Index   Back Top Print

[ EN  - ES  - FR ]

ADDRESS OF JOHN PAUL II
TO THE NEW AMBASSADOR OF THE REPUBLIC OF KOREA
TO THE HOLY SEE*

Friday, 11 January 1985



Je suis heureux de recevoir les Lettres par lesquelles vous êtes accrédité comme Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République de Corée près le Saint-Siège. Je vous remercie pour les bons vœux que vous m'avez transmis de la part de Son Excellence le Président Chun Doo Hwan et je vous prie aimablement de lui exprimer en retour mes souhaits les plus cordiaux.

Votre présence ici au Vatican, à peine quelques mois après mon inoubliable visite en votre pays, me rappelle à l'esprit -- parmi les nombreux merveilleux souvenirs de ces jours-là -- la réunion que j'ai eue à Séoul avec le Corps diplomatique. C'est avec joie que j'ai saisi l'occasion pour exprimer ma solidarité avec le peuple coréen dans ses principaux soucis. J'ai affirmé à l'époque: «Les aspirations à la paix, à la sécurité, à l'unité nationale qui sont de plus en plus ressenties de toutes part sont particulièrement perceptibles chez le peuple coréen, et ma visite est conçue pour indiquer que l'Église et moi-même nous partageons sincèrement ce noble et ardent désir».

Parmi ces aspirations vous avez signalé l'espérance de millions de vos concitoyens que les membres des familles séparées par les tragiques événements du passé puissent enfin se retrouver et se réunir dans la paix et l'harmonie familiales. Je prie le Dieu Tout-Puissant pour que cet objectif puisse être atteint. Qu'il bénisse les efforts de tous ceux qui, ces derniers temps, ont travaillé pour surmonter toutes les difficultés tous les obstacles, et qui cherchent à tracer la voie de l'ouverture et de la compréhension mutuelles. La joie de ceux qui se sont retrouvés l'un l'autre et la douleur de ceux qui sont toujours à la recherche de ceux qui leur sont chers doivent stimuler le sens de responsabilité de tous ceux qui servent le bien commun de la nation et ont à cœur la satisfaction de leur peuple.

La dimension humanitaire du vaste problème de la réunion des familles est un éloquent exemple de la manière dont les décisions politiques, les événements et les forces qui les entraînent, affectent profondément la vie de populations entières, non de manière abstraite, mais au niveau même des individus qui composent ces populations et influencent leurs réelles possibilités de vivre une vie correspondant a leur authentique dignité humaine. Dans l'action en faveur de la dignité humaine tout homme et toute femme de bonne volonté peuvent trouver de larges possibilités de compréhension et collaboration mutuelles.

L'Église catholique inaugure le troisième siècle de sa présence en Corée. Fidèle à la mission que lui a confiée Jésus-Christ, son divin Fondateur, elle s'efforce d'apporter une large contribution spirituelle, culturelle et sociale à la vie de la nation et en particulier de favoriser le progrès civil et moral. Je prie pour que les garanties constitutionnelles de liberté religieuse et le climat de respect et de tolérance qui caractérisent la vie publique coréenne permettent à cette collaboration de croître et se développer pour le bien de tous.

Une des plus vives impressions que je garde de ma visite dans votre pays Monsieur l'Ambassadeur, est due à la très grande proportion des jeunes. Cette année, à l'occasion de l'Année Internationale des Jeunes, j'ai dédié à la jeunesse mon Message annuel pour la Journée Internationale de la Paix, prenant pour thème – «La paix et les jeunes marchent ensemble». Dans ce message j'ai écrit qu’». Il est essentiel à tout être humain d'avoir la conscience de participer, et de prendre part effectivement aux décisions et aux efforts qui forgent la destinée du monde» (n. 9). Ceci est tout spécialement vrai pour les jeunes.

Un des défis que doivent affronter les dirigeants des nations est d'assurer cette participation par des moyens vraiment justes et effectifs. Un des défis que doit affronter la jeunesse est d'acquérir une conscience nouvelle de sa responsabilité et une vive sensibilité aux besoins des frères humains, évitant les sirènes de l'égoïsme, défendant les valeurs de la vie et, ensuite en agissant avec confiance pour mettre ces valeurs en application (cf. ibid. n.: et 7 ). Daigne le Dieu Tout-Puissant nous éclairer tous, afin de répondre avec sagesse et clairvoyance à des demandes pressantes de notre époque.

Monsieur l'Ambassadeur, votre mission de représentant de votre pays près le Saint Siège a un caractère spécial correspondant à la nature éminemment spirituelle et morale la présence et des activités du Saint-Siège dans le domaine des relations internationales. Je veux vous garantir la plus pleine collaboration des dicastères de la Curie Romaine et je vous souhaite tout bonheur dans l'accomplissement de vos devoirs. Je vous réitère l'assurance de ma profonde affection pour le peuple de Corée et j'invoque pour lui et pour ses dirigeants les grâces divines de la paix et du bien-être.


*L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française n.11 p.8.

 

© Copyright 1985 - Libreria Editrice Vaticana

 



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana