The Holy See
back up
Search
riga

FÊTE DE LA PRÉSENTATION DU SEIGNEUR
XI JOURNÉE MONDIALE DE LA VIE CONSACRÉE

DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI

Basilique Vaticane
Samedi 2 février 2008

 

Chers frères et sœurs!

Je suis très heureux de vous rencontrer à l'occasion de la Journée de la Vie consacrée, rendez-vous traditionnel rendu plus significatif encore par le contexte liturgique de la fête de la Présentation du Seigneur. Je remercie Monsieur le Cardinal Franc Rodé, qui a célébré pour vous l'Eucharistie, ainsi que le Secrétaire et les autres collaborateurs de la Congrégation pour les Instituts de Vie consacrée et les Sociétés de Vie apostolique. Avec beaucoup d'affection je salue les Supérieurs généraux présents et vous tous, qui formez cette assemblée particulière, expression de la richesse multiforme de la Vie consacrée dans l'Eglise.

En faisant le récit de la présentation de Jésus au temple, l'Evangéliste Luc souligne trois fois que Marie et Joseph agirent selon "la Loi du Seigneur" (cf. Lc 2, 22.23.39), et ils apparaissent du reste toujours dans une écoute attentive de  la  Parole  de Dieu. Leur attitude constitue un exemple éloquent pour vous, religieux et religieuses; pour vous, membres des Instituts séculiers et des autres formes de Vie consacrée. La prochaine session ordinaire du Synode des Evêques sera consacrée à la Parole de Dieu dans la vie de l'Eglise:  je vous demande, chers frères et sœurs, d'offrir votre contribution à cet engagement ecclésial, en témoignant de toute l'importance qu'il y a à placer la Parole de Dieu au centre de toute chose, en particulier pour tous ceux que, comme vous, le Seigneur appelle à une sequela plus  intime.  La Vie consacrée est en effet enracinée dans l'Evangile; c'est de lui, comme de sa règle suprême, qu'elle a continué de s'inspirer tout au long des siècles et c'est à lui qu'elle est appelée à revenir constamment pour se maintenir vivante et féconde en portant du fruit pour le salut des âmes.

Aux commencements des différentes expressions de Vie consacrée, il y a toujours une forte inspiration évangélique. Je pense à saint Antoine Abbé, animé par l'écoute de la Parole du Christ:  "Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes et donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans les cieux; puis viens, suis-moi" (Mt 19, 21) (cf. Vita Antonii, 2, 4). Antoine les a écoutées comme des paroles qui lui étaient personnellement adressées par le Seigneur. A son tour, saint François d'Assise affirme que ce fut Dieu qui lui révéla qu'il devait vivre selon la forme du saint Evangile (Testament, 17; FF 116). "François - écrit Tommaso de Celano - entendant que les disciples du Christ ne devaient posséder ni or, ni argent, ni monnaie, ni porter besace, ni pain, ni bâton pour marcher, ni avoir de chaussures, ni deux tuniques... immédiatement, exultant dans l'Esprit Saint, s'exclama:  c'est ce que je veux, c'est ce que je demande, c'est que j'attends de faire de tout mon cœur!" (I Celano, 83:  FF 670, 672).

"Pour les fondateurs et les fondatrices - rappelle l'Instruction Repartir du Christ - c'est l'Esprit Saint qui a donné à la Parole de Dieu un éclairage nouveau. Tout charisme vient de là, toute Règle veut en être l'expression" (n. 24). Et l'Esprit Saint attire en effet certaines personnes à vivre l'Evangile de manière radicale et à le traduire dans un style de sequela plus généreuse. Il en naît ainsi une œuvre, une famille religieuse qui, par sa présence, devient à son tour, "exégèse" vivante de la Parole de Dieu. La succession des charismes de la Vie consacrée, dit le Concile Vatican II, peut donc être lue comme un déploiement du Christ au travers des siècles, comme un Evangile vivant qui est mis en œuvre sous des formes toujours nouvelles (cf. Conc. Vat. II, Const. Lumen gentium, n. 46). Dans les œuvres des Fondatrices et des Fondateurs se reflète un des mystères du Christ, une de ses paroles, se réfracte un rayon de la lumière qui émane de son visage, splendeur du Père (cf. Ex. apost. post-synod. Vita consecrata, n. 16).

