The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI
AUX ÉVÊQUES DE NICARAGUA
EN VISITE "AD LIMINA APOSTOLORUM"

Samedi 6 septembre 2008

 

Chers frères dans l'épiscopat,

Vous recevoir tous ensemble, pasteurs de l'Eglise qui est au Nicaragua, au cours de votre visite ad limina Apostolorum, suscite en moi une grande joie et m'offre l'occasion de vous dire ma proximité à l'égard de vos engagements apostoliques ainsi que des aspirations et des inquiétudes du peuple nicaraguayen, dont vous m'avez fait part ces jours-ci. Je remercie Mgr Leopoldo José Brenes Solórzano, archevêque de Managua et président de la Conférence épiscopale, pour les paroles cordiales qu'il m'a adressées en votre nom à tous, manifestant votre désir de renforcer davantage les liens d'unité, d'amour et de paix avec le Successeur de Pierre (cf. Lumen gentium, n. 22), ainsi que la communion entre vous dans la "charge apostolique comme des témoins du Christ devant tous les hommes" (Christus Dominus, n. 11).

Je connais vos efforts pour porter le message de l'Evangile dans tous les domaines de la vie du Nicaragua, avec la généreuse collaboration de vos prêtres et des instituts religieux présents dans le pays. Vous recevez également souvent une aide précieuse des catéchistes et des délégués de la pastorale, qui sont un canal au travers duquel le don de la foi grandit chez les enfants et éclaire les différentes étapes de la vie dans des lieux reculés où la présence stable d'un prêtre qui guide la communauté est pratiquement impossible. L'Eglise doit beaucoup à ces personnes qui présentent la Bonne Nouvelle et la doctrine chrétienne dans un esprit fraternel, en personne, jour après jour et de vive voix, comme c'est le propre d'un message que l'on porte en profondeur et qui est destiné à se transformer en une vie nouvelle chez ceux qui le reçoivent. Aussi est-il absolument nécessaire que ces généreux serviteurs et collaborateurs dans la mission évangélisatrice de l'Eglise reçoivent l'encouragement de leurs pasteurs, suivent une formation religieuse approfondie et constante, et conservent une fidélité irréprochable à la doctrine de l'Eglise. Ils doivent être de manière particulière d'excellents "disciples" qui apprennent des "maîtres authentiques" qui enseignent avec l'autorité du Christ (cf. Lumen gentium, n. 25), et qui inculquent chez ceux qui les écoutent la nostalgie du Maître et de ses ministres, qui le rendent réellement présent à travers les sacrements, notamment l'Eucharistie, pour constituer de cette manière une communion chrétienne vraie et entière réunie autour du Seigneur et présidée par un de ses prêtres (cf. Sacramentum caritatis, n. 75).

Le besoin d'un clergé bien préparé du point de vue spirituel, intellectuel et humain, vous a récemment amenés à revoir l'organisation des séminaires dans votre pays, avec l'espoir de pouvoir ainsi offrir une meilleure formation aux séminaristes de vos diocèses, une formation toujours nécessaire et qui demande une proximité et une attention scrupuleuse de la part de tous les évêques, en prenant bien soin de discerner les candidats, et de ne pas négliger les exigences rigoureuses nécessaires pour devenir des prêtres exemplaires et pleins d'amour pour le Christ et l'Eglise. De cette manière, on pourra nourrir de nouvelles espérances de pouvoir assister pastoralement et de manière adaptée des secteurs aussi importants que la catéchèse systématique, pertinente et organisée pour les enfants et les jeunes, pour lesquels vous avez préparé un catéchisme spécifique pour la confirmation et promu l'"enfance missionnaire". Il est également souhaitable que l'assistance religieuse dans les hôpitaux s'améliore, ainsi que dans les centres de détention et d'autres institutions.
Il ne faut, à ce propos, jamais oublier que l'on doit toujours planter la semence de l'Evangile, à toutes les époques, dans toutes les générations, afin qu'elle croisse vigoureusement et que sa fleur ne se flétrisse pas. Même la religiosité populaire, si enracinée dans votre peuple et qui est pour lui une grande richesse, doit être davantage qu'une simple tradition reçue passivement, en la revitalisant continuellement par une action pastorale qui fasse resplendir la profondeur des gestes et des signes, en indiquant le mystère insondable de salut et d'espérance auquel ils se réfèrent et auquel Dieu nous a fait participer, en éclairant notre esprit, en comblant notre cœur et en engageant notre vie.

Un des grands défis que vous devez affronter est justement la solide formation religieuse de vos fidèles, en œuvrant pour que l'Evangile reste profondément ancré dans leur esprit, dans leur vie et dans leur travail, de manière qu'ils soient le ferment du Royaume de Dieu par leur témoignage dans les différents milieux de la société et qu'ils contribuent à ce que les questions temporelles soient ordonnées selon la justice et se conforment à la vocation totale de l'homme sur la terre (cf. Apostolicam actuositatem, n. 7).

Cela est particulièrement important dans une situation où de fortes inégalités sociales et une radicalisation politique, attestée notamment ces dernières années, s'ajoutent à la pauvreté et à l'émigration. J'observe avec satisfaction que, en tant que pasteurs, vous partagez les vicissitudes de votre peuple et, en respectant scrupuleusement l'autonomie de la gestion publique, vous vous efforcez de créer un climat de dialogue et de détente, sans renoncer à défendre les droits fondamentaux de l'homme, à dénoncer les situations d'injustice et à favoriser une conception de la politique qui, plus qu'une ambition pour le pouvoir et le contrôle, soit un service généreux et humble au bien commun. Je vous encourage sur cette voie, en vous exhortant en même temps à promouvoir et à suivre les nombreuses initiatives de charité et de solidarité envers les plus pauvres dans vos Eglises, afin que ne manquent ni l'aide aux familles en difficulté ni l'aide spirituelle généreuse de nombreux laïcs qui, parfois de manière anonyme, s'efforcent de fournir le pain quotidien à leurs frères les plus pauvres.

En cela, comme dans de nombreux autres domaines, il ne faut pas oublier le dynamisme, le dévouement et la créativité des religieux et des religieuses, un trésor pour la vie ecclésiale au Nicaragua. Ils sont les témoins du fait que "plus on vit dans le Christ, mieux on peut le servir dans les autres, en se portant jusqu'aux avant-postes de la mission, et en prenant les plus grands risques" (Vita consecrata, n. 76). Que ne leur manquent ni la reconnaissance des pasteurs ni l'encouragement à rester fidèles à leur charisme et à la mission spécifique de l'Eglise!

Les institutions éducatives méritent une mention particulière, surtout les écoles catholiques, où se rendent la plupart des étudiants nicaraguayens, et qui assurent ainsi, au milieu de grandes difficultés et sans l'aide qui leur est due, une mission essentielle de l'Eglise et un inestimable service à la société. Le service des éducateurs est digne d'éloges, eux qui, parfois au prix de grands sacrifices, se dévouent à une formation intégrale qui ouvre aux jeunes les portes d'un avenir prometteur. Un pays qui désire se développer et une Eglise qui veut être plus dynamique doivent concentrer leurs efforts sur eux, sans leur cacher la grandeur que possède pour l'être humain la dimension transcendante et religieuse. Aussi, je vous exhorte à encourager les éducateurs et à vous efforcer de protéger les droits de tous les parents à former leurs enfants selon leurs convictions et croyances.

Au terme de cette rencontre, je souhaite renouveler mes remerciements et mon estime pour votre œuvre zélée de pasteurs, en encourageant l'esprit missionnaire dans vos Eglises particulières. Je vous demande de transmettre mes salutations au cardinal Miguel Obando Bravo, aux évêques émérites, aux prêtres et aux séminaristes, aux nombreuses communautés religieuses et, de manière particulière, aux sœurs contemplatives de votre pays, aux catéchistes et à ceux qui vous aident à diffuser continuellement l'Evangile au Nicaragua. Tandis que je confie votre travail à la Vierge Marie, Notre Dame de la Très Pure Conception, je vous donne de tout cœur la Bénédiction apostolique.

 

© Copyright 2008 - Libreria Editrice Vaticana

 

top