The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI
AUX MEMBRES DES CONFRATERNITÉS ITALIENNES

 

Place Saint-Pierre
Samedi 10 novembre 2007

 

Chers frères et sœurs!

Je suis heureux de vous accueillir et je vous salue tous, vous qui représentez idéalement le monde vaste et varié des Confraternités présentes dans chaque région et diocèse d'Italie. Je salue les prélats qui vous accompagnent et en particulier Mgr Armando Brambilla, Evêque auxiliaire de Rome et Délégué de la Conférence épiscopale italienne pour les Confraternités et les Associations, en le remerciant des paroles qu'il m'a adressées en votre nom. Je salue M. Francesco Antonetti, Président de la Confédération qui rassemble les Confraternités italiennes, ainsi que les membres des Conseils de direction et vos Assistants ecclésiastiques. Chers amis, vous êtes réunis sur la Place Saint-Pierre avec vos vêtements caractéristiques, qui rappellent d'antiques traditions chrétiennes bien enracinées dans le Peuple de Dieu. Je vous remercie de votre visite, qui veut être une manifestation cordiale de foi et, dans le même temps, un geste qui exprime un attachement filial au Successeur de Pierre.

Comment ne pas rappeler immédiatement l'importance et l'influence que les Confraternités ont exercées dans les communautés chrétiennes d'Italie dès les premiers siècles du dernier millénaire? Un grand nombre d'entre elles, créées par des personnes pleines de zèle, sont rapidement devenues des rassemblements de fidèles laïcs se consacrant à mettre en lumière divers traits de la religiosité populaire liés à la vie de Jésus Christ, en particulier sa passion, sa mort et sa résurrection; à la dévotion envers la Vierge Marie et les saints, en unissant presque toujours des œuvres concrètes de miséricorde et de solidarité. Ainsi, dès les origines, vos Confraternités se sont distinguées par leurs formes typiques de piété populaire, auxquelles se joignaient de nombreuses initiatives charitables envers les pauvres, les malades et les personnes qui souffrent, en faisant participer à cette compétition d'aide généreuse de nombreux volontaires de tous les milieux sociaux. On comprend mieux cet esprit de charité fraternelle si l'on tient compte du fait que celles-ci commencèrent à apparaître au cours du moyen-âge, lorsque n'existaient pas encore des formes structurées d'assistance sociale et médicale pour les couches les plus pauvres des collectivités. Une telle situation s'est poursuivie pendant les siècles suivants jusqu'à, pourrions-nous dire, notre époque; alors que, malgré la croissance du bien-être économique, les zones de pauvreté n'ont cependant pas disparu. Et donc, aujourd'hui comme par le passé, il reste encore beaucoup à faire dans le domaine de la solidarité.

Les Confraternités ne sont pas cependant de simples sociétés d'assistance mutuelle ou bien des associations philanthropiques, mais un ensemble de frères qui, souhaitant vivre l'Evangile avec la conscience d'être une partie vivante de l'Eglise, se proposent de mettre en pratique le commandement de l'amour, qui pousse à ouvrir son cœur aux autres, en particulier à ceux qui se trouvent en difficulté. L'amour évangélique - l'amour pour Dieu et pour les frères - est le signe distinctif et le programme de vie de chaque disciple du Christ comme de chaque communauté ecclésiale. Dans l'Ecriture Sainte, il est clair que l'amour de Dieu est étroitement lié à l'amour pour le prochain (cf. Mc 12, 29-31). "La charité - ai-je écrit dans l'Encyclique Deus caritas est - n'est pas pour l'Eglise une sorte d'activité d'assistance sociale qu'on pourrait aussi laisser à d'autres, mais elle appartient à sa nature, elle est une expression de son essence elle-même, à laquelle elle ne peut renoncer" (n. 25). Pour communiquer aux frères la tendre providence du Père céleste, il est toutefois nécessaire de puiser à la source, qui est Dieu lui-même, grâce à des arrêts  prolongés  de  prière,  à l'écoute permanente de sa Parole et à une existence entièrement centrée sur le Seigneur et nourrie par les Sacrements, en particulier l'Eucharistie.

En cette saison de grands changements que nous traversons, l'Eglise qui est en Italie a également besoin de vous, chers amis, pour faire parvenir l'annonce de l'Evangile de la charité à tous, en parcourant des voies antiques et nouvelles. Enracinées sur le solide fondement de la foi dans le Christ, que vos Confraternités dignes d'éloge, avec la multiplicité singulière de leurs charismes et la vitalité ecclésiale qui les caractérise, continuent donc à diffuser le message du salut parmi le peuple, en œuvrant sur les multiples frontières de la nouvelle évangélisation! Vous pourrez mener à bien votre importante mission si vous cultivez toujours un amour profond envers le Seigneur et une obéissance docile à vos pasteurs. A ces conditions, en conservant bien fermes les qualités, de l'"évangélicité" et de l'"ecclésialité", vos Confraternités continuerons à être des écoles populaires de foi vécue et des creusets de sainteté; elles pourront continuer à être dans la société "ferment" et "levain" évangélique et contribuer à susciter ce réveil spirituel que nous souhaitons tous.

Chers amis, le domaine dans lequel vous devez travailler est donc vaste et je vous encourage à multiplier les initiatives et les activités de chacune de vos Confraternités. Je vous demande surtout de soigner votre formation spirituelle et de tendre à la sainteté, suivant des exemples d'authentique perfection chrétienne, qui ne manquent pas dans l'histoire de vos Confraternités. Beaucoup de vos confrères, avec courage et une grande foi, se sont distingués, au cours des siècles, comme de sincères et généreux ouvriers de l'Evangile, parfois jusqu'au sacrifice de leur vie. Suivez leurs traces! Aujourd'hui, il est encore davantage nécessaire de cultiver un véritable élan ascétique et missionnaire pour affronter les nombreux défis de l'époque moderne. Que la Sainte Vierge vous protège et vous guide, et que vos saints Patrons vous assistent du Ciel! Avec ces sentiments, je forme pour vous ici présents et pour chaque Confraternité d'Italie le souhait d'un apostolat fécond et, alors que je vous assure de mon souvenir dans la prière, je vous bénis tous avec affection.

 

© Copyright 2007 - Libreria Editrice Vaticana

top