The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI
AUX ÉVÊQUES DE LA CONFÉRENCE ÉPISCOPALE DU HONDURAS
EN VISITE "AD LIMINA APOSTOLORUM"

Jeudi 26 juin 2008

 

Monsieur le cardinal,
Chers frères dans l'épiscopat,

1. C'est avec une grande joie que je vous reçois ce matin et je rends grâce au Seigneur de pouvoir vous rencontrer pour partager avec vous tous les projets et les espérances, les préoccupations et les difficultés de votre cœur de pasteurs de l'Eglise. La communauté catholique du Honduras a été bénie par la consécration en peu de temps de cinq nouveaux évêques; que le Seigneur veuille que cette visite "ad limina", alors que l'on célèbre le vingt-cinquième anniversaire du voyage pastoral du Pape Jean-Paul II dans votre terre, contribue à renforcer encore davantage les liens de communion étroits entre vous et le successeur de Pierre, pour reprendre avec une nouvelle ardeur la mission que le Seigneur vous a confiée!

Je désire remercier vivement le cardinal Oscar Andrés Rodríguez Maradiaga, archevêque de Tegucigalpa et président de la Conférence épiscopale, des paroles courtoises avec lesquelles il m'a exprimé votre affection et votre fidélité, et également l'affection de vos prêtres, religieux et fidèles diocésains. Je garde chacun dans ma prière, mais en particulier ceux qui souffrent à cause de la pauvreté, de la violence ou de la maladie, en leur manifestant toute mon estime et ma proximité spirituelle.

2. Le peuple du Honduras se caractérise par un profond esprit religieux, qui se manifeste, entre autres choses, par des pratiques de dévotion populaire nombreuses et enracinées, qui, purifiées de manière appropriée des éléments étrangers à la foi, doivent être un instrument valable pour l'annonce de l'Evangile. D'autre part, et comme cela se produit dans d'autres lieux, la diffusion du sécularisme, ainsi que le prosélytisme des sectes, est source de confusion pour de nombreux fidèles et provoque, en outre, une perte du sens d'appartenance à l'Eglise.

La constatation des immenses difficultés qui s'opposent à votre mission pastorale, loin de susciter le découragement, doit servir à donner une impulsion à une œuvre d'évangélisation étendue et audacieuse, qui se fonde, plus que sur l'efficacité des moyens matériels ou des projets humains, sur le pouvoir de la Parole de Dieu (cf. He 4, 12), accueillie avec foi, vécue avec humilité et annoncée avec fidélité.

En tant que successeurs des apôtres, vous avez été appelés à une mission éminente:  "Perpétuer l'œuvre du Christ, pasteur éternel" (Christus Dominus, n. 2). Le Christ est assurément le cœur de l'évangélisation (cf. Pastores gregis, n. 27), c'est pourquoi l'amour pour lui et pour les hommes nous pousse à apporter son message jusqu'aux lieux les plus reculés de votre nation bien-aimée, afin que tous puissent parvenir à une rencontre personnelle et profonde avec le Seigneur, qui est le début d'une authentique vie chrétienne (cf. Deus caritas est, n. 1).

3. Dans cette tâche urgente d'annoncer la Bonne Nouvelle du salut, vous pouvez compter sur l'aide inestimable de vos prêtres. Ceux-ci, en tant que premiers collaborateurs de votre mission pastorale, doivent également être les principaux destinataires de votre sollicitude de pères, de frères et d'amis, en prêtant attention à leur vie spirituelle et à leurs besoins matériels. De même, le zèle et l'attention avec laquelle vous suivez la formation des séminaristes est une manifestation éloquente de votre amour pour le sacerdoce. Avec confiance dans le Seigneur et avec générosité, mettez toujours au service du séminaire les meilleurs formateurs et les moyens matériels adaptés, afin que les futurs prêtres acquièrent cette maturité humaine, spirituelle et sacerdotale dont les fidèles ont besoin et qu'ils ont le droit d'attendre de leurs pasteurs.

Malgré une croissance des vocations ces derniers temps, le manque de prêtres dans vos Eglises particulières est, à juste titre, l'une des principales préoccupations. C'est pourquoi l'engagement à susciter des vocations parmi les jeunes doit être un objectif prioritaire dans vos projets pastoraux, auxquels doivent participer toutes les communautés diocésaines et paroissiales. C'est pourquoi je vous exhorte à encourager la prière personnelle et communautaire qui, en plus d'être un mandat du Seigneur (cf. Mt 9, 38), est nécessaire pour découvrir et permettre une réponse généreuse à sa vocation.

Je ne peux que reconnaître le grand travail évangélique qu'accomplissent les communautés religieuses, en enrichissant vos diocèses par la présence de leurs charismes spécifiques, et dont vous devez continuer à promouvoir la collaboration dans un esprit de véritable communion ecclésiale.

4. Je désire souligner également le rôle significatif que les laïcs catholiques du Honduras sont en train de jouer dans les paroisses comme catéchistes et délégués de la Parole. Un aspect important du ministère pastoral consiste à travailler sans relâche afin que les fidèles soient toujours plus conscients que, en vertu de leur baptême et de leur confirmation, ils sont appelés à vivre la plénitude de la charité en participant à la même mission salvifique que l'Eglise (cf. Lumen gentium, n. 33). A travers le témoignage de leur vie chrétienne, ils peuvent apporter dans tous les secteurs de la société la lumière du message du Christ, en attirant dans la communauté ecclésiale ceux dont la foi s'est affaiblie ou qui se trouvent loin de celle-ci. Les fidèles laïcs ont donc besoin d'intensifier leur relation avec Dieu et d'acquérir une solide formation, en particulier en ce qui concerne la doctrine sociale de l'Eglise. De cette manière, comme le levain dans la pâte, ils pourront accomplir leur mission de transformer la société selon la volonté de Dieu (cf. ibid. n. 31).

Dans le même temps, un domaine d'attention pastorale particulier est celui du mariage et de la famille, dont la solidité et la stabilité apportent tant de bienfaits à l'Eglise et à la société. A ce propos, il est juste de reconnaître le pas important qui a été accompli en insérant dans la Constitution de votre pays une reconnaissance explicite du mariage, même si vous savez qu'il ne suffit pas de posséder une bonne législation si l'on ne réalise pas ensuite l'œuvre culturelle et de catéchèse nécessaire, en mesure de faire resplendir dans la société la vérité et la beauté du mariage, véritable alliance perpétuelle de vie et d'amour entre un homme et une femme.

5. Comme l'annonce de la Parole et la célébration des sacrements, le service de la charité est une partie essentielle de la mission de l'Eglise (Deus caritas est, n. 25). Les évêques, en tant que successeurs des apôtres, sont donc les premiers responsables de ce service de charité dans les Eglises particulières (cf. ibid. n. 32). Je sais à quel point vous êtes touchés par la pauvreté dans laquelle vit un grand nombre de vos concitoyens, unie à l'augmentation de la violence, à l'émigration, à la destruction de l'environnement, à la corruption et à la carence de l'éducation, parmi tant d'autres graves problèmes. Comme ministres du Bon Pasteur vous avez accompli, à travers les paroles et les œuvres, une intense œuvre d'aide aux indigents. Je vous exhorte vivement à continuer à montrer dans votre ministère le visage miséricordieux de Dieu, en développant dans toutes vos communautés diocésaines et paroissiales un service de charité étendu et ramifié, qui parvienne de manière particulière aux malades, aux personnes âgées et aux détenus.

6. Bien-aimés frères, je vous confirme mon affection et ma gratitude pour tout votre dévouement et votre sollicitude pastorale. Dans le même temps, je vous demande de transmettre à vos prêtres, religieux, religieuses, séminaristes et fidèles laïcs le salut et l'estime du Pape.

Je confie à l'intercession de la Vierge Immaculée de Suyapa vos personnes, vos intentions et vos objectifs pastoraux, afin que vous apportiez à tous les fils du Honduras l'espérance qui ne déçoit jamais, Jésus Christ, l'unique Sauveur du genre humain. Avec ces vœux, que ma prière et ma Bénédiction vous accompagnent.

 

© Copyright 2008 - Libreria Editrice Vaticana

 

top