Index   Back Top Print

[ DE  - EN  - ES  - FR  - IT  - PT ]

DISCOURS DU PAPE FRANCOIS
À DIX NOUVEAUX AMBASSADEURS NON-RESIDENTS
A L'OCCASION DE LA PRESENTATION DE LEURS LETTRES DE CREANCE

Salle Clémentine
Vendredi 4 décembre 2020

[Multimédia]


 

Excellences!

Je suis heureux de vous recevoir à l’occasion de la présentation des Lettres qui vous accréditent comme ambassadeurs extraordinaires et plénipotentiaires de vos pays près le Saint-Siège: Jordanie, Kazakhstan, Zambie, Mauritanie, Ouzbékistan, Madagascar, Estonie, Rwanda, Danemark et Inde. Je vous prie de transmettre mes sentiments d’estime à vos chefs d’Etat respectifs, ainsi que l’assurance de mes prières pour eux et pour vos compatriotes.

Votre mission commence à une période de grand défi pour toute la famille humaine. Avant même la pandémie de Covid-19, il était clair que l’année 2020 aurait été caractérisée par des nécessités humanitaires urgentes, dues à des conflits, la violence et le terrorisme dans divers pays du monde. Les crises économiques provoquent la faim et des migrations de masse, tandis que le changement climatique augmente le risque de catastrophes naturelles, de famines et de sécheresse. Et à présent, la pandémie aggrave les inégalités déjà présentes dans nos sociétés; en effet, les pauvres et les plus vulnérables parmi nos frères risquent d’être négligés, exclus et oubliés. La crise nous a fait comprendre que nous sommes «dans la même barque, tous fragiles et désorientés, mais en même temps tous importants et nécessaires, tous appelés à ramer ensemble, tous ayant besoin de nous réconforter mutuellement» (Moment extraordinaire de prière, 27 mars 2020).

Aujourd’hui, sans doute plus que jamais, notre univers toujours plus mondialisé exige avec urgence un dialogue et une collaboration sincères et respectueux, capables de nous unir pour affronter les graves menaces qui pèsent sur notre planète et compromet l’avenir des jeunes générations. Dans la récente encyclique Fratelli tutti, j’ai exprimé le désir qu’«en cette époque que nous traversons, en reconnaissant la dignité de chaque personne humaine, nous puissions tous ensemble faire renaître un désir universel d’humanité» (n. 8). La présence du Saint-Siège au sein de la communauté internationale se place au service du bien commun mondial, en rappelant l’attention sur les aspects anthropologiques, éthiques et religieux des diverses questions qui concernent la vie des personnes, des peuples et de nations tout entières.

Je forme le vœu que votre activité diplomatique en tant que représentants de vos pays près le Saint-Siège favorise la «culture de la rencontre» (Fratelli tutti, n. 215), si nécessaire pour surmonter les différences et les divisions qui font si souvent obstacle à la réalisation des idéaux élevés et des objectifs proposés par la communauté internationale. En effet, chacun de nous est invité à œuvrer chaque jour en vue de l’édification d’un monde toujours plus juste, fraternel et uni.

Chers ambassadeurs, au moment où vous commencez votre mission près le Saint-Siège, je forme les meilleurs vœux et je vous assure de la disponibilité constante des divers bureaux de la Curie romaine pour vous assister dans l’accomplissement de vos responsabilités. Sur vous et sur vos familles, sur vos collaborateurs et sur tous vos compatriotes, j’invoque de tout cœur les bénédictions divines. Merci!

 


© Copyright - Libreria Editrice Vaticana