The Holy See
back up
Search
riga

CONSEIL PONTIFICAL POUR LES LAÏCS 

NOUVELLES

 

 



Le Président aux Lecteurs

Chers lecteurs, 

en m’adressant à vous pour la première fois en tant que Président du Conseil Pontifical pour les Laïcs, j’éprouve une forte émotion, cette même émotion qui m’a habité lorsque le Souverain Pontife m’a confié la direction de ce dicastère. L’esprit d’obéissance et la trépidation avec laquelle j’ai accepté cette nomination se sont accompagnés d’un profond sens de gratitude envers le Saint-Père qui a voulu ainsi confirmer la confiance qu’il continue, avec une grande bienveillance, à faire reposer sur ma personne. Confiant dans l’aide du Seigneur, je chercherai à ne pas décevoir ses attentes dans l’accomplissement de mes nouvelles responsabilités, en œuvrant toujours de toutes mes forces pour le bien des christifideles laici et de l’Eglise.

Le service que je rends au Saint-Siège a débuté en 1987, précisément dans ce même Conseil, au sein duquel j’ai été responsable de la Section Jeunes jusqu’en 1992 – date à laquelle je suis allé travailler à la Secrétairerie d’Etat – pour y revenir en décembre 1995, comme Secrétaire. A part cette brève parenthèse, mon travail à la Curie romaine a donc été lié sans interruption à ce dicastère auquel je suis profondément attaché. Comme Secrétaire du Conseil Pontifical pour les Laïcs, j’ai eu le privilège de collaborer d’abord avec l’inoubliable cardinal Eduardo F. Pironio, pasteur au grand cœur, extraordinairement sensible à la cause des laïcs dans l’Eglise, évêque d’une rare spiritualité, serviteur passionné de la Parole de Dieu. Puis, avec son successeur à la tête du dicastère, le cardinal James Francis Stafford, que j’avais connu au moment de la Journée Mondiale de la Jeunesse 1993, alors qu’il était encore archevêque de Denver. Dès nos premières rencontres, j’ai été impressionné par son sens pastoral très vif, par la solidité de sa pensée théologique et par ses grands dons d’humanité. Sa présidence a marqué des étapes importantes dans la vie de notre dicastère. Je désire, à travers ces pages, lui réitérer mes remerciements pour les années de travail passées ensemble et pour son amitié, qu’il n’a jamais manqué de me manifester et qui m’honore; je désire lui renouveler mes vœux pour la charge de Grand Pénitencier du Tribunal de la Pénitencerie Apostolique que lui a conférée Jean-Paul II; je désire lui dire que je continue à compter sur ses précieux conseils.

Un autre changement important survenu au sein du Conseil Pontifical pour les Laïcs a été la nomination du nouveau Secrétaire, S. Exc. Mgr Josef Clemens, annoncée le 25 novembre dernier. Originaire de l’archidiocèse de Paderborn (Allemagne), Mgr Clemens a été pendant 19 ans secrétaire particulier du cardinal Joseph Ratzinger à la Congrégation pour la Doctrine de la Foi et, durant les derniers mois, Sous-Secrétaire de la Congrégation pour les Instituts de Vie Consacrée et les Sociétés de Vie Apostolique. S. Exc. Mgr Clemens a reçu l’ordination épiscopale des mains du cardinal Ratzinger, le 6 janvier dernier, en la basilique vaticane. En lui souhaitant cordialement la bienvenue, je recommande son ministère à vos prières.

Nous sommes tous deux conscients que l’héritage spirituel et pastoral de ceux qui nous ont précédés au long des ans dans la tâche de guider ce dicastère est exigeant. Avec un esprit reconnaissant et avec un grand sens des responsabilité, nous le recueillons comme un trésor à conserver et à faire fructifier, en invoquant l’Esprit Saint pour qu’il éclaire notre chemin et nous rende capables d’aider les fidèles laïcs du monde entier à savoir apporter des réponses adéquates aux défis lancés par notre temps à la vocation et à la mission des disciples du Christ, appelés à témoigner du Seigneur et à l’annoncer au monde.

Ce qui est essentiel dans la vocation et la mission des christifideles laici nous a aussi été récemment rappelé par le Congrès des laïcs catholiques d’Europe de l’Est organisé par le Conseil Pontifical pour les Laïcs à Kiev, en Ukraine, au mois d’octobre dernier. Le Congrès de Kiev, événement ecclésial d’une portée extraordinaire, dont le déroulement est rapporté dans ce bulletin de Nouvelles, constitue une pierre milliaire dans l’histoire de notre dicastère, dont l’action parmi les fidèles laïcs a, en un certain sens, tracé les lignes prioritaires pour l’avenir immédiat. Les témoignages de tant de chrétiens qui, à l’époque des persécutions orchestrées par le régime communiste athée, ont confessé la foi en Jésus-Christ, souvent jusqu’au martyre – bouleversants même par la simplicité avec laquelle cela a été rapporté – ont constitué un puissant rappel à ne pas égarer, dans le quotidien, le sens de notre identité de chrétiens, fondée sur le Baptême, sur la Confirmation, sur l’Eucharistie; à redécouvrir la foi comme rencontre personnelle avec le Christ qui change la vie, en donnant la force d’aller à contre-courant et d’être un signe de contradiction dans la culture qui domine le monde; à œuvrer pour consolider cette nouvelle saison associative des fidèles laïcs dans l’Eglise, que le Saint-Père continue de désigner comme un don de l’Esprit fait à notre temps et comme un signe lumineux d’espérance pour les hommes et pour le monde. Tels sont, en effet, les contextes dans lesquels le Conseil Pontifical pour les Laïcs concentrera son attention dans les prochaines années.

Alors, en nous mettant en chemin vers cette nouvelle étape de la vie du Conseil Pontifical pour les Laïcs, laissons-nous indiquer la route par Jean-Paul II: «“Duc in altum”! Cette parole résonne aujourd’hui pour nous et elle nous invite à faire mémoire avec gratitude du passé, à vivre avec passion le présent, à nous ouvrir avec confiance à l’avenir: “Jésus-Christ est le même, hier et aujourd’hui, il le sera à jamais!”» (Novo millennio ineunte, 1).

 



Kiev, carrefour d’espérance et d’élan missionnaire renouvelé

A Kiev, lieu de l’antique baptême de la Rus’, le Conseil Pontifical pour les Laïcs a rassemblé, pour la première fois, quelque 300 personnes provenant de 14 pays de l’ex-Union Soviétique, conduites par leurs Pasteurs respectifs, ainsi que des membres d’associations et de mouvements ecclésiaux travaillant dans cette région du monde, des représentants d’organisations catholiques qui collaborent avec les Eglises de l’Est européen et des observateurs fraternels d’autres Eglises et Communautés ecclésiales.

Si, d’un côté, le Congrès de Kiev s’inscrit dans le cadre des congrès régionaux et continentaux déjà organisés par le Conseil Pontifical pour les Laïcs en Asie, en Océanie, en Amérique centrale, en Afrique, en Europe et au Moyen-Orient, d’un autre côté il s’agit d’une initiative absolument nouvelle et impensable encore il y a peu de temps dans des pays écrasés par des décennies de répression et de propagande antireligieuse, sans possibilités de contacts ni d’échanges d’expériences normaux avec le reste du monde chrétien.

Temps d’espérance et d’audace

Le Congrès s’est ouvert dans l’après-midi du mercredi 8 octobre avec la lecture, par le Nonce en Biélorussie, S. Exc. Mgr Nikola Eterovic, d’un message du Saint-Père qui, rappelant le martyre, « la pénible déchirure qui a provoqué l’asphyxie des communautés chrétiennes de l’Est », a souligné la nouvelle responsabilité confiée aux laïcs, «de transmettre aux générations futures le patrimoine de la foi chrétienne». «A vous, qui avez été les témoins farouches de la foi aux temps de la persécution – a souligné le Pape – le Seigneur vous demande, à l’époque de la liberté religieuse retrouvée, de préparer le terrain d’une vigoureuse renaissance de l’Eglise dans vos pays». Une aide précieuse en ce sens, a-t-il poursuivi, «peut venir des associations, des mouvements ecclésiaux et des communautés nouvelles, à partir de l’expérience desquels sont nés des itinéraires pédagogiques féconds et un nouvel élan apostolique». Rappelant ainsi que la responsabilité des laïcs dans la mission de l’Eglise a été redécouverte par le Concile Vatican II, le Pape a exhorté les fidèles laïcs à faire resplendir le Christ dans leur vie personnelle, dans tous les secteurs où l’on œuvre en faveur de la paix et d’un ordre social respectueux de la dignité de l’homme. Pour les laïcs, a-t-il ajouté, «cette époque est l’époque de l’espérance et de l’audace»; il les a donc exhortés à faire des familles de «véritables Eglises domestiques» et des paroisses «d’authentiques écoles de prière et de vie chrétienne».

Des messages de vœux ont également été adressés au Congrès par Sa Béatitude S. Em. le card. Moussa Ignace Daoud, Préfet de la Congrégation pour les Eglises Orientales, et par S. Em. le card. Walter Kasper, Président du Conseil Pontifical pour la Promotion de l’Unité des Chrétiens, ainsi que par le Président de l’Ukraine, M. Leonid Kuchma. La lecture du message du Pape a été suivie d’une introduction de S. Em. le card. Stafford et par les paroles d’accueil de LL. Em. les cardinaux Lubomyr Husar, archevêque majeur de Lvov des Ukrainiens, et Marian Jaworski, archevêque de Lvov des Latins. Dans un climat festif, les chants composés pour célébrer la visite de Jean-Paul II en Ukraine, en juin 2001, pour le Congrès, ainsi que des chants traditionnels ukrainiens ont accompagné les salutations et les présentations des diverses délégations.

Appelés à la sainteté

La première journée de travail, jeudi 9 octobre, a été consacrée aux thèmes centraux de la mission du laïcat, à travers deux conférences confiées à l’archevêque de Prague, S. Em. le card. Miloslav Vlk (“La mission de l’Eglise à l’aube du troisième millénaire”) et à S. Exc. Mgr Stanisław Ryłko (“Vous serez mes témoins: l’heure du laïcat”). Apportant un témoignage touchant des années de « laïcat forcé » vécues sous le régime communiste, le cardinal Vlk a puissamment souligné la personne du Christ comme « source de l’espérance», et la nécessité d’étreindre Jésus crucifié dans le «sacrement de la douleur » pour pouvoir comprendre, suivre et annoncer le Ressuscité. Mgr Ryłko a dessiné la figure du laïc et sa mission, insistant sur le caractère de communion et sur le caractère ecclésial de son témoignage, où vocation et mission se mêlent en trouvant leur fondement le plus profond dans le Baptême. Il a invité les laïcs à prendre conscience de leur participation à la «triple mission du Christ: sacerdotale, prophétique et royale. Pour être d’authentiques apôtres et des témoins crédibles du Christ dans le monde, les chrétiens sont appelés à vivre une unité très profonde entre foi et vie, c’est-à-dire à vivre la sainteté. Et il ne s’agit pas d’une sainteté “de second ordre”, mais de la vraie et authentique sainteté». Une table ronde a suivi, dans l’après-midi, sur le thème suivant: “Des persécutions à la liberté: être chrétien aujourd’hui”, le Moscovite Aleksej Judin faisant office de modérateur. Le fil conducteur des interventions a été la reconnaissance – bien que dans la pauvreté, dans les difficultés et les problèmes en tout genre que l’on rencontre dans les régions de l’ancienne Union Soviétique –, d’un début d’Eglise timide et mystérieux, mais pleinement réel, qui répond aux désirs et aux attentes de l’humanité tourmentée de ces pays.

Laïcs dans l’Eglise et dans la société

Vendredi 10 octobre, les travaux ont continué par un approfondissement des modalités de présence des laïcs au sein de l’Eglise et de la société. Les deux conférences fondamentales ont été confiées à l’archevêque de Moscou, S. Exc. Mgr Tadeusz Kondrusiewicz (“La participation des laïcs à la vie des communautés paroissiales: liturgie et sacrements, annonce de l’Evangile, témoignage de la charité”) et à M. Guzman Carriquiry, Sous-Secrétaire du Conseil Pontifical pour les Laïcs (“Eduquer à la foi: la contribution des associations de fidèles et des mouvements à la mission de l’Eglise”). Sur la base du magistère pontifical, Mgr Kondrusiewicz a traité de façon analytique des tâches et des charismes des laïcs dans le ministère paroissial, en faisant appel au sensus Ecclesiae qui doit constituer la lymphe alimentant toute activité. M. Carriquiry a présenté les principaux critères sur lesquels se fondent les mouvements laïcs (ecclésialité, synthèse entre foi et vie, incarnation du sacrement de communion, authenticité catholique, ouverture à la grâce) en invitant, dans le sillage du Saint-Père, à «faire de l’Eglise une maison et une école de communion», et en introduisant ensuite les témoignages de plusieurs représentants de mouvements ecclésiaux invités. Dans l’après-midi, la table ronde dont le modérateur était M. Jean-François Thiry (Moscou) a été centrée sur le thème “Apostolat des laïcs: priorités et engagements”, avec de nombreux témoignages de nature missionnaire dans le monde du travail, de l’école, de la famille et de la société.

Sang des martyrs et semence de vie nouvelle

La journée du samedi 11 a été consacrée à deux thèmes fondamentaux dans l’histoire et dans la vie des communautés chrétiennes de ces pays: le martyre et l’aspiration à l’unité. Le premier exposé-témoignage: «le sang des martyrs, semence de nouvelle vie: les martyrs d’hier interpellent les chrétiens d’aujourd’hui», a été présenté par S. Em. le card. Kazimierz Swiatek, archevêque de Minsk. Relatant sa propre histoire et celle de son Eglise, et narrant avec simplicité et émotion des épisodes d’authentique héroïsme chrétien, le primat de l’Eglise catholique biélorusse (vétéran des camps soviétiques dans lesquels il a passé 10 ans, de 1945 à 1954) a consigné avec autorité aux laïcs d’aujourd’hui la mission de témoigner en totalité du Christ, mission que les hommes et les femmes de sa génération ont remplie à travers la résistance et la fidélité à l’Eglise au prix de leur vie. Le second exposé (“Ut unum sint: don et défi de l’unité”) a été confié au Rév. P. Jozef Maj, S.J., du Conseil Pontifical pour la Promotion de l’Unité des Chrétiens, qui a exposé très ponctuellement et de façon très complète le magistère pontifical sur l’œcuménisme, soulignant notamment que ce thème ne constitue pas un simple appendice, mais revient, à travers tous les principaux textes pontificaux, comme une des dimensions incontournables du christianisme; il a également rappelé que l’esprit de prière est une authentique possibilité d’expression et de construction des pas formels nécessaires en ce domaine. Dans l’après-midi, après la table ronde dédiée au thème “Les jeunes, espérance de l’Eglise et des peuples”, dont le modérateur était le Prof. Viktor Krul (Moscou), S. Em. le card. James Francis Stafford a pris la parole pour les conclusions; les participants laïcs ont, pour leur part, lu un message de conclusion.

Caractérisés par un profond climat de prière, les travaux du Congrès ont été rythmés par les célébrations eucharistiques quotidiennes en rite grec-catholique et latin, présidées respectivement par S. Em. le card. Lubomyr Husar, par S. Em. le card. Marian Jaworski et par S. Em. le card. Tadeusz Kondrusiewicz. Les moments particulièrement significatifs ont été la Mémoire liturgique des martyrs en rite byzantin, présidée par S. Em. le card. Lubomyr Husar, et la célébration eucharistique ouverte à tous les fidèles de Kiev, présidée le dimanche matin par S.Em. le card. James Francis Stafford. La remise à tous les assistants, au cours de ce geste solennel qui a conclu le rassemblement, de l’exhortation apostolique Christifideles laici et d’un chapelet béni par le Pape, a constitué une sorte de viatique pour poursuivre le chemin de témoignage et de mission dans le monde.


