Index   Back Top Print

[ ES  - FR  - IT ]

JEAN-PAUL II

AUDIENCE GÉNÉRALE

Solennité de l’Annonciation du Seigneur
Mercredi 25 mars 1987

 

1. La solennité de l’Annonciation du Seigneur que nous célébrons aujourd’hui tourne notre pensée vers la maison de Nazareth et nous plonge dans l’émerveillement silencieux que sommes habitués à ressentir en contemplant par la pensée le rayon de lumière de l’Esprit-Saint qui inonda de sa puissance la Vierge « pleine de grâce ».

C’est l’événement mystérieux qu’attendait toute l’histoire et vers lequel, depuis lors, l’histoire qui a suivi a continué et continuera à converger, avec un émerveillement toujours renaissant.

Par cette extraordinaire liaison entre ciel et terre qui eut pour protagonistes — dans le monde des créatures — l’ange et l’humble fille du peuple d’Israël, le cours des siècles a débouché sur « la plénitude des temps », a sanctionné ce moment caché où le Fils de Dieu est venu habiter au milieu de nous (Jn 1,14).

Cet événement admirable a été rendu possible grâce à Marie, la Mère du Rédempteur. Sans son « oui », à l’initiative de Dieu, le Christ ne serait pas né.

2. C’est dans ce climat spirituel du mystère de l’Annonciation et au jour même de sa célébration liturgique que j’ai situé mon encyclique consacrée à la Vierge Marie, que j’avais annoncée le 1er janvier et qui est publiée aujourd’hui dans la perspective de l’Année mariale.

J’y ai réfléchi depuis longtemps. Je l’ai longuement cultivée dans mon cœur. Je remercie maintenant le Seigneur pour m’avoir permis d’offrir ce service aux fils et aux filles de l’Église, répondant à des attentes dont divers signaux m’étaient parvenus.

3. Cette encyclique consiste, en substance, en une « méditation » sur la révélation du mystère du salut qui a été communiqué à Marie à l’aube de la Rédemption et auquel elle a été appelée à participer et à collaborer d’une manière toute exceptionnelle et extraordinaire.

C’est une méditation qui parcourt à nouveau et, par certains aspects, approfondit le magistère conciliaire, spécifiquement le huitième chapitre de la Constitution dogmatique Lumen gentium sur « la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de Dieu, dans le mystère du Christ et de l’Église ».

Vous savez, chers frères et sœurs, qu’il s’agit du chapitre qui couronne le document fondamental de Vatican II ; un texte particulièrement significatif, parce qu’aucun Concile œcuménique n’avait auparavant présenté une aussi vaste synthèse de la doctrine catholique sur la place que la très sainte Vierge Marie occupe dans le mystère du Christ et de l’Église.

Les réflexions qui en découlent se situent à l’horizon biblique, de son commencement aux visions symboliques de l’Apocalypse, chargées de mystère, sur le monde à venir. À plusieurs reprises apparaît là, dans les étapes et dans le message du salut, la figure d’une « femme », qui prend un visage précis en Marie de Nazareth quand sonne l’heure de la Rédemption. Redemptoris Mater est le nom de cette encyclique, son enseigne emblématique, qui indique déjà dès le départ son orientation doctrinale et pastorale en direction du Christ.

4. Le caractère christologique du discours développé dans l’encyclique se fond avec la dimension ecclésiale et la dimension mariologique. L’Église est le Corps du Christ qui s’avance mystiquement dans les siècles (cf. 1 Co 12, 27). Marie de Nazareth en est la Mère. Elle est la Mère de l’Église.

Aussi l’Église regarde-t-elle Marie à travers Jésus, comme elle « regarde » Jésus à travers Marie (cf. Redemptoris Mater, 26). Cette réciprocité nous permet d’approfondir sans cesse, en même temps que le patrimoine des vérités à croire, l’orbite de « l’obéissance de la foi », qui marque les pas de cette très haute créature, de la maison de Nazareth à Ain-Karim, au Temple, à Cana, sur le Calvaire. Puis, entre les murs du Cénacle, dans l’attente, remplie de prière, de l’Esprit-Saint. Marie « avança dans le pèlerinage de la foi et garda fidèlement l’union avec son Fils jusqu’à la Croix » (Lumen gentium, 58).

