The Holy See
back up
Search
riga

LETTRE DU PAPE JEAN-PAUL II
L'VQUE DE FULDA (ALLEMAGNE)
L'OCCASION DU 1250 ANNIVERSAIRE DU MARTYRE
DE SAINT BONIFACE, "APOTRE DE L'ALLEMAGNE"

A mon vénéré confrère,
Monseigneur Heinz Josef Algermissen,
Evêque de Fulda et aux Archevêques et Evêques d'Allemagne
et à tous les fidèles réunis à l'occasion du 1250 anniversaire du martyre de saint Boniface

1. L'Eglise, et en particulier l'Eglise d'Allemagne, rappelle le 5 juin 2004 le martyre de saint Boniface, survenu il y a 1250 ans. Je m'unis volontiers en prière à vous tous, qui, en cette occasion importante, êtes réunis sur la tombe de l'"Apôtre des Allemands", comme est défini ce grand missionnaire, afin de rendre grâce à Dieu pour son oeuvre et l'héritage qu'il a laissé, et confier à nouveau à son intercession l'Eglise et les fidèles d'Allemagne. En outre, cette date historique nous invite à rappeler l'oeuvre de ce saint, qui a perduré dans les siècles, et à comprendre le message que sa vie et sa mort laissent aux chrétiens d'aujourd'hui.

2. Cette année, l'Eglise célèbre également le 1400 anniversaire de la mort de saint Grégoire le Grand. En envoyant l'Abbé romain Augustin en Angleterre, il prépara le terrain pour un admirable développement culturel et religieux dans la patrie natale du missionnaire des Germains. Profondément enraciné dans le christianisme de sa terre natale, saint Boniface a façonné sa vie par la force et la joie spirituelles. Il transmit avec ardeur cet héritage également à ceux auxquels il annonça l'Evangile. Ce qu'il avait reçu dans sa patrie, allait devenir une coutume également en Germanie et apporter des fruits. La fondation tant aimée par saint Boniface, le monastère de Fulda, devint, parmi d'autres, un centre de diffusion de la vie religieuse et spirituelle. Le saint promut en effet la rencontre décisive entre la culture romaine-chrétienne et la culture germanique, dont l'importance pour l'histoire s'est manifestée au cours des siècles qui ont suivi:  c'est à lui que l'on doit la fondation chrétienne de l'Europe.

3. La vie et les oeuvres de saint Boniface furent façonnées en particulier par sa relation étroite avec les Pontifes romains, les Successeurs de Pierre, pour lesquels il nourrissait une profonde vénération.
Pour lui, les paroles du Prince des Apôtres, étaient si précieuses qu'il demanda à des amis dans sa patrie d'en transcrire les Lettres avec une encre dorée. Il entreprit trois longs voyages à Rome. Il demanda et obtint du Pape Grégoire III d'être envoyé parmi les Germains et fut ordonné Evêque par lui. Le Pape Grégoire III lui accorda le Pallium d'Archevêque métropolitain et surtout, lui conféra la dignité et le pouvoir de Légat pontifical pour l'érection de sièges épiscopaux et pour la consécration des Evêques. C'est pourquoi, la structure hiérarchique de l'Allemagne actuelle est due essentiellement à son oeuvre. Moins missionnaire parmi les païens qu'il ne l'avait imaginé, il devint l'édificateur de l'Eglise dans le Royaume des Francs. Il se prodigua pour instaurer des relations ecclésiales selon le modèle et les directives de Rome. Des Synodes importants furent utiles dans ce but. De cette façon, saint Boniface réussit à renforcer les liens jusqu'à présent faibles entre les populations germaniques et le centre romain de l'Eglise, et à les relier plus étroitement à l'Eglise universelle. Enfin, il voulut insuffler une vie spirituelle aux structures ecclésiales qu'il avait créées. Saint Boniface s'engagea avec vigueur à renforcer les bases de la moralité chrétienne et se prodigua en vue d'une célébration de l'Eucharistie et d'une administration des sacrements dignes et correspondant aux normes ecclésiales. Les Successeurs de Pierre le soutinrent et le renforcèrent dans ce devoir. Dans une Lettre, le Pape Zaccharie demanda "à tous ceux qui vivent en Gaule et dans les Provinces des Francs" de suivre les réformes de saint Boniface. Ainsi, l'Ambassadeur de la foi provenant d'Angleterre réussit à jeter les fondements d'une exceptionnelle floraison religieuse et culturelle, qui eut lieu après sa mort et dont les fruits sont présents aujourd'hui encore. Le 1250 anniversaire de la mort de saint Boniface peut être interprété comme un encouragement à apporter le témoignage d'une Eglise vivante et animée par une foi solide. Emplie de la grâce que Dieu, le Seigneur, selon le dessein insondable de sa Providence, donne en tout temps, et donc également aujourd'hui à la communauté sainte de ses fidèles, l'Eglise, que saint Boniface a implantée en Allemagne, puis en Europe, se dirigera vers un avenir plus lumineux.