L’Assemblée générale de la Conférence des OIC

“Rendre la société humaine plus humaine: les valeurs qui nous mènent de la violence à la paix”: tel est le thème affronté, du 1er au 7 décembre 2003, lors de la dernière Assemblée générale de la Conférence des Organisations Internationales Catholiques (OIC), qui a eu lieu à Rome afin d’intensifier les relations entre la Conférence et les Dicastères de la Curie romaine. De fait, de nombreux cardinaux et représentants des Dicastères ont pris part à ces travaux, et notamment S. Exc. Mgr Stanisław Ryłko, Président du Conseil Pontifical pour les Laïcs, Mgr Gabriele Caccia et Mgr Xavier Désiré, qui représentaient la Secrétairerie d’Etat.

En ouvrant les travaux, Mgr Ryłko a voulu avant tout rappeler que l’Eglise compte beaucoup sur le témoignage chrétien des OIC dans le monde. Parlant ensuite de la paix, thème spécifique de l’assemblée, il a mis l’accent sur la figure et le témoignage du Saint-Père, «pour nous tous l’exemple lumineux d’un intrépide bâtisseur de paix, sans avoir peur d’aller à contre-courant pour défendre ce bien précieux de l’humanité». Dans ce contexte, il a rappelé les paroles prononcées par Jean-Paul II à Assise, le 27 octobre 1986: «Je rappelle ici humblement ma conviction: la paix porte le nom de Jésus-Christ […] il n’y a pas de paix sans un amour passionné de la paix: il n’y a pas de paix sans une volonté tenace de réaliser la paix […] La paix attend ses prophètes […] la paix est un chantier ouvert à tous […]» (L’Osservatore Romano, n° 44, p. 5).

La réflexion sur l’identité et sur la mission des Organisations Internationales Catholiques en vue de la nouvelle formulation de leur statut juridique, selon le nouveau cadre normatif du Code de Droit Canonique de 1983, a conféré une signification particulière à cette assemblée. Ce processus de révision, déjà opportunément engagé, s’est révélé pour les OIC une importante occasion de reconsidérer la double mission qu’elles sont appelées à remplir: d’un côté, la promotion de la vie apostolique et missionnaire de leurs membres, en leur assurant une formation adéquate, et, de l’autre, la capacité d’organiser et de gérer une présence chrétienne ayant une incidence sur la vie internationale.

A ce propos, les interventions de Mgr Pietro Parolin, Sous-Secrétaire pour les Rapports avec les Etats, et de M. Guzmán Carriquiry, Sous-Secrétaire du Conseil Pontifical pour les Laïcs, ont revêtu une importance particulière. Ce dernier a effectué une analyse des multiples fruits apportés par le travail de ré-ordonnancement juridique des statuts des OIC, en conformité aux “critères d’ecclésialité” indiqués dans l’exhortation apostolique post-synodale Christifideles laici (n° 30) et aux normes du Code de Droit Canonique (Livre II, Partie I, Titre V). La très grande majorité des OIC a informé le Dicastère des progrès de ce processus de révision qui – a affirmé M. Carriquiry – met encore davantage en lumière l’importance et la portée de la vie associative aujourd’hui dans l’Eglise. Les signes de cette vitalité sont nombreux; il suffit de penser au nombre croissant d’associations qui demandent à être reconnues officiellement, tant au niveau diocésain et national qu’au niveau international. En outre, la diversité des charismes qu’elles expriment spécifie la fin commune qu’elles veulent atteindre: être au service de l’évangélisation dans le monde, dans la fidélité au Magistère de l’Eglise. En ce sens, l’action de ces associations ne peut qu’enrichir la vie de l’Eglise, en agissant en synergie avec le Saint-Siège, et apporter une précieuse contribution au dialogue avec les différentes agences et les différents organismes internationaux. Enfin, M. Carriquiry a tenu à souligner que la relecture des textes statutaires a donné à chaque OIC la possibilité de revoir son histoire, de revenir à ses racines et à son charisme d’origine, fournissant ainsi une occasion de renouveler la conscience de son identité et de ses objectifs.

 

Mouvements ecclésiaux et communautés nouvelles.

Rencontres de réflexion commune (2)

Le dernier numéro des Nouvelles a introduit et motivé l’initiative du Conseil Pontifical pour les Laïcs d’inviter mouvements ecclésiaux et communautés nouvelles à des rencontres périodiques de réflexion commune sur des questions spécialement importantes de la vie publique, afin de connaître leur jugement sur la situation internationale et leurs modalités de sensibilisation aux diverses problématiques concernant la vie des hommes de notre temps. La deuxième de ces rencontres s’est déroulée le 20 juin dernier, sur le thème: “La contribution des chrétiens à la construction de l’Europe”.

En ouvrant les travaux, S. Em. le card. James Francis Stafford a rappelé l’invitation constante de Jean-Paul II à «repartir du Christ» en ayant le regard fixé sur l’événement de sa présence, c’est-à-dire sur l’Eglise «maison et école de communion» et en collaborant à son œuvre d’évangélisation dans le monde, à travers la construction de nouvelles formes de vie engendrées par la charité. Il a rappelé que la voie normale, ordinaire et prioritaire du dialogue et de la collaboration entre mouvements ecclésiaux et communautés nouvelles passe à travers le rapport avec le Conseil Pontifical pour les Laïcs. Notre Dicastère, qui suit de près la vie de ces associations dont elle se veut la “maison commune”, est persuadé que leurs expériences et initiatives représentent une aide valable pour l’accomplissement des tâches qu’il est appelé à remplir au service du Saint-Père et des christifideles laïcs. Et que la maturité ecclésiale, désignée par Jean-Paul II comme étape incontournable du chemin de croissance des mouvements ecclésiaux et des communautés nouvelles, se vérifie surtout par leur esprit de communion et leur engagement missionnaire.

Le point de référence des travaux a été la conférence de Mgr Aldo Giordano, Secrétaire général du Conseil des Conférences Episcopales d’Europe (CCEE). Ayant comme observatoire le secrétariat du CCEE, il a exprimé plusieurs préoccupations qui tiennent à cœur aux Conférences épiscopales et aux Eglises en Europe sur le moment historique que vit actuellement notre continent. En faisant le point de la situation et du vif débat en cours, il a affirmé que les Eglises – dans le sillage de Jean-Paul II – n’aiment pas tant parler d’élargissement de l’Union Européenne que de “ré-unification” ou d’“européisation” de l’Europe, car celle-ci «est déjà celle de toutes les nations, des peuples, des cultures, des Eglises et non pas celle d’un groupe de pays». En outre, l’idée qu’elles ont de l’Europe de demain n’est pas celle d’un continent forteresse, enfermé dans son bien-être, mais plutôt celle d’un continent menant une politique étrangère imprégnée de critères de solidarité. Face aux propositions avancées eu égard au Traité constitutionnel européen, trois thèmes importants ont été retenus: L’Europe et ses valeurs de référence, la reconnaissance de l’identité et du rôle de l’Eglise, les racines chrétiennes de l’Europe. En ce qui concerne le premier thème, les problèmes liés au fondement, au contenu et à l’interprétation des valeurs, trop souvent réduites à un simple rappel rhétorique, restent ouverts. La nécessité d’avoir une lumière qui fonde et guide l’interprétation des valeurs et l’importance de reconnaître que les pouvoirs publics ne sont pas absolus, figurent certainement parmi les motifs qui poussent l’Eglise à demander que le Traité constitutionnel garantisse un espace, notamment juridique, à la religion avec ses institutions et à la liberté religieuse. Et, faisant siennes les paroles du Saint-Père, Mgr Giordano a réaffirmé que: «Une Europe qui désavouerait son passé, qui nierait le fait religieux et qui n’aurait aucune dimension spirituelle serait bien démunie face à l’ambitieux projet qui mobilise ses énergies: construire l’Europe de tous !» (Discours au Corps diplomatique accrédité près le Saint-Siège, 13 janvier 2003).

Le point qui continue à susciter des discussions, jusque dans l’opinion publique, avec des positions opposées, est celui de la possibilité d’une référence explicite à Dieu ou aux racines chrétiennes dans le Préambule ou dans le texte même du Traité. Pourquoi tant de peur et de réticence ? Dans le débat en cours – a expliqué Mgr Giordano – les oppositions idéologiques plutôt anciennes pèsent lourdement et l’on remarque une ignorance de fond du fait religieux et chrétien, réduit en termes moraux, ainsi que l’autoritarisme d’un certain laïcisme. Le Secrétaire de la CCEE n’a en tout cas pas tu les responsabilités des chrétiens auxquels doit être “imputée” l’incapacité d’intervenir dans le débat en montrant que la référence à Dieu et au christianisme manifeste un fait historique et culturel et qu’il ne s’agit pas de défendre à travers cela des privilèges, la division entre les Eglises, l’exploitation de la religion ou du nom de Dieu pour justifier des positions violentes. Après avoir tracé le cadre de la situation, Mgr Giordano a présenté une série de réflexions pour indiquer une nouvelle perspective d’approche du débat: «Il ne s’agit pas de parvenir à un minimum sur lequel tous se trouvent impersonnellement et “ennuyeusement” d’accord, mais d’explorer la richesse la plus vraie et profonde que chacun et chaque expérience peuvent offrir. Le christianisme a quelque chose de grand à donner s’il trouve un espace pour être profondément soi-même, pour pouvoir montrer son visage, son essence. La tentative de contenter tous en noyant toute chose ne contient aucune nouveauté et est subtilement violente, car elle ne respecte pas la véritable et profonde identité de chacun». Donc, une Europe, nouveau laboratoire d’inculturation du christianisme, serait très significative pour tous les autres continents. La construction de l’Europe interpelle les chrétiens, d’un côté, à apporter leur contribution à l’édification d’une “maison” européenne capable d’abriter des peuples différents sans anéantir les diverses identités et sans tomber dans le conflit destructeur entre les différences ou dans le terrorisme et, de l’autre, à apporter une réponse à la question du sens de la vie et de l’histoire. Ainsi, la première contribution qu’ils peuvent apporter à la construction de la nouvelle Europe est précisément l’annonce du Christ présent parmi nous, dont l’amour est à l’origine de la maison et de la communion entre les hommes. Une communion qui est co-essentielle à l’œuvre de la nouvelle évangélisation, et dont les lieux et sentiers prioritaires à parcourir sont la catholicité, l’œcuménisme et le dialogue interreligieux. Et, de ce point de vue, les mouvements ecclésiaux et les communautés nouvelles sont déjà une famille européenne.

Le débat qui a suivi la conférence de Mgr Giordano a fait ressortir avant tout la nécessité pour les chrétiens d’être une présence significative en Europe, même en assumant la responsabilité de prendre des positions publiques. Comment faire pour que les laïcs soient plus présents dans la vie publique? Comment réveiller ce géant qu’est le laïcat chrétien? Un exemple éclatant est la figure de saint Benoît et le “mouvement” qui en a découlé. L’efficacité de ce mouvement a été engendrée par le fait que – fort de son expérience intégrale de foi – il est parti du bas en termes constructifs (non pas tourné vers le passé, vers un monde qui finissait) et en termes libres (non pas lié à une forme sociale, juridique, politique). Les chrétiens, et les mouvements en particulier, sont appelés à cette construction à partir du bas, à la génération – toujours révisable – de ces formes de vie nouvelle déjà en acte. Les chrétiens ne veulent pas de privilèges, mais seulement la libertas Ecclesiae pour pouvoir construire. Sans négliger les termes institutionnels – car l’impact culturel qu’a la norme ne doit pas être négligé – qui seront décisifs pour dessiner les scénarios futurs.

Aujourd’hui, a affirmé S. Exc. Mgr Ryłko, il faut des chrétiens qui vivent l’Evangile avec cohérence et qui sachent le proposer aux autres de façon convaincante. Dans le débat qui accompagne le processus de construction de la nouvelle Europe, il faut des personnalités chrétiennes adultes, préparées et expertes, pour présenter et soutenir les raisons de l’Eglise au niveau international. L’une des tâches des mouvements ecclésiaux et des communautés nouvelles est précisément de former de telles personnalités, soutenues dans leur action par un peuple qui rend raison de ce qu’il vit et de ce en quoi il espère.

Les dernières interventions se sont centrées sur la vocation de l’Europe par rapport au reste du monde. Pour ne pas naître déjà vieille, a-t-on dit, l’Europe ne doit pas se replier sur elle-même. Dans un esprit de solidarité, elle doit retrouver son élan missionnaire, en œuvrant pour une nouvelle évangélisation qui sache devenir culture et qui soit vraiment animée par l’espérance chrétienne, parce qu’ouverte à des horizons universels.

A cette rencontre ont participé des représentants de: ADSIS, Chemin néo-catéchuménal, Fraternité de Communion et Libération, Communauté du Chemin Neuf, Communauté des Béatitudes, Communauté de l’Emmanuel, Communauté Missionnaire de Villaregia, Communauté de Sant’Egidio, Communauté Papa Giovanni XXIII, Organismo Mundial de Crusillos de Cristiandad, Equipes Notre-Dame, Foyers de Charité, Groupe Promoteur du Mouvement pour un Monde Meilleur, Institución Teresiana, Institute for World Evangelisation-ICPE Mission, International Catholic Charismatic Renewal Services, Memores Domini, Mouvement des Focolari, Mouvement de spiritualité “Vivere In”, Mouvement Regnum Christi, Mouvement de Schoenstatt, Movimiento de Vida Cristiana, “Seguimi” Groupe laïc de Promotion humaine et chrétienne, The Catholic Fraternity of Charismatic Covenant Communities and Fellowships.

La troisième rencontre aura lieu le 14 février 2004 sur le thème: “Les Eglises des pays de l’ex-Union Soviétique, carrefour d’espérance et paradigme d’un nouvel élan missionnaire pour les associations de fidèles laïcs”.

 

VIIIème Forum international des jeunes

Après une pause de réflexion, le Conseil Pontifical pour les Laïcs reprendra la tradition du Forum international des jeunes, lancée en 1987 à l’occasion de la Journée Mondiale de la Jeunesse de Buenos Aires (Argentine) et qui s’est poursuivie à un rythme bi-annuel jus­qu’aux JMJ de Rome en l’an 2000. Nous avons pensé reprendre la formule en développant davantage encore la dimension de la formation.

La nouvelle édition du Forum international des jeunes présentera en effet plusieurs innovations importantes qui ont été rendues nécessaires pour un meilleur déroulement de cet événement. Avant tout, le Forum se tiendra séparément par rapport à la célébration internationale de la Journée Mondiale de la Jeunesse: de la sorte, notre Dicastère aura la possibilité d’organiser cette rencontre avec tout le soin nécessaire, lui conférant une physionomie et un espace plus définis. En second lieu, contrairement au passé, le Forum portera sur un thème très spécifique, visant à approfondir un aspect concret de la vie des jeunes, de façon à cons­tituer encore plus une occasion de formation, de réflexion et de partage.

Le prochain Forum international des jeunes, huitième de la série, proposera donc une réflexion sur le thème: “Les jeunes et l’université: témoigner du Christ dans le monde universitaire”. Ce congrès se déroulera à Rocca di Papa, du 31 mars au 4 avril 2004 et réunira environ 300 personnes, en particulier des jeunes étu­diants universitaires, des délégués de toutes les Conférences épiscopales et de nombreux mouvements, associations et communautés ecclésiales, à l’invitation du Conseil Pontifical pour les Laïcs. Une trentaine d’hôtes œuvrant dans différents secteurs de la pastorale universitaire accompagneront leur réflexion.

Les travaux du Forum prévoient aussi bien des sessions plénières, avec conférences et tables rondes, que des moments de partage en groupes linguistiques, visant à approfondir la thématique spécifique de chaque journée: “Les jeunes et l’université aujourd’hui” (31 mars), “Les études et la vie” (1er avril), “Université et vérité” (2 avril), “Université et témoignage chrétien” (3 avril).

Dimanche 4 avril, au terme du Forum, tous les délégués prendront part à la célébration de la XIXème Journée Mondiale de la Jeunesse dans le diocèse de Rome, présidée par le Saint-Père, place Saint-Pierre.

 

Pèlerinage de jeunes à Saint-Jacques-de-Compostelle

La Conférence épiscopale espagnole et le diocèse de Saint-Jacques-de-Compostelle ont informé le Conseil Pontifical pour les Laïcs d’une importante initiative qu’ils ont lancée à l’occasion de l’Année Sainte de Compostelle 2004: un pèlerinage de jeunes provenant de divers pays d’Europe à Saint-Jacques-de-Compostelle sur le thème: “Témoins du Christ pour une Europe de l’espérance”. Le programme prévoit, du 31 juillet au 5 août 2004, l’arrivée des groupes de jeunes pèlerins selon différents itinéraires proposés par les organisateurs. Le 5 août débutera la Rencontre européenne des jeunes chrétiens, qui se veut un temps d’approfondissement et de réflexion sur les racines chrétiennes de l’Europe à la lumière de l’exhortation apostolique post-synodale Ecclesia in Europa. Le 7 août au soir se déroulera une veillée de prière sur le Monte del Gozo et, le lendemain aura lieu la célébration eucharistique sur la Plaza dell’Obradoiro, qui conclura l’événement.

Ce rassemblement, reprenant l’invitation que le Saint-Père a adressée aux jeunes d’être les “sentinelles du matin” sur le Vieux Continent, peut être considéré comme une étape de préparation au cheminement de préparation vers la XXème Journée Mondiale de la Jeunesse convoquée par Jean-Paul II à Cologne (Allemagne) en 2005.

 

En chemin vers Cologne

Les Journées Mondiales de la Jeunesse

Pour faciliter l’itinéraire pastoral vers le rendez-vous de 2005, le Pape a déjà annoncé le thème de la XXème Journée Mondiale de la Jeunesse, lié à l’antique tradition de la vénération des reliques des Rois Mages dans la cathédrale de Cologne: “Nous sommes venus l’adorer” (Mt 2, 2). Ce thème sera précédé de celui de la XIXème Journée Mondiale, qui constituera une étape importante de la préparation spirituelle: “Nous voulons voir Jésus” (Jn 12, 21). Ces deux thèmes confirment le caractère christocentrique de la JMJ et impliquent de regarder: ils soulignent l’importance de la recherche du sens de la vie et de la vérité, vécue dans la prière et dans l’intériorité.

Le thème de 2004 nous invite à réfléchir sur le lien entre contemplation et évangélisation, selon les indications que Jean-Paul II a données dans sa lettre apostolique Novo millennio ineunte: «Les hommes de notre temps, parfois inconsciemment, demandent aux croyants d’aujourd’hui non seulement de “parler” du Christ, mais en un sens de le leur faire “voir”. L’Eglise n’a-t-elle pas reçu la mission de faire briller la lumière du Christ à chaque époque de l’histoire, d’en faire resplendir le visage également aux générations du nouveau millénaire ?» (n° 16).

Quant au thème de 2005, c’est une occasion d’approfondir le sacrement de l’Eucharistie et son lien avec la prière d’adoration, grâce à l’approfondissement du sens de la “présence réelle” et de l’adoration comme offrande personnelle à Dieu en réponse à son Amour. Ce thème permet de développer la dimension du pèlerinage, du “départ”, aussi bien du point de vue intérieur qu’extérieur. Comme la vie chrétienne, les JMJ sont une aventure dans laquelle Dieu nous invite à laisser de côté nos sécurités pour le suivre avec une pleine confiance et accueillir pour toujours la nouveauté que la présence du Christ apporte dans notre vie. Les Rois Mages, qui étaient païens, se mirent en voyage de loin. Ce pèlerinage est ouvert à tous et la JMJ est une invitation à évangéliser ceux qui sont loin de l’Eglise et les non-chrétiens: eux aussi peuvent être animés par la curiosité ou par le désir de rencontrer le Christ et de le connaître personnellement.

Les thèmes proposés par le Pape pour 2004 et 2005 peuvent être utiles pour inspirer la réflexion et la méditation pour les deux prochaines années et peuvent être approfondis en petits groupes. Ils peuvent aussi être repris comme thèmes des activités particulières prévues à l’avenir pour les jeunes, comme des rassemblements et des pèlerinages.

La préparation de la JMJ de Cologne

Les contacts se poursuivent entre le Conseil Pontifical pour les Laïcs et le Comité de Cologne, chargé de l’organisation logistique de la Rencontre Mondiale avec le Pape, qui se tiendra dans la ville allemande du 16 au 21 août 2005 à l’occasion de la XXème Journée Mondiale de la Jeunesse. En juin dernier a été présenté le logo officiel de la JMJ 2005, conçu pour représenter graphiquement l’essence et le caractère de la Journée Mondiale de Cologne.

La Croix, au premier plan, représente la figure du Christ qui caractérise l’événement; sa couleur rouge représente l’amour, la passion et la souffrance. L’étoile-comète, de couleur dorée, rappelle la naissance de Jésus et le pèlerinage des Mages, mais constitue aussi un point de référence, comme pour guider les jeunes du monde vers Cologne pour la Journée Mondiale de la Jeunesse. La cathédrale de Cologne, où sont vénérées depuis des siècles les reliques des Rois Mages, est stylisée en rouge, couleur qui associe l’Eglise à la Croix. L’arc elliptique, forme stylisée de la lettre C, veut indiquer le Christ mais aussi la communion universelle de l’Eglise (communio); en outre, il représente l’étreinte protectrice de Dieu, qui embrasse l’Eglise et le monde entier. L’arc est projeté vers la Croix et s’ouvre à elle: c’est une invitation à s’orienter vers le Christ Crucifié et Ressuscité et à l’adorer, comme dit le thème de la XXème Journée de la Jeunesse: «Nous sommes venus l’adorer» (Mt 2, 2). La portion inférieure de l’arc veut évoquer le Rhin, ainsi que l’Eglise, représentée comme une barque, en mémoire de l’arche de Noé. La couleur azur est symbole de l’eau.

Le choix de l’hymne officiel de la JMJ 2005 est proche également: un concours est actuellement organisé en Allemagne pour récompenser le texte et la musique les mieux adaptés à l’occasion. Entre-temps, le Comité de Cologne prédispose tout l’appareil logistique nécessaire pour accueillir les jeunes. Les inscriptions s’ouvriront l’été prochain.

La Croix des JMJ

On l’appelle la “Croix de l’Année Sainte”, la “Croix du Jubilé”, la “Croix des JMJ”, la “Croix pèlerine”; beaucoup l’appellent la “Croix des Jeunes”, parce qu’elle a été donnée aux jeunes pour qu’ils la portent dans le monde entier, en tout lieu et en tout temps.

