The Holy See
back up
Search
riga

MESSE POUR L’UNION INTERNATIONALE DES SUPÉRIEURES GÉNÉRALES

HOMÉLIE DE JEAN-PAUL II

Mardi, 9 mai 1989

 

1. «Je n’ai rien négligé pour vous annoncer le plan de Dieu tout entier»[1].  

Chères Sœurs Supérieures, que l’Esprit du Seigneur vous permette de redire ces paroles de Paul, au moment où vous êtes venues à Rome de toutes les parties du monde pour approfondir ensemble le thème du ministère des vocations et pour vous interroger sur le type de vie religieuse que vous souhaitez pour l’Eglise aujourd’hui.

Vous réfléchissez, en effet, sur la responsabilité délicate de ceux qui ont la charge de reconnaître, d’encourager et de suivre les vocations que Dieu accorde aux divers Instituts, et sur la manière d’accomplir le discernement nécessaire pour assurer leur avenir.

2. La vocation à la vie consacrée se caractérise par l’appel à être disciple du Seigneur d’une manière toute particulière. Sa source est dans le baptême, dont la consécration est une expression authentique. Cette vocation conduit au don total de soi pour le service du Seigneur, par la profession et la pratique des conseils évangéliques qui engagent pour toute la vie.

Le Christ Jésus adresse aujourd’hui son appel à le suivre comme il le fit pour Pierre et pour les autres Apôtres; il appelle chacun et chacune par son nom, dans cette connaissance intime que reconnut Nathanaël lorsque Jésus lui dit l’avoir vu sous le figuier[2]. Jésus ne laisse pas seul avec lui-même celui qu’il a appelé, mais il l’accompagne et, par l’action de l’Esprit Saint, il le prédispose à la mission à laquelle il le destine. En suivant le Christ, le disciples apprend à être fidèle à son Maître, à ses enseignements, à son Evangile; il apprend à se nourrir de sa Parole pour pouvoir rendre témoignage à tous les peuples «jusqu’aux extrémités de la terre»[3]. 

Cette dynamique de la vocation constitue le fondement de la vie des disciples, des personnes consacrées: c’est l’élément premier de la pastorale des vocations que vous étudiez au cours de ces journées.

3. Dans le temps liturgique que nous vivons, tandis que l’Eglise vient de célébrer l’Ascension du Seigneur et se prépare à recevoir le don de son Esprit, nous sommes amenés à réfléchir sur l’attitude de Jésus lui-même, avant de monter vers le Père. Il a prié pour ses disciples et les a envoyés: «Je prie pour eux... Père saint, garde mes disciples dans la fidélité à ton nom... Que tous, ils soient un, comme toi, Père tu es en moi, et moi en toi. Qu’ils soient un en nous, eux aussi, pour que le monde croie que tu m’as envoyé»[4]. 

Cette prière, Jésus la fait encore aujourd’hui pour ceux qui, acceptant de le suivre, lui permettent de continuer sa mission dans le monde entier.

4. Le fait même de vous retrouver ici ensemble montre que le témoignage des religieuses aujourd’hui s’étend vraiment «jusqu’aux extrémités de la terre». Le thème de votre rencontre formule une importante question: «Ministère des vocations... pour quel type de vie religieuse?». Vous savez que la condition des disciples, dans la fidélité à leurs vocations spécifiques est vécue de différentes manières en fonction des changements d’époque et de culture; alors, vous vous demandez comment parvenir à la certitude que vous prenez la bonne direction, alors que la vie sociale et la vie ecclésiale connaissent une constante évolution. De quelle manière pensez-vous pouvoir vivre la fidélité au Christ, selon les charismes propres de vos familles religieuses, dans l’Eglise et le monde d’aujourd’hui?

Il est clair que vous êtes réunies ici pour vous interroger sur la volonté de Dieu. Cette volonté divine vous sera manifestée par l’action vivifiante de l’Esprit Saint, sans cesse à l’œuvre dans la vie de l’Eglise. En effet, c’est l’Eglise qui reçoit la mission de reconnaître et d’approuver le charisme spécifique de chaque famille religieuse; et seule l’Eglise est médiatrice de la consécration religieuse de chaque personne. La dimension ecclésiale est absolument essentielle pour une compréhension juste de la vie religieuse. La valeur de la consécration des religieux et des religieuses, l’efficacité surnaturelle de leur activité apostolique dépendent toujours de leur communion avec l’Eglise; celle-ci veille avec sollicitude à ce que chaque personne appelée à la suite du Seigneur soit placée dans les conditions qui favorisent sa fidélité aux engagements pris et qui l’invitent à vivre la charité parfaite. Elle ne peut cesser de méditer le commandement de son Maître: «Demeurez dans mon amour... Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie...»[5]. 

L’animation de la pastorale des vocations est au cœur des préoccupations de l’Eglise qui demande à ses membres de s’unir à sa prière pour que «le Maître envoie des ouvriers à sa moisson»[6].  Elle s’adresse au Seigneur avec confiance dans l’esprit du Psaume de cette liturgie: «Tu répandais sur ton héritage une pluie généreuse, et quand il défaillait, toi, tu le soutenais»[7]. 

5. Aujourd’hui, la moisson est abondante; l’Eglise est en continuelle expansion, mais les ouvriers sont peu nombreux, et non seulement pour faire face aux besoins croissants de l’action pastorale, mais surtout en raison des exigences profondes du monde moderne qui, contrairement à ce qui pourrait apparaître superficiellement, attend la Parole de Dieu et même est assoiffé de la Parole qui sauve, illumine et réconforte.

Que l’Esprit Saint, en ces jours où nous nous disposons à sa venue, soit donc votre guide pour préparer l’avenir des jeunes vocations! C’est en effet l’Esprit qui vous rend capables de lire les signes des temps; c’est de lui que viennent le don d’intelligence pour discerner, le don de sagesse pour décider, le don de force pour agir. Que l’Esprit qui anime et vivifie son Eglise vous accompagne et vous guide dans vos réflexions au long de ces journées et dans la mise en œuvre de vos programmes au sein de vos Instituts! Soyez donc porteuses de l’appel de la vocation à la vie consacrée dans l’Eglise, et le Seigneur ne manquera pas de répondre à votre attente.

Laissez l’Esprit agir en vous, vous qui êtes les premières responsables du ministère des vocations! Encouragez et soutenez les vocations, à l’imitation de Marie qui, par la générosité de son «fiat» et sa totale ouverture à l’Esprit, contribua à la réalisation du plan de salut pour toute l’humanité.

En ce mois qui lui est dédié, que la Mère de Dieu vous assiste toutes! Que son intercession obtienne à l’Eglise les vocations à la consécration totale qui permettent à la vie religieuse de continuer son témoignage spécifique de la sainteté reçue de Dieu comme un don gratuit et de déployer un dévouement apostolique entraînant et fécond!

J’achèverai en reprenant à nouveau des paroles de Paul aux anciens d’Ephèse: «Je vous confie à Dieu et à son message de grâce, qui a le pouvoir de construire l’édifice et de faire participer les hommes a l’héritage de ceux qui ont été sanctifiés»[8]. 


[1] Act. 20, 27.

[2] Cfr. Io. 1, 48.

[3] Act. 1, 8.

[4] Io. 9, 9. 11. 21.

[5] Io. 15, 10. 13.

[6] Cfr. Matth. 9, 38.

[7] Ps. 68 (67), 10.

[8] Act. 20, 32.

 

© Copyright 1989 - Libreria Editrice Vaticana

 

top