4. En quoi peut donc consister le message de cette journée de commémoration? Saint Boniface, qui grandit dans la culture monastique profondément développée de sa patrie, demeura pendant toute sa vie maître et disciple à la fois. Il reconnut comme présupposé important pour la prédication et la réception de l'Evangile le développement spirituel et moral de l'homme à travers la sollicitude et la transmission de l'antique patrimoine de la formation chrétienne. Saint Boniface représente donc, également à une époque qui menace de perdre ce patrimoine, un modèle pour les familles, les écoles et les Instituts de formation. Dans le même temps, il représente également un modèle de fidélité à la papauté comme centre d'unité ecclésiale. Seul le sarment qui demeure sur la vigne peut porter du fruit (cf. Jn 15, 4). La réalisation de l'unité entre l'Eglise de son territoire de mission et l'Eglise réunie autour du Successeur de Pierre est le mérite historique de saint Boniface et, dans le même temps, son testament à préserver. Toutefois, ce qui nous parle aujourd'hui, ce n'est pas seulement l'oeuvre du grand missionnaire, mais également toute sa personnalité. Il quitta la sécurité de sa patrie pour annoncer l'Evangile parmi les Germains et les Francs comme "étranger par la volonté de Dieu". Avec courage et intrépidité, il lutta non seulement contre les cultes païens  de  son époque, mais il n'eut pas non plus peur de l'hostilité lorsqu'il dut réformer la vie chrétienne déjà existante.

Saint Boniface ne se laissa décourager ni par la difficulté des obstacles qu'il rencontra, ni par les défaites et les échecs. Il laissa comme orientation aux autres sa propre expérience de vie:  "Restons fermes dans la lutte au jour du Seigneur, car voici venus des jours d'affliction et de misère... Nous ne sommes pas des chiens muets, ni des observateurs taciturnes, ni des mercenaires qui fuient devant les loups! Nous sommes au contraire des Pasteurs attentifs qui veillent sur le troupeau du Christ, qui annoncent aux personnes importantes comme aux personnes ordinaires, aux riches comme aux pauvres la volonté de Dieu... à temps et à contre-temps" (Boniface à l'Archevêque Cuthbert de Canterbury en l'an 747).

5. L'artiste qui a illustré la tombe de saint Boniface, l'a représenté allongé dans le tombeau, tandis que, soulevant le couvercle, il regarde dehors:  un bon Pasteur, en effet, n'oublie pas son troupeau sur terre, pas même dans la gloire des Cieux. Adressons-nous donc à l'"Apôtre des Allemands", en implorant son intercession afin que la foi qu'il a annoncée et l'Eglise qu'il a fondée, fleurissent également aujourd'hui et à l'avenir, comme par le passé, et apportent un témoignage précieux de l'Evangile du Christ. En vous confiant à l'intercession de la sainte Vierge Marie, de saint Boniface et de tous les saints, d'Allemagne et d'Europe, je vous donne de tout coeur ma Bénédiction apostolique.

Solennité de la Pentecôte 2004

IOANES PAULUS II

top