Index   Back Top Print

[ EN  - ES  - FR  - IT ]

Voyage Apostolique en Extrême-Orient et à Maurice (6 - 16 octobre 1989)

Discours au Président de la République d’INDONÉSIE,
S.E.M. SUHARTO et aux membres du gouvernement*

9 novembre 1989

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs,

1. C’est avec un sentiment de joie et de gratitude envers le Dieu tout-puissant, la source de toute bénédiction, que je suis venu en Indonésie. J’ai attendu et désiré cette occasion de visiter votre pays et de rencontrer son peuple. En tant que Pape, évêque de Rome, j’ai un amour et une sollicitude toute spéciale pour mes frères et sœurs Indonésiens de religion catholique, et je ressens avec force l’obligation de les soutenir et de les encourager dans leur fidélité à l’Évangile de Jésus-Christ.

Cependant, ma visite en Indonésie n’est pas exclusivement tournée vers les catholiques. Je suis venu comme un ami vers tous les Indonésiens, avec un grand respect pour tout le peuple de cette nation dynamique. Je vous assure de mes prières et formule mes vœux les meilleurs afin que l’Indonésie puisse grandir dans la prospérité à la fois matérielle et spirituelle, et que chacun de ses citoyens puisse expérimenter le don de la paix qui vient de Dieu.

Je veux exprimer ma profonde gratitude envers vous, Monsieur le président, pour votre aimable invitation à visiter l’Indonésie. Votre très gentille offre d’être logé au «Wisma Negara», que j’ai dû respectueusement décliner, étant donnée le style principalement pastoral de ma visite, m’a déjà permis d’éprouver la chaleureuse hospitalité du peuple indonésien. En vous remerciant, je veux étendre ma gratitude à chacun de vos concitoyens et à tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, ont permis cette visite.

2. Parmi les nations du monde, l’Indonésie jouit d’un respect mérité pour sa façon d’envisager les dimensions humaines de son développement en tant que nation. Les défis que doit affronter votre peuple sont, en effet, énormes. Pays le plus vaste du Sud-Est asiatique, l’Indonésie englobe des peuples répandus fort loin et à travers plusieurs milliers d’îles. Dans sa grande diversité plusieurs centaines de groupes ethniques et une grande variété de cultures et de langages , votre population constitue la ressource la plus riche du pays.

La création d’une société unifiée et interdépendante, formée d’un aussi grand nombre de groupes divers représente l’un des succès majeurs de ses quarante-quatre années d’histoire en tant que nation. La philosophie du Pancasila qui a inspiré et guidé votre croissance nationale reconnaît très justement que le seul fondement solide de l’unité nationale est le respect de tous: respect des différentes opinions, convictions, coutumes et valeurs qui caractérisent les nombreux citoyens d’Indonésie. Parfois, les nations sont tentées de ne pas tenir compte des droits fondamentaux de l’homme dans une recherche erronée d’une unité politique fondée sur le seul pouvoir militaire ou économique. Mais une telle unité peut facilement se dissoudre. Comme l’enseigne votre tradition nationale, la base la plus sure pour que l’unité et le développement d’une nation soient durables, c’est un profond respect pour la vie humaine, pour les droits inaliénables de la personne humaine et pour la liberté donnée à des citoyens responsables de déterminer leur destin de peuple.

3. Les nombreux croyants d’Indonésie ont un rôle important à jouer dans le développement continu de la nation, car la foi en Dieu et les valeurs spirituelles qui unissent les peuples sont des forces puissantes pour faire le bien. A cet égard, j’ai été heureux d’apprendre la contribution que les citoyens indonésiens catholiques ont apportée depuis le début de la République et continuent à apporter dans le progrès de leur nation. Les catholiques ont rendu des services notables pour le développement de leur pays, spécialement dans les domaines de l’éducation, de l’assistance sanitaire et du bien-être social. Avec leurs frères et sœurs d’autres traditions religieuses, ils ont cherché à coopérer à la tâche de construction d’une société qui soit en harmonie avec les espoirs et les aspirations de tous leurs concitoyens. Selon les principes catholiques, ils ont cherché à se mettre au service de tous les hommes et femmes de bonne volonté dans la poursuite d’un ordre social de justice et de paix. Cette coopération pour le bien de la société a trouvé une expression visible dans de nombreuses et belles institutions qui sont largement tenues en haute considération. Nous sommes reconnaissants au Très Haut que cela ait été rendu possible.

4. Monsieur le président, l’Indonésie a en effet remarquablement progressé vers la réalisation des objectifs qui trouvent leur noble expression dans le préambule de votre Constitution. En tant qu’ami de l’Indonésie, je prie pour le jour où les idéaux qui guident votre nation seront pleinement réalisés dans la vie de tout son peuple. En reconnaissant la présence d’une légitime diversité, en respectant les droits humains et politiques de tous les citoyens, et en encourageant le développement d’une unité nationale fondée sur la tolérance et le respect des autres, vous jetez les fondements de cette société juste et pacifique que tous les Indonésiens souhaitent pour eux-mêmes et qu’ils veulent transmettre à leurs enfants.

Je vous assure une fois encore de ma profonde estime et affection pour le peuple de votre pays.


*L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française n. 43 p.6.

La Documentation catholique n.1995 pp. 1053-1054.

 

© Copyright 1989 - Libreria Editrice Vaticana

 



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana