Index   Back Top Print

[ FR ]

PAPE FRANÇOIS

MÉDITATION MATINALE EN LA CHAPELLE DE LA
MAISON SAINTE-MARTHE

L'intuition de Madeleine

Lundi, 5 décembre 2016

(L'Osservatore Romano, Édition hebdomadaire n°001 du 5 janvier 2017)

Avec son intuition, Madeleine a compris que Jésus voulait « la re-créer », pas seulement couvrir ses péchés par une opération de maquillage : et c’est précisément elle, qui avait eu le courage de nommer par « leur nom et leur prénom » ses péchés, qui a été indiquée par le Pape François comme exemple pour se laisser vraiment renouveler par le Seigneur le plus profondément possible. La première lecture, tirée du livre d’Isaïe (35, 1-10), « nous parle de renouveau : que la steppe exulte et fleurisse car la gloire lui sera donnée ». Ce sont des mots qui racontent un changement en mieux ; c’est pourquoi le peuple attendait le Messie, attendait ce que le prophète Isaïe avait annoncé ». Et en effet, « Jésus est venu et Jésus guérissait et Jésus enseignait et Jésus faisait voir aux personnes une route pour changer et c’est pour cette raison que les personnes le suivaient ». Mais « elles ne le suivaient pas parce qu’il était à la mode : elles le suivaient parce que le message de Jésus touchait leur cœur ». Toutefois, « ce que faisait Jésus n’était pas seulement un changement allant du laid au beau, du mauvais au bon : Jésus a accompli une transformation ». En effet, « la question n’est pas de faire quelque chose de beau, ce n’est pas un problème de maquillage ». En réalité, le Seigneur « a tout changé en elle, il a changé par une re-création : Dieu avait créé le monde ; l’homme est tombé dans le péché ; Jésus vient recréer le monde ». Voilà « le message de l’Évangile que l’on voit clairement : tout d’abord, guérir cet homme, Jésus pardonne ses péchés ». Ainsi, le Seigneur « va là, à la re-création, il re-crée cet homme de pécheur en homme juste : il le re-crée comme un homme juste ». En substance, il le fait nouveau, il le renouvelle et cela scandalise ». Jésus « scandalisait » parce qu’il « est capable de faire de nous — nous, pécheurs — des personnes nouvelles ». C’est précisément de cela « que Madeleine eut l’intuition, quand elle alla à lui, pleura et lui lava les pieds avec ses larmes, les essuya avec ses cheveux ». Elle « eut l’intuition de trouver là le guérisseur de sa plaie : c’était une femme saine, elle était en bonne santé, mais elle avait une plaie intérieure, c’était une pécheresse ». Mais « pour cela il faut beaucoup de foi ». « Pour la guérison de l’âme, pour la guérison existentielle, la re-création qui conduit à Jésus, il faut une grande foi et ce n’est pas facile ». « Etre transformés : telle est la grâce du salut qu’apporte Jésus ». « Isaïe prophétise : “Fortifiez les mains affaiblies, affermissez les genoux qui chancellent. Dites aux cœurs défaillants : “Soyez forts, n’ayez pas peur ; voici votre Dieu” ». Voilà pourquoi « “courage” est le mot de Dieu : “Courage, laissez-vous re-créer” ». Donc, « il ne faut pas seulement guérir, mais re-créer : re-créer le cœur : nous sommes tous pécheurs, mais regarde la racine de ton péché et que le Seigneur aille là-bas et la re-crée ; et cette racine amère fleurira, fleurira à travers les œuvres de justice ; et tu seras un homme nouveau, une femme nouvelle ». François a donc mis en garde contre la tentation de ne pas se laisser re-créer par le Seigneur, en se limitant à reconnaître que « oui, oui, j’ai des péchés », mais « je vais me confesser, deux petits mots et je continue ainsi ». En somme, « uniquement deux coups de pinceau et nous croyons qu’avec cela l’histoire est finie ». Et bien non, il s’agit de reconnaître « mes péchés, avec leur nom et leur prénom : j’ai fait cela, cela, cela et j’ai honte dans mon cœur ». Ainsi, « j’ouvre mon cœur : “Seigneur, l’unique que j’ai, re-crée-moi, re-crée-moi!” ». Ce n’est que de cette manière « que nous aurons le courage d’aller avec une foi véritable vers Noël ». Sans jamais chercher « à cacher la gravité de nos péchés ». « Aujourd’hui, le Seigneur nous demande : “Courage, donne-moi tes péchés et je ferai de toi un homme nouveau et une femme nouvelle” ». Que « le Seigneur nous donne la foi pour croire en tout cela ».

 

 



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana