Index

Back Top Print

BUREAU DES CÉLÉBRATIONS LITURGIQUES
DU SOUVERAIN PONTIFE

VENDREDI SAINT
PASSION DU SEIGNEUR

CHEMIN DE CROIX PRÉSIDÉ PAR LE PAPE FRANÇOIS

COLISÉE
ROME, 3 AVRIL 2015

Via Crucis 2015 presieduta dal Santo Padre Francesco

LA CROIX,
SOMMET LUMINEUX DE L’AMOUR DE DIEU
QUI NOUS GARDE

Appelés à être, nous aussi, gardiens par amour
 

[Allemand, Anglais, Arabe, Espagnol, Français, Italien, Portugais]

 

INTRODUCTION

Le 19 mars 2013, le Pape François était élu depuis quelques jours. Il fit l’homélie sur Saint Joseph, qui a été le gardiende Marie et de Jésus[1] et dont le style était fait de discrétion, d’humilité, de silence, de présence constante et de fidélité totale.

Dans la Via Crucis que nous allons commencer, il sera souvent fait référence au don qui consiste à être gardés par l’amour de Dieu, en particulier par Jésus crucifié, ainsi qu’au devoir d’être, à notre tour, gardiens par amour de toute la création, de toutes les personnes, spécialement des plus pauvres, de nous-mêmes et de nos familles, pour faire resplendir l’étoile de l’espérance.

Nous voulons participer à cette Via Crucis en profonde intimité avec Jésus. Attentifs à tout ce qui a été écrit dans les Évangiles, quelques sentiments et pensées qui ont pu habiter l’âme et le cœur de Jésus en ces heures d’épreuve seront recueillies avec discrétion.

En même temps nous nous laisserons interpeller par certaines situations de vie qui caractérisent – en bien ou en mal – notre époque. Nous exprimerons ainsi une résonance qui dira notre désir de faire quelque pas, en imitation de Notre Seigneur Jésus Christ dans sa passion

Prière

O Père, qui as voulu sauver les hommes par la mort de ton Fils sur la Croix, accorde à nous, qui avons connus ici-bas son mystère d’amour, d’en être les témoins en paroles et en actes, dans la vie quotidienne auprès de tous ceux que tu nous fait rencontrer. Par le Christ Notre Seigneur. Amen.

 

PREMIERE STATION
Jésus est condamné à mort

Intimité, trahison, condamnation

Adoramus

De l’Évangile selon Saint Luc

“Ceci est mon corps donné pour vous; … Cette coupe est la nouvelle Alliance en mon sang répandu pour vous”[2].

De l’Évangile selon Saint Marc

“Pilate reprenait: «Que voulez-vous donc que je fasse de celui que vous appelez le roi des Juifs?». De nouveau ils crièrent: «Crucifie-le!». Pilate, voulant contenter la foule, relacha Barrabas et, après avoir fait flageller Jésus, il le livra pour qu’il soit crucifié”[3].

SENTIMENTS ET PENSÉES DE JÉSUS

Je viens de célébrer la Pâque avec mes disciples. Je l’avais beaucoup désirée[4] : la dernière Pâque, avant la passion, avant de retourner à toi ! Mais, à l’improviste, elle a été perturbée. Le diable a mis au cœur de l’un de mes disciples de me trahir[5]. Dans le jardin de Gethsémani il est venu à ma rencontre. Par un geste qui signifie l’amour il m’a salué en me disant « Salut, Rabbi ». Et il m’a donné un baiser[6]. Quelle amertume, à ce moment là !

Pendant le repas, je t’ai imploré, Père, pour que tu gardes mes disciples dans ton nom, pour qu’ils soient un comme nous-mêmes[7].

NOTRE RÉSONANCE

Nous sommes, ô Jésus, fragiles dans la foi, plus encore que les premiers disciples. Nous risquons de te trahir, alors que ton amour devrait nous amener à grandir dans l’amour pour toi.

Nous avons besoin de prière, de vigilance, de sincérité et de vérité. C’est ainsi que la foi grandira ; et elle sera solide et joyeuse.

PRIONS

Gardés par l’Eucharistie

Que ton corps et ton sang, Seigneur Jésus, nous garde pour la vie éternelle[8]. Que ce miracle advienne pour les prêtres qui président l’Eucharistie ainsi que pour nous tous, les fidèles, qui nous approchons de l’autel pour te recevoir, pain vivant descendu du ciel.

Tous : Pater nosterStabat Mater…

DEUXIÈME STATION
Jésus est chargé de sa Croix
“Compté avec les pécheurs”

Adoramus

De l’Évangile selon Saint Marc

“Quand ils se furent bien moqué de lui, ils lui enlevèrent le manteau de pourpre et lui remirent ses vêtements. Puis, de là, ils l’emmenèrent pour le crucifier[9].

SENTIMENTS ET PENSÉES DE JÉSUS

Les soldats du gouverneur m’entourent. Pour eux, je ne suis plus une personne, mais une chose. Ils veulent se jouer de moi, se moquer de moi. Pour cela ils m’habillent comme un roi. Une couronne est prête, mais elle est d’épines. Ils me frappent à la tête avec une verge. Ils me crachent dessus. Ils me conduisent dehors[10].

Les paroles dramatiques du prophète Isaïe sur le Serviteur du Seigneur me reviennent. Il est dit qu’il est sans apparence ni beauté ; il est méprisé ; il est l’homme des douleurs ; il est comme un agneau conduit à l’abattoir ; il est retranché de la terre des vivants ; il est frappé à mort. Ce Serviteur, c’est moi, pour révéler la grandeur de l’amour de Dieu pour l’homme[11].

NOTRE RÉSONANCE

Ô Jésus, tu as donc été « compté avec les pécheurs »[12]. Dans la première génération chrétienne, parce qu’ils parlaient publiquement de toi, Pierre et Jean, Paul et Silas ont franchi le seuil de la prison[13]. Il en a été ainsi à de nombreuses reprises au cours des siècles.

De nos jours également, il y a des hommes et des femmes emprisonnés, condamnés ou même tués seulement parce qu’ils sont croyants ou engagés en faveur de la justice et de la paix. Ils n’ont pas honte de ta croix. Ils sont pour nous de magnifiques exemples à imiter.

PRIONS AVEC LES PAROLES D’UN MARTYR
SHAHBAZ BHATTI

Le matin du 2 mars 2011, le Pakistanais Shahbaz Bhatti, Ministre pour les minorités, a été tué par un groupe d’hommes armés. Il a écrit dans son testament spirituel:

Je me rappelle d’un vendredi de Pâques quand j’avais seulement treize ans : j’écoutai un sermon sur le sacrifice de Jésus pour notre rédemption et pour le salut du monde. Et je pensai à correspondre à son amour en donnant de l’amour à nos frères et sœurs, en me mettant au service des chrétiens, spécialement des pauvres, de ceux qui sont dans le besoin et des persécutés qui vivent dans ce pays islamique.

Je veux que ma vie, mon caractère, mes actions parlent pour moi et disent que je suis en train de suivre Jésus-Christ. Ce désir est si fort en moi que je me considérerais privilégié si Jésus voulait accepter le sacrifice de ma vie”.

A la lumière de ce témoignage, prions : Seigneur Jésus, soutiens intérieurement les persécutés. Que le droit fondamental à la liberté religieuse se répande dans le monde. Nous te remercions pour tous ceux qui, comme des “anges”, offrent des signes merveilleux de ton Règne qui vient.

Tous : Pater noster… Stabat Mater…

 

TROISIEME STATION
Jésus tombe sous le poids de la Croix

“Voici l’Agneau de Dieu”

Adoramus…

Du livre du Prophète Isaïe

“C’est à cause de nos révoltes qu’il a été transpercé, à cause de nos fautes qu’il a été broyé. Le châtiment qui nous donne la paix a pesé sur lui : par ses blessures nous sommes guéris”[14].

SENTIMENTS ET PENSÉES DE JÉSUS

Je trébuche alors que je fais les premiers pas vers le Calvaire. J’ai déjà perdu beaucoup de sang. Il m’est difficile de soutenir le poids du bois que je dois porter. Et ainsi, je tombe à terre.

Quelqu’un me relève. Autour de moi je vois beaucoup de monde. Il y en a certainement aussi qui me veulent du bien. D’autres sont des curieux. Je pense à Jean Baptiste qui, au début de ma vie publique a dit : “Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde”[15]. Maintenant, la vérité de ces paroles est révélée.

NOTRE RÉSONANCE

Ô Jésus, c’est le jour où nous ne devons pas ressembler au pharisien qui se loue lui-même, mais au publicain qui n’ose même pas lever la tête[16]. Nous te demandons donc avec confiance, Agneau de Dieu, le pardon de nos péchés en pensées, en paroles, par actions et par omissions.

En méditant sur le poids de ta croix, nous n’aurons pas honte de tracer sur notre corps le signe de la croix : “c’est une aide efficace : gratuite pour les pauvres, pour celui qui est faible, elle ne demande aucun effort. Il s’agit, en effet, d’une grâce de Dieu”[17].

PRIONS

Ton Fils a partagé notre vie humaine

Nous te louons, Père saint, parce que souvent, par les prophètes, tu as enseigné à espérer en ton salut. Nous te louons parce que tu as tellement aimé le monde que tu nous a envoyé ton Fils unique. Pour accomplir ton dessein de rédemption, il a vécu notre condition d’homme en toute chose, excepté le péché, annonçant aux pauvres la bonne nouvelle du salut, aux captifs la délivrance, aux affligés la joie[18].

Merci, ô Père!

Tous : Pater noster… Stabat Mater…

 

QUATRIEME STATION
La rencontre avec sa Mère

Une épée transperce l’âme

Adoramus…

De l’Évangile selon Saint Luc

“Syméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère : « Voici que cet enfant provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de contradiction – et toi, ton âme sera traversée d’un glaive – : ainsi seront dévoilées les pensées qui viennent du cœur d’un grand nombre ». Sa mère gardait dans son cœur tous ces événements”[19].