Servante, Mère, disciple du Seigneur, Marie est un modèle, un guide et un soutien sur le chemin du peuple de Dieu, particulièrement dans les étapes les plus décisives.

Voici l’étape du bimillénaire de la naissance du Christ qui s’approche à grands pas. C’est une échéance qui demande d’être vécue, au-delà de l’aspect commémoratif, dans sa réalité permanente de « plénitude du temps ». Aussi est-il nécessaire d’y préparer dès maintenant nos esprits et nos cœurs. Et le pèlerinage de foi, qui est la synthèse de l’expérience vécue par la Vierge Marie, ouvre une route que au cours de l’Année mariale, l’Église parcourra à la lumière du Magnificat : l’hymne prophétique, fait de tous ceux hommes et femmes, qui se sentent de manière authentique l’Église et qui, à cause de cela, se rendent compte des impératifs des « temps nouveaux », dans toute leur ampleur.

5. L’encyclique exprime le souffle qui émane de l’universalité de la rédemption accomplie par le Christ et de l’universalité de la maternité de la Vierge Marie.

Adressée aux fidèles de l’Église catholique appelés à célébrer l’Année mariale, l’encyclique exprime la profonde aspiration à l’unité de tous les chrétiens que Vatican II a codifiée et qu’exprime le dialogue œcuménique. Elle fait donc écho à la joie et à la consolation manifestées par le Concile qui constatait que « parmi les frères désunis aussi, il n’en manque pas qui rendent à la Mère du Seigneur et Sauveur l’honneur qui lui est dû, spécialement parmi les Orientaux, lesquels vont, d’un élan fervent et d’une âme toute dévouée, vers la Mère de Dieu toujours Vierge pour lui rendre leur culte » (Lumen gentium, 69).

Dans cet ordre d’idées, j’ai voulu aussi rappeler le millénaire du baptême de saint Vladimir de Kiev, survenu en 988, qui marqua le début du christianisme parmi les peuples de la Rus, s’étendant ensuite à d’autres territoires de l’Europe orientale jusqu’au nord de l’Asie. L’Église tout entière est invitée à s’unir par la prière à tous ceux, orthodoxes et catholiques, qui célèbrent cet anniversaire.

6. L’horizon de Redemptoris Mater, touchant la dimension cosmique du mystère de la Rédemption, est ouvert au genre humain tout entier par la solidarité qui lie l’Église aux hommes avec lesquels elle partage le cheminement terrestre, consciente des formidables questions qui agitent les racines de la civilisation à la frontière entre les deux millénaires, dans l’alternance éternelle entre la « chute » et la « résurrection » de l’homme. Elle assume les grandes aspirations qui parcourent aujourd’hui la conscience du monde : les individus, les familles, les nations.

À la sainte Mère du Rédempteur je confie avec affection cette encyclique, en souhaitant que les célébrations promues dans les Églises particulières au cours de l’Année sainte puissent y trouver une inspiration pour un fort accroissement de la vie chrétienne, spécialement par la participation aux sacrements de pénitence et d’Eucharistie. Ce sont là les sources où puiser l’énergie nécessaire pour remplir sa mission dans l’Église et dans le monde, selon l’ordre que la Vierge répète aussi en cette phase de l’histoire : « Faites ce qu’il (le Christ) vous dira. » (Jn 2, 5.)

* * *

Chers Frères et Sœurs,

Je suis heureux d’accueillir ici tous les pèlerins et visiteurs de langue française: les religieuses, les personnes du troisième âge, les jeunes des lycées et collèges et leurs professeurs, les artistes peintres, les marins de plusieurs équipages français.

Je veux faire une mention spéciale des paroissiens d’Ars, accompagnés de leur cure, que je remercie de leur accueil le 6 octobre dernier. Vous savez, chers amis, la joie profonde que j’ai éprouvée à vénérer chez vous saint Jean-Marie Vianney, à y célébrer l’Eucharistie, à m’entretenir avec tant d’évêques, de prêtres, de diacres et de séminaristes de notre vocation sacerdotale et de notre ministère. Je souhaite que votre cité continue à exceller par la qualité de la vie chrétienne et la vitalité de sa communauté, et que votre paroisse demeure le haut lieu des pèlerinages et de la prière pour les prêtres.

A vous et à tous les pèlerins présents à cette audience, je donne de grand cœur ma Bénédiction Apostolique.


© Copyright 1987 - Libreria Editrice Vaticana

 



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana