The Holy See
back up
Search
riga

 MESSE POUR LES JEUNES DE RENNES ET DE ROUEN

HOMÉLIE DE JEAN-PAUL II

Samedi, 17 avril 1982

 

Chers jeunes de Rennes et de Rouen,

Votre joie, à la fois personnelle et communautaire, se lit sur tous vos visages. J’en devine tellement les raisons! Vous êtes assurément heureux d’avoir fait une expérience d’amitié fraternelle et d’approfondissement de la foi au centre même de l’Église, sur les traces des Apôtres Pierre et Paul et de tant de martyrs. Votre cœur, comme celui des disciples d’Emmaüs, est brûlant en cette célébration du sacrifice du Christ autour de l’actuel Successeur de Pierre, en ce lieu si évocateur de la création et de la rédemption du monde, grâce à des artistes de génie. Est-il besoin d’ajouter que je suis moi-même très heureux d’être au milieu de vous? J’ai rencontré et accompagné tant de jeunes au cours de ma vie de prêtre et d’Évêque! Merci de votre présence juvénile et réconfortante pour le cœur du Pape et pour l’Église! Merci d’avoir tenu à prier avec moi, avec vos Archevêques qui m’avaient fait connaître votre désir, avec les Aumôniers et autres éducateurs qui se consacrent si généreusement à votre service!

Et maintenant, recueillons-nous, pour laisser la Parole de Dieu imprégner nos cœurs. La première lecture, tirée des Actes des Apôtres, est véritablement stimulante pour les jeunes chrétiens et les jeunes chrétiennes que vous êtes. Vous avez bien retenu que les premiers témoins du Christ – comme tant d’autres depuis vingt siècles – sont arrêtés et interdits, considérés comme des gens quelconques et sans instruction. Vous, vous êtes libres et vous n’êtes pas sans culture! Mais votre titre de chrétien, votre style de vie chrétienne, votre action à cause du Christ et de l’Évangile, ont pu déjà – et pourront encore – provoquer incompréhension ou même opposition... Chers amis, fixez souvent votre regard sur les premiers disciples, Pierre, Jean et les autres, et faites vôtre leur décision courageuse: “Il nous est impossible de ne pas dire ce que nous avons vu et entendu...”. Il est vrai que leur compagnonnage avec le Christ les avait comblés: son enseignement si nouveau par rapport à celui des scribes, ses affirmations inouies sur ses rapports de Fils avec le Père, ses exemples quotidiens de don de lui-même, sa fin tragique offerte pour le salut de tous, son étonnante victoire sur la mort! Je suis sûr que vous aussi vous avez fait au cours de ces journées, vécues à Rome ou à Assise, une découverte nouvelle et peut-être décisive de Jésus-Christ, et du mystère de son Église. Vous ne pouvez pas, et vous ne devez pas garder pour vous seuls cette expérience merveilleuse! Soyez des témoins!

La lecture de l’Évangile de Marc est également très encourageante pour vous! Marie-Madeleine, la pécheresse bien connue, retournée et libérée par Jésus, devient une messagère ardente, que le scepticisme des disciples peine sans doute, mais ne décourage pas. Et ceux-ci, amicalement réprimandés par Jésus lui-même d’avoir laissé le doute les envahir, se voient confier une mission merveilleuse: celle d’aller dans le monde entier pour proclamer la bonne nouvelle. Notez-le bien, en effet: Dieu, infiniment riche en miséricorde, appelle toujours des êtres fragiles et pécheurs à coopérer à son œuvre.

Ce matin, le Christ – et je me fais l’écho de sa voix – vous envoie tous sans exception, avec vos richesses et vos pauvretés: “Allez dans le monde entier”, je veux dire: aujourd’hui dans vos diocèses de Rennes et Rouen, demain dans les lieux et les pays où se déploiera votre vie d’adulte!

Soyez de vrais disciples du Christ, des relais de son message évangélique. Les hommes ont tant besoin de la Bonne Nouvelle pour sortir du matérialisme ambiant, de la superficialité, et même de l’impression d’un non-sens de l’existence. Aidez-les à lire, et à vivre avec la profondeur chrétienne, ce qui a déjà un sens au plan de leur existence humaine, par exemple l’amitié, l’amour, la famille, la culture, la profession, l’engagement social, la solidarité avec le tiers-monde. Jésus-Christ, mort et ressuscité, vous apprendra toujours et, par vous, apprendra aux autres, à donner à toutes ces réalités un sens et une valeur qui transcendent le simple horizon terrestre! Quelle Bonne Nouvelle pour vous et pour eux!

Le Christ compte sur vous! Et vous lui avez renouvelé votre engagement, au Baptistère de Saint-Jean de Latran, la cathédrale de mon diocèse. Et je tiens à ajouter que le Christ compte tellement sur vous qu’il appelle certains et certaines pour le suivre et se consacrer totalement au service de son Église. Je confie ce souhait ardent à l’intercession de la Vierge Marie, mère du Christ et de l’Église.

 

© Copyright 1982 - Libreria Editrice Vaticana

 

top