SENTIMENTS ET PENSÉES DE JÉSUS

Dans la foule il y a ma Mère. J’ai le cœur qui bat. Je n’arrive pas à bien la voir. J’ai aussi du sang sur le visage.

Quand j’avais seulement quarante jours j’ai été porté au Temple pour l’offrande, conformément à la Loi de Moïse. Un prophète a parlé à mon père et à ma mère. Il s’appelait Syméon. Il m’a pris dans ses bras. Il a dit que je serais un “signe de contradiction” et qu’“une épée transpercerait l’âme” de ma mère. Ce sont des paroles qui, en cet instant, sont une brûlante réalité pour elle et pour moi. L’offrande faite ce jour-là trouve, aujourd’hui, son plein accomplissement[20].

NOTRE RÉSONANCE

Ô mon Fils de condition divine, tu es traîné par les mains de ces méchants, et tu le supportes. Tu es venu te mettre dans les chaînes, et tu te laisses volontairement conduire par eux, toi qui délivres des chaînes le genre humain enchaîné ! Comme je suis détruite ! Dis-moi, dis-moi une parole, Parole de Dieu le Père, ne passe pas en silence, devant ta servante devenue ta Mère”[21].

Ô Jésus, le drame que tu affrontes avec ta Mère, dans une ruelle de Jérusalem, nous fait penser à tant de drames familiaux dans le monde. Il y en a pour tous : mères, pères, enfants, grands-parents. Il est facile de juger, mais il est plus important de nous mettre à la place des autres et de les aider autant qu’il est possible. Nous essayerons de le faire.

PRIONS

“Tout ce qu’il vous dira, faites-le”

Marie très sainte, Mère de Jésus, épouse de Joseph, nous te demandons d’accompagner le Synode des Évêques consacré à la famille. Intercède pour le Pape, pour les Évêques et pour tous ceux qui sont directement impliqués. Qu’ils soient dociles à l’Esprit Saint et parviennent à un authentique discernement. Qu’ils aient toujours présent à l’esprit le psaume qui dit “Amour et vérité se rencontrent”[22]. A Cana, ô Marie, tu a suggéré aux serviteurs : « Tout ce qu’il vous dira, faites-le »[23]. Soutiens les époux et les parents chrétiens, appelés à témoigner de la beauté d’une famille inspirée et guidée par les indications de Jésus.

Tous : Pater noster… Stabat Mater…

 

CINQUIEME STATION
Le Cyrénéen aide Jésus à porter sa Croix.

En revenant des champs

Adoramus…

De l’Évangile selon Saint Luc

“Comme ils l’emmenaient, ils prirent un certain Simon de Cyrène, qui revenait des champs, et ils le chargèrent de la croix pour qu’il la porte derrière Jésus”[24].

SENTIMENTS ET PENSÉES DE JÉSUS

J’entends des cris autour de moi. Ils prennent de force un paysan qui passe par là, sans doute par hasard. Sans trop d’explications ils le contraignent à se charger de mon fardeau. Je me sens soulagé. Ils lui ordonnent de se mettre derrière moi. Nous irons ensemble jusqu’au lieu du supplice.

Plus d’une fois en prêchant le Règne de Dieu j’avais dit : “Celui qui ne porte pas sa croix pour marcher à ma suite ne peut pas être mon disciple[25]. Mais, à présent, cet homme porte même la mienne. Peut-être ne sait-il même pas qui je suis, mais cependant il m’aide et me suit.

NOTRE RÉSONANCE A LA LOUANGE DE SIMON

Heureux es-tu, Simon, qui as porté durant ta vie la croix derrière notre Roi. Il sont fiers ceux qui portent les insignes des rois, mais les rois s’évanouiront avec leurs insignes. Heureuses les mains qui se sont levées et qui ont porté en procession la croix de Jésus qui nous a donné la vie[26].

Peut-être aussi pour certains d’entre nous, la rencontre avec toi, ô Seigneur, s’est faite complètement à l’improviste. Mais elle a grandi ensuite.

Considérons que le fait que ne manquent pas parmi nous des Cyrénéens est une grande grâce. Ils portent la croix des autres. Ils le font avec persévérance. C’est l’amour qui les motive. Leur présence devient une source d’espérance. Ils mettent en pratique l’invitation de Saint Paul : « Portez les fardeaux les uns des autres »[27]. Ainsi, ils gardent les frères.

PRIONS

Qui n’a pas besoin d’un Cyrénéen?

Seigneur Jésus, tu as dit que “Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir”[28]. Rends-nous aussi disponibles à accomplir le devoir du “Cyrénéen”. Que celui qui observe notre manière de vivre soit encouragé, en nous voyant cultiver ce qui est beau, juste, vrai, essentiel. Celui qui est fragile nous verra humbles parce que, sous de nombreux aspects, nous sommes fragiles nous aussi. Celui qui reçoit de nous des signes de gratuité, percevra que nous avons nous-mêmes mille raisons de dire “merci”. De même celui qui ne peut pas courir peut être rassuré, parce qu’il nous est cher. Il nous trouvera prêts à ralentir : nous ne voulons pas le laisser en arrière.

Tous : Pater noster… Stabat Mater…

 

SIXIEME STATION
Véronique essuie le visage de Jésus

Disciple

Adoramus…

De l’Évangile selon Saint Luc

“Jésus, passant à travers villes et villages proclamait et annonçait la Bonne Nouvelle du Règne de Dieu. Les Douze l’accompagnaient, ainsi que des femmes qui avaient été guéries de maladies et d’esprits mauvais : Marie, appelée Madeleine, de laquelle étaient sortis sept démons, Jeanne, femme de Kouza, intendant d’Hérode, Suzanne, et beaucoup d’autres, qui les servaient en prenant sur leurs ressources”[29].

SENTIMENTS ET PENSÉES DE JÉSUS

Il y a beaucoup de femmes dans la foule. La gentillesse pousse l’une d’entre elles à s’approcher pour m’essuyer le visage. Ce geste fait resurgir dans mes pensées plusieurs rencontres, dont l’une remonte à une semaine. Par amitié, j’ai dîné à Béthanie, hôte de Marthe, de Marie et de Lazare. Marie m’a arrosé les pieds avec de l’huile parfumée de nard véritable. Je lui ai dit, à sa grande surprise, de la garder pour ma sépulture[30].

Je me revois également assis au puits de Sykar. J’étais fatigué et j’avais soif. A ce moment une femme samaritaine arrive avec un broc. Je lui demande de l’eau. J’évoque une eau qui jaillit pour la vie éternelle. Il semble qu’elle attendait ce don pour ouvrir son cœur. Elle voulait tout me dire sur elle. Je l’ai vue, avec émerveillement, scruter sa conscience. Elle est retournée au village en parlant de moi et en disant : “Ne serait-il pas le Christ? “ [31].

NOTRE RÉSONANCE

Ô Jésus, ce soir, la présence féminine parmi nous est significative. Dans les Évangiles, les femmes ont une place importante. Elles t’ont assisté, toi et les Apôtres. Quelques-unes d’entre elles ont été présentes pendant ta passion. Et elles seront les premières à porter l’annonce de ta résurrection.

Le génie féminin nous pousse à vivre la foi avec affection envers toi[32]. Tous les saints nous l’enseignent. Nous voulons marcher sur leur route.

PRIONS

Le don de la maternité spirituelle

Seigneur Jésus, l’annonce de la foi dans le monde, et le chemin des communautés chrétiennes, sont très soutenus par les femmes. Garde-les comme témoins de ce bonheur qui fleurit de la rencontre avec toi, et qui constitue le secret profond de leur vie. Garde-les comme signe lumineux de maternité aux côtés des derniers qui, dans leur cœur, deviennent les premiers.

Tous : Pater noster… Stabat Mater…

 

SEPTIEME STATION
Jésus tombe pour la seconde fois

“Ne sois pas loin”
[33]

Adoramus…

De l’Évangile selon Saint Matthieu

Jésus parvient à un domaine appelé Gethsémani…pour prier. Il emmena Pierre ainsi que les deux fils de Zébédée, et il commença à ressentir tristesse et angoisse. Il leur dit alors : ‘Mon âme est triste à en mourir. Restez ici, veillez avec moi’. Il priait en disant: ‘Mon Père, s’il est possible que cette coupe passe loin de moi! Cependant, non pas comme moi je veux, mais comme toi, tu veux![34].

De l’Évangile selon Saint Luc

Alors, du ciel, lui apparut un ange qui le réconfortait. Entré en agonie, Jésus priait avec plus d’insistance, et sa sueur devint comme des gouttes de sang qui tombaient à terre”[35].

SENTIMENTS ET PENSÉES DE JÉSUS

La peine n’est pas seulement physique. Il y a quelque chose de plus profond que je dois supporter. Hier soir j’ai prié longuement le Père, prostré à terre. Ma sueur était semblable à des gouttes de sang. Je suis entré en agonie. Je suis en train de faire l’expérience, suprême et difficile, de tout être humain proche de la mort. Merci, mon Père, de m’avoir envoyé à ce moment un ange du ciel pour me consoler !

NOTRE RÉSONANCE

Jésus, que de tristesse dans l’abîme de beaucoup d’âmes blessées par la solitude, l’abandon, l’indifférence, la maladie, la mort d’une personne chère !

Incommensurable est également la souffrance de ceux qui connaissent des événements cruels, des paroles haineuses et fausses ; ou qui rencontrent des cœurs de pierre provoquant des larmes et conduisent au désespoir.

Le cœur de l’homme – le cœur de nous tous – attend bien autre chose : la garde de l’amour. Tu nous l’enseignes, ô Jésus, ainsi qu’à tous les hommes de bonne volonté : Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés[36].

PRIONS

Mon cœur, garde et console!

Ouvre-toi, mon cœur. Sois large comme le cœur de Dieu. Ouvre-toi pour porter l’espérance. Ouvre-toi pour prendre soin. Ouvre-toi pour écouter. Ouvre-toi pour mettre un onguent sur les blessures. Ouvre-toi pour donner la lumière à celui qui est dans les ténèbres. Garde-nous et console-nous aujourd’hui, demain et toujours.

Tous : Pater noster… Stabat Mater…

 

HUITIEME STATION
Jésus rencontre les femmes de Jérusalem
Vous êtes le sel de la terre. … Vous êtes la lumière du monde[37]

Adoramus…

De l’Évangile selon saint Luc

“Le peuple, en grande foule, le suivait, ainsi que des femmes qui se frappaient la poitrine et se lamentaient sur Jésus. Il se retourna et leur dit : ‘Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi ! Pleurez plutôt sur vous-mêmes et sur vos enfants’” [38].

SENTIMENTS ET PENSÉES DE JÉSUS

Mon entrée à Jérusalem date de quelques jours. Une petite foule de disciples m’a fait la fête. Elle m’a même acclamé en disant : “Béni soit celui qui vient, le Roi, au nom du Seigneur” [39]. Dans sa simplicité, ce moment a été solennel. Cependant, les pharisiens ont montré que cela ne leur a pas plu. La fête n’a pas empêché mes larmes provoquées par la vue de la ville [40]. Maintenant, tandis que je monte péniblement vers le Golgotha, résonnent des voix de femmes qui se lamentent sur moi et se frappent la poitrine.

NOTRE RÉSONANCE

Peut-être aujourd’hui aussi, Jésus, en voyant nos villes, tu peux avoir des raisons de pleurer. Nous aussi, nous pouvons être aveugles à ton égard, sans compréhension du chemin de paix que tu nous as indiqué [41].

Mais à présent nous ressentons comme un appel de ta part, ce que tu as exprimé dans le Discours sur la Montagne : “Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu. Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu”. Et puis, ce que tu as dit à tes disciples : “Vous êtes le sel de la terre … Vous êtes la lumière du monde … De même, que votre lumière brille devant les hommes: alors, voyant ce que vous faites de bien, ils rendront gloire à votre Père qui est aux cieux[42].

PRIONS

Dans la lumière de la Jérusalem du Ciel

Seigneur Dieu, tu nous a appelés à la Jérusalem du Ciel, qui est la tente de Dieu parmi les hommes. Tu nous as promis que là-bas, toute larme sera essuyée de nos yeux. Il n’y aura plus de mort, ni de deuil, ni de lamentation, ni de peine. Tu seras notre Dieu et nous, ton peuple[43]. Garde en nous l’espérance que, après le temps difficile de la semence dans les larmes, arrive le temps joyeux de la moisson[44].

Tous: Pater noster…Stabat Mater…


NEUVIEME STATION
Jésus tombe pour la troisième fois

Le ‘voyage’ de Jésus

Adoramus…

De l’Évangile selon saint Jean

Je suis sorti du Père, et je suis venu dans le monde; maintenant, je quitte le monde, et je pars vers le Père[45].

SENTIMENTS ET PENSÉES DE JÉSUS

Mon voyage terrestre est sur le point de s’achever. Quand je suis né, ma Mère m’a déposé dans une mangeoire[46]. J’ai passé presque toute ma vie à Nazareth. Je me suis immergé dans l’histoire du peuple élu.

Comme un envoyé itinérant du Père, j’ai annoncé la largeur de son amour, qui n’oublie personne; la longueur de son amour, fidèle à travers toutes les générations; la hauteur de son amour, espérance qui vainc même la mort[47]; et la profondeur de son amour, qui m’a envoyé non pour les justes, mais pour les pécheurs[48].

Beaucoup m’ont écouté et suivi, en devenant mes disciples ; d’autres ne m’ont pas compris. Certains, en outre, m’ont combattu et enfin m’ont condamné. Mais, en ce moment, je suis appelé, plus que jamais, à révéler l’amour de Dieu pour l’homme[49].

NOTRE RÉSONANCE

Jésus, face à ton amour et à celui du Père, demandons-nous si nous ne risquons pas de nous laisser fasciner par le monde pour lequel ta passion et ta mort sont “folie et scandale”, tandis qu’elles sont “puissance et sagesse de Dieu[50] ? Ne sommes-nous pas des chrétiens tièdes, tandis que ton amour est un mystère de feu ?

Nous rendons-nous compte qu’“avant qu’il vînt lui-même nous l’apprendre, nous ne savions pas qui était Dieu”? Quand Toi, Fils unique, tu es arrivé, Dieu, qui nous avait modelé à son image, nous a permis de lever les yeux vers lui, et nous a promis le Royaume des cieux. Comment donc n’aimerions-nous pas celui qui nous a aimé le premier ?”[51].

PRIONS

“Abba, Père”

Seigneur Dieu, nous osons t’appeler: “Notre Père”. Nous penser nous-mêmes comme fils est un don merveilleux dont nous te sommes éternellement reconnaissants. Nous savons, ô Père, que nous ne sommes qu’un grain de poussière dans l’univers. Tu nous a donné une grande dignité, tu nous a appelés à la liberté. Libère-nous de toute forme d’esclavage. Ne nous laisse pas errer loin de toi. Protège, ô Père, chacun de nous. Protège chaque homme qui habite la terre.

Tous: Pater noster…Stabat Mater…

 

DIXIEME STATION
Jésus dépouillé de ses vêtements

La tunique

Adoramus

Du Livre des Psaumes

“Ils se partagent entre eux mes habits et tirent au sort mon vêtement [52].

SENTIMENTS ET PENSÉES DE JÉSUS

Je suis en silence. Je me sens humilié par un geste apparemment banal. Il y a quelques heures, j’ai été déjà dépouillé de mes vêtements. Ma pensée va à ma Mère, ici présente. Mon humiliation est aussi la sienne. De cette manière, son âme a été aussi transpercée. Je lui dois la tunique qui m’a été arrachée et qui est un symbole de son amour pour moi[53].

NOTRE RÉSONANCE

Ta tunique, Seigneur, nous fait méditer sur un moment de grâce et en même temps sur des évènements qui violent la dignité de l’homme.

La grâce est celle du Baptême. A l’enfant qui vient de devenir chrétien on dit: “Tu es une créature nouvelle dans le Christ : tu as ‘revêtu le Christ’ ; ce vêtement blanc en est le signe. Que tes parents et amis t’aident, par leur parole et leur exemple, à garder intacte la dignité des fils de Dieu, pour la vie éternelle [54]. Là se trouve la vérité la plus profonde de l’existence humaine.

En même temps, l’amour avec lequel tu protèges chaque créature, nous fait penser à des situations terribles: le trafic d’êtres humains, la condition des enfants-soldats, le travail qui devient esclavage, les enfants et les adolescents dépossédés d’eux-mêmes, blessés dans leur intimité, profanés de façon barbare.

Tu nous pousses à demander humblement pardon à tous ceux qui subissent ces outrages et à prier pour que, finalement, se réveille la conscience de qui a obscurci le ciel dans la vie des personnes. Devant toi, ô Jésus, nous renouvelons le propos de “vaincre le mal par le bien[55].

PRIÈRE

Les deux voies

Heureux est l’homme qui n’entre pas au conseil des méchants, qui ne suit pas le chemin des pécheurs, ne siège pas avec ceux qui ricanent, mais se plaît dans la loi du Seigneur et murmure sa loi jour et nuit. Il est comme un arbre planté près d’un ruisseau, qui donne du fruit en son temps, et jamais son feuillage ne meurt; tout ce qu’il entreprend réussira[56].

Tous: Pater noster… Stabat Mater…

 

ONZIEME STATION
Jésus est cloué à la croix

La chaire suprême de l’amour de Dieu

Adoramus…

De l’Évangile selon saint Jean

“Alors, il leur livra Jésus pour qu’il soit crucifié… Pilate avait rédigé un écriteau qu’il fit placer sur la croix; il était écrit: «Jésus le Nazaréen, roi des Juifs»”[57].

SENTIMENTS ET PENSÉES DE JÉSUS

Ils sont en train de clouer mes mains et mes pieds. Mes bras sont étendus. Les clous pénètrent douloureusement dans ma chair. Je suis bloqué dans mon corps, mais libre dans mon cœur, tout comme je suis allé librement vers ma passion[58]. Libre, parce qu’habité par l’amour, un amour qui voudrait inclure tout le monde.

J’observe ceux qui me crucifient. Je pense à ceux qui le leur ont ordonné: “Père, pardonne-leur : ils ne savent pas ce qu’ils font[59]. A côté de moi, il y a deux autres condamnés à la crucifixion. L’un d’eux me demande de me souvenir de lui quand je serai dans mon royaume. Oui, je lui dis : “Aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le Paradis [60].

NOTRE RÉSONANCE

Nous te regardons, Jésus, cloué à la croix. Et des interrogations pressantes surgissent dans notre conscience : quand sera abolie la peine de mort, pratiquée encore aujourd’hui dans de nombreux États ? Quand sera effacée toute forme de torture et la suppression violente de personnes innocentes ? Ton Évangile est la plus solide défense de l’homme, de chaque homme.

PRIÈRE

“Prends pitié de nous!”

Seigneur Jésus, tu as embrassé la croix pour nous enseigner à donner notre vie par amour; à l’heure de la mort tu as écouté le larron repenti.

Sauveur innocent, tu as été compté parmi les iniques et, tu t’es soumis au jugement des pécheurs[61].

Prends pitié de nous !

Tous : Pater noster… Stabat Mater…

 

DOUZIEME STATION
Jésus meurt sur la croix
O Christ, Tu nous es nécessaire” (Bienheureux Paul VI)

Adoramus…

Les paroles de Jésus en croix

Jésus, criant d’une voix forte, a dit :“Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné?[62]. Puis, s’adressant à sa Mère : “Femme, voici ton fils!”; et au disciple Jean : “Voici ta mère! [63]. Il a dit : “J’ai soif![64]; il a dit : “Tout est accompli[65]; et enfin: “Père, entre tes mains, je remets mon esprit[66].

