Index   Back Top Print

[ ES  - FR  - IT  - PT ]

LETTRE DU SAINT-PERE
AU PERE DARIUSZ WILK, C.S.M.A.,
SUPERIEUR GENERAL DE LA CONGREGATION
DE SAINT-MICHEL ARCHANGE
 

 

Au père Dariusz Wilk, C.S.M.A.
supérieur général de la congrégation de Saint-Michel Archange

Je désire m’unir spirituellement à vous et à vos confrères, en vue du centenaire de l’approbation de votre congrégation que vous vous apprêtez à célébrer par une année jubilaire. Cette circonstance significative m’offre la possibilité de m’unir à votre action de grâce au Seigneur pour les merveilles qu’Il a accomplies à travers l’œuvre de votre institut. En même temps, je souhaite vous encourager à continuer avec conviction, joie et une fidélité renouvelée sur le chemin tracé par votre fondateur, le bienheureux Bronislao Markiewicz. De même que le grain de moutarde de l’Evangile, jeté en terre, pousse et devient un grand arbre et une demeure pour les oiseaux du ciel (cf. Lc 13, 18-19), ainsi l’œuvre de ce prêtre zélé du diocèse de Przemyśl, semée tout d’abord dans la terre de Pologne, continue de porter des fruits, à travers votre service, dans de nombreux pays sur les différents continents.

La Providence divine a planté cette semence dans la vie du père Markiewicz, qui l’a tout d’abord cultivée à travers son expérience de vie religieuse dans la congrégation salésienne et dans sa relation amicale et directe avec saint Jean Bosco. Revenu d’Italie en Pologne comme premier salésien, il a continué les semailles à travers les œuvres au profit des enfants pauvres et abandonnés, en rassemblant autour d’eux des hommes et des femmes, collaborateurs du premier noyau des branches masculine et féminine des futures congrégations de Saint-Michel Archange. Il est mort en 1912, quelques années avant que l’institut religieux, qu’il avait tant désiré, ne soit officiellement approuvé, le 29 septembre 1921 par celui qui était alors l’archevêque de Cracovie, Mgr Adam Stefan Sapieha. Toutefois, l’héritage spirituel du fondateur a été vécu avec ardeur apostolique par ses fils au cours de ces 100 ans, et ils l’ont adapté avec sagesse à la réalité et aux nouvelles urgences pastorales, même au prix du don suprême de leur vie, comme en témoigne le martyre de vos bienheureux Ladislao Błądziński et Adalberto Nierychlewski.

Votre charisme, plus que jamais actuel, se caractérise par l’attention aux enfants pauvres, orphelins et abandonnés, dont personne ne veut et qui sont souvent considérés comme le rebut de la société. Tout en me félicitant de tout ce que vous avez fait pendant ces décennies en faveur de l’enfance abandonnée, je vous invite à poursuivre avec un enthousiasme renouvelé votre engagement éducatif auprès de ceux que souvent personne ne veut accueillir ni défendre, à travers les écoles, les oratoires, les maisons familiales, les foyers d’accueil et les autres institutions d’aide et de formation. L’éducation humaine et chrétienne, surtout à l’égard des pauvres et dans les lieux où, pour différentes raisons, elle fait défaut et n’est pas suffisamment garantie par la société, est le plus grand don qu’aujourd’hui encore vous êtes appelés à offrir aux enfants et aux jeunes abandonnés. Ils ont sans cesse besoin de formateurs qui les guident avec amour paternel et bonté évangélique dans leur croissance humaine et religieuse. A cet égard, j’aime rappeler les paroles par lesquelles votre fondateur résumait sa mission: «Je voudrais recueillir des millions d’enfants orphelins de toutes les nations et de toutes les races pour les conduire à Dieu» (Lettre à mère Isabelle, 11 avril 1910, in: Epistulae, V, p. 91).

Aujourd’hui, les plus démunis ont non seulement le visage de ceux qui vivent dans le dénuement matériel, mais qui sont souvent esclaves des conditionnements modernes et des dépendances. C’est pourquoi votre institut est appelé à consacrer tous ses soins et son attention aux jeunes et aux réalités sociales exposées au danger du mal et de l’éloignement de Dieu. Un autre domaine d’apostolat important que vous cultivez et que je vous exhorte à poursuivre, est la pastorale à travers la parole imprimée. La Maison d’édition Michalineum et les deux périodiques: Tempérance et Travail et Qui est comme Dieu, ne sont pas seulement l’héritage de votre fondateur, mais ils constituent de précieux moyens de communication sociale qui, adaptés aux exigences actuelles et enrichis de la technologie moderne, peuvent rejoindre un grand nombre de personnes, produisant des fruits de bien dans l’esprit et la conscience des gens.

En votre année jubilaire, puisse chacun de vous se mettre docilement à l’écoute de l’Esprit Saint et se laisser façonner par Lui pour renouveler la communion fraternelle nécessaire en vue d’une mission toujours plus féconde. Ne vous lassez pas de vous mettre à l’écoute du «cri» que les enfants et les jeunes sans défense portent gravés dans leur regard, en devenant pour eux des porteurs d’espoir et d’avenir. N’oubliez pas que «Jésus veut que nous touchions la misère humaine, que nous touchions la chair souffrante des autres. Il attend que nous renoncions à chercher ces refuges personnels ou communautaires qui nous permettent de nous maintenir à distance du nœud du drame humain, afin que nous acceptions vraiment d’entrer en contact avec l’existence concrète des autres et que nous connaissions la force de la tendresse» (Exhort. ap. Evangelium gaudium, n. 270). En vivant ainsi, vous serez de vrais témoins du Christ et des défenseurs des hommes. Les temps actuels ont besoin de personnes consacrées qui sachent regarder toujours davantage les nécessités des derniers et qui ne craignent pas de mettre en acte le charisme de leur institut dans les hôpitaux de campagne modernes.

Pour atteindre cet objectif apostolique, il faut être des hommes de communion, dépasser les frontières, créer des ponts et abattre les murs de l’indifférence. Sur le chemin d’une fidélité renouvelée au charisme, ne manquez pas de faire référence aux paroles qui au cours de ces cent ans ont éclairé le chemin de votre congrégation méritoire: le cri victorieux de saint Michel Archange, «Qui est comme Dieu!», qui préserve l’homme de l’égoïsme et le principe de «Tempérance et travail», qui indique les modalités à suivre dans la réalisation de votre charisme. Une cohérence de vie s’inspirant de ces valeurs rendra votre œuvre apostolique crédible et attirante, suscitant également de nouvelles vocations. Dans cette perspective, je souhaite que votre famille religieuse puisse poursuivre la diffusion de l’apostolat de saint Michel Archange, puissant vainqueur des puissances du mal, en y voyant une grande œuvre de miséricorde pour l’âme et pour le corps.

Que votre adhésion fidèle au Christ et à son Evangile resplendisse dans les différents domaines de votre service ecclésial. Que la Sainte Vierge et l’Archange Michel vous protègent et soient des guides sûrs sur le chemin de votre congrégation, afin qu’elle puisse mener à leur terme tous ses projets de bien. Avec ces vœux, en vous assurant de mon souvenir dans la prière pour chacun de vous et pour les initiatives de votre année jubilaire, je vous donne de tout cœur ma Bénédiction, que j’étends volontiers à ceux que vous rencontrez dans votre apostolat quotidien.

Fait à Rome, à Saint-Jean-de-Latran, le 29 juillet 2020

François

 


© Copyright - Libreria Editrice Vaticana