Index   Back Top Print

[ EN  - ES  - FR  - IT  - PT ]

LETTRE DU SAINT-PERE
AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DE COLOMBIE
A L'OCCASION DE LA JOURNEE MONDIALE DE L'ENVIRONNEMENT

 

A S.E. M. Iván Duque Márquez,
président de la République de Colombie

Monsieur le président,

Je suis heureux de m’adresser à vous, à tous les membres organisateurs ainsi qu’aux participants à la journée mondiale de l’environnement, qui aurait dû être célébrée cette année physiquement à Bogota, mais qui, à cause de la pandémie du coronavirus, se tiendra sous forme virtuelle. Ce défi nous rappelle que face à l’adversité, de nouveaux chemins s’ouvrent toujours pour rester unis en tant que grande famille humaine.

La protection de l’environnement et le respect de la «biodiversité» de la planète sont des thèmes qui nous concernent tous. Nous ne pouvons prétendre être sains dans un monde qui est malade. Les blessures provoquées à notre mère terre sont des blessures qui saignent aussi en nous. La sauvegarde des écosystèmes a besoin d’un regard vers l’avenir, qui ne se limite pas seulement à l’immédiat, ou qui cherche un gain rapide et facile; mais un regard qui soit préoccupé par la vie et qui recherche sa préservation au bénéfice de tous.

Notre attitude face à la situation actuelle de la planète devrait véritablement nous préoccuper et faire de nous des témoins de la gravité de la situation. Nous ne pouvons pas rester muets face au cri de douleur quand nous constatons les coûts très élevés de la destruction et de l’exploitation de l’écosystème. Ce n’est pas le moment de continuer à regarder de l’autre côté, indifférents aux signes que notre planète est pillée et violée par la soif de gain et très souvent au nom du progrès. Nous avons la possibilité d’inverser la marche et de nous engager en vue d’un monde meilleur, plus sain, pour le laisser en héritage aux générations futures. Tout dépend de nous, si nous le voulons vraiment.

Nous avons célébré récemment le cinquième anniversaire de la Lettre encyclique Laudato si’, qui rappelle l’attention sur le cri que nous lance la mère terre. Je vous invite tous aussi à participer à l’année spéciale que j’ai annoncée pour réfléchir à la lumière de ce document, et ainsi, tous ensemble, nous consacrer davantage à la sauvegarde et à la protection de notre Maison commune, ainsi que de nos frères et sœurs plus fragiles et marginalisés de la société.

Je vous encourage dans ce devoir qui vous attend. Je suis certain que vos décisions et conclusions promouvront toujours l’édification d’un monde toujours plus habitable et d’une société plus humaine, où nous trouvons tous notre place et où personne ne soit abandonné.

Et s’il vous plaît, je vous demande de prier pour moi. Que Jésus vous bénisse et que la Sainte Vierge prenne soin de vous.

Du Vatican, le 5 juin 2020

François

 


© Copyright - Libreria Editrice Vaticana