NOTRE RÉSONANCE

Sur la croix, Jésus, tu as prié. C’est exactement ainsi que tu as vécu le sommet de ta vocation et de ta mission.

En ce moment, tu t’es adressé à ta mère et au disciple Jean. A travers eux, tu t’adressais aussi à nous. Nous avons été confiés à ta Mère. Tu nous as demandé de l’accueillir dans notre vie pour être protégés par elle comme tu l’as été, toi.

Nous sommes profondément impressionnés par le fait que, au long d’une agonie qui a duré des heures, tu aies crié d’une voix forte vers Dieu avec les paroles du psaume 21, qui expriment les souffrances, mais aussi les espérances du juste.

L’évangéliste Luc rappelle que, peu de temps avant de mourir, tu as dit: “Père, entre tes mains, je remets mon esprit[67]. La réponse du Père arrivera: ce sera ta résurrection.

PRIÈRE

Omnia nobis est Christus (Saint Ambroise)

- “Tu nous es nécessaire, ô Christ, pour connaître notre être et notre destin.
- Tu nous es nécessaire pour retrouver des raisons vraies de la fraternité entre les hommes, les fondements de la justice, les trésors de la charité, le bien suprême de la paix.
- Tu nous es nécessaire, ô grand Patient de nos douleurs, pour connaître le sens de la souffrance.
- Tu nous es nécessaire, ô Vainqueur de la mort, pour nous libérer du désespoir et de la négation.
- Tu nous es nécessaire, ô Christ, pour apprendre l’amour vrai et pour cheminer, dans la joie et dans la force de ta charité, tout au long de notre pénible voie, jusqu’à la rencontre finale avec Toi, aimé, attendu et béni dans les siècles”[68].

Tous: Pater noster… Stabat Mater…


TREIZIEME STATION
Jésus est descendu de la croix

La voie royale pour l’Église

Adoramus…

De l’Évangile selon saint Matthieu

Le centurion et ceux qui, avec lui, gardaient Jésus … dirent: ‘Vraiment, celui-ci était Fils de Dieu!’. Il y avait là de nombreuses femmes…. Parmi elles se trouvaient Marie Madeleine, Marie, mère de Jacques et de Joseph, et la mère des fils de Zébédée[69].

Jésus est passé de ce monde au Père. Sa passion nous donne la grâce de découvrir, dans l’histoire, la passion de Dieu pour l’homme. Les saints y ont correspondu, en devenant disciples et apôtres. Nous aussi, nous y sommes appelés.

NOTRE RÉSONANCE

- “En Toi, Jésus - parole faite chair - nous sommes appelés à être l’Église de la miséricorde.
- En Toi – pauvre par choix – l’Église est appelée à être pauvre et amie des pauvres.
- En contemplant ton visage, le nôtre ne pourra pas être différent du tien.
- Notre faiblesse sera force et victoire si elle représente l’humilité et la douceur de notre Dieu [70].

PRIONS

Étends, o Père, à toute la famille humaine, le règne de justice et de paix que tu as préparé à travers ton Fils Unique, notre roi et notre sauveur. Ainsi, la vraie et très douce paix sera donnée aux hommes; les pauvres trouveront justice; les affligés seront consolés et toutes les tribus de la terre seront bénies en lui, notre Seigneur et notre Dieu, qui vit et règne avec toi, dans l’unité du Saint Esprit, pour les siècles des siècles [71].

Tous: Pater noster…Stabat Mater…

 

QUATORZIEME STATION
Jésus est déposé dans le sépulcre

Gardés pour toujours

Adoramus…

De l’Évangile selon saint Jean

Après cela, Joseph d’Arimathie… demanda à Pilate de pouvoir enlever le corps de Jésus. Et Pilate le permit. Joseph vint donc enlever le corps de Jésus. Nicodème… vint lui aussi; il apportait un mélange de myrrhe et d’aloès. Ils prirent donc le corps de Jésus, qu’ils lièrent de linges, en employant les aromates selon la coutume juive d’ensevelir les morts[72].

SENTIMENTS DE DEUX AMIS DE JÉSUS

Le corps des condamnés à la crucifixion était considéré indigne même de sépulture. Mais deux hommes influents, Joseph d’Arimathie et Nicodème, ont au contraire entouré avec prévenance le corps de Jésus.

“Quelle chance pour moi et pour vous – nous dit Joseph d’Arimathie – d’être devenus disciples de Jésus![73]. Au prime abord, je me cachais. A présent, au contraire, je trouve en moi un grand courage. J’ai même affronté Pilate pour avoir le corps de Jésus[74]. Plus que le courage, l’affection et la joie ont été décisives. Je suis content d’avoir mis à disposition une tombe neuve, creusée dans la roche[75]. Je vous dis : Aimez notre Sauveur!”.

Nicodème pourrait ajouter : “J’ai vécu à la faveur des heures nocturnes ma première rencontre avec Jésus. J’ai été invité par lui à renaître d’en haut.[76]. Peu à peu seulement, j’ai compris ses paroles. Maintenant, je suis ici pour honorer sa dépouille. Je me suis procuré volontiers un mélange de myrrhe et d’aloès[77]. Mais en vérité, Lui a fait beaucoup plus pour moi: il a parfumé ma vie !”

