Index   Back Top Print

[ EN  - ES  - FR  - IT  - PT ]

MESSAGE DU PAPE FRANÇOIS
AU PREPOSE GENERAL
DE L'ORDRE DES PAUVRES CLERCS REGULIERS
DE LA MERE DE DIEU DES ECOLES PIES (SCOLOPES)
 

 

Au Très Révérend Père
Pedro Aguado Cuesta
Préposé général de l’Ordre des pauvres clercs réguliers
de la Mère de Dieu des écoles pies

Révérend Père,

Je vous remercie de votre invitation à l’événement promu par l’Union des supérieurs généraux et l’Union internationale des supérieurs généraux sur le défi de la reconstruction du pacte éducatif mondial qui, en raison de la pandémie, se tiendra en ligne du 12 au 14 novembre. Je salue les responsables des différents instituts de vie consacrée qui y participeront et tous ceux qui rendent ce séminaire possible.

La vie consacrée a toujours été en première ligne de la tâche éducative. Un exemple en est votre fondateur, Saint Joseph de Calasanz, qui a construit la première école pour enfants; mais les religieux qui l’ont éduqué à Estadilla et, bien avant, les monastères médiévaux qui ont préservé et diffusé la culture classique le sont eux aussi. De ces racines fortes, différents charismes sont nés à toutes les époques de l’histoire qui, par le don de Dieu, ont su d’adapter aux besoins et aux défis de chaque temps et de chaque lieu. Aujourd’hui, l’Eglise appelle à renouveler cet objectif à partir de la propre identité, et je vous remercie d’avoir pris ce témoin avec tant d’engagement et d’enthousiasme.

Comme vous le savez, les engagements essentiels du pacte mondial pour l’éducation que l’on est en train de promouvoir sont au nombre de sept. Sept engagements que je souhaite synthétiser en trois lignes d’actions concrètes: se concentrer, accueillir et s’impliquer.

Se concentrer sur ce qui est important signifie mettre la personne au centre, «sa valeur, sa dignité, faire ressortir sa propre spécificité, sa beauté, son unicité et, en même temps, sa capacité d’être en relation avec les autres et avec la réalité qui l’entoure». Valoriser la personne fait de l’éducation un moyen afin que nos enfants et nos jeunes puissent grandir et mûrir, en acquérant les compétences et les ressources nécessaires pour construire ensemble un avenir de justice et de paix. Il est essentiel de faire en sorte que l’objectif ne soit pas perdu de vue et qu’il ne se dissolve pas dans les médias, dans les projets et dans les structures. Nous travaillons pour les personnes, ce sont elles qui forment les sociétés, et ce sont elles qui structurent une seule humanité, appelée par Dieu à être son Peuple élu.

Pour y parvenir, l’accueil est nécessaire. Cela suppose de se mettre à l’écoute de l’autre, des destinataires de notre service, les enfants et les jeunes. Cela implique que les parents, les étudiants et les autorités – principaux acteurs de l’éducation – écoutent un autre type de sons, qui ne sont pas simplement ceux de notre cercle éducatif. Cela les empêchera de s’enfermer dans l’auto-référentialité et aura pour effet de les ouvrir au cri qui naît de tout homme et de la création. Il faut encourager nos enfants et nos jeunes à apprendre à entrer en relation, à travailler en groupe, à avoir une attitude empathique qui refuse la culture du rejet. De même, il est important qu’ils apprennent à sauvegarder notre maison commune, en la protégeant de l’exploitation de ses ressources, en adoptant des modes de vie plus sobres et en recherchant une utilisation intégrale des énergies renouvelables respectueuses de l’environnement humain et naturel, dans le respect des principes de subsidiarité et de solidarité et de l’économie circulaire.

La dernière ligne d’action est décisive: s’impliquer. L’attitude d’écoute, définie dans tous ces engagements, ne peut pas être comprise comme un simple entendre et oublier, mais elle doit être une plateforme permettant à chacun de s’engager activement dans cette œuvre éducative, chacun à partir de sa spécificité et de sa responsabilité. S’impliquer et nous impliquer suppose de travailler pour donner aux enfants et aux jeunes la possibilité de voir ce monde que nous leur laissons en héritage d’un œil critique, capable de comprendre les problèmes dans le domaine de l’économie, de la politique, de la croissance et du progrès, et de proposer des solutions véritablement au service de l’homme et de toute la famille humaine dans la perspective d’une écologie intégrale.

Chers frères, j’accompagne de ma prière les efforts de tous les instituts présents à cet événement, de toutes les personnes consacrées et des laïcs qui travaillent dans le domaine de l’éducation, en demandant au Seigneur que, comme il l’a toujours fait, en ce moment historique, la vie consacrée soit également un élément essentiel du pacte éducatif mondial. Je vous confie au Seigneur et je demande à Dieu de vous bénir et à la Sainte Vierge de vous protéger.

Et, s’il vous plaît, n’oubliez pas de prier pour moi.

Fraternellement,

Rome, Saint-Jean-de-Latran, le 15 octobre

François

 


© Copyright - Libreria Editrice Vaticana