The Holy See
back up
Search
riga

VOYAGE APOSTOLIQUE
EN RÉPUBLIQUE DOMINICAINE,
AU MEXIQUE ET AUX BAHAMAS
(25 JANVIER - 1er FÉVRIER 1979)
 

RENCONTRE AVEC LES REPRÉSENTANTS 
DES ORGANISATIONS CATHOLIQUES NATIONALES DU MEXIQUE

 DISCOURS DU PAPE JEAN-PAUL II 

Délégation apostolique de Mexico, Mexique
Lundi 29 janvier 1979

 

Très chers fils des organisations catholiques nationales du Mexique,

Béni soit le Seigneur qui, pendant mon séjour sur cette terre bénie de Notre-Dame-de-Guadalupe, me donne aussi la joie de cette rencontre avec vous.

Je vous remercie de vos chaleureuses manifestations d’affection filiale et je puis vous dire combien j’aimerais pouvoir m’entretenir avec chacun d’entre vous pour vous connaître personnellement, pour mieux être informé de votre service dans l’Église, et de tant d’aspects fondamentaux de vos projets apostoliques. Je désire en tout cas que mes paroles témoignent éloquemment de l’intérêt, de l’estime, des encouragements et des orientations pour vos meilleurs efforts de laïcs — et en tant que laïcat catholique organisé — de la part de celui qui a été appelé à servir tous les serviteurs de Dieu en qualité de successeur de Pierre.

Vous savez que le IIe Concile du Vatican a pris acte de ce grand courant historique d’aujourd’hui qu’est la « promotion du laïcat », qu’il a approfondi ses fondements théologiques, qu’il l’a intégré et parfaitement éclairé dans l’ecclésiologie de la Constitution Lumen gentium, qu’il a fait appel à l’active participation des laïcs dans la vie et la mission de l’Église. Dans le Corps du Christ, où il y a « diversité des ministères, mais unité de mission » (AA 2 ; cf. LG 10, 32), les laïcs, « incorporés au Christ par; le baptême, intégrés au Peuple de Dieu, rendus participants à leur manière de la fonction sacerdotale, prophétique et royale du Christ », sont appelés à exercer leur apostolat en particulier « dans toutes et chacune de leurs activités et de leurs professions », ainsi que « dans les conditions ordinaires de leur vie familiale et sociale » (LG 31), pour « pénétrer et parfaire l’ordre temporel par l’esprit de l’Évangile » (AA 5).

Dans l’ensemble des enseignements du Concile. et spécialement à la lumière de la Constitution sur l’Église, ont été ouvertes de vastes perspectives, exigeantes et renouvelées pour l’activité des laïcs dans des domaines très divers de la vie de l’Église et du monde. Sans sous-estimer l’apostolat individuel, reconnu comme son présupposé indispensable, le décret Apostolicam actuositatem exprimait aussi l’estime de l’Église pour les formes associatives d’apostolat des laïcs, congénitales à la nature communautaire de l’Église et aux exigences d’évangélisation du monde moderne.

Vous êtes donc signes et protagonistes de cette « promotion du laïcat » qui a produit tant de fruits pour la vie de l’Église en ces années d’application du Concile. Je vous invite — vous, et à travers vous, tous les laïcs et associations de laïcs de l’Église en Amérique latine — à rénover une double dimension de votre engagement laïc et ecclésial. D’une part, témoignez courageusement du Christ. soyez joyeusement, docilement et pleinement fidèles au magistère de l’Église, assurez vos pasteurs de votre collaboration et de votre obéissance filiales, recherchez l’insertion organique la plus adéquate de votre apostolat, d’une façon dynamique, dans la mission de l’Église et, en particulier, dans la pastorale de vos Églises locales. Le laïcat mexicain a donné sur ce point de nombreux et excellents exemples. C’est avec joie et reconnaissance que je veux rappeler en particulier la célébration, en cette année 1979, du cinquantenaire de l’Action catholique mexicaine, colonne vertébrale du laïcat organisé dans votre pays.

La IIIe Conférence générale de l’Épiscopat latino-américain est un temps fort de la grâce qui exige une conversion personnelle et communautaire afin de renouveler votre communion ecclésiale, votre confiance dans vos pasteurs, votre vigueur et votre élan apostoliques.

Par ailleurs, dans cette perspective ecclésiale, je veux vous inviter à revivifier votre sensibilité humaine et chrétienne pour l’autre aspect de votre tâche : la participation aux besoins, aux aspirations, aux défis cruciaux par lesquels la réalité que vit votre prochain interpelle votre action évangélisatrice de laïcs chrétiens.

Parmi les immenses domaines qui exigent la présence du laïcat dans le monde et que signale l’exhortation apostolique Evangelii muntiandi — cette grande charte de l’évangélisation —, je voudrais en signaler quelques-uns qui sont fondamentaux et urgents dans le processus accéléré et inégal d’industrialisation, d’urbanisation et de transformation culturelle dans la vie de votre pays.

La sauvegarde, la promotion, la sanctification et la dimension apostolique de la vie familiale doivent avoir dans les laïcs catholiques leurs agents les plus résolus et les plus cohérents. Cellule fondamentale de la société, considérée par le IIe Concile du Vatican comme « Église domestique », la famille exige un effort d’évangélisation afin de mieux pouvoir croître sur le plan humain et chrétien et surmonter les obstacles qui s’opposent à son intégrité et à ses finalités.

Les « mondes » complexes qui émergent — les intellectuels et universitaires, le prolétariat, les techniciens et les dirigeants d’entreprise, les vastes secteurs du monde rural, les populations de la périphérie des villes, qui subissent l’impact accéléré des changements économiques, sociaux et culturels — requièrent une attention apostolique particulière, parfois presque missionnaire, de la part du laïcat catholique, dans la pastorale d’ensemble de l’Église.

Comment ne pas signaler aussi, au milieu de cette foule qui nous interpelle, la présence des jeunes, avec leurs espérances inquiètes, leurs révoltes et leurs frustrations, leurs immenses aspirations, parfois utopiques, leur sensibilité et leur recherche religieuse, ainsi que leur tentation d’aller vers les idoles de la consommation et de l’idéologie ? Les jeunes attendent des témoignages clairs, cohérents et joyeux de foi ecclésiale qui les aident à restructurer et canaliser leurs forces généreuses et disponibles dans des options solides de vie personnelle et collective. La charité, sève primordiale de la vie de l’Église, doit aussi être exprimée par les laïcs chrétiens dans la solidarité fraternelle devant les situations d’indigence, d’oppression, d’abandon et de solitude chez les plus pauvres qui sont les préférés du Seigneur libérateur et rédempteur.

Et comment oublier tout le monde de l’enseignement où se forgent les hommes de demain ; celui de la politique, afin qu’il suive toujours les critères du bien commun ; les organismes internationaux, pour qu’ils soient facteurs de justice, d’espérance, d’entente entre les peuples ; le monde de la médecine et de la santé, par lequel sont possibles tant d’interventions qui touchent de très près l’ordre moral ; le monde de la culture et des arts, terrain fertile pour contribuer à faire grandir la dignité de l’homme sur le plan humain et spirituel ?

Dans ce double aspect de l’engagement chrétien rénové, votre fidélité à l’Église — en recueillant et en affermissant la tradition du laïcat mexicain, — vous donnera de nouvelles énergies pour être le ferment de plus vastes perspectives de vie sociale.

La tâche est immense. Vous êtes appelés a y participer en assumant et en poursuivant ce qu’il y a de meilleur dans l’expérience de participation ecclésiale et laïque de ces dernières années, et en laissant progressivement de côté les crises d’identité, les contestations stériles et les idéologies étrangères à l’Évangile.

Que vos associations, demain comme aujourd’hui, et mieux encore, forment des chrétiens appelés à la sainteté, ayant une foi solide, s’appuyant avec sûreté sur la doctrine proposée par le magistère authentique, fermes et actifs dans l’Église, alimentés par une riche vie spirituelle, s’approchant souvent, pour s’en nourrir, des sacrements de pénitence et d’eucharistie, persévérants dans le témoignage et l’action évangéliques, cohérents et courageux dans leurs engagements temporels, opposant avec constance la paix et la justice à toute violence ou oppression, capables de discerner avec esprit critique les situations et les idéologies à la lumière de la doctrine sociale de l’Église, confiants et pleins d’espérance dans le Seigneur.

Ma bénédiction va à vous, à tous les laïcs de vos associations, à vos aumôniers, à tout le laïcat mexicain, et aussi aux millions de laïcs latino-américains qui prient pour Puebla et espèrent en cette réunion. Je vous recommande tous à la protection maternelle de la Vierge Marie, sous son vocable de Notre-Dame-de-Guadalupe. 

 

© Copyright 1979  Libreria Editrice Vaticana

    

top