Suivre le Christ sans compromis, comme il est proposé dans l'Evangile, a donc constitué au fil des siècles la norme ultime et suprême de la vie religieuse. (cf. Perfectae caritatis, n. 2). Saint Benoît, dans sa Règle, renvoie à l'Ecriture comme "norme très juste pour la vie de l'homme" (n. 73, 2-5). Saint Dominique "se manifestait partout comme un homme évangélique, dans les paroles comme dans les œuvres" (Libellus, 104; in P. Lippini, Saint Dominique vu par ses contemporains, Ed. Studio Dom., Bologne, 1982, p. 110) et il voulait que ses frères prédicateurs fussent aussi des "hommes évangéliques" (Premières Contitutions ou Consuetudines, 31). Sainte Claire d'Assise reproduit précisément l'expérience de François:  "La forme de vie de l'Ordre des Sœurs pauvres - écrit-elle - est celle-ci:  observer l'Evangile de notre Seigneur Jésus Christ" (Règle, I, 1-2:  FF 2750). Saint Vincent Pallotti affirme:  "La règle fondamentale de notre petite Congrégation est la vie de notre Seigneur Jésus Christ pour l'imiter avec toute la perfection possible" (cf. Œuvres complètes, II, 541-546; VIII, 63, 67, 253, 254, 466). Et saint Luigi Orione écrit:  "Que notre première Règle de vie soit d'observer, dans une grande humilité et un amour très doux et enflammé par Dieu, le Saint Evangile" (Lettres de Don Orione, Rome, 1969, vol. II, 278).

Cette très riche tradition atteste que la Vie consacrée est "profondément enracinée dans les exemples et dans les enseignements du Christ Seigneur" (Vita consecrata, n. 1), et se présente sous "l'aspect d'une plante aux multiples rameaux, qui plonge ses racines dans l'Evangile et produit des fruits abondants à tous les âges de l'Eglise" (ibid., n. 5). Sa mission est de rappeler que tous les chrétiens sont convoqués par la Parole pour vivre de la Parole et demeurer sous son autorité. Il revient donc tout particulièrement aux religieux et aux religieuses de "maintenir vive chez les baptisés la conscience des valeurs fondamentales de l'Evangile" (ibid., n. 33). Ce faisant, leur témoignage nourrit l'Eglise d'"un élan précieux pour une cohérence évangélique toujours plus grande" (ibid., n. 3) et nous pourrions même dire qu'ils sont "des prédicateurs convaincants de l'Evangile, même si c'est souvent dans le silence" (ibid., n. 25). C'est pour cette raison que dans mes deux Encycliques, ainsi qu'à d'autres occasions, je n'ai pas manqué d'indiquer l'exemple des saints et des bienheureux appartenant à des Instituts de Vie consacrée.

Chers frères et sœurs, nourrissez votre journée de prière, de méditation et d'écoute de la Parole de Dieu. Vous qui avez une certaine familiarité avec la pratique ancienne de la lectio divina, aidez aussi les fidèles à la mettre en valeur dans leur existence quotidienne. Et sachez traduire en témoignage ce qu'indique la Parole, en vous laissant façonner par elle qui, comme une semence accueillie dans une bonne terre, porte des fruits abondants. Vous serez ainsi toujours dociles à l'Esprit et vous croîtrez dans l'union avec Dieu, vous cultiverez la communion fraternelle entre vous et vous serez prêts à servir généreusement vos frères, en particulier ceux qui se trouvent dans le besoin. Que les hommes puissent voir vos bonnes œuvres, fruit de la Parole de Dieu qui vit en vous, et qu'ils rendent gloire à votre Père céleste (cf. Mt 5, 16)! En vous confiant ces réflexions, je vous remercie du service précieux que vous rendez à l'Eglise et, tout en invoquant la protection de Marie et des saints et bienheureux fondateurs de vos Instituts, je vous donne de tout cœur la Bénédiction apostolique ainsi qu'à vos familles religieuses, avec une pensée spéciale pour les jeunes garçons et filles en formation, et pour vos confrères et vos consœurs qui sont malades, âgés ou en difficulté. J'assure à tous mon souvenir dans la prière.

 

© Copyright 2008 - Libreria Editrice Vaticana

  

top