En effet, au terme de l’Année Sainte de la Rédemption, Jean-Paul II voulut confier la grande croix de bois, symbole de la foi, qu’il avait fait installer durant toute l’année jubilaire près du maître-autel dans la basilique Saint-Pierre, afin que tous puissent la voir. Voilà ce qu’il dit à cette occasion: «Très chers jeunes, au terme de l’Année Sainte, je vous confie le signe même de cette Année Jubilaire: la “Croix du Christ!”. Portez-la dans le monde, comme signe de l’amour du Seigneur Jésus pour l’humanité et annoncez à tous qu’il n’y a de salut et de rédemption que dans le Christ mort et ressuscité» [Insegnamenti VII, 1 (1984), 1105]. Les jeunes le prirent au mot. Ils portèrent la Croix au Centre San Lorenzo, qui allait devenir sa demeure habituelle durant les périodes où elle ne voyagerait pas de par le monde. Mais dès juillet 1984, la Croix entreprit son premier pèlerinage en se rendant à Munich, en Allemagne.

Vingt ans ont passé depuis lors, mais son pèlerinage ne s’est jamais interrompu. Portée sur les épaules par les jeunes, traversant villes et villages, la Croix n’a jamais manqué les rendez-vous des Journées Mondiales de la Jeunesse, où elle est toujours près de l’autel, à côté du Saint-Père. La dernière fois, ce fut à Toronto, en 2002.

Puis, remise aux jeunes allemands des mains des jeunes canadiens durant une émouvante cérémonie le dernier dimanche des Rameaux place Saint-Pierre, la Croix a commencé son chemin vers la Journée Mondiale de la Jeunesse de Cologne, accompagnée de l’icône de Marie Salus Populi Romani, selon le désir du Saint-Père. Ces derniers mois, elle a été portée en pèlerinage dans plus de 30 pays, traversant le continent européen d’est en ouest, du nord au sud. Elle n’entrera en Allemagne que dans quelque temps, pour être portée à Berlin où, lors de la cérémonie solennelle du dimanche des Rameaux, sera célébrée le XXème anniversaire du jour où elle fut confiée aux jeunes du monde. Ce sera le coup d’envoi officiel de son pèlerinage en territoire allemand, qui s’achèvera à Cologne en août 2005.

Les “Vendredi de prière” du Centre International des Jeunes “San Lorenzo”

Le Centre des Jeunes “San Lorenzo” a accueilli avec un grand enthousiasme les paroles par lesquelles Jean-Paul II, à l’occasion du dimanche des Rameaux de l’an dernier, les a exhortés à être un lieu de prière et de préparation spirituelle pour la XXème Journée Mondiale de la Jeunesse à Cologne. Pour répondre à cette mission, le Centre a invité tous les jeunes à participer chaque vendredi après-midi à des temps de prière, en proposant deux heures d’adoration eucharistique, avec la possibilité de s’approcher du sacrement de la Réconciliation, la récitation du chapelet, la célébration de la messe animée à chaque fois par différents groupes et communautés.

Les homélies et le témoignage des cardinaux et évêques invités à présider les célébrations eucharistiques ont conféré à cette initiative davantage d’efficacité apostolique et donné aux jeunes présents la possibilité de comprendre plus à fond la vie de l’Eglise et leur rôle en son sein. Sont intervenus S. Em. le card. Crescenzio Sepe, qui a rappelé avec force le devoir de chaque baptisé de prendre conscience de sa vocation missionnaire; S. Em. le card. Christoph Schönborn, S. Exc. Mgr Angelo Comastri, Mgr Felix Anthony Machado et le Rév. P. Brian Kolodiejchuk, qui, rappelant les figures du Saint-Père et de Mère Teresa, ont mis en relief leur dévouement total à Dieu; S. Em. le card. José Saraiva Martins, qui a approfondi le thème de l’appel de tout chrétien à la sainteté, la désignant comme l’unique voie pour trouver le bonheur; S. Em. le card. Paul Poupard, qui a proposé une réflexion sur le lien existant entre les jeunes, la culture et l’Eglise; LL. Em. les cardinaux Joseph Ratzinger et Godfried Danneels et S. Exc. Mgr Paul Josef Cordes qui ont offert une méditation sur les trois vertus théologales.

Les paroles de S. Em. le card. James Francis Stafford ont revêtu une importance particulière. En inaugurant ces “Vendredis de prière”, il a incité les participants à être d’authentiques témoins de l’Evangile. Tout comme l’intervention de S. Exc. Mgr Stanisław Ryłko, qui a encouragé tous les jeunes à poursuivre leur chemin en devenant des artisans de la nouvelle évangélisation.

 

Reconnaissances juridiques et approbations statutaires

Le Conseil Pontifical pour les Laïcs:

par un décret du 26 août, a reconnu l’Union Internationale des Guides et Scouts d’Europe – Fédération du Scoutisme Européen comme association internationale de fidèles de droit pontifical, approuvant ses statuts “ad experimentum”.

Par un décret du 28 octobre a reconnu l’Unione dell’Apostolato Cattolico comme association internationale de fidèles de droit pontifical, approuvant ses statuts “ad experimentum”.

Par un décret du 6 décembre a reconnu la Federación Mundial de Adoración Nocturna a Jesús Sacramentado y otras Obras Eucarísticas comme association internationale de fidèles de droit pontifical, approuvant ses statuts “ad experimentum”.

Actuellement, le Dicastère procède à l’examen des demandes de reconnaissance cano­nique présentées par les associations laïques suivantes: Les maisons d’adoration, World Apostolate of Fatima, Encounters of Married Couples, Alliance of the Holy Family International, Apostolate for Family Consacration, Organismo Mundial de Cursillos de Cristiandad, Communauté Fondacio, Comunità Cattolica d’Integrazione, Servizio Missionario Giovani (SER.MI.G.).

 

Contacts avec les associations et mouvements

Les 4-6 juillet, S. Exc. Mgr Stanisław Ryłko a eu diverses rencontres à Paris avec les responsables de la Communauté de l’Emmanuel.

Du 7 au 9 septembre, M. Guzmán Carriquiry a participé à la Rencontre internationale “Entre guerre et paix: religions et cultures se rencontrent”, organisée à Aix-la-Chapelle, en Allemagne, par la Communauté de Sant’Egidio.

Le 8 septembre, le Président de l’Union Mondiale de l’Apostolat Catholique, le Rév. P. Séamus Freeman, a rendu visite au Dicastère.

Le 16 septembre, M. Guzmán Carriquiry, le Rév. P. Miguel Delgado Galindo et Mme Lucienne Sallé ont reçu le Président, M. Fabricio Rodé, et l’Aumônier, le Rév. P. Antoine Sondag, du Mouvement International des Intellectuels Catholiques.

Le 20 septembre, S. Exc. Mgr Stanisław Ryłko et Mme Lucienne Sallé ont reçu les responsables de la Confédération Européenne des Associations Familiales Catholiques.

Le 22 septembre, S. Exc. Mgr Stanisław Ryłko a reçu les responsables de la Conférence Internationale Catholique du Scoutisme, qui avaient rencontré le Rév. P. Francis Kohn le 19 septembre.

S. Exc. Mgr Stanisław Ryłko est intervenu à la retraite spirituelle des responsables du Renouveau Charismatique Catholique réunis à Castel Gandolfo (Rome) du 21 au 25 septembre. Quelque mille leaders charismatiques de 72 pays du monde entier ont participé à l’événement “Douze jours de bénédiction”, au cours duquel ont également eu lieu une consultation et un pèlerinage dans plusieurs des plus importants sanctuaires italiens.

Le 24 septembre, un message de salutations de S. Em. le card. James Francis Stafford a été envoyé au 20ème Meeting du conseil international de l’Alliance of Catholic Knights.

Un message de salutations de S. Em. le card. James Francis Stafford a été envoyé à la Conférence régionale nord-américaine de l’Union Mondiale des Organisations Féminines Catholiques, qui s’est déroulée à Minneapolis (USA) les 24-25 septembre. La Présidente de l’association, Mme Eugenia Diaz de Pfennich, a rendu visite au Dicastère le 4 juin.

Le 26 septembre, S. Exc. Mgr Stanisław Ryłko et M. Guzmán Carriquiry ont reçu le fondateur de la Fraternidad de Agrupaciones Santo Tomás de Aquino, le P. Aníbal Fosbery, O.P.

Le 26 septembre, S. Exc. Mgr Stanisław Ryłko a rencontré M. Georges Bonneval, Modérateur de la Communauté du Verbe de Vie.

Le 30 septembre, S. Exc. Mgr Stanisław Ryłko a reçu Mme Cathy Brenti de la Communauté des Béatitudes.

Le 30 septembre, S. Exc. Mgr Stanisław Ryłko a reçu M. Salvatore Martinez, Coordinateur national du Renouveau dans l’Esprit Saint, qu’il a également rencontré le 17 octobre.

Un message de salutations de S. Em. le card. James Francis Stafford a été envoyé au Congrès international organisé à Rome, les 9-13 octobre, par le Service d’Animation Communautaire (Groupe Promoteur du Mouvement pour un Monde Meilleur) sur le thème: “Spiritualité de communion pour un monde solidaire”.

Le 17 octobre, S. Exc. Mgr Stanisław Ryłko a reçu le Prof. Carl Anderson, Chevalier Suprême des Chevaliers de Colombo.

Le 20 octobre, S. Exc. Mgr Stanisław Ryłko a rencontré M. Marco Impagliazzo, nouveau Président de la Communauté de Sant’Egidio.

Le 23 octobre, S. Exc. Mgr Stanisław Ryłko a rencontré M. Henry Cappello, Président de la Youth Arise International Federation.

Le 28 octobre, S. Exc. Mgr Stanisław Ryłko et le Rév. P. Miguel Delgado Galindo ont reçu M. Jerome F. Coniker, Président de l’Apostolate for Family Consecration.

Le 28 octobre, M. Guzmán Carriquiry a reçu les dirigeants de l’Opera di Nazareth.

Le 29 octobre, le responsable du Mouvement Apostolique Manquehue, M. J. Manuel Eguiguren, a rendu visite au Dicastère.

Le 30 octobre, S. Exc. Mgr Stanisław Ryłko a reçu les membres du conseil exécutif de la Catholic Fraternity of Charismatic Covenant Communities and Fellowships, venus à Rome pour leur rencontre annuelle qui s’est déroulée du 29 octobre au 3 novembre.

Le 5 novembre, M. Guzmán Carriquiry a reçu le Modérateur de la Communauté Shalom, M. Moyses Azevedo Filho.

Le 9 novembre, M. Guzmán Carriquiry a rencontré le Président, M. Jan Peters, et le Secrétaire général, le Rév. Mgr Guy-Réal Thivierge, de la Fédération Internationale des Universités Catholiques.

Le 10 novembre, le Rév. P. Miguel Delgado Galindo et Mme Lucienne Sallé ont reçu Mme Agnès Dandois, Secrétaire générale de l’Association Internationale des Charités.

Mme Lucienne Sallé a participé à la rencontre du comité exécutif de la Caritas Internationalis, qui s’est déroulée à Rome du 11 au 13 novembre.

Le 15 novembre, S. Exc. Mgr Stanisław Ryłko est intervenu à un congrès de formation à caractère international de la Communauté de Sant’Egidio, auquel ont participé 150 personnes provenant de 52 pays de tous les continents.

Le 17 novembre, M. Guzmán Carriquiry et le Rév. P. Miguel Delgado Galindo ont reçu le Président, M. Jorge A. Serrano, et le Secrétaire général, M. Dominique Vergnon, du Bureau International Catholique de l’Enfance.

Le 18 novembre, S. Exc. Mgr Stanisław Ryłko a présidé, en l’église de Saint-Benoît in Piscinula à Rome, la messe d’action de grâces que les Hérauts de l’Evangile ont voulu célébrer pour le 25ème anniversaire du pontificat de Jean-Paul II.

Le 26 novembre, S. Exc. Mgr Stanisław Ryłko a rencontré M. Luis Figari, fondateur du Sodalitium Christianae Vitae.

Le 28 novembre, le Rév. P. Miguel Delgado Galindo a reçu l’Administratrice générale de l’Institution Thérésienne, Mme María Angeles Mazón.

Le 28 novembre, S. Exc. Mgr Stanisław Ryłko a reçu M. Ernesto Olivero, fondateur du Service Missionnaire des Jeunes.

Le 28 novembre, M. Guzmán Carriquiry a reçu M. Vincenzo Conso, Secrétaire général de l’International Catholic Rural Association.

S. Exc. Mgr Stanisław Ryłko est intervenu à l’inauguration des travaux et a présidé la célébration eucharistique de clôture de l’assemblée de la Conférence des OIC, qui s’est déroulée à Ciampino (Rome) du 30 novembre au 7 décembre. Le Dicastère était représenté à cette assemblée par Mme Lucienne Sallé. Au cours des travaux, M. Guzmán Carriquiry a parlé du processus de révision du statut juridique des Organisations Internationales Catholiques.

Le 1er décembre, S. Exc. Mgr Stanisław Ryłko a reçu Mme Isabelle Biondi, directrice exécutive de la Fédération Internationale des Associations Médicales Catholiques.

Le 4 décembre, S. Exc. Mgr Stanisław Ryłko a reçu une représentante de la Communauté de Nomadelfia.

S. Exc. Mgr Stanisław Ryłko est intervenu à la retraite annuelle des focolarine européennes, qui s’est déroulée au Centre Mariapolis de Castel Gandolfo (Rome) du 5 au 8 décembre, durant laquelle il a donné lecture du message autographe envoyé par le Saint-Père à la fondatrice, Mme Chiara Lubich, pour le 60ème anniversaire du Mouvement des Focolari, né à Trente le 7 décembre 1943.

Le 8 décembre, S. Exc. Mgr Stanisław Ryłko a présidé la célébration eucharistique de commémoration du 32ème anniversaire de la fondation du Sodalitium Christiane Vitae, en la basilique Sainte-Cécile à Rome.

Le 11 décembre, S. Exc. Mgr Stanisław Ryłko a reçu les responsables du Mouvement Schoenstatt en Europe.

Le 12 décembre, S. Exc. Mgr Stanisław Ryłko a rencontré plusieurs responsables du Chemin Néo-catéchuménal en Allemagne.

Le 16 décembre, S. Exc. Mgr Stanisław Ryłko et M. Guzmán Carriquiry ont reçu l’Aumônier, S. Exc. Mgr Francesco Lambiasi, et la Présidente de l’Action Catholique Italienne, Mme Paola Bignardi. Des rencontres avec les responsables de l’ACI avaient en outre eu lieu le 1er octobre, avec notamment la participation de la Présidente du Forum International d’Action Catholique, Mme Maria Grazia Tibaldi ; ainsi que le 13 novembre.

Le 17 décembre, S. Exc. Mgr Stanisław Ryłko a reçu Mme Loreto Ballester, Directrice générale de l’Institution Thérésienne.

Le 19 décembre, S. Exc. Mgr Stanisław Ryłko a reçu M. Giorgio Feliciani, Vice-président de la Fraternité de Communion et Libération.
Autres rendez-vous

Mme Elizabeth Hawkins a représenté le Dicastère à la 17ème Assemblée générale de Syndesmos, qui s’est déroulée à Durrësi en Albanie, du 14 au 22 juillet.

S. Exc. Mgr Stanisław Ryłko est intervenu au 2ème MeetinGiovani organisé par la Communauté missionnaire de Villaregia les 21-24 août. Un millier de jeunes provenant de diverses parties du monde auxquels le Saint-Père a fait parvenir un message ont participé à ce rassemblement.

Le 30 août, S. Exc. Mgr Stanisław Ryłko a clôturé le Meeting de Rimini 2003 sur le thème: “Y a-t-il un homme qui veuille la vie et désire des jours heureux ?” en prononçant une conférence intitulée: “De Cracovie à Rome”, un hommage à Jean-Paul II pour le 25ème anniversaire de son pontificat. M. Guzmán Carriquiry, qui a participé à diverses rencontres sur l’Amérique latine, est également intervenu au Meeting.

S. Exc. Mgr Stanislaw est intervenu à la rencontre du conseil exécutif de la Youth Arise International Federation qui s’est déroulée à Rome du 25 au 27 septembre. Il y a parlé de la dimension prophétique du travail de l’association avec les jeunes et de l’itinéraire spirituel de préparation de la JMJ 2005.

Le 20 octobre, S. Exc. Mgr Stanisław Ryłko a reçu l’archevêque de Tarragone (Espagne), S. Exc. Mgr Lluís Martínez Sistach.

A l’invitation de l’archevêque-Délégué pontifical de Lorette, S. Exc. Mgr Angelo Comastri, le 5 novembre S. Exc. Mgr Stanisław Ryłko est intervenu à Ancone (Italie) à l’inauguration de l’année académique de l’Institut de Théologie des Marches, associé à la Faculté de Théologie de l’Université Pontificale du Latran, en prononçant une conférence intitulée: “Jean-Paul II: le Pape appelé à introduire l’Eglise dans le troisième millénaire”.

Le 3 décembre, S. Exc. Mgr Stanisław Ryłko a reçu S. Exc. Mgr Michel Santier, évêque de Luçon, en France.

Le 10 décembre, S. Exc. Mgr Stanisław Ryłko a rencontré le Rév. P. Sebastiano Corsanego, qui l’a informé de son travail au service des confraternités en Italie.

Le 12 décembre, S. Exc. Mgr Stanisław Ryłko a reçu les responsables du Zentralkomitee der Deutschen Katholiken.

Dans le cadre de la préparation aux JMJ 2005, le Rév. P. Francis Kohn a rencontré le 21 juillet le Secrétaire adjoint du Comité d’organisation allemand, le Rév. P. Georg Austen; le 26 septembre, le Secrétaire adjoint, le Rév. P. Ulrich Hennes; le responsable des catéchèses, le Rév. P. Joseph Funk, et le responsable de la liturgie, le Rév. P. Manfred Kollig; les 28 et 29 octobre, le Secrétaire général, le Rév. Mgr Heiner Koch; le Secrétaire adjoint, M. Hermann-Josef Johanns; le responsable des Communications, M. Matthias Kopp.

En outre, le Rév. P. Francis Kohn a rencontré le 4 juillet le Rév. P. Paolo Giulietti, responsable de la pastorale des jeunes au sein de la Conférence épiscopale italienne; les 17-20 juillet, il a participé au Symposium européen “Université et Eglise en Europe”, organisé à Rome par le Conseil des Conférences Episcopales d’Europe (CCEE) et par la Commission épiscopale pour l’éducation catholique, l’école et l’université de la Conférence épiscopale italienne, à l’occasion du VIIème centenaire de l’Université “La Sapienza” de Rome; les 14-17 août, il a participé au Forum international des jeunes organisé à Paray-le-Monial, en France, par la Communauté de l’Emmanuel; les 17 et 22 septembre, il a rencontré l’équipe internationale de Jesus Youth, mouvement de jeunes universitaires né en Inde et diffusé en Asie et dans d’autres pays du monde; le 26 septembre, il a reçu les membres du conseil international de la Youth Arise International Federation et le Secrétaire du Conseil des laïcs du Liban, M. Tanios Chahwan, auquel les Patriarches du Moyen-Orient ont confié la charge de coordonner la pastorale des jeunes dans les pays de la région; le 1er novembre, il a participé à la réunion du Comité jeunes de la Communauté de l’Emmanuel; le 14 novembre, il est intervenu au congrès des Jeunes pour un monde uni du Mouvement des Focolari; le 21 novembre, il a rencontré S.Exc. Mgr Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon, en France, accompagné de 50 jeunes prêtres du diocèse; les 29 et 30 novembre, il a participé à la 3ème Session nationale de pastorale de la jeunesse, qui s’est déroulée à Nantes, en France; les 20 et 21 décembre, il a pris part à la Veillée de prière dans la basilique de Lugano et à la célébration eucharistique solennelle dans la basilique du Sacré-Cœur qui ont permis aux jeunes du diocèse suisse, avec leur évêque, S. Exc. Mgr Pier Giacomo Grampa, d’accueillir la Croix des JMJ. Durant l’année, le Rév. P. Francis Kohn a également participé à différents moments de prière organisés par le Centre International des Jeunes “San Lorenzo” et a rencontré les jeunes des Akademie de Vienne, école d’évangélisation spécialisée dans la formation médiatique; les jeunes de l’Emmanuel School of Mission de Rome; les jeunes de l’Akadamie d’Altötting (Allemagne), école d’évangélisation spécialisée dans la formation musicale.

 

Visites ad limina

Durant le second semestre de l’année 2003, le Conseil Pontifical pour les Laïcs a reçu les délégations suivantes d’évêques en visite ad limina: trois groupes d’évêques de l’Inde, les évêques des Philippines, les évêques de l’Angleterre et du Pays de Galles, les évêques de Belgique et les trois premiers groupes d’évêques de France.

Au cours de ces rencontres, en plus des informations utiles sur la situation de l’Eglise dans les pays cités, les représentants du Dicastère ont eu la possibi­lité de s’attarder sur les thèmes relatifs à l’implication et à la participation des laïcs à la vie de la communauté ecclésiale.

Le nécessaire chemin de préparation à la XXème Journée Mondiale de la Jeunesse qui se déroulera à Cologne en 2005 a fait l’objet d’une attention parti­culière. Dans ce contexte, la nécessité a été soulignée, dans les Eglises locales, de moments d’évangélisation adressés aux jeunes, dans le souci de soigner leur formation et de les insérer toujours davantage dans le tissu de la vie ecclésiale.

Un autre thème au centre de l’intérêt des évêques concerne les mouvements ecclésiaux et les communautés nouvelles dont l’apostolat a acquis une nouvelle importance, surtout au niveau des Eglises particulières, et qui constituent indéniablement un milieu valable pour la formation et la croissance dans la foi des christifideles laïcs. Dans les rencontres qui se déroulent dans notre Dicastère, nous rappelons souvent aux Pasteurs d’accompagner avec cordialité et paternité les nouvelles formes d’association laïque et aux mouvements de s’intégrer avec docilité et humilité dans la pastorale diocésaine.

La formation des laïcs indique une dimension permanente de la vie individuelle et associative, ainsi qu’un souci constant à avoir dans le travail pastoral.

D’autres sujets ayant fait l’objet d’échanges ont été les suivants: les conseils pastoraux, la contribution des laïcs dans la catéchèse, la vocation et la mission de la femme dans l’Eglise, la présence active et cohérente des fidèles laïcs dans la vie sociale, politique et culturelle.

 

CONSEIL PONTIFICAL POUR LES LAÏCS

S. Exc. Mgr Stanisław Ryłko, Président

S. Exc. Mgr Josef CLEMENS, Secrétaire

M. Guzmán CARRIQUIRY, Sous-Secrétaire

 

Publications

• Collection LAÏCS AUJOURD’HUI

• Collection JEUNES

• DOCUMENTS

• NOUVELLES

Les publications sont éditées en français, en italien, en anglais et en espagnol.

Les volumes de la collection LAÏCS AUJOURD’HUI, de la collection JEUNES, les DOCUMENTS et les NOUVELLES peuvent vous être envoyés contre le paiement annuel d’une somme globale de 31 euros.

La commande peut se faire en passant directement à nos bureaux ou en envoyant un chèque bancaire à l’ordre du Conseil Pontifical pour les Laïcs.

 

DERNIER VOLUME PUBLIÉ

Ecumenismo e dialogo interreligioso: il contributo dei fedeli laici (LAICI OGGI, 6) Séminaire d’études. Rome, 22-23 juin 2001. Cet ouvrage n’est disponible qu’en langue italienne.

 

EN PRÉPARATION

• Répertoire des associations internationales de fidèles laïcs

• Actes de la XXème Assemblée plénière. Rome, 21-23 novembre 2002

 

top