MARIE PARLE À NOTRE CŒUR

“Jean m’a été proche. Au pied de la croix, ma foi a été mise à rude épreuve. Comme à Bethléem puis à Nazareth, maintenant aussi, je médite dans le silence[78]. Je mets ma confiance en Dieu. Mon espérance de mère ne s’est pas éteinte. Vous aussi, faites confiance ! Pour vous tous, je demande la grâce d’une foi forte. Pour ceux qui traversent des jours difficiles, je demande la consolation”.

PRIONS

Je vous salue, Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous, vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus le fruit de vos entrailles est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort. Amen.

Tous: Pater noster… Stabat Mater…

 

 


[1] Cf. Mt 1,24.
[2] Lc 22, 19-20.
[3] Mc 15, 12-13.15.
[4] Cf. Lc 22, 15.
[5] Cf. Jn 13, 9.
[6] Cf. Mt 26, 49.
[7] Cf. Jn 17, 11.
[8] Cf. Missel Romain, Rites de communion, prière du célébrant. Cf. Jn 6, 53-58; Ep 2, 4-6.
[9] Mc 15, 20
[10] Cf. Mc 15, 16-20
[11] Cf. Is 53, 2-8
[12] Is 53, 12; cf. Lc 22, 37
[13] Cf. Ac 5, 17-33; 16, 16-24
[14] Is 53, 5.
[15] Jn 1, 29.
[16] Cf. Lc 18, 10-13.
[17] Cyrille de Jerusalem, Catéchèses baptismales 13, 35-36.
[18] Cf. Missel Romain, Prière eucharistique IV.
[19] Lc 2, 34 – 35.51.
[20] Cf. Lc 2, 22-24.28.33-35
[21] Gregoire de Nazianze, La passion du Christ, 445-460.
[22] Ps 85, 11.
[23] Jn 2, 5.
[24] Lc 23, 26.
[25] Lc 14, 27.
[26] Ephrem le Syrien, Hymne sur la crucifixion, IX,1.
[27] Ga 6,2.
[28] Ac 20,35.
[29] Lc 8, 1-3
[30] Cf. Jn 12, 1-7.
[31] Jn 4, 29.
[32] Cf. J. Ratzinger, La femme, gardienne de l’être humain – Introduction à la Lettre apostolique Mulieris dignitatem, Giornale di Teologia, 195, Brescia 1990, 16-17.
[33] Ps 21, 12a.
[34] Mt 26, 36-39
[35] Lc 22, 43-44
[36] Cf. Jn 13, 34.
[37] Mt 5,13.14.
[38] Lc 23,27-28.
[39] Lc 19,38.
[40] Cf. Lc 19,41.
[41] Ibidem.
[42] Mt 5, 8-9.13.14.16.
[43] Cf. Ap 21,4; Is 25,6-9.
[44] Cf. Ps 126,5.
[45] Gv 16,28.
[46] Cf. Lc 2,7.
[47] Cf. Ep. 3, 18-19; Col 1,27; 1 Tm 1,1; Eb 6,18-20.
[48] Cf. Mc 2,17.
[49] Cf. Jn 13, 1.
[50] Cf. 1 Cor 1,23-24.
[51] Lettre à Diognète, VIII, 1; X, 2-3.
[52] Ps 21,19.
[53] Cf. Mt 27,35.
[54] Rite du Baptême des petits enfants, Remise du vêtement blanc ; cf. Gal 3,27.
[55] Cf. Rm 12,21.
[56] Ps 1,1-3.
[57] Jn 19,16.19.
[58] Cf. Missel Romain, Prière eucharistique II.
[59] Lc 23,34.
[60] Lc 23,43.
[61] Liturgie Ambrosienne, Laudes du Vendredi Saint, Acclamations au Christ Seigneur.
[62] Mt 27,46; Mc 15,34.
[63] Jn 19,26.27.
[64] Jn 19,28.
[65] Jn 19,30.
[66] Lc 23,46.
[67] Lc 23,46.
[68] J.B. Montini, Lettre pastorale Omnia nobis est Christus, 1955, prière finale.
[69] Mt 27,54-56.
[70] Cf. Carlo Maria Martini, Lettre de présentation du 47ème Synode du Diocèse de Milan, 1er février 1995: in Parole alla Chiesa, parole alla Città, Bologna 2002, 986-989.
[71] Liturgie Ambrosienne des Heures, vol. IV, Temps Ordinaire, IIème semaine, Vêpres, jeudi.
[72] Jn 19,38-40.
[73] Cf. Mt 27,57.
[74] Cf. Mt 27, 58.
[75] Cf. Mt 27,60.
[76] Cf. Jn 3,2-15.
[77] Cf. Jn 19,39.
[78] Cf. Lc 2,19.51.

 

Image: Via Crucis, Église de Notre-Dame des Douleurs à Pohorelá (Slovaquie)