The Holy See
back up
Search
riga

MESSAGE DU SAINT PÈRE JEAN-PAUL II
POUR LA XXXII
e JOURNÉE MONDIALE
DES COMMUNICATIONS SOCIALES

« Soutenus par l'Esprit, communiquer l'espérance »

[Dimanche 24 mai 1998]

 

Chers frères et sœurs,

1. En cette seconde des trois années qui nous conduisent au grand Jubilé de l'An 2000, nous tournons notre attention vers l'Esprit Saint et son action dans l'Eglise, dans nos vies et dans le monde. L'Esprit est « le gardien de l'espérance dans le cœur de l'homme » (Dominum et vivificantem, n. 67). C'est pourquoi le thème de la 32e Journée mondiale des Communications s'intitule: « Soutenus par l'Esprit Saint, communiquer l'espérance ».

L'espérance dans laquelle l'Esprit soutient les croyants est avant tout eschatologique. Il s'agit de l'espérance du salut, — l'espérance des cieux, l'espérance d'une communion parfaite avec Dieu. Une telle espérance est, comme l'exprime l'Epître aux Hébreux, « une ancre de notre âme, sure autant que solide, et pénétrant par-delà le voile, là où est entré pour nous, en précurseur, Jésus, devenu pour l'éternité grand prêtre selon l'ordre de Melchisédech » (He 6, 19-20).

2. Mais l'espérance eschatologique qui habite le cœur des chrétiens est étroitement liée à la recherche du bonheur et à la réalisation dans cette vie. L'espérance du paradis engendre une véritable préoccupation pour le bien-être des hommes et des femmes ici et maintenant. « Si quelqu'un dit "J'aime Dieu" et qu'il déteste son frère, c'est un menteur; celui qui n'aime pas son frère, qu'il voit, ne saurait aimer le Dieu qu'il ne voit pas » (1 Jn 4, 20). La rédemption, qui est la guérison par Dieu des relations entre Dieu et les hommes, va de pair avec la guérison des relations avec les autres; et l'espérance née de la rédemption vise à cette double guérison.

C'est pourquoi il est si important que les chrétiens se préparent au grand Jubilé de l'aube du troisième millénaire en renouvelant leurs espérances dans l'avènement final du Royaume de Dieu, tout en déchiffrant avec plus d'attention les signes d'espérance présents dans le monde qui les entoure. Parmi les signes d'espérance se trouvent: le progrès scientifique, technologique et surtout médical au service de la vie humaine, une plus grande conscience de notre responsabilité à l'égard de l'environnement, des efforts pour restaurer la paix et la justice là où elles ont été violées, un désir de réconciliation et de solidarité parmi les peuples, en particulier dans les relations complexes entre le Nord et le Sud du monde. Dans l'Eglise également, il existe des signes d'espérance, parmi lesquels une écoute plus attentive de la voix de l'Esprit Saint, entraînant l'acceptation des charismes et la promotion des laïcs, un plus grand engagement à l'unité chrétienne, et une reconnaissance croissante de l'importance du dialogue avec les autres religions et avec la culture contemporaine (cf. Tertio millennio adveniente, n. 46).

3. Les agents de communication chrétiens ne pourront transmettre véritablement l'espérance que s'ils en font l'expérience auparavant dans leur propre vie, et ce, à condition qu'ils soient des hommes et des femmes de prière. Tirant sa puissance de l'Esprit Saint, la prière nous permet d'« être toujours prêts à la défense contre quiconque vous demande raison de l'espérance » qu'ils voient en nous (1 P 3, 15). Telle est la façon dont l'agent de communication chrétien apprend à présenter le message d'espérance aux hommes et aux femmes de notre temps avec la force de la vérité.

4. Il ne faut jamais oublier que la communication à travers les médias n'est pas un simple exercice utilitaire visant uniquement à motiver, persuader ou vendre, ni encore moins un véhicule d'idéologie. Les médias peuvent parfois réduire les êtres humains à des éléments de consommation ou à des groupes d'intérêts concurrentiels, ou encore manipuler les spectateurs, les lecteurs ou les auditeurs comme de simples chiffres dont on cherche à tirer quelque avantage, qu'il s'agisse de vente de produits ou de soutien politique; et cela détruit la communauté. La communication a pour tâche de rassembler les personnes et d'enrichir leur vie, et non pas de les isoler et de les exploiter. Correctement utilisés, les moyens de communication peuvent contribuer à créer et à soutenir une communauté humaine fondée sur la justice et la charité; et c'est à cette condition qu'ils représenteront des signes d'espérance.

5. Les moyens de communication sociale représentent sans aucun doute le nouvel « aréopage » du monde moderne — un grand forum qui, de façon idéale, permet l'échange d'informations véridiques, d'idées constructives et de solides valeurs, et crée ainsi la communauté. A son tour, l'Eglise, dans son approche des communications, est invitée non seulement à utiliser les médias pour diffuser l'Evangile, mais également à intégrer le message de l'Evangile dans la « nouvelle culture » créée par les communications modernes, avec leur « nouveaux langages, nouvelles techniques et nouveaux comportements » (Redemptoris missio, n. 37).

Les agents de communication chrétiens ont besoin d'une formation qui leur permette de travailler efficacement dans un tel environnement médiatique. Ce type de formation devra être complet: formation dans le domaine des aptitudes techniques, formation dans le domaine de l'éthique et de la moralité, avec une attention particulière portée aux valeurs et aux normes liées à ce type de profession; une formation dans le domaine de la culture humaine, de la philosophie, de l'histoire, des sciences sociales et de l'art. Mais il devra s'agir avant tout d'une formation à la vie intérieure, la vie de l'esprit.

Les agents de communication chrétiens doivent être des hommes et des femmes de prière emplie de l'Esprit, entrant dans une communion toujours plus profonde avec Dieu afin d'accroître leur capacité à promouvoir la communion parmi leurs frères. Ils doivent être éduqués dans l'espérance par l'Esprit Saint, « l'agent principal de la nouvelle évangélisation » (Tertio millennio adveniente, n. 45), afin qu'ils puissent communiquer l'espérance aux autres.

La Vierge Marie représente le modèle parfait de l'espérance que les agents de communication chrétiens essaient de reproduire et de partager avec les autres. « Elle a porté à sa plénitude l'aspiration des pauvres du Seigneur, modèle rayonnant pour ceux qui mettent de tout cœur leur confiance dans les promesses de Dieu » (n. 48). Tandis que l'Eglise poursuit son pèlerinage vers le grand Jubilé, nous nous tournons vers Marie dont la profonde écoute de l'Esprit Saint a introduit le monde au grand événement de l'Incarnation, la source de toute notre espérance.

Du Vatican, le 24 janvier 1998, Fête de Saint François de Sales.

IOANNES PAULUS PP. II

 

© Copyright 1998 - Libreria Editrice Vaticana

  

top