais toujours avec cette certitude : le Seigneur m’a appelé, le Seigneur est avec moi, le Seigneur m’a promis. Mais peut-être le Seigneur s’est-il trompé sur mon compte ? Le Seigneur est fidèle, car Il ne peut jamais se renier lui-même. Il est la fidélité ». « L’important est d’aller de l’avant, avec le Seigneur. Aller de l’avant avec cette promesse qu’il nous a faite, avec cette promesse de fécondité; et dire aux autres, raconter aux autres, que le Seigneur est avec nous, que le Seigneur nous a choisis et qu’il ne nous laisse jamais seuls. Cette certitude de chrétien nous fera du bien ». Le Pape François a conclu avec le souhait que « le Seigneur nous donne à tous cette envie d’aller de l’avant qu’a eue Abraham », même parmi les difficultés. Aller de l’avant, avec la certitude d’Abraham, la certitude que le Seigneur « m’a appelé, qu’il m’a promis tant de belles choses, qu’il est avec moi ».

 



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana