Index   Back Top Print

[ FR ]

PAPE FRANÇOIS

MÉDITATION MATINALE EN LA CHAPELLE DE LA
MAISON SAINTE-MARTHE

La farine et le levain

Mardi, 25 octobre 2016

 

(L'Osservatore Romano, Édition hebdomadaire n° 47  du 24 novembre 2016)

La « docilité » est le mot-clé de la réflexion du Pape François. Telle doit être en effet la caractéristique principale non seulement du « chemin » de chaque chrétien, mais également du chemin plus vaste qui caractérise le royaume de Dieu. Le point de départ a été le passage de l’Évangile de Luc (13, 18-21) dans lequel, à travers les similitudes du grain de sénevé et du levain, « le Seigneur nous dit que le royaume aussi est en chemin ». Mais « qu’est-ce que le royaume de Dieu »? Quelqu’un pourrait penser que c’est « une structure bien faite », « tout en ordre », et « des organigrammes bien faits », et que ce qui n’entre pas dans cette organisation n’appartient pas au royaume de Dieu. En revanche, a expliqué François en utilisant un verbe transitif aussi insolite qu’efficace, « la loi est faite pour la parcourir ». Et « le royaume de Dieu aussi est en chemin ». Et non seulement le royaume « n’est pas immobile », mais, de plus, « le royaume de Dieu “se fait tous les jours” ». Pour éclaircir ce concept, « Jésus parle de deux choses de la vie quotidienne : le levain ne reste pas levain, parce qu’à la fin, il s’abîme ; il se mêle à la farine, il est en chemin et fait le pain » ; et de la même façon, « la semence ne demeure pas semence : elle meurt et donne vie à l’arbre ». Donc, « levain et semence sont en chemin pour “faire” quelque chose ». Et « le royaume est ainsi » également. Le Pape a voulu répéter le concept : « Levain et semence meurent. Le levain n’est plus levain : il se mêle à la farine et devient pain pour tous, nourriture pour tous. La semence ne sera plus semence : elle sera arbre et devient habitation pour tous, pour les oiseaux... ». En faisant référence à l’homélie de la veille, le Pape a parlé du niveau de la participation et de l’engagement personnel de chaque chrétien : « Quelle est l’attitude que le Seigneur attend de nous, afin que le royaume de Dieu croisse et soit pain pour tous et habitation également pour tous? ». La réponse est claire : « la docilité ». En effet, « le royaume de Dieu croît grâce à la docilité à la force de l’Esprit Saint ». François a repris la symbolique proposée par le passage évangélique : « la farine n’est plus farine et devient pain, parce qu’elle est docile à la force du levain ». La même dynamique se retrouve en ce qui concerne le royaume de Dieu qui « croît ainsi, puis qui devient ensuite nourriture pour tous ». Comme « la farine est docile au levain » et « croît », ainsi en est-il du royaume de Dieu : « L’homme et la femme dociles à l’Esprit Saint croissent et sont un don pour tous. La semence elle aussi est docile pour être féconde, et perd son identité de semence et devient autre chose, beaucoup plus grande : elle se transforme ». Pour cette raison, le royaume de Dieu « est comme la loi : en chemin ». Il « est en chemin vers l’espérance, il est en chemin vers la plénitude » et, surtout « il se fait tous les jours, avec la docilité à l’Esprit Saint, qui est celui qui unit notre petit levain ou la petite semence à la force et les transforme pour les faire croître ». Le Pape a alors établi un autre lien avec la méditation de la veille, lorsqu’il avait parlé du rapport avec la loi : « Ne pas parcourir la loi nous rend rigides et la rigidité fait de nous des orphelins, sans Père ». C’est pourquoi nous devons « demander la grâce de la docilité à l’Esprit Saint ».

 



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana