Index   Back Top Print

[ FR ]

DISCOURS DU PAPE PAUL VI
AUX EVÊQUES DU RWANDA
EN VISITE «AD LIMINA APOSTOLORUM»

Lundi 25 avril 1977

 

Chers Frères,

Nous sommes profondément touché des paroles émouvantes que Nous venons d’entendre, et c’est avec joie que Nous vous accueillons, tous et chacun ce matin, heureux d’adresser un souhait de bienvenue tout particulier à Monseigneur Wenceslas Kilibushi, qui a été nommé récemment Evêque de Nyundo et est venu compléter ainsi le Corps épiscopal de votre pays.

Votre digne interprète a relevé à juste titre combien ce pays Nous est cher et avec quel soin nous nous sommes efforcé de suivre, au cours des années, l’évolution de sa situation civile et religieuse.

Vous venez à Nous dans des sentiments auxquels Nous ne pouvons manquer d’être très sensible, car Nous les voyons inspirés avant tout par la foi, cette foi profonde et limpide des Eglises africaines, qui Nous frappe toujours si vivement dans nos rencontres avec les fils très chers de votre Continent. Vous croyez, d’une foi vivante, au primat de Pierre, et vous venez «ad limina» pour confier à son humble successeur, avec un abandon filial, vos joies et vos peines, votre reconnaissance et vos soucis: vous y venez aussi pour être, par lui, confirmés dans votre mission de Pasteurs. Rien ne peut Nous rendre plus conscient de notre propre mission à votre égard, celle que le Christ confiait à saint Pierre par ces paroles définitives et ineffaçables: «Confirma fratres tuos!». Nous le faisons, soyez-en sûrs, avec joie et avec amour.

Nous savons que votre tâche, pour implanter toujours davantage en terre d’Afrique le message de l’Evangile dans toute sa pureté, n’est pas une mission facile. Mais vous devez savoir aussi que non seulement le Saint-Siège, mais - on peut le dire - toute la communauté ecclésiale a le regard tourné vers les jeunes églises d’Afrique avec une immense espérance. On attend de vous la preuve qu’il est possible d’insérer profondément chez vous le message chrétien authentique, en respectant les lignes essentielles de la culture africaine: en d’autres termes, de donner un visage africain à l’éternel et immuable message de l’Evangile. Cela suppose un effort en deux directions qui, au premier abord, semblent presque impossibles à faire converger: l’adaptation et la fidélité. Il faut adapter, c’est indubitable: qu’il s’agisse de la présentation des vérités, de l’expression liturgique, etc. Mais le message à adapter est unique et ne peut être déguisé ni trahi: il n’y a qu’une seule Foi et qu’une seule Eglise!

Votre fidélité à cette unique Eglise du Christ transparaît dans chaque phrase du message que Nous venons d’entendre: elle Nous édifie et Nous émeut. Elle Nous donne aussi la certitude que l’attente, l’espérance de l’Eglise dont Nous parlions à l’instant, ne sera pas déçue par les églises d’Afrique, par la chère et vaillante église au Rwanda, en particulier.

La «Journée des Vocations», que nous célébrions hier, nous invite à stimuler particulièrement votre zèle pastoral sur ce point si important pour l’avenir de votre Pays: lui assurer un clergé autochtone nombreux, bien préparé et avec une formation doctrinale profonde et solide. La moisson est abondante, Notre-Seigneur nous en donne l’assurance, et l’expérience le confirme chaque jour: mais les ouvriers sont peu nombreux, et toute la communauté chrétienne doit en être consciente et élever vers Dieu d’incessantes prières pour qu’il envoie des moissonneurs.

Nous voudrions en terminant attirer votre attention sur un autre point, moins directement lié, peut-être, à votre mission proprement religieuse, mais qui en découle cependant et peut parfois en conditionner l’exercice: Nous voulons parler de la paix civile, de la bonne entente entre les citoyens d’une même patrie. Nous n’avons que trop d’exemples, hélas, du trouble grave apporté à des communautés nationales par des discordes intestines. En effet, c’est avant tout dans le cœur de l’homme que doit d’abord s’établir la paix, qui rayonnera ensuite sur ses frères. Et c’est là qu’apparaît le rôle irremplaçable d’une communauté catholique vraiment pénétrée par l’esprit de paix, de pardon, d’amour, l’esprit que le Seigneur a apporté sur la terre et confié à son Eglise. Puissiez-vous contribuer à en pénétrer toujours davantage vos prêtres et vos fidèles!

C’est avec ce souhait, chers Fils et Frères du Rwanda, que Nous prenons congé de vous, en vous chargeant de porter à toutes vos communautés notre salut paternel, nos vœux et nos bénédictions, et en vous accordant à vous-mêmes une très particulière Bénédiction Apostolique.